Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Renault-Nissan : l'État souhaiterait une fusion

Renault-Nissan : l'État souhaiterait une fusion

Lors d'une rencontre avec des responsables japonais à Tokyo, des représentants du gouvernement français ont mis sur la table la demande d'une fusion. Le Président de la République y serait favorable.

L'État ayant lâché Ghosn, il prépare activement la suite. Une nouvelle direction pour le groupe Renault devrait être mise en place très prochainement, avec peut-être un duo composé de Jean-Dominique Senard, actuel patron de Michelin, et Thierry Bolloré, qui est depuis le printemps le directeur général adjoint du Losange.

Mais le gouvernement se soucie surtout de l'avenir de l'Alliance et de sa gestion. La sortie de route de Ghosn met en danger la coopération, le franco-libanais apparaissant comme l'élément sans lequel tout s'effondre. Sa mise à l'écart pourrait bien déclencher une bataille du pouvoir entre les Français et les Japonais. Du côté de Nissan, on veut prendre du poids, en lien avec le statut de plus gros vendeur de l'Alliance.

Mais l'État français, principal actionnaire de Renault, veut qu'un Français soit toujours aux commandes de l'Alliance. Le Losange, qui a sauvé Nissan d'une faillite en 1999, détient 43 % de Nissan. Ce dernier détient 15 % de Renault, mais sans droit de vote à l'assemblée générale.

Pour tâter le terrain sur l'avenir de l'Alliance, le gouvernement a envoyé des représentants à Tokyo, notamment Martin Vial, directeur général de l'Agence des participations de l'État. Et selon l'agence de presse japonaise Kyodo, ceux-ci ont exhorté le Japon à envisager une fusion entre Renault et Nissan. Kyodo affirme par ailleurs qu'Emmanuel Macron serait favorable à un tel scénario.

Cette semaine, dans une interview donnée aux Echos, le patron de Nissan avait fait savoir qu'il était contre la fusion. Lorsque Carlos Ghosn avait été maintenu à son poste de PDG de Renault en 2018, l'État lui avait donné pour mission prioritaire de solidifier les liens de l'Alliance. La fusion était une des pistes sur le long terme. Certains pensent que les Japonais l'ont mis hors jeu en l'arrêtant pour l'éviter.

Mise à jour 17h > Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie, a déclaré lors de son déplacement en Égypte que le scénario d'une fusion "n'est pas sur la table". Il a ajouté : "Ce qui est sur la table aujourd'hui, c'est la gouvernance de Renault".

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (72)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

encore une histoire de complot....la bonne excuse pour disculper Carlos.....comme a l'époque avec DSK.:violon::violon:

Par

Oulah... l'état français initiateur d'une idée dans ce genre... bon bah vu l'actualité récente de la disparition de certains fleurons industriels français, préparez-vous à voir disparaître Renault-Nissan dans les prochaines années...

Par

la fusion c'es renault qui passe sous controle Jap!!

renault vend plus rien dans le monde!!

les - 5% avoués c'est plutot - 7% si on compte les dacias rabadgés rino.. en russie voir au brésil!!

autre chose Nissan vend 2 fois plus que rino..

avec une fusion c'est toujours le gros qui bouffe le petit!!

il est évident.. qu'une fusion ce serait la fin de la production en france des renault dans les 10 prochaines années!!

Nissan évidemment ferait les choix commerciaux!!

et bien sur se vengerait ...

on a bien compris que l'état français vend tout..

autoroute.. aéroport;.. bientot la frnaçaise des jeux!!!

et lacherait bien les 15% d'action Renault...

l'état ne veut pas d'une rupture Nissan renault..

celà les obligerait une fois de plus à renflouer Renault..

avec l'argent du contribuable!!!

regardez toutes les dernieres fusions françaises..

toutes se sont soldées par une absorbtion de la boite française..par l'étrangere et des usines fermées en france!!

Par

Renault didisparait petit à petit...

Par

Les représentants du gouvernement français feraient mieux de regarder les chiffres des deux groupes avant de faire ce genre de demandes.

Les Japonais vont les envoyer bouler sévèrement, ils n'ont pas fait dégager Carlos pour revoir un autre français prendre les commandes de l'alliance.

Donc ça sera soit un Japonais à la tête de l'alliance, soit la séparation de l'alliance.

Je suis juste curieux de voir si Renault va finalement accepter de passer sous contrôle japonais (via l'alliance) ou s'ils préféreront casser l'alliance.

Par

En réponse à man370

Renault didisparait petit à petit...

Conformément à "ses" ANTICIPATIONS".......

Mouaaarrrrrrrrffffffffff

Par

En réponse à SiriusRST

Oulah... l'état français initiateur d'une idée dans ce genre... bon bah vu l'actualité récente de la disparition de certains fleurons industriels français, préparez-vous à voir disparaître Renault-Nissan dans les prochaines années...

Evident, Macron a besoin de fric.

L'état français est quasi en faillite.

Par

ah ah ah Thierry Bolloré je craint le pire avec lui

Par

Dans ses rêves à Macron, Nissan ne veut pas perdre le peu d'indépendance qu'il a sur le cricmobile :violon:

Par

les cadres.. et bien sur en fermant les usines ou la mo est élevée..

donc a terme si ya fusion l'emploi disparaitra en france!!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire