Publi info
 

Selon BMW, nous sommes encore très loin de la voiture autonome

Dans Futurs modèles / Technologie

Le patron de la recherche et du développement chez BMW avait déjà annoncé, à l'issue de l'accident mortel d'Uber, que nous étions à l'heure actuelle très loin de l'arrivée de la voiture autonome. Pour prouver cela, BMW a donné une information d'ordre informatique intéressante.

Selon BMW, nous sommes encore très loin de la voiture autonome

Il y a quelques jours, un véhicule prototype de la flotte de voitures autonomes d'Uber percutait une piétonne aux Etats-Unis. L'affaire avait alors provoqué un petit raz-de-marée et certains y étaient même allés jusqu'à leur petit commentaire. Pour le responsable de la recherche et du développement de BMW, Uber avait simplement été un peu trop hâtif et sûr de lui. L'Allemand expliquait en effet qu'il était à l'heure actuelle impossible d'avoir une vraie voiture autonome sur les routes.

La faute à quoi ? Aux limites informatiques, selon BMW. La marque a confié à nos confrères d'Autocar qu'elle disposait pour le moment de 60 Petaoctets de données informatiques liées à la conduite autonome. Il en faudrait cependant dix fois plus pour parvenir à développer une intelligence artificielle complète et capable de gérer un véhicule, en plus d'une puissance de calcul requise certainement très importante.

C'est d'ailleurs pour cela que de plus en plus de constructeurs s'associent avec des géants de l'informatique. Uber travaille en effet avec le spécialiste de la puce graphique, Nvidia, tandis que BMW a créé une joint-venture avec Intel.

Mots clés :

Commentaires (64)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Tu m'étonnnnnneee.....

Par

10 fois plus ?

Dans le monde informatique et qui plus est avec les moyens colossaux engagés, ça ne devrait pas prendre si longtemps que ça. :bah:

Par

c'est malheureusement un gros raccourci.

Il faut 60 PO en ce moment car ils analysent les cameras de facon brut (en enregistrant les images)

D'autres constructeurs ont une autre approche, utiliser des cameras intelligentes qui envoient a l'IA des infos prémachées ("il y a un cycliste à droite" par exemple)

Par

En réponse à mekinsy

10 fois plus ?

Dans le monde informatique et qui plus est avec les moyens colossaux engagés, ça ne devrait pas prendre si longtemps que ça. :bah:

le retard ne viendra pas de la technologie mais des lois que les pays vont mettre des décennies à faire voter et appliquer.

Par

Un petaoctet = 1000 000 000 000 d'octets

Donc 10 fois plus que 60 petaoctets... Soit 60 x 10 =

600 000 000 000 000...

Chez BMW ils font preuve du bon sens élémentaire. Il va falloir aussi que les composants électroniques soient "premium" et trouver un moyen de refroidissement béton pour les processeurs... Voire une chaîne de redondance en cas de défaillance dans le système... Comme pour les commandes de vol électriques d'un avion style Airbus ou Rafalou...

Bref, oui pas près de voir le jour le VA de niveau 5.

Par

Non sans blague ? C'est vrai ?

Suffit de regarder les jeux vidéos modernes (car oui les voitures autonomes sont faites avec des cartes graphiques); il y a encore pleins de bugs alors qu'on programme des événements fixes.

Alors la voiture autonome, on en est très loin surtout que la route peut présenter une large disparité d'événements (Brouillard, neige, verglas, accident, animal qui traverse...).

Rien ne vaut pour l'instant l'adaptabilité d'un cerveau humain.

Par

En réponse à Nelson_Muntz

Non sans blague ? C'est vrai ?

Suffit de regarder les jeux vidéos modernes (car oui les voitures autonomes sont faites avec des cartes graphiques); il y a encore pleins de bugs alors qu'on programme des événements fixes.

Alors la voiture autonome, on en est très loin surtout que la route peut présenter une large disparité d'événements (Brouillard, neige, verglas, accident, animal qui traverse...).

Rien ne vaut pour l'instant l'adaptabilité d'un cerveau humain.

... Bravo. C'est l'argument que je ne cessais d'avancer ces derniers jours à chacun des articles sur le VA de niveau 5. En plus ça n'existe même pas sur un avion un système autonome de niveau 5. Beaucoup confondent pilote automatique avec système full autonome... Même si un PA peut-être asservi par un GPS... Rien à voir.

Par

Et ils ont parfaitement raison.

Avant que tous les cas possibles et (in)imaginables que l'on peut rencontrer sur la route ne soient correctement traités par un système informatique, il y aura encore beaucoup d'eau qui aura coulé sous les ponts.

Par

"Rien ne vaut l'adaptabilité d'un cerveau humain" J'adore cette phrase. Et encore heureux que ce soit ainsi ! Il faut garder foi en l'Homme malgré les drames et les vicissitudes, ne jamais se laisser dominer par les machines.

Par

En réponse à cpasdebol

Et ils ont parfaitement raison.

Avant que tous les cas possibles et (in)imaginables que l'on peut rencontrer sur la route ne soient correctement traités par un système informatique, il y aura encore beaucoup d'eau qui aura coulé sous les ponts.

... Et dieu seul sait qu'il y en a tôt ou tard des cas inimaginables. Le célèbre dessin animé de Tex Avery oú tu as le coyotte qui regarde de chaque côté d'une route en ligne droite en plein désert avant de la traverser, alors qu'il n'y a absolument personne, se fait écrabouiller par une voiture juste au moment oú il la traverse.

C'est une parabole comique de la réalité routière. Parfois il faut s'attendre à l'impensable dans de très rares situations.

Ne serait-ce que certains angles de vue (je ne parle pas des angles morts) qui faussent la perception visuelles ou occultent parfois complètement un véhicule... Ça, je doute fort de l'exhaustivité d'un VA de niveau 5 dans ce type de problématique et de sa capacité à l'analyser.

Ce n'est pas pour rien que dans les règles de l'air, un commandant de bord a toujours l'initiative de la prise de décision, quitte à désactiver le PA tout ou en partie, voire aussi à l'activer...

Perso, les systèmes automatiques d'un VA, aussi sophistiqués soient-ils, devront reprendre ce même type de philosophie que celui en vigueur dans l'aviation. L'Homme doit toujours avoir le dernier mot sur la machine quant à la prise de décision. Et le risque zéro, n'existera jamais. Malheureusement.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire