Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Peugeot va retourner aux États-Unis, Citroën visera l'Inde

Dans Economie / Politique / Marché

Peugeot va retourner aux États-Unis, Citroën visera l'Inde

Le groupe PSA veut booster ses ventes hors d'Europe. Ses grandes marques vont se concentrer sur de nouveaux territoires. Pour Peugeot, ce sera l'Amérique du Nord.

PSA a un gros handicap : il est trop dépendant de l'Europe. Une situation qui s'est aggravée avec l'achat d'Opel, la firme allemande écoulant quasiment toute sa production sur le Vieux Continent. Sur les 3,87 millions de voitures vendues par le groupe en 2018, 80 % l'ont été en Europe ! À titre de comparaison, chez Renault, une vente sur deux se fait hors d'Europe.

PSA n'a pas été aidé en 2018 par l'arrêt des ventes en Iran et par ses difficultés en Chine. Mais il sait qu'il n'est pas assez internationalisé. Lors de la présentation des résultats financiers de son groupe, Carlos Tavares a annoncé une accélération des ventes à l'international, visant + 50 % d'ici 2021.

Le groupe va miser sur ses trois marques généralistes pour s'ancrer sur trois marchés importants du globe. Citroën visera l'Inde, Opel se concentrera sur la Russie et Peugeot (re)partira à la conquête de l'Amérique du Nord ! C'est donc confirmé, la marque au Lion va faire son retour aux États-Unis. On aurait plutôt pensé que DS était mieux adapté.

Le constructeur avait quitté ce marché en 1991. Le Canada est aussi au menu. Mais Carlos Tavares le dit depuis plusieurs années : pas de précipitation. PSA a imaginé un retour par étapes, commençant par lancer en 2017 à Seattle son service de mobilité Free-2-Move. Il va progresser petit à petit. La commercialisation de modèles ne pourrait pas commencer avant 2026 ! D'ici là, la gamme aura donc complètement changé. Peugeot devrait plancher sur des modèles au gabarit plus adapté pour la clientèle américaine, à commencer par un grand SUV. L'avantage, c'est que celui-ci sera aussi adapté à la Chine.

De beaux résultats financiers 

> Le chiffre d'affaires de PSA en 2018 a été de 74,03 milliards d'euros, en hausse de 18,9 % par rapport à 2017. Pour la division automobile hors Opel, il est de 43,02 milliards d'euros, en progression de 5,6 %.

> Le résultat opérationnel courant est de 5,69 milliards, en hausse de 43 %. La marge opérationnelle courante du groupe est de 7,7 %. Pour la partie Opel/Vauxhall, elle est de 4,7 %. Pour la division Peugeot/Citroën/DS, elle atteint carrément 8,4 %.

> Le bénéfice net (part du groupe) a augmenté de 47 % à 2,83 milliards d'euros, un niveau historique.

> PSA va verser à ses salariés français (qui touchent moins de deux smic par mois) une prime de performances et d'intéressement de 3 801 €, contre 2 660 € en 2018.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (102)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bonne gamelle :bien:

Tout simplement, pas la peine de rager.

Par

Moi je crois que Tavares va réussir à faire +50% de ventes aux US en 2021. Puis il va partir. Il aura compris son erreur.

Par

De plus les salariés touchant moins de 2X le smic recevront une prime de performance et d’intéressement de 3810€.

Allez donc leur dire que les choix de Tavarès sont bidons et que seul la production de véhicule porte étendard, permettent la vente du reste de la gamme.

Par

Les japonnais et coréen ont réussi à investir le marché en prouvant leurs solidité, avec de grosse garantie constructeurs. Si PSA ne joue pas le même jeu, j'ai bien peur qu'ils repartent encore une fois...

Par

Entre les prototypes de salon sans lendemain depuis plus de vingt ans et les déclarations tonitruantes periodiques de conquête des États-Unis, l'avenir réaliste pour PSA est d'être entièrement racheté par son actionnaire chinois et de vendre des voitures rebadgées en France.

Par

Des projets, de bons résultats financiers, partagés avec les salariés, mais non, dès les premiers commentaires, toujours ce même Peugeot bashing... Vous avez une boule de cristal pour prédire toujours des échecs ? Ca vous défriserait d'être un peu positif des fois ?

Par

Et ceux qui sont au dessus de fois le SMIC sont lésés ??

imaginez la tête du type qui gagne 2 SMIC et 3 cacahuètes de plus :lol:

Par

+50% de ventes à l'international en 2021 mais une commercialisation des véhicules aux Etats-Unis à partir de 2026. Donc concrètement l'augmentation doit se faire sur quels marchés ?

Par

Article pour 2026 !!

D'ici là il y aura sûrement eu une crise mondiale financière voire même une crise mondiale automobile spécifiquement, les plans de 2026 seront alors annulés.

Non mais sérieux, projeter sur 2026 pour l'introduction de la marque aux USA c'est se foutre du monde !

Comme si tout se passera bien encore pendant 7 longues années sans aucune crise mondiale alors que le monde est au bord de la rupture, on le voit avec les gilets jaunes en France qui va s'etendre à d'autres pays si le mouvement continue encore un moment, les risques financiers d'un État comme l'Italie qui est en faillite virtuelle et qu'au moindre relèvement du taux d'emprunt explose en vol et fait voler en éclat tout l'Europe comme jadis la Grèce, le dérèglement climatique qui envoit les gens de plus en plus à la faillite et à la mort (catastrophes naturelles, froid glacial ou desydration pour cause de chaleur étouffante).

Bref 2026 pour Peugeot, ok mais j'y crois plus du tout à ce retour en Amérique !

Soit c'est dans les 2 ans soit c'est jamais.

Puis Opel aurait été nettement mieux comme marque à implanter aux USA, ils ont énormément de personnes qui connaissent le marché américain et ils ont des produits qui sont dans le gout ses américains , suffit de voir combien Buick et Chevrolet vendent aux USA pour comprendre qu'Opel dessine des voitures aux gouts des américains.

Par

Pour vendre des véhicules hors d'Europe et en Amérique du nord, il faut avoir des moteurs essence à la page.

Le 1.6 est très bon actuellement mais la levée variable des soupapes sur ce moteur est de conception BMW (Valetronic). La collaboration PSA/BMW étant terminée, PSA a-t'il un nouveau moteur dans la gamme 1.5 à 2.0 L essence avec une distribution moderne. Le 3008 au gazole ça va pas le faire au Canada ni dans les états du nord.

Le 1.2 L pourrait être insuffisant pour des berlines de dimension américaine.

Et je ne parlerai pas des boites automatiques.

En clair si PSA n'investit pas dans le développement des moteurs essence, c'est même pas la peine.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire