Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Smart Roadster (2003-2006) - Esprit sixties et look futuriste, dès 4 000 €

Dans Rétro / News rétro

Ultralégère, minuscule et dotée d’un moteur central, la Smart Roadster complète son attrait avec un look unique. Une formule alléchante vendue fort cher à l’époque, mais qui se trouve désormais dès 4 000 €. Interdiction de rouler triste !

Même dans sa version la plus simple, limitée à 61 ch, la Smart Roadster a un look d’enfer !
Même dans sa version la plus simple, limitée à 61 ch, la Smart Roadster a un look d’enfer !

Au début des années 1990, Nicolas Hayek, patron des montres Swatch, a l’idée d’une toute petite voiture de ville lookée et bon marché, proposée avec une large offre de moteurs, thermiques, mais aussi hybrides et électriques. Pour la développer, il se tourne initialement vers VW, en 1992, mais les discussions tournent court. Aussi, Hayek prend-il langue avec Daimler, un accord est trouvé, une société commune est créée, MCC (Micro Compact Car AG), et les travaux de conception débutent. Seulement, les ingénieurs allemands veulent doter la mini-citadine de blocs thermiques uniquement, et en faire un véhicule cher, imaginant que le prix fait l’image. Ça déplaît fortement à Hayek, qui, estimant son idée trahie, se retire du projet. Daimler prend totalement le contrôle de MCC, construit une usine à Hambach, en Moselle, et en 1998, la Smart City Coupé (elle ne s’appelle pas encore Fortwo) est présentée.

La Smart City Coupé, ici aux USA en 1998, a donné son style, sa plate-forme et sa mécanique à la Roadster.
La Smart City Coupé, ici aux USA en 1998, a donné son style, sa plate-forme et sa mécanique à la Roadster.

Si son concept et son look plaisent, le prix semble bien élevé, grevé qu’il est par les choix techniques opérés par un Daimler trop ambitieux et pas assez réaliste. Moteur 3-cylindres turbo inédit, boîte robotisée, ESP, la fiche technique est alléchante. Le prix de 59 800 F (environ 12 200 € actuels) un peu moins, surtout que la transmission, très lente, n’est pas au point. Du coup, les ventes n’atteignent même pas la moitié des prévisions ! Heureusement, dès 1998, en crayonnant des évolutions pour la City Coupé, des designers de Daimler, dirigés par Jens Manske, constatent qu’il est aisé d’en dériver une petite sportive à moteur central. Voilà aussi un excellent moyen d’augmenter la rentabilité. Le projet est mis en avant, mais c’est Michael Mauer, le remplaçant de Manske, qui lui donne un coup de turbo en 1999. Dès le salon de Francfort cette année-là, une ébauche apparaît, dénommée Road Concept, suivie un an après, au Mondial de Paris 2000, d’un concept Roadster Coupé.

Le concept Roadster Coupé de 2000 annonce presque trait pour trait la Smart Roadster définitive.
Le concept Roadster Coupé de 2000 annonce presque trait pour trait la Smart Roadster définitive.

L’accueil étant excellent, feu vert est donné à sa production en série. Le modèle définitif apparaît deux ans plus tard, toujours à Paris, en deux versions, Roadster et Roadster Coupé. Elles reposent sur la plate-forme allongée de la City Coupé, en reprennent les suspensions et le 3-cylindres turbo. La Roadster le décline en 61 ch et 82 ch, la puissance la plus faible n’étant pas disponible sur la Roadster Coupé. Les prix n’ont rien d’amicaux, débutant à 15 000 € (18 800 € actuels) ! Néanmoins, l’accueil est bon : voilà de charmantes puces sportives, dont l’esprit rappelle les petits roadsters anglais des années 60, comme la MG Midget.

Les deux versions définitives de la Smart Roadster, en 82 ch (changement de rapport auto de série). 1 650 € plus cher neuf, le Coupé reçoit de série les jantes alu et la clim.
Les deux versions définitives de la Smart Roadster, en 82 ch (changement de rapport auto de série). 1 650 € plus cher neuf, le Coupé reçoit de série les jantes alu et la clim.

Les ventes dépassent les espérances : enfin MCC va gagner de l’argent. Oui mais… Les Roadster et Coupé manquent prennent l’eau ! Et cette eau va ensuite perturber les fonctions électriques. De sorte que les recours en garantie se multiplient, et les bénéfices entrevus se changent en pertes. Lancées en 2004, les versions sportives Brabus de 101 ch, ruineuses à plus de 25 000 €, ne changent pas la donne et les ventes plongent en 2005. La maison mère, également confrontée à des soucis de fiabilité invraisemblables sur la Mercedes Classe E, horriblement coûteux eux aussi, arrête les frais avec la Smart, dont la production cesse dès la fin 2005. 43 000 Smart Roadster /Coupé ont été fabriquées.

Contrairement à ce que son nom suggère, le Roadster Coupé demeure découvrable. Son avantage est un espace utile agrandi de 95 l au-dessus du moteur, à l’arrière (240 l au total).
Contrairement à ce que son nom suggère, le Roadster Coupé demeure découvrable. Son avantage est un espace utile agrandi de 95 l au-dessus du moteur, à l’arrière (240 l au total).

Combien ça coûte ?

Malgré leur relative rareté, les Smart Roadster ne sont pas très chères. On trouve des 61 ch en bon état dès 4 000 €, alors que les 82 ch réclament environ 500 € de plus. À ces tarifs, le totaliseur dépasse largement les 100 000 km. Pour des autos de 80 000 km environ, ajoutez 1 000 €. Et les Brabus ? Elles réclament 9 000 € au bas mot, et 10 000 € à moins de 100 000 km. Les séries limitées Bluewave (une 82 ch avec un kit carrosserie Brabus), Affection (une 82 ch à l’équipement de 61 ch plus la clim), MTV (61 ch) ne sont pas plus chères. Bon point : les cotes semblent remonter !

La cellule Tridion grise (partie qui entoure les portières) est réservée à la version 82 ch avant la sortie de la Brabus. La direction assistée reste en option, mais vu les 740 kg de l’auto…
La cellule Tridion grise (partie qui entoure les portières) est réservée à la version 82 ch avant la sortie de la Brabus. La direction assistée reste en option, mais vu les 740 kg de l’auto…

Quelle version choisir ?

Toutes sont agréables. Pour un usage surtout urbain, une 61 ch suffit amplement, alors que si on désire effectuer surtout des trajets routiers, une 82 ch sera à son aise. C’est elle la plus polyvalente. Plus raides en suspension et moins souples côté moteur, les Brabus n’apportent un surcroît d’agrément qu’en conduite sportive.

La sportive version Brabus, sortie en 2004, se signale par ses jantes de 17 pouces et sa double sortie d’échappement. Son équipement est plus riche que sur les autres versions.
La sportive version Brabus, sortie en 2004, se signale par ses jantes de 17 pouces et sa double sortie d’échappement. Son équipement est plus riche que sur les autres versions.

Les versions collector

Ce sont les Brabus, moins répandues, surtout en série limitée Xclusive, mieux finies. Le prix de cette dernière est en rapport : 15 000 €.

Le moteur, logé au-dessus du train arrière, n’est pas très accessible, ce qui complique les opérations de maintenance.
Le moteur, logé au-dessus du train arrière, n’est pas très accessible, ce qui complique les opérations de maintenance.

Que surveiller ?

La Smart a connu de nombreux soucis de moteur (segmentation, chaîne de distribution) en début de carrière, donc assurez-vous que l’exemplaire convoité a été scrupuleusement entretenu : factures impératives. L’auto est à réviser tous les 10 000 km. Si tout a été bien fait, la mécanique peut encaisser de gros kilométrages sans trop fatiguer.

Ensuite, évidemment, les joints de carrosserie, souvent cuits. Enfin, l’actuateur d’embrayage peut faire des siennes, une pièce à 600 €.

La Smart Roadster 61 ch se contente d’un équipement simplifié : toit dur et non en toile, cellule Tridion noire, pas de clim ni changement de vitesse automatique.
La Smart Roadster 61 ch se contente d’un équipement simplifié : toit dur et non en toile, cellule Tridion noire, pas de clim ni changement de vitesse automatique.

Au volant

Plus de 20 ans après sa première apparition, le design de la Smart Roadster n’a pas vieilli. Deuxième surprise, elle est minuscule ! Cela lui confère l’allure d’un gros jouet, impression qui se confirme dans l’habitacle. Minimaliste, il arborant un dessin amusant et se taille dans des plastiques… de joujoux. Néanmoins, et malgré l’espace réduit, je m’y trouve bien installé même je m’y sens comme un orang-outan dans une autotamponneuse. À la mise en route, le 3-cylindres émet un petit son sympa, et dès qu’on roule, on se fait totalement corps avec la route. On sait exactement quand on roule sur une aspérité, ce qui n’a rien d’un défaut car la suspension l’absorbe bien. En ville, grâce à la direction très précise et au format lilliputien de la Smart, on se faufile partout, tandis que souple, le moteur délivre aussi des accélérations suffisantes. Seulement, la boîte robotisée Softip (sans changement automatique) est d’une lenteur exaspérante : durant le passage de 2e en 3e, on a presque le temps de se faire chauffer un café. J’exagère à peine.

Un tableau de bord simple, amusant et original. Notez la clé implantée au pied de la commande de boîte, comme sur une Saab !
Un tableau de bord simple, amusant et original. Notez la clé implantée au pied de la commande de boîte, comme sur une Saab !

Heureusement, sur route, à 80 km/h, on fait le plein de sensations, grâce aussi au volant non assisté très communicatif, exactement comme dans un roadster des années 60, sauf qu’on profite des qualités d’une moderne. Comme la sécurité, la précision de conduite et tenue de route, surprenante grâce au bel équilibre conféré par la position centrale du moteur. Celui-ci ne rechigne pas à la tâche, et emmène cet engin ultraléger à 160 km/h… sur circuit bien sûr. Light is right ! Mieux, malgré l’ambiance sonore élevée et les remous d’air, on s’amuse énormément avec cette micro-supercar qui donne plus envie d’affiner ses trajectoires que de rouler comme un dingue. Tant mieux, car on n’a pas assez de puissance pour ça, tandis que le freinage est un peu juste. En somme, une formidable petite machine à émotions, très frugale de surcroît : moins de 7 l/100 km en moyenne. Si seulement elle avait une bonne boîte manuelle…

L’alternative youngtimer

VW-Porsche 914/4 1969-1974

La VW-Porsche 914/4, ici un modèle 1970, peut être considérée comme la mère spirituelle de la Smart Roadster avec son petit moteur central et son toit amovible.
La VW-Porsche 914/4, ici un modèle 1970, peut être considérée comme la mère spirituelle de la Smart Roadster avec son petit moteur central et son toit amovible.

Comme Smart est une marque récente, elle ne propose pas d’alternative ancienne à la Roadster. Mais en Allemagne, son pays de conception, on trouve une autre sportive minimaliste à moteur central : la VW-Porsche 914, présentée il y a 50 ans. Déjà ! Son flat-four de VW 411 dispose déjà d’une injection électronique, mais limité à 80 ch, il ne procure qu’un agrément médiocre et des performances moyennes. Heureusement, le comportement routier remarquable d’équilibre compense largement : on passe très vite en virage et on ressent tout ce qu’il se passe ! Et comme la Smart, la 914 est découvrable. Le bloc passe à 2,0 l et 100 ch en 1972, rivalisant en puissance (mais pas en sonorité) avec le flat-six Porsche de 110 ch équipant la 914/6, version de haut de gamme. Jusqu’en 1974, plus de 100 000 914 seront produites, bien plus que des Smart Roadster. À partir de 22 000 € en bon état.

Smart Roadster 61 ch 2004, les caractéristiques

  • Moteur : 3 cylindres en ligne, 698 cm3
  • Alimentation : injection électronique, turbo
  • Suspension : jambes McPherson, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AV) ; essieu De Dion, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 6 robotisée, propulsion
  • Puissance : 61 ch à 5 250 tr/mn
  • Couple : 95 Nm à 2 000 tr/mn
  • Poids : 740 kg
  • Vitesse maxi : 160 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 15,5 s (donnée constructeur)
En 2003, Brabus a présenté un prototype de Roadster doté d’un V6 biturbo de 170 ch. Dix ont été vendus.
En 2003, Brabus a présenté un prototype de Roadster doté d’un V6 biturbo de 170 ch. Dix ont été vendus.

Pour trouver des annonces de Smart Roadster, rendez-vous sur le site de La Centrale.

En savoir plus sur : Smart Roadster

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (14)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Top Gear à l'époque avait fait un reportage sur cette caisse. On y voit la lenteur de la boite en action. Une bonne boite manuelle aurait été tellement mieux.

Sinon ça me fait penser à une Kei-car...

Par

Je pensais qu'elle était plus vieille que 2003... Comme quoi style futuriste mais dépassé

Par

J'ai un vague souvenir comme quoi la fiabilité de la BV était castastrophique ...

Véhicule au design décalé et clivant ... l’intérieur a moins bien vieilli que l'extérieur.

Par

A 4000 euros , c'est un placement d'avenir

Par

C'eut été un succès avec une motorisation un peu plus musclée d'environ 100 à 120 cv. Elle est très légère et donc cela aurait suffit .

Par

En réponse à Aznog

J'ai un vague souvenir comme quoi la fiabilité de la BV était castastrophique ...

Véhicule au design décalé et clivant ... l’intérieur a moins bien vieilli que l'extérieur.

L'intérieur est cataclysmique. Le 3 pattes turbo ne fait pas rêver. L'extérieur très plastoc reste effectivement original et n'a pas si mal vieilli.

Mais mettre 6000e dans une caisse qui n'est rien d'autre qu'une vieille micro-citadine bas de gamme recarossee de manière approximative ? Il faut vraiment être accroché !

Par

Je me demande... acheter un roadster et faire un swap de la boite de vitesse pour une petite manuelle, ça serait compliqué ?

Car si c'est jouable et qu'on trouve une boite adaptée, ça peut faire un truc sympa.

Par

Un ami en a possédé une et sur autoroute elle flottait et n était pas très rassurente au delà de 140kmh.

Par

En réponse à Moukeaf

Je me demande... acheter un roadster et faire un swap de la boite de vitesse pour une petite manuelle, ça serait compliqué ?

Car si c'est jouable et qu'on trouve une boite adaptée, ça peut faire un truc sympa.

Oui trop compliqué pas de banque d organe , quand tu vois que pour une boite MA pour la passer en BE faut une cloche d embrayage de c4 picasso :tourne: ensuite la partie moteur faut le passé en forgé autant prendre un autre truc direct c est moins cher .

Par

J'ai eu cette casserole SRC, catastrophique !!!

2 turbos (700€ pièce reconditionné) à 40000 et 60000, boite en mode auto une horreur en manuel ça passait bien

Actuateur...

Electrovannes

Je ne suis pas contre le plastiques, mais aussi pourri .... tout comme les tissus ...

Fuites au niveau du toit, joints poreux, entretien assez galère, carrosserie fragile (pas de bosses certes, mais ça casse!)

Chaleur dans l''habitacle (bulle + moteur)

Éclairage à 2 balles

Bruit

sinon quand tout aller bien (pas très longtemps) super jouet

Mais rien ne vaut la Mx

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire