Publi info

Sécurité routière : pourquoi les 80 km/h vont durer

Dans Pratique / Sécurité

Ce lundi après-midi, la sécurité routière a convié la presse à un « briefing technique » sur les vertus de la limitation de vitesse à 80 km/h. Le message est simple : les vitesses ont baissé, le nombre de morts aussi. Dans ces conditions, on voit mal pourquoi le gouvernement reviendrait sur une mesure qui, pourtant, agace une grande partie des Français.

Sécurité routière : pourquoi les 80 km/h vont durer

Une nouvelle positive pour commencer: l’année 2018 restera comme la moins meurtrière à ce jour sur les routes de France métropolitaine. Selon les statistiques rendues publiques ce lundi par la Sécurité routière, « seulement » 3259 personnes ont perdu la vie dans la circulation, chiffre qui traduit une baisse de 5,5% par rapport à 2017 (189 tués). Cette baisse, qui est la première enregistrée depuis quatre ans, s’accompagne d’une évolution louable pour les autres indicateurs que sont les accidents corporels (-4,8%), les personnes blessées hospitalisées (-24,8%) ou les usagers de deux-roues motorisés (-4%). « Cette baisse de 189 morts est inédite, d’autant qu’elle arrive après des années difficiles. Il y a aussi une réduction de 24% des blesses, et c’est aussi très important », se félicite le délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe.

Selon le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe, "la mesure des 80 km/h est une mesure anti-accident qui fonctionne bien!"
Selon le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe, "la mesure des 80 km/h est une mesure anti-accident qui fonctionne bien!"

Sur les 189 tués de moins, les pouvoirs publics estiment que 116 sont directement le fait de la baisse des limitations de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire, instaurée le 1er juillet dernier : « d’après l’Observatoire national interministériel de sécurité routière, en comparaison des cinq dernières années, 116 vies ont été épargnées au second semestre 2018 sur le réseau concerné par la baisse à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée », affirme la Sécurité routière sur la base d'estimations dont elle conserve pour l'instant les secrets de fabrication.

Cette dernière se félicite aussi de ce que les automobilistes ont commencé à lever le pied dès le 1er juillet, date à partir de laquelle les vitesses moyennes ont baissé de 3,9% (pour l’anecdote, Emmanuel Barbe a précisé lors du point presse de cet après-midi qu’aucun radar n’était réglé à 80 km/h dès le 1er juillet, les changements n’ayant commencé qu’à partir du lundi 2 juillet).

Cette affirmation s’appuie sur les mesures réalisées par un réseau de 50 points d’observation répartis dans 20 départements, lesquels ont permis de calculer les résultats à partir de 44 millions de passages de véhicules enregistrées entre juillet et novembre. Les pouvoirs publics assurent aussi que la meilleure fluidité du trafic résultant de l’abaissement des limitations a permis une hausse des vitesses moyennes. Dans le même temps, aucun «effet-peloton », avec des voitures agglutinées derrière un camion qu’elles ne peuvent plus doubler, n’aurait été observé sur ces tronçons...

Les pouvoirs publics estiment que sans les dégradations de radars de novembre et décembre, 60 vies supplémentaires auraient pu être épargnées.
Les pouvoirs publics estiment que sans les dégradations de radars de novembre et décembre, 60 vies supplémentaires auraient pu être épargnées.

La sécurité routière déplore en revanche que les dégradations de radars enregistrées en novembre et décembre aient entraîné une hausse des vitesses pratiquées. En décembre, le taux d’infraction à la vitesse aurait ainsi quadruplé : « on a des radars qui quand ils sont détruits continuent de flasher mais ne peuvent pas envoyer de photos. Grâce à cela, on a constaté une multiplication par 4 des excès de vitesse. Donc la vitesse reprend et du coup il y a plus de mortsSans ces dégradations, 60 vies supplémentaires auraient pu être épargnées entre novembre et décembre », commente Emmanuel Barbe.

Si le délégué interministériel à la sécurité routière a refusé de se prononcer sur une évenutelle modulation de l'application des 80 km/h, avec la possibilité pour les conseils départementaux et les préfets de revenir à 90 km/h sur certains tronçons, rappelons qu’Edouard Philippe a invité ce matin les acteurs de la sécurité routière à « ne pas baisser la garde ». On devine donc que la mesure a toutes les chances de se pérenniser.

Elle a pourtant été récemment qualifiée de « connerie » par un Emmanuel Macron qui, lors de chaquet réunion publique, ne manque jamais de rappeler qu'il est prêt à des aménagements dans certaines zones. Rappelons que 78% des Français restent opposés aux 80 km/h généralisés, d'après un sondage récemment publié. On imagine les tiraillements actuels entre l'Elysée et Matignon.

 

 

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (78)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ils me feront toujours rire avec leurs morts ... autant tous mettre à 50km/h et basta ... et toujours aucune sanction sévère sur l'alcool et la drogue, c'est plus simple que de s'attaquer à la vitesse .. je me demande comment font nos voisins allemand ...

Par

L'augmentation de vitesse constatée est faite au niveau des radars dégradé (qui constatent la vitesse mais ne sont plus en mesure d'identifié le véhicule) !

Seulement, le hic, c'est que les personnes qui passent devant ces radars (trajet régulier) avaient l'habitude de ne ralentir que devant le radar puis de accélérer juste après.

La conclusion du gouvernement est donc parfaitement fausse la vérité n'

Par

En réponse à Axel015

L'augmentation de vitesse constatée est faite au niveau des radars dégradé (qui constatent la vitesse mais ne sont plus en mesure d'identifié le véhicule) !

Seulement, le hic, c'est que les personnes qui passent devant ces radars (trajet régulier) avaient l'habitude de ne ralentir que devant le radar puis de accélérer juste après.

La conclusion du gouvernement est donc parfaitement fausse la vérité n'

La conclusion du gouvernement est donc parfaitement fausse.

La vérité est la suivante :

Il y a 4 fois plus d'excès de vitesse devant les radars dégradés qu'avant qu'ils soient dégradés !

Ce qui est totalement logique en fait, au vu du comportement des automobilistes !

Bref, encore une fois une arnaque des chiffres.

Par

Concernant le calcul de la baisse du nombre de tués, elle ne prend pas en compte la baisse du nombre de km parcourus cette année ! Moins de km parcourus, moins de morts !

De plus le débat (et non la mesure en elle même) sur les 80 km/h a fait réfléchir certains automobilistes (comme à chaque fois que l'on pose un débat sur la table) et donc on peut supposer qu'il y a eu une remise en question des distances de sécurité ou plus généralement de la prise de risque chez certain.

Bref, encore une fois, l'interprétation des chiffres est totalement biaisé.

Dans l'absolu la baisse de vitesse peut baisser le nombre de mort. Est-ce que ça en vaut vraiment la peine quand c'est à la marge ? et si on pousse cette philosophie jusqu'au bout, on attend quoi pour les 70 km/h ?

Innovons, je ne vois que ça !

Par

Avec les explications de Mme Stéphanie Fontaine dans c'dans l'air.

Par

116 vies ont été épargné par la mise en

place des 80 ?

Et pour les 73 des 6 premiers mois, c'etait du a quoi ?

A l'alignement des planètes du système solaire ?

Moi je pense que c'est du au renouvellement du parc automobile. :bah:

Par

De toute façon, les contre ou les pour ne changeront jamais d'avis. Le débat est donc infini et dépourvu d'objectivité.

Par

En réponse à Grincho

De toute façon, les contre ou les pour ne changeront jamais d'avis. Le débat est donc infini et dépourvu d'objectivité.

Vrai mais on peut au moins objectivement dire que l'analyse qui est faite des chiffres est pur spéculations dans un camp comme dans l'autre.

Par

Bien, voilà une bonne nouvelle et tant-pis pour ceux qui confonde permis de chasse avec permis de conduire.

Par

Visiblement, l'auteur de cet article n'a pas très bien saisi la crise politique qui est en train de couver entre d'une part le Premier Ministre et ses quelques soutiens d'un côté, et de l'autre le Président et beaucoup d'autres personnes ... entendu encore à l'instant sur BFM TV de la part d'un membre du gouvernement au sujet du PM "s'il ne part pas de suite, ils vont le désosser" ...

Macron ne peut plus revenir en arrière après tout ce qu'il a lâché sur la mesure depuis 1 mois maintenant ... et jusqu'à preuve du contraire, c'est quand même lui le boss.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire