Publi info

Le freinage d'urgence et le régulateur de vitesse adaptatif obligatoires à partir de 2022, et ce n'est pas tout !

Dans Equipement / Autres actu équipement

Le freinage d'urgence et le régulateur de vitesse adaptatif obligatoires à partir de 2022, et ce n'est pas tout !

Après l'airbag, l'ABS, l'ESP déjà obligatoires dans tous les véhicules,  le freinage d'urgence et le régulateur de vitesse adaptatif vont également le devenir dès 2022. La Commission Européenne souhaite ainsi renforcer l'arsenal sécuritaire des voitures en imposant également d'autres équipements.

A 578 voix pour, 30 contre, les députés européens ont adopté hier à une large majorité une nouvelle législation visant à rendre obligatoire le freinage d'urgence et le régulateur de vitesse adaptatif.  Ainsi, tous les nouveaux modèles de véhicules devront disposer à partir de 2022 d'un système "d'adaptation intelligente" de la vitesse, qui avertira les conducteurs de tout dépassement des limites autorisées, sans réduire automatiquement la vitesse. Ils devront également être équipés d'un système de freinage d'urgence, déjà obligatoire dans les camions et les bus, ainsi que d'un système d'urgence de maintien dans la trajectoire.

L'Union Européenne demande également que les constructeurs facilitent l'installation d'un éthylomètre antidémarrage et équipent leurs véhicules d'un avertisseur de somnolence et de perte d'attention du conducteur, ainsi que d'un enregistreur de données d'événements, selon le texte voté.

Pour justifier cette décision, le Parlement estime que 25 000 personnes dans l'Union ont perdu la vie lors d'accidents de la route et environ 135 000 ont été gravement blessées. L'obligation de ces nouvelles aides devraient "permettre de sauver des milliers de vies dans les années à venir" selon les députés.

Ces mesures devront donc être appliquées à partir du mois de mai 2022 pour les nouveaux modèles, mais elles ne s'imposeront qu'à compter de 2024 pour les véhicules déjà existants.

Cette sécurisation galopante va également permettre de faciliter le développement de la voiture autonome, qui a besoin de la plupart de ces technologies. Reste un écueil : celui des tarifs. La rapporteure, Roza Thun, a assuré que l'installation de ces technologies ne provoquerait pas de hausse des prix : "La plupart de ces solutions sont numériques et une production en masse de ces solutions numériques ne rend pas les voitures plus chères". De belles paroles, mais il y a fort à parier que les constructeurs ne l'entendent pas de la même oreille. Et bien évidemment, on ne parle pas ici de plaisir de conduite, simple détail pour nos dirigeants.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (58)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Belle initiative et 2022 c'est pas la si loin que ça, ça va vite arriver alors :bien:

Par

C.à.d. qu'un propriétaire de deudeuche devra l'équiper de tout cet arsenal d'ici 2024 ?!?

Par

En réponse à Dedit

C.à.d. qu'un propriétaire de deudeuche devra l'équiper de tout cet arsenal d'ici 2024 ?!?

non sa s’applique qu’aux vehicule neuf, donc qui sortiront des usines à partir de 2022

Par

Comme pour l'ABS par exemple, ce sont les véhicules neufs qui sont concernés. Dès 2022, uniquement les nouveaux modèles (comme la nouvelle 208 en ce moment), et à partir de 2024, tous les véhicules neufs.

Tant que le limiteur n'intervient pas (mais ça viendra forcément par la suite), je ne vois pas trop le problème du plaisir de conduite.

Par

Enregistreur de données d’événements.....

La boite noire quoi.

Dans l'absolue....why not. Mais ça sent le piège à plein nez.

Se voir refuser une indemnisation d'accident pour 2 ou 3 km/h de trop.

Être contrôlé à postériori (comme pour les camion ou les forces de l'ordre peuvent remonter sur 30 jours....)

Le futur à du bon.....

Par

En réponse à anneaux nîmes.

Enregistreur de données d’événements.....

La boite noire quoi.

Dans l'absolue....why not. Mais ça sent le piège à plein nez.

Se voir refuser une indemnisation d'accident pour 2 ou 3 km/h de trop.

Être contrôlé à postériori (comme pour les camion ou les forces de l'ordre peuvent remonter sur 30 jours....)

Le futur à du bon.....

Oui c'est ce que je crains aussi.

Mais il faut reconnaître que sur ces mesures, le capteur de somnolence et l'éthylotest anti-démarrage agissent directement sur 2 des facteurs les plus importants concernant les accidents mortels (le premier pour l'accident, le deuxième pour le mortel).

La deuxième phase serait un anti-démarrage pour toutes substances ayant un effet néfaste sur les réflexes, comme certaines drogues ou médicaments.

Par

Le problème du coût est double: non seulement, il y aura nécessairement un coût même si la production en grande série rendra ces systèmes plus abordables mais il y a surtout le fait que tous ces systèmes électroniques transforment l'automobiliste en client captif: c'est la fin des garages indépendants qui n'auront pas accès aux codes mères de ces systèmes.

D'autre part, est-ce une bonne solution de remettre la sécurité à des logiciels informatiques dont on sait (voir les récents crash de Boeing) qu'ils ne sont pas à l'abri de bug, que l'entretien d'une voiture (surtout en pratique) n'a rien à voir avec celle d'un avion et qu'ils risquent de déresponsabiliser totalement le conducteur.

C'est le même problème pour la voiture autonome: sur le papier, au niveau sécurité, c'est séduisant mais faire rouler une voiture "sous pilote automatique" au milieu de la circulation, avec des vélos, des piétons (et tous ces nouveaux "machins" électriques) n'a rien à voir avec le vol d'un avion dans un couloir aérien surveillé par des contrôleurs surqualifiés. Ajoutons que le nombre de voiture est infiniment plus élevé que celui des avions et que les conducteurs ne sont pas formés pour reprendre en main les commandes en cas de défaillance...

Par

En réponse à clefdedouze

Oui c'est ce que je crains aussi.

Mais il faut reconnaître que sur ces mesures, le capteur de somnolence et l'éthylotest anti-démarrage agissent directement sur 2 des facteurs les plus importants concernant les accidents mortels (le premier pour l'accident, le deuxième pour le mortel).

La deuxième phase serait un anti-démarrage pour toutes substances ayant un effet néfaste sur les réflexes, comme certaines drogues ou médicaments.

Je suis beaucoup plus séduit par ces systèmes anti-somnolence et anti-conduite sous influence que par des freinages d'urgence (on va voir le nombre de c... qui s'imagineront que la voiture fait tout et qui ne tiendront plus compte de l'état de la chaussée et de l'environnement)...mais la nature humaine est ainsi faite que j'imagine aisément que les habitués à la conduite sous influence s'empresseront de désactiver le système....ou de faire souffler un tiers.

Par

Ça va être aussi la foire aux bugs effrayants. J'ai testé pour vous le freinage automatique qui bug et qui pile à 80 km/h en pleine nationale, sans raison.

Heureusement qu'il n'y avait personne derrière parce que ça fout une sacrée trouille ! :blague:

Pas de couts supplémentaires matériels (quoi qu'un radar ou des caméras ce n'est pas gratuit) mais les couts de développement et tests ne sont pas négligeables.

Par

Allez, le "Big Brother" européen s'installe... Après la surveillance sur la voie publique, la surveillance dans les voitures...! Allez, bientôt dans les chaumières et la chambre à coucher ! Dommage que l'Europe n'est pas capable de régler les "vrais" problèmes, tel qu'avoir une harmonisation sociale, fiscale, etc...!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire