Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

5. 3000 km en Abarth 124 GT : à retenir

Essai longue durée - 3000 km en Abarth 124 GT: dard-dard

Le fait de travailler dans un média automobile permet de prendre le volant de bolides plus variés les uns que les autres. Toujours plus puissants, toujours plus sophistiqués et toujours plus onéreux, à la fois capables de performances stratosphériques et de prestations bluffantes en termes de confort et de sécurité. Mais si ces modèles impressionnent, ils peinent bien souvent à provoquer le coup de cœur. Puis arrive le jour où vous vous installez au volant d’un petit roadster, peu puissant mais léger, au volant duquel vous redécouvrez les plaisirs simples de la conduite automobile. Un modèle qui se conduit à l’instinct, et dont chaque atome, chaque molécule, semble avoir été conçu pour vous délivrer du plaisir de conduite. Telle est la définition de l’Abarth 124 GT, qui répond parfaitement au précepte du « Light is right » cher à Colin Chapman le fondateur de Lotus. A l'heure d'écrire ces lignes, quelques jours après la fin de ce mémorable road trip, j'en suis à me demander si la meilleure Fiat de tous les temps ne serait pas une Mazda...

3000 km en Abarth 124 GT - Bilan vie à bord: pas spartiate

Habitacle exigu mais confortable et joliment présenté. La position de conduite est bonne, légèrement allongée avec le dos à l’aplomb des roues arrières. La finition ne suscite pas de remarque désobligeante. Par contre, on manque d’espaces de rangements et l’interface du système multimédia avoue son âge.Essai longue durée - 3000 km en Abarth 124 GT: dard-dard

3000 km en Abarth 124 GT - Bilan confort: prévenante, contre toute attente

L’Abarth 124 GT offre un excellent confort de suspension, qui préserve dos et vertèbres et permet d’envisager les longues étapes avec sérénité. Des bruits aérodynamiques se font certes entendre à partir de 100 km/h sur autoroute, et le petit moteur ronronne assez bruyamment malgré la présence d’un sixième rapport abaissant les consommations. Mais on n’achète pas cette voiture pour cet exercice, qui doit juste être perçu comme un mal nécessaire permettant de relier deux départementales sinueuses…

Essai longue durée - 3000 km en Abarth 124 GT: dard-dard

3000 km en Abarth 124 GT - Bilan sur la route: du souffle et du fun!

Ludique en diable et redoutable d’efficacité sur le réseau secondaire, cette Abarth 124 est un des jouets les plus extraordinaires qui soient. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’est ni besoin de rouler vite ni d’avoir un bon niveau de pilotage pour en profiter. De plus, elle fait preuve d’un appétit mesuré : 7,9 l/100 km au terme de notre road trip, c’est une belle performance dans la mesure où l’éco-conduite n’aura été qu’une préoccupation bien secondaire durant ces huit belles journées.

Essai longue durée - 3000 km en Abarth 124 GT: dard-dard

Portfolio (73 photos)

En savoir plus sur : Abarth 124 (2e Generation) Spider

SPONSORISE

Essais Cabriolet

Fiches fiabilité Cabriolet

Toute l'actualité

Commentaires (51)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Pourquoi avoir conservé le HT ??? un roadster c'est la tête à l'air !! qu'il fasse -10° ou 40° :bien:

Par

J'ai longtemps hésité entre Fiat et Mazda, pour finir chez Mazda...

Par

En réponse à

Je préfère la version normale. Celle-ci est un peu trop tape-à l'oeil. Je vais au Lac de Garde lundi, et l'envie d'en louer une pour faire le tour me taraude sérieusement ! :-).

Par

En réponse à ricolapin

Pourquoi avoir conservé le HT ??? un roadster c'est la tête à l'air !! qu'il fasse -10° ou 40° :bien:

3000 km en plein soleil, idéal pour finir avec un mélanome.

Par

Vous êtes sûr que les 500 et la 124 ont le même moteur ?

Les 500 abarth ont toujours eu normalement le 1.4 turbojet alors que les punto et 124 abarth le 1.4 multiair

A vérifier. Le turbojet est beaucoup plus brutal que le multiair.

Par

En réponse à cactus-fr

3000 km en plein soleil, idéal pour finir avec un mélanome.

On a inventé la crème solaire et les couvres chefs pour ça... J'ai fait des dizaines de milliers de km en ces conditions, et je suis loin d'être le seul je pense ^^

de toute façon virer le hard-top n'enlève pas la possibilité de capoter au besoin.

Par

En réponse à Schlep

Je préfère la version normale. Celle-ci est un peu trop tape-à l'oeil. Je vais au Lac de Garde lundi, et l'envie d'en louer une pour faire le tour me taraude sérieusement ! :-).

Connais pas encore le lac de Garde.

Mais l'année dernière, sur la route de Ljubljana, j'avais fait un gros détour pour passer par le Stelvio, et donc Lac de Côme sur le chemin, c'était le bonheur avec la MX de le longer côté Ouest :)

Aucun doute que l'élection de Garde fait au moins aussi bien :)

Par

En réponse à cactus-fr

3000 km en plein soleil, idéal pour finir avec un mélanome.

Eh oui, les découvrables c'est pour les pays du nord qui ont sorti quelques jolis modèles (SAAB, Volvo) pour profiter du soleil dès qu'il se pointe au volant. Au sud, on s'en protégerait plutôt par 35° pendant 12 h, tas de cloques à la descente...

Par

En réponse à

Pour une fois que tu dit quelque chose d'interessant par contre arrêtez avec le look de la fiat la Mazda est mieux partout même en look :blague:

Par

J'adore cette Fiat que je trouve particulièrement jolie . Je ne suis pas fan de la Mazda , avec ses projecteurs que je trouve trop petits. Après, les goûts et les couleurs :fleur:

Le bugdet est un peu élevé pour moi , mais ça a l'air d'être un chouette jouet

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire