Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Renault commence à abandonner le diesel

Dans Nouveautés / Autres actu nouveautés

Les dernières nouveautés du groupe sont annoncées sans diesel. Et sur les modèles déjà lancés, l'offre au gazole va être réduite en 2021.

Renault commence à abandonner le diesel

Quel point commun peut-on trouver entre les deux dernières nouveautés dévoilées par le groupe Renault, à savoir le Renault Arkana et la nouvelle Dacia Sandero ? Réponse sous le capot : le SUV coupé et la citadine low-cost ne proposeront pas de diesel chez nous. Preuve que la dé-dieselisation du Losange est cette fois en marche !

Renault n'a pas pris la décision de tourner la page du diesel ces dernières semaines. La décision a été actée en interne il y a plusieurs années. Un choix pris face à la chute vertigineuse des ventes (le diesel est tombé à 31 % des ventes en France en 2020 contre 73 % en 2013), une chute qui va continuer à cause de réglementations de plus en plus strictes. Les entreprises commencent notamment à anticiper la mise en place des zones à faibles émissions sans diesel.

Mais le Losange n'a pas voulu aller trop vite. D'ailleurs, la Clio 5 a surpris en 2019 en conservant deux variantes du 1.5 Blue dCi, pendant que Peugeot n'a gardé qu'un BlueHDI pour la 208… et que de nombreux concurrents avaient déjà mis fin au diesel sur leur citadine, notamment Audi, Hyundai ou Skoda. C'est qu'il y a encore à court terme une demande (un tiers de diesel dans les ventes françaises, ce n'est pas rien).

Chez Renault, la sortie progressive du diesel a toutefois déjà commencé, de manière subtile. En effet, à l'occasion de son restylage, la Mégane a fait du ménage et se contente maintenant d'un seul bloc diesel de 115 ch. Le calendrier va maintenant fortement s'accélérer, pour différentes raisons.

La première, c'est une question de norme. Le 1er janvier 2021 entrera en vigueur la norme européenne Euro 6D-full. Celle-ci impose pour certains constructeurs la mise à jour de blocs existants. Cela concerne notamment le 1.5 Blue dCi. Dans quelques semaines, celui-ci va donc disparaître de l'offre des Clio et Captur. Il fera toutefois son retour courant 2021, mais dans une unique puissance (contre deux actuellement) pour faire transition avant qu'il s'efface.

C'est là qu'intervient la deuxième raison : c'est le coup d'accélérateur sur l'électrification des gammes. Illustration avec le Captur, qui existe depuis juin 2020 en hybride rechargeable de 160 ch et sera proposé en 2021 en hybride simple de 140 ch. Ces deux variantes visent clairement à remplacer le diesel. Un processus que l'on voit ailleurs, exemple chez Peugeot : le 3008 abandonnera bientôt le BlueHDi de 180 ch, pour faire de la place à l'hybride rechargeable de 225 ch.

Il y a donc une phase de transition pour les modèles déjà dans la gamme. Mais pour les nouveautés, ce sera donc sans diesel en France. L'Arkana est ainsi le premier à suivre cette stratégie : à la place du dCi, il sera proposé en hybride simple de 140 ch. Le remplaçant du Kadjar devrait faire de même en 2021.

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Forum Renault

Commentaires (108)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Encore une belle connerie ! Après, c'est normal, en France on produisait des moteurs diesel et on était plutôt bon. On a tellement la haine contre nos industries...

Heureusement, qu'on a l'arrivée massive et massée de nos mineurs isolés, regroupés familiaux, clandestins et autres vrais faux étudiants pour créer de l'occupation en France et apporter de la richesse à travers leur culture bienveillante à notre égard.

Par

Des gisements de pétroles sont trouvés en grand nombre et on ferme en même temps les centrales nucléaires qui fournissent l'électricité.

L'Europe dit qu'il faut passer à l'électrique et tout le monde suit sans réfléchir...

Quand dans 20 ans tout le monde sera passé à l'électrique et que son prix aura quadruplé et que le litre de mazout sera à 50 centimes il sera trop tard..

Par

en fait, il ne devrait logiquement pas y avoir plus de 10% de voitures diesel en circulation, c'est à dire pour des conducteurs roulant plus de 20000km par an sur routes et autoroutes et pour des trajets plutôt longs.

et ce sont les gouvernements successifs, qui, en augmentant toujours davantage les taxes sur l'essence, ont favorisé l'adoption en masse de la technologie diesel.

maintenant, les solutions hybrides simple ou rechargeables sont loin d'être la panacée pour les trajets hors villes de plus de 50km: la consommation augmente vite, notamment sur autoroute à 130. et l'autonomie entre 2 arrêts pour faire le plein est globalement bien plus courte que celle d'un diesel, voire d'une essence: pour ma part, à 80, je peux faire 1000 bornes d'une traite avec ma caisse essence.

Par

En réponse à Recaraway0810

Des gisements de pétroles sont trouvés en grand nombre et on ferme en même temps les centrales nucléaires qui fournissent l'électricité.

L'Europe dit qu'il faut passer à l'électrique et tout le monde suit sans réfléchir...

Quand dans 20 ans tout le monde sera passé à l'électrique et que son prix aura quadruplé et que le litre de mazout sera à 50 centimes il sera trop tard..

c'est en Allemagne que les verts ont forcé le gouvernement à fermer les centrales nucléaires.

en France, une seul est en cours de désengagement, et c'est la plus vieille. par ailleurs, on ne sait toujours pas ce que vont devenir ceux qui y travaillaient.

mais Macron lui-même a clairement dit que la France ne se désengagerait pas de l'atome.

mieux encore: puisque Nicolas Hulot lui-même a expliqué qu'il était illusoire de fermer en l'état le parc nucléaire français, sous peine de flinguer l'économie du pays, et donc le pays lui-même. et seul un désengagement sur le très long terme est à envisager, mais sous réserve de pouvoir le remplacer par autre chose.

mais on le voit: implanter ne serait-ce des éoliennes en France est ultra-compliqué et les gens hors villes n'en veulent pas.

après, les allemands ont fait un choix, qu'ils devront assumer lorsque leur parc de voitures se mettra à rouler essentiellement à l'électricité. et oui, en Allemagne, le coût de l'électricité ne va donc cesser d'augmenter.

Par

En réponse à Recaraway0810

Des gisements de pétroles sont trouvés en grand nombre et on ferme en même temps les centrales nucléaires qui fournissent l'électricité.

L'Europe dit qu'il faut passer à l'électrique et tout le monde suit sans réfléchir...

Quand dans 20 ans tout le monde sera passé à l'électrique et que son prix aura quadruplé et que le litre de mazout sera à 50 centimes il sera trop tard..

Ah bon , pouvez vous nous donner des informations concernant ces nouveaux gisements de pétrole...

Par

Renault n'avait-il pas sorti il y a quelques temps un tout nouveau 1.7 DCi , pour remplacer le 1.6 qui ne passait pas le cycle WLTP (ce moteur émettait 15 fois plus de NOx que la norme maximale et a su exploiter la très laxiste norme NEDC !) ?

Qu'est devenu ce moteur ? Pourquoi la Mégane n'y a pas droit ?

Par

En réponse à mynameisfedo

c'est en Allemagne que les verts ont forcé le gouvernement à fermer les centrales nucléaires.

en France, une seul est en cours de désengagement, et c'est la plus vieille. par ailleurs, on ne sait toujours pas ce que vont devenir ceux qui y travaillaient.

mais Macron lui-même a clairement dit que la France ne se désengagerait pas de l'atome.

mieux encore: puisque Nicolas Hulot lui-même a expliqué qu'il était illusoire de fermer en l'état le parc nucléaire français, sous peine de flinguer l'économie du pays, et donc le pays lui-même. et seul un désengagement sur le très long terme est à envisager, mais sous réserve de pouvoir le remplacer par autre chose.

mais on le voit: implanter ne serait-ce des éoliennes en France est ultra-compliqué et les gens hors villes n'en veulent pas.

après, les allemands ont fait un choix, qu'ils devront assumer lorsque leur parc de voitures se mettra à rouler essentiellement à l'électricité. et oui, en Allemagne, le coût de l'électricité ne va donc cesser d'augmenter.

En France Fessenheim a déjà fermé et le personnel reclassé en grande majorité (celui non reclassé est resté sur site pour la phase de déconstruction qui devrait durer un sacré bon moment).

Par

Renault comme VW et d'autres avait bien du mal a être dans les clous pour ce qui est du respect des normes de pollution, l'affaire du dieselgates en 2015 la bien démontré, pour dépolluer ses moteurs diesel ça aurait coûté bien trop cher, voilà pourquoi Renault et d'autres jettent l'éponge et se tournent vers l'hybride Ess/Élec.

Par

En réponse à mynameisfedo

en fait, il ne devrait logiquement pas y avoir plus de 10% de voitures diesel en circulation, c'est à dire pour des conducteurs roulant plus de 20000km par an sur routes et autoroutes et pour des trajets plutôt longs.

et ce sont les gouvernements successifs, qui, en augmentant toujours davantage les taxes sur l'essence, ont favorisé l'adoption en masse de la technologie diesel.

maintenant, les solutions hybrides simple ou rechargeables sont loin d'être la panacée pour les trajets hors villes de plus de 50km: la consommation augmente vite, notamment sur autoroute à 130. et l'autonomie entre 2 arrêts pour faire le plein est globalement bien plus courte que celle d'un diesel, voire d'une essence: pour ma part, à 80, je peux faire 1000 bornes d'une traite avec ma caisse essence.

En fait même pour l'histoire des 20.000 par an, ça ne veut plus dire grand chose.

Si tu fais 30.000 / an et que tu gardes ton auto 2 ans le temps classique de la garantie, tu ne t'y retrouves pas forcément car le seuil d'amortissement n'est généralement pas encore atteint (ça dépend des caisses mais globalement c'est souvent autour de 100.000, et ce chiffre ne cesse d'augmenter vu le coût de la dépollution).

Sans compter que si tu roules beaucoup en agglomération ou en périphérie, si tu ne veux pas prendre le risque d'être exclu des grandes cités, et pour ne pas enfumer ton prochain et bousiller ta caisse, la voiture essence (full thermique ou hybride) est toute indiquée.

En fait, seule une utilisation intensive, souvent autoroutière a encore un peu de sens pour s'alimenter au pétrole lourd. En gros les taxis de province, et quelques représentants de commerce.

Les autres découvriront les joies d'avoir un moteur silencieux, une voiture moins onéreuse ou mieux équipée à l'achat que sa version mazoutée, et usant moins ses consommables (budget pneus notamment). S'agissant des tarifs d'entretien, malheureusement ça fait quelques années qu'ils sont alignés sur les voitures diesel. Pour l'assurance, ça doit aussi être kif-kif bourico

Par

En réponse à Président Lincoln

En fait même pour l'histoire des 20.000 par an, ça ne veut plus dire grand chose.

Si tu fais 30.000 / an et que tu gardes ton auto 2 ans le temps classique de la garantie, tu ne t'y retrouves pas forcément car le seuil d'amortissement n'est généralement pas encore atteint (ça dépend des caisses mais globalement c'est souvent autour de 100.000, et ce chiffre ne cesse d'augmenter vu le coût de la dépollution).

Sans compter que si tu roules beaucoup en agglomération ou en périphérie, si tu ne veux pas prendre le risque d'être exclu des grandes cités, et pour ne pas enfumer ton prochain et bousiller ta caisse, la voiture essence (full thermique ou hybride) est toute indiquée.

En fait, seule une utilisation intensive, souvent autoroutière a encore un peu de sens pour s'alimenter au pétrole lourd. En gros les taxis de province, et quelques représentants de commerce.

Les autres découvriront les joies d'avoir un moteur silencieux, une voiture moins onéreuse ou mieux équipée à l'achat que sa version mazoutée, et usant moins ses consommables (budget pneus notamment). S'agissant des tarifs d'entretien, malheureusement ça fait quelques années qu'ils sont alignés sur les voitures diesel. Pour l'assurance, ça doit aussi être kif-kif bourico

il y a 4 ans et demi, pour faire 20000 bornes par an (majoritairement du 2x45 bornes quotidiens dont 2x33 bornes d'autoroute), j'avais hésité entre une c3 100cv diesel et une c3 110cv essence, et j'ai finalement choisi la version essence.

et j'avais fait le bon choix: conso à peine supérieure, tarif moins élevé (idem assurance), performances et agrément supérieurs.

et grace à un réservoir de 50l associé à une conso allant de 4.5 à 5.5l/100, l'autonomie entre 2 pleins est excellente.

en revanche, avant le 110cv puretech, c'était le 120cv vti qui était proposé, dont la conso variait plutôt entre 5.5 et 7l/100 (du fait d'un régime moteur en moyenne plus élevé). bref, pas la même histoire...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire