Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

40 mesures pour relancer la voiture électrique : l'Avere est ambitieuse

Dans Economie / Politique / Marché

Le confinement touche bientôt (on l'espère) à sa fin. Et la reprise des ventes automobiles ne devrait pas tarder. Dans ce contexte particulier, l'Avere France souhaite que le Gouvernement encourage encore plus la mobilité électrique, et lui adresse une quarantaine de recommandations. En voici les principales.

40 mesures pour relancer la voiture électrique : l'Avere est ambitieuse

Le confinement a eu, entre autres effet, de mettre à genoux l'industrie automobile. Les derniers chiffres d'immatriculation en sont une illustration forte, pour le moins. Mais avec la fin annoncée du confinement, le 11 mai, et les annonces faites par les constructeurs concernant le redémarrage de leurs activités dans de bonnes conditions sanitaires, les ventes devraient repartir rapidement.

Comment concilier alors aujourd'hui la reprise automobile, avec des ambitions écologiques légitimes, qui ont été exacerbées, du moins chez certains, par une baisse spectaculaire de la présence de certains polluants pendant la période de confinement ?

L'Avere France, une association nationale de soutien à la mobilité électrique, suffisamment importante pour que sa voix soit entendue, pense que la relance doit insister sur la promotion du véhicule électrique, et adresse au Gouvernement une liste d'une quarantaine de propositions.

Elle l'invite à "faire le choix d’une relance verte résolument tournée vers la transition énergétique et écologique", et se révèle très concrète, avec des mesures tournées à la fois vers les entreprises, les particuliers, les collectivités locales, la recharge. En voici les principales.

Public ou infrastructure visée Mesures envisagées
Les particuliers

Réduction de la TVA sur les voitures électriques et hybrides rechargeables

Renforcement de la prime à la conversion 

Assimilation à zéro des avantages en nature accordés par l'employeur en mettant à disposition un véhicule électrique

Mise à disposition d'une borne à domicile

Les entreprises

Retour du bonus écologique de 6 000 € pour l'achat d'un véhicule électrique ou utilitaire pour les entreprises

Aide à la conversion des modèles thermiques

TVA récupérable sur les électriques et hybrides rechargeable pendant un an suivant la fin du confinement

Exonération de TVA sur la recharge

Relèvement des plafonds d'amortissement

Les collectivités locales

Recours facilité à la LLD (Location longue durée) pour acquérir des VE ou des hybrides rechargeables

Création d'un guichet unique pour faciliter l'achat de ce type de véhicule

Extension de l'obligation de 20 % de véhicules zéro émissions à la catégorie L (2 roues, tricycles et quadricycles)

La recharge électrique

Rendre effectif le droit à la prise

Rendre obligatoire les IRVE (Infrastructure de recharge de véhicule électrique) dans les bâtiments collectifs

Mise en place de réseau de ravitaillement en hydrogène

Les 2-roues électriques

Relève du bonus écologique à 1 500 € (ou 300 € par kWh)

Gratuité d'immatriculation

Crédit d'impôt pour l'installation d'un système de recharge adapté

Quota de place et accès à la recharge dans les parkings pour 2 roues

 

Les mesures de l'Avere sont multiples, ambitieuses, et reflètent la voix des défenseurs de la mobilité électrique. Leur ambition est parfaitement légitime. Elle risque cependant de se confronter, lors de cette reprise, à deux choses :

  • Un prix de l'essence particulièrement bas, qui n'encourage pas à se tourner vers les plus chers VE. Cela dit, les prix à la pompe risquent de remonter assez vite avec la reprise économique.
  • À la volonté de l'État : sera-t-elle là, à l'heure où les finances publiques ont été saignées pendant presque deux mois ? Rien n'est moins sûr.

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (150)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Subventions

Plus de subventions

Encore des subventions

Re-subventions

Subventions supplémentaires

Ah, et des subventions, aussi

Sinon des subventions ce serait bien

Pour finir, des subventions

...

Vraiment bien ces recommandations, ça prouve combien l'électricité est intrinsèquement intéressante. :violon:

Par

L'électrique s'imposera, qu'on le veuille ou non : cela permettra une transition vers un carburant plus écologique encore (l'hydrogène pouvant être fabriqué massivement par énergie renouvelable) mais surtout déplacera temporairement les problèmes liés à la santé respiratoire dans des espaces plus aérés que les ville :bien:

Par

Relancer quelque chose qui devrait s'imposer tout seul tellement il est évident que c'est l'avenir, c'est absolument inutile.

Par

Très bien sauf... "Mise en place de réseau de ravitaillement en hydrogène".

À moins d'obliger à ce que cette hydrogène soit produite au sein même de la station de "ravitaillement" par hydrolyse avec de l'électricité "surabondante" : par exemple pour équilibrer la grille (stockage), ou via des panneaux solaires ou des éoliennes là encore lorsque la demande est inférieure à l'offre. Le tout plutôt en rase campagne parce que ça implique de compresser le gaz localement ce qui est très bruyant. L'idée étant que le rendement très mauvais de la filière hydrogène n'est pas un problème si l'énergie primaire utilisée est "surabondante" (on en a trop et on se sait pas quoi en faire).

Parce que dans le cadre général il ne faut pas oublier qu'un VE à PAC c'est :

grille -> hydrolyse -> compression -> stockage -> transport -> distribution -> PAC -> batterie -> moteur

alors qu'avec un VE à batterie c'est seulement :

grille -> batterie -> moteur

Sachant qu'en plus le rendement de la compression est très mauvais et celui de l'hydrolyse pas génial, et que le transport est généralement fait dans un camion citerne diesel.

Ne pas oublier non plus qu'impossible de faire le plein d'un VE avec PAC à la maison, et que le prix à la pompe est au moins égal à celui d'un plein d'essence. Et je passe sur le fait qu'il faut potentiellement rouler beaucoup avant de trouver une station de "ravitaillement" puisqu'en avoir davantage est le but de la demande.

Ah il y a aussi le prix, une station de "ravitaillement" c'est un million d'euros, soit beaucoup plus qu'une station de charge équipée d'une dizaine de bornes à 200 kW ; et c'est pas un détail car comme on ne peut pas se charger à la maison il faudra BEAUCOUP de ces stations de "ravitaillement".

Conclusion l'hydrogène c'est pas une bonne solution pour la mobilité, mais plutôt pour du stockage notamment lorsque l'énergie primaire est abondante et/ou que les conditions de stockage sont difficile (par exemple des températures extrême, le besoin de garder l'énergie très longtemps, etc.).

Reste peut-être l'aviation, pour l'intérêt d'un poids a priori plus faible (PAC + réservoir VS batterie).

Par

En réponse à GY201

Relancer quelque chose qui devrait s'imposer tout seul tellement il est évident que c'est l'avenir, c'est absolument inutile.

Ça s'appelle anticiper.

Parce que si demain -- après quelques catastrophes puisque les gens ne comprennent pas sans ça -- nos décideurs décident enfin de couper les robinets de la mobilité carbonée, ce sera au moins autant le chaos que pour la pandémie qu'on subit actuellement. Sauf que la pandémie elle va se terminer (en attendant la suivante) alors que si le climat s'emballe il faudra attendre la prochaine ère glacière pour que les températures soient de nouveau compatibles avec la vie de notre espèce sur terre, de mémoire dans 4000 ans.

Par

En réponse à Ajneda

L'électrique s'imposera, qu'on le veuille ou non : cela permettra une transition vers un carburant plus écologique encore (l'hydrogène pouvant être fabriqué massivement par énergie renouvelable) mais surtout déplacera temporairement les problèmes liés à la santé respiratoire dans des espaces plus aérés que les ville :bien:

La voiture électrique en ville n'a pas plus d'avenir demain qu'aujourd'hui.

Car on le voit: la place offerte aux voitures ne cesse de se restreindre, notamment au profit du vélo. Ainsi, dès le 11 mai, par exemple, la rue de Rivoli à Paris sera interdite de circulation aux voitures.

Par ailleurs, où recharger et garer sa voiture électrique en ville ? :bah:

Par

En réponse à PLexus sol-air

Subventions

Plus de subventions

Encore des subventions

Re-subventions

Subventions supplémentaires

Ah, et des subventions, aussi

Sinon des subventions ce serait bien

Pour finir, des subventions

...

Vraiment bien ces recommandations, ça prouve combien l'électricité est intrinsèquement intéressante. :violon:

:fresh: Excellent !

C'est la démonstration magnifique qu'il n'y a strictement aucune demande intrinsèque. Comme pour vendre une SEAT : il est nécessaire de brader, brader et encore brader.

Mais en ces temps difficiles, où les budgets vont être serrés partout y compris au niveau des États, je suis confiant dans le fait que le marché va remettre les pendules à l'heure et balayer ce véhicule électrique dont personne ne veut. Et qui est surtout une catastrophe écologique puisqu'il ne se recycle pas bien.

Par

En réponse à PLexus sol-air

Subventions

Plus de subventions

Encore des subventions

Re-subventions

Subventions supplémentaires

Ah, et des subventions, aussi

Sinon des subventions ce serait bien

Pour finir, des subventions

...

Vraiment bien ces recommandations, ça prouve combien l'électricité est intrinsèquement intéressante. :violon:

Non, pas besoin, on pourrait aussi simplement interdir les véhicules thermiques du jour au lendemain et laisser les gens se débrouiller. Aucune subventions nécessaires. Perso je préfère l'anticipation.

Par ailleurs des subventions ne veut pas dire plus d’impôts, il suffit par exemple de diminuer les fantastiques subventions accordées à l'industrie pétrolière, ou le soutient annoncé de le l’aviation de masse, etc.

Enfin, Tesla a prouvé que les constructeurs peuvent créer le réseau nécessaire, que ce soit la charge rapide que la charge à destination. Hélas la grande majorité des constructeurs dit "historiques" préfèrent continuer à investir dans de nouveaux véhicules thermiques et n'ont du coup pas d'argent pour les réseaux de charge. Un bon exemple est PSA qui avance vers l'électrique à reculons en demandant à l'état de tout faire concernant la charge.

Par

Les pertes économiques et financières vont être énormes pour les constructeurs ayant investi sans regarder dans ce VE.

L'IDgate va en être le meilleur exemple !

Par

En réponse à Entouteobjectivité

:fresh: Excellent !

C'est la démonstration magnifique qu'il n'y a strictement aucune demande intrinsèque. Comme pour vendre une SEAT : il est nécessaire de brader, brader et encore brader.

Mais en ces temps difficiles, où les budgets vont être serrés partout y compris au niveau des États, je suis confiant dans le fait que le marché va remettre les pendules à l'heure et balayer ce véhicule électrique dont personne ne veut. Et qui est surtout une catastrophe écologique puisqu'il ne se recycle pas bien.

Je pense que vous n'avez pas suivi -- ou pas compris la gravité -- des crises climatique, sanitaires, sécuritaires (y compris l'alimentation) et économique présentes et à venir.

La "remise à l'heure" ce sera le vélo.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire