Publi info

Adieu à la Twingo ?

En lisant le compte rendu d'un essai de la Twingo restylée, j'apprends qu'il pourrait s'agir de la dernière du nom. Que se passe-t-il chez Renault ?

Adieu à la Twingo ?

Il se passe que les constructeurs ne gagnent plus guère d'argent avec leurs petites citadines et les clients s'en détournent au profit des polyvalentes format Clio ou 208, guère plus chères. Ce que rappelait Michel Holtz ici. Et puis Smart vient d'annoncer l'abandon de sa ForFour construite dans la même usine sur la même plate-forme que la petite Renault, ce qui renchérirait le cout de développement de sa remplaçante. Bref, la Twingo a beau profiter de la prime à la conversion, elle vit peut-être ses derniers feux. 

Certes, mais n'empêche comme disait Lao Tseu. 

Une voiture simple et géniale

Adieu à la Twingo ?

La Twingo, ce n'est pas qu'une référence au catalogue Renault. Et c'est aussi autre chose qu'une toute petite voiture telle la Up de VW ou les triplées de PSA et Toyota, bientôt abandonnées elles aussi.

La Twingo - je parle de la première - c'était une voiture simple et géniale au style impérissable comme il s'en produit une ou deux par décennie. Et avec ça un charme fou et dénuée de toute prétention. "C'était", hélas, car il n'en reste rien.

La deuxième l'a littéralement trahie en abandonnant toutes ses vertus et particularités pour se transformer en petit machin quelconque au style insipide et aux prestations standards.

Adieu à la Twingo ?

Quant à la troisième - et peut être dernière - elle en prit le parfait contrepied en devenant un sympathique joujou urbain, ni logeable ni pratique, dont l'unique talent consiste à négocier -impeccablement il est vrai - des créneaux.

Sont-ce les acheteurs qui se détournent de la Twingo ou la Twingo qui s'est détournée d'eux ?

 

Révolutions françaises et évolutions allemandes

Pourquoi Renault n'a t-il pas su suivre le sillon et exploiter le filon ? Au début des années 90, mon rédac chef m'expliquait que seuls les allemands savaient peaufiner, génération après génération, un modèle, le faire évoluer sans trop le transformer, jusqu'à créer de véritables icones comme la Porsche 911, la VW Golf ou la Mercedes Classe S.

Alors que nous, français, incorrigibles révolutionnaires, ne savons nous empêcher de retourner la table pour repartir d'une page blanche, comme si chaque responsable de projet voulait faire oublier le travail de son prédécesseur ou lui faire honte. Avec à l'arrivée, des modèles souvent oubliables et parfois - rarement - novateurs, voire géniaux.

La vraie remplaçante de la 2 CV 

Adieu à la Twingo ?

La Twingo 1 était de ceux-là. La vraie remplaçante de la 2CV, au minimum celle de la de la 4L.

Une voiture qui a su toucher toutes les générations, trouver sa place à la ville comme à la campagne et acquérir très vite un formidable capital de sympathie. La Twingo, c'était la France des années 90-2000, partout dans le paysage. Aujourd'hui encore, aucune petite voiture ne donne une telle sensation d'espace, aucune ne sait se plier à autant d'usages.

Que pouvait-on lui reprocher pour ainsi la trahir ? Personnellement, à part cinq centimètres de largeur en trop et cinq autres manquant à sa garde au sol dans les congères et les chemins de terre, je ne voyais pas. 

A son procès, pour justifier le lancement de l'étron qui en reprit le nom, on accusa la vieille, épuisée par ses quatorze ans de carrière, de ne pas s'être assez bien exportée. Certes, mais la 2CV des débuts ne fit pas mieux. Et aussi de ne pas être assez virile pour la clientèle masculine ; comme si la Twingo 2 allait faire se dresser les poils des mâles. Et enfin, d'avoir une forme incompatible avec l'évolution des crash test. Argument qui vaut celui de la rage pour qui veut noyer son chien...

Bilan de ces arguments imparables, la Twingo est rentrée dans le rang et Renault s'apprête à rayer son nom de la gamme.

Comme si ceux de l'Astrakan, pardon de l'Alaskan, de la Twizzy, du Koléos, du Kadjar ou de la Talisman (celui là, j'ai du le retrouver sur Google) suffisaient à la grandeur du Losange. Que restera t'il à Renault à part la Clio, le Scénic et la Mégane ? Je ne parle pas de l'Espace, l'autre icone de Renault qui, à partir des mêmes puissants raisonnements, fut transformé en improbable limousine-SUV-break avec le succès que l'on sait.

 

Adieu à la Twingo ?

D'accord, ce n'est pas un billet d'humeur, c'est un billet d'amour et n'y cherchez aucune objectivité. J'aime la Twingo, j'y ai des souvenirs comme on dit d'un pays aimé.

Des souvenirs qui disent de quoi elle était capable. A son volant, j'ai transporté le contenu d'un appartement (certes en plusieurs fois), ramené d'urgence des Alpes à Paris trois copains et leurs bagages à une allure inavouable aujourd'hui - je "pilotais" la version 75 ch.

Et surtout traversé, en unimprobable raid en boucle de trois semaines l'Afrique du Nord par le désert et l'Europe de l'Est par les Balkans, 12 000 km de mémoire.

Un jour, quand j'aurais l'âge de décorer ma nostalgie, je m'offrirais une Twingo 1, comme les vieux d'aujourd'hui se payent une 2 CV à 12 000 €. Ce jour là, elle sera devenue une voiture de collection et justice sera rendue à ses inventeurs.

Adieu à la Twingo ?

 

En savoir plus sur : Renault Twingo

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (84)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Cara toujours à casser la deuxième génération de twingo alors que ça été la meilleure et de loin et la plus vendue avec une gamme complète juste car elle avait un style plus sérieux en revanche quand il s'agit de fade Volkswagen la y'a du monde pour passer sous la table.

Par

Je parle pour l'article pas pour le 1er commentaire ... inutile :pfff:

Par

D'habitude, je goûte fort peu les articles de Mr Savary, en particulier quand ceux-ci reprennent la doxa de la "Sécurité Routière" et sa propagande pro 80 (bien justement qualifié de "connerie" par le Président en personne), mais là je dois dire que je le rejoins sur toute la ligne. La première Twingo, même affublée de son roturier Cléon préhistorique, était une voiture formidable, aussi à l'aise pour le quotidien, les vacances, les déménagements que pour les escapades hors du bitume. Un vrai couteau suisse, sacrifiée elle aussi en raison de ces foutues normes de sécurité qui empêchent (soit disant ...) d'avoir aujourd'hui autant d'espace intérieur sans un si petit volume intérieur. Pas besoin d'être grand visionnaire pour prédire que les beaux exemplaires auront un avenir radieux en collection (et ça commence déjà ...).

Par

En réponse à 360Magnum

Cara toujours à casser la deuxième génération de twingo alors que ça été la meilleure et de loin et la plus vendue avec une gamme complète juste car elle avait un style plus sérieux en revanche quand il s'agit de fade Volkswagen la y'a du monde pour passer sous la table.

Quoi, la Twingo 2 existait avec un V8, ou mieux un V6? :areuh:

Par

Ma compagne a toujours gardé sa Twingo I. C'est increvable, économique, passe partout, pratique, fort habitable vu la taille de l'engin, et la version 75 ch marche plutôt bien. Reste le niveau sonore, calamiteux. :-) Au dessus de 100 km/h, tu oublies l'autoradio (au son médiocre de toute façon). La 2 a, en effet, perdu tout ce qui faisait le charme de la première. Sans être une mauvaise auto pour autant.

Par

En réponse à Philippe2446

Quoi, la Twingo 2 existait avec un V8, ou mieux un V6? :areuh:

Oui, avec le moteur dans l'habitacle ! :biggrin::biggrin:

Par

Renault à une marque qui pourrait servir de banque d'organes pour une Twingo 4, simple et pas cher, économique à l'usage, spacieuse, astucieuse et avec un look sympa (si les designers sont inspirés) : Dacia !

Par

En réponse à v_tootsie

Ma compagne a toujours gardé sa Twingo I. C'est increvable, économique, passe partout, pratique, fort habitable vu la taille de l'engin, et la version 75 ch marche plutôt bien. Reste le niveau sonore, calamiteux. :-) Au dessus de 100 km/h, tu oublies l'autoradio (au son médiocre de toute façon). La 2 a, en effet, perdu tout ce qui faisait le charme de la première. Sans être une mauvaise auto pour autant.

Absolument la première version était une icône en devenir et a trop vouloir la rendre parfaite en lui enlevant ses défauts on lui a enlevé son âme elle est devenue banale et triste

Par

Que se passe-t-il chez Renault ?? Bah tout simplement le CRIC INVENDABLE , fait de la camelote depuis qlq années déja voila le resultat , Talismanland , E5 aussi ...reste la clio & megane reste plus rien...des ventes en baisse

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire