Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

2. Sur la route - de gros progrès sur la route, et toujours aussi bon en dehors

Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco

Lors de nos essais, nous avons pu prendre le volant des trois plus grosses motorisations et celle se démarquant nettement des autres est la version Sd4 qui semble aller le mieux au Discovery et qui devrait sans surprise réaliser le gros des ventes. Avec 240 ch et 500 Nm, le petit 4 cylindres 2,0 l Ingenium n'a en effet pas du tout à rougir face au gros V6 3,0 l Td6 de 258 ch et 600 Nm devant emmener 115 kg supplémentaires puisqu'il ne concède que deux dixièmes au 0 à 100 km/h, à 8,3 s contre 8,1 s, tout en étant plus sobre de presque un litre aux 100 km en mixte. C'est sans aucun doute un moteur réussi à qui on reproche un bruit un peu trop présent sur d'autres applications mais qui ici se montre tout à fait discret grâce à l'insonorisation poussée.

 

Quant au V6 3,0 l à compresseur Si6 de 340 ch et 450 Nm, il semble un peu éloigné dans l'esprit du Discovery et se retrouve face à une concurrence allemande bien plus affutée sur la route à ce niveau de puissance en essence. Enfin, s'il nous reste encore à l'essayer, sur le papier l'entrée de gamme Td4 de 180 ch et 430 Nm semble en effet un peu juste pour déplacer le poids minimum de 2 174 kg de la bête, avec un 0 à 100 km/h annoncé en 10,5 s avec le seul conducteur à bord quand sept personnes peuvent y prendre place et que le volume de chargement monte jusqu'à 2 406 litres.

Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco
Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco
Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco

Et s'il n'y a pas une énorme différence de performances entre Sd4 et Td6, l'embonpoint concentré dans le nez du second se fait particulièrement sentir quand on passe au premier, dont le moteur est donc à la fois plus léger car tout en aluminium et avec deux cylindres de moins mais évidemment aussi implanté plus près de la cloison pare-feu. Volant en main sur le bitume, la répartition des masses est nettement améliorée, avec un équilibre bien supérieur permettant de faire travailler de concert train avant à doubles triangles et train arrière multibras, le tout associé à une direction légère mais précise. Alors certes, sur nos modèles équipés de suspensions pneumatiques (en option à 1 620 € et de série sur les six cylindres), il existe plus efficace dans la concurrence allemande : c'est pataud, ça prend de l'angle dans les courbes et ce n'est pas sportif pour un sou. Mais ce n'est de toute façon pas du tout dans la philosophie du Discovery, même si on ne peut que noter les grands progrès réalisés dans ce domaine par rapport à l'ancien modèle. Ce qu'on gagne en échange par contre avec cette souplesse, c'est un confort extraordinaire se mariant parfaitement avec le silence qui règne à bord et la visibilité sans égale depuis le siège du conducteur, faisant de cette génération la plus polyvalente et de loin.

Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco
Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco
Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco
Essai vidéo - Land Rover Discovery 2017 : le grand retour du Disco

Mais qui dit polyvalence dit aussi curseur : s'il se déplace d'un côté en s'améliorant, il se dégrade forcément à l'opposé. Est-ce que ce Discovery est définitivement passé du côté obscur de la force, celui propre et policé des SUV, en abandonnant sa famille rustique mais sympathique des 4x4 purs et durs, trahissant la tradition familiale pour s'écouler à quelques exemplaires de plus ? Plutôt que de longs discours, Land Rover a préféré concocté lors de la présentation dans les canyons de l'Utah un parcours tout-terrain de près de 40 km, mélangeant pistes aux profondes ornières, dûnes enneigées vertigineuses, tôles ondulées et franchissements avec moult croisements de ponts sous la houlette d'instructeurs. Et la réponse à la question est donc non : les prestations en tout-terrain du Discovery sont intactes voire même meilleures et il digère toutes les difficultés que vous lui présentez sans aucune difficulté. Il dispose pour cela d'aptitudes physiques évidentes, avec, sur les modèles équipés des suspensions pneumatiques, une garde au sol de 283 mm lui permettant de franchir des gués de 900 mm, contre respectivement 240 et 700 mm pour la quatrième génération. Par contre, l'angle d'approche de 34°, le ventral de 27,5° et celui de sortie de 30° stagnent voire régressent légèrement – 37°, 28° et 30° pour le précédent – mais c'est largement compensé par les progrès réalisés en matière d'électronique. De série, le système Terrain Response agit ainsi sur le moteur, la boîte de vitesses, le différentiel central et le châssis pour optimiser les réglages afin de faire face, en le sélectionnant manuellement, aux différents profils qui existent de la route. Ou de l'absence de route. Ajoutez l'option Terrain Response 2 à 200 €, et il se charge de le faire lui-même automatiquement. Mais ça n'est pas tout, puisque, en plus du contrôle de vitesse en descente HDC de série, le Discovery peut être aussi équipé de différentiels central et arrière à gestion électronique, d'une boîte de transfert double gamme et d'un contrôle de progression en tout-terrain ATPC au fonctionnement diabolique. De quoi lui permettre de grimper aux arbres où aucun X5, Q7 ou XC90 ne peut le suivre et seulement peut-être le Jeep Grand Cherokee peut prétendre à le rejoindre, dans la grande tradition du modèle et de la marque et à condition que le propriétaire qui a signé un chèque d'un minimum de 50 000 € choisisse de le faire à moins que savoir qu'il le peut lui suffise.

Portfolio (175 photos)

En savoir plus sur : Land Rover Discovery 5

Commentaires (32)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Dommage que l'arrière soit complètement raté. J'aurais pris le style du précédent avec les améliorations techniques de 2017...

Par

Le Disco fait sa mue, il s'adapte à son époque et c'est une vraie réussite :bien: Les designers se sont attelés à une tâche vraiment délicate, le résultat est équilibré, dynamique et reste fidèle au Disco si reconnaissable, franchement bravo !

Après, c'est vrai qu'il n'est pas parfait comme les allemands, mais il a qq chose d'incomparable dont eux manque cruellement (hormis le GLC) : du charme !

Par contre j'ai du mal à comprendre la répartition des toits vitrés. La 1ère rangée à son toit pano bien placé, mais la 2ème rangée à un énorme pilier au dessus et c'est le coffre qui profite du 2ème toit pano :hum: Strange

Par

C'est de la belle bête !

Par contre le Design en partant d'une brique... Pas top.

L'intérieur est beaucoup mieux que l'extérieur.

Par

"et qui devrait sans surprise réaliser le gros des ventres"

C'est pas très gentil ça :coolfuck:

Par

Ce nouveau Discovery devrait se nommer Range Rover Discovery car il ne mérite plus appellation Land (Rover) vu que ce n'est plus un dur à cuir sur circuit tout-terrain.

Par

pas mal mais le velar va faire réfléchir beaucoup avant de signer l'arrière n'étant pas une réussite :cyp:

Par

Cool le Velar il fait paraître ses sisters comme désormais à la ramasse :chut:

Par

En réponse à axoxyxous

pas mal mais le velar va faire réfléchir beaucoup avant de signer l'arrière n'étant pas une réussite :cyp:

La cible est pas exactement la même je pense. Le Velar est une sorte de gros Evoque, donc plutôt "sportif", design, mais pas conçu pour être particulièrement pratique. Le Disco est un vrai cargos conçu pour les familles :wink:

Par

Réussi, mais il se rapproche des Range. Trop. Autant l'appeler Range Rover Discovery car il a perdu sa personnalité, sa différence avec le reste de la gamme. J'espère qu'ils ne feront pas de même avec le remplaçant du défunt Defender.

Par

Trop...de...SUV...plein...partout...aaarrblblbl ! :peur

Avec son profil "guide du routard", ce Discovery est un peu le Némésis du dégoulinant Stelvio essayé la veille. Ce sera donc une affaire de (non-)goût. En tout cas le parpaing anglais semble bien moins déchainer les passions que la motte de beurre italienne...

Pas grand chose à ajouter. Le fait que la ligne de l'engin soit particulièrement ratée et bancale a déjà été dit à maintes reprises.

C'est cher, c'est mal équipé, c'est prétentieux ---> c'est premium. On connait la musique.

En revanche, je sais que la mode des fashion utilitaires bat son plein et que le nombre de richards s'accaparant excessivement la richesse de ce monde ne cesse de croître ; et que, de ce fait, je ne me fait guère de soucis pour l'avenir de Land Rover.

Par contre, faudra quand même peut être opérer un petit tri dans la gamme, parce que les modèles très proches des uns des autres commencent à s'empiler. Et puisque ceux-ci se destineront désormais exclusivement à un usage urbain et autoroutier, la distinction n'en devient que plus floue.

Personnellement, je ne donnerais pas cher de l'avenir du Range Rover Sport, voire également du Discovery Sport... Et les pronostics macabres, c'est quand même un peu mon rayon ! :fier:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire