La Kia Soul EV jusqu'à la panne : un résultat incroyable !

Après avoir entamé cette seconde saison du « Périphérique jusqu'à la panne » avec la star qu'est la nouvelle Nissan Leaf, c'est au tour d'un outsider plus obscur de prendre le relais : la Kia Soul EV On peut faire environ 180 km avec une seule charge dans des conditions normales, on le sait déjà, mais notre but est encore de repousser les limites avec le parcours particulièrement favorable aux véhicules électriques qu'est le périphérique et en déployant tous nos talents d'éco-conducteur. Combien de kilomètres peut-on réaliser dans ces conditions extrêmes ?

Soyons honnêtes : la Kia Soul EV n'a jamais été dans la short list des futures participantes de la rubrique du « Périphérique jusqu'à la panne ». Trop ancienne puisque sortie en 2014 avec juste un gain en capacité de batterie de 3 malheureux kilowattheures l'année dernière, trop confidentielle et surtout prête à céder la place à une forte actualité du groupe coréen à la rentrée en matière de véhicules électriques, avec l'arrivée des Hyundai Kona et Kia Niro dont nous aurons l'occasion, c'est promis, de longuement (probablement très longuement) parler avant la trêve hivernale. Mais devant l'insistance de certains d'entre vous qui sont allés me chercher jusque sur la page Facebook de Caradisiac, sur mon compte Twitter et dans mes mails, cela a suffi à piquer ma curiosité.

Pourtant, on ne peut être impressionné en 2018 par la fiche technique de cette Soul EV. 30 kWh, 110 ch et pas de palettes de récupération d'énergie au volant comme la Ioniq ni de roue libre, juste un mode B augmentant le frein moteur au lever de pied et grappillant ainsi quelques électrons dans la foulée, et un mode Eco. Soit, à très peu de choses près, les spécifications de la première génération de Nissan Leaf en fin de carrière, jusqu'aux chiffres d'homologation NEDC rigoureusement identiques annonçant une autonomie de 250 km.

C'est donc avec la certitude de passer la soirée chez moi que nous nous sommes élancés, Laurent - le très courageux cadreur m'accompagnant comme à chaque fois - et votre serviteur comme à notre habitude de la Porte de Saint Ouen à 10 h 45 pour entamer notre premier tour de périphérique. La météo annonce 30 °C, aucune grève de transports en commun annoncée, tout démarre sous les meilleurs auspices avec comme objectif officiel de battre la norme comme d'habitude et officieux de se rapprocher des 300 km. Ambitieux mais pas trop. Mais dès les premiers kilomètres, force est de constater que tout ne tourne pas rond. Ou trop rond plutôt. La consommation moyenne s'écroule littéralement, passant en moins d'un tour de périphérique sous la barre des 10 kWh/100 km, puis sous celle des 9 au second tour avant, en fin d'après midi, de se stabiliser à 7,9 kWh/100 km. Passer les 250 comme les 300 km s'annonce donc être un jeu d'enfant, et c'est désormais les 350 km que nous avons dans la ligne de mire. Extraordinaire.

Certes, les conditions de roulage sont excellentes avec cette chaleur, la circulation tient plus du flot continu offrant la parfaite conduite en accordéon offrant des phases de récupération d'énergie à maintes occasions que de l'embouteillage jusqu'à l'arrêt imposant des redémarrages incessants, mais cela n'explique pas tout : comme sa compatriote Hyundai Ioniq, la seule autre à avoir fait partie du Clan des Sept sur notre exercice, la Kia Soul EV a une efficience extraordinaire et ce, malgré un profil peu aérodynamique et une absence d'optimisation manuelle de la récupération d'énergie.

Autre surprise : le confort à bord est remarquable. Silencieux bien évidemment, mais la position de conduite est excellente et le flanc haut des pneus en 205/60R16 se charge de filtrer avec talent les (nombreuses) imperfections du bitume, que ce soit les nids-de-poule ou les saignées.

Traditionnellement, le trafic s'est chargé en fin d'après midi, faisant remonter notre consommation à 8,3 kWh/100 km, avant d'à nouveau s'éclaircir après 20 h 30. Malgré tous mes efforts, je ne parviendrai pas à redescendre dans les 7 kWh/100 km et le chiffre final sera de 8,2, seulement 0,1 kWh au-dessus de notre championne en titre dans la discipline qu'est la Ioniq. Arrivée à 5 % de la batterie, la voiture passe en mode « tortue », affichant un de ces sympathiques reptiles au tableau de bord, transformant la pédale de droite en une boîte de marshmallows, faisant disparaître l'affichage de l'autonomie restante et signalant qu'il est plus que temps de sortir du périphérique pour aller terminer de vider la batterie en faisant des tours de quartier à proximité de nos locaux situés près de la Gare Saint-Lazare. A 23 h 30, la batterie de la Kia rend enfin l'âme et le verdict tombe : 364,4 km réalisés en une charge. Mieux que les 325,7 km de la Ioniq, mieux que les 329,1 km de la Volkswagen e-Golf et finalement très proche de la nouvelle Nissan Leaf et ses 378,2 km. Et presque 110 km de plus que la première Leaf pourtant très proche techniquement. Un résultat tout simplement fantastique.


Et cette excellente efficience, sujet dont on ne parle que trop peu, permet d'extraire le maximum d'une batterie qui n'a donc pas besoin d'avoir une énorme capacité, chiffre pourtant le plus mis en avant par les constructeurs, et cela permet ensuite de diminuer le temps de recharge, qui reste le talon d'Achille des véhicules électriques. Mais c'est là où la Soul nous déçoit un peu au final : Kia annonce 13 heures pour un plein d'électrons sur secteur 230V contre 21 heures pour la Leaf 2 mais au moment de brancher la coréenne, l'ordinateur de bord nous annonce 20 heures d'attente, contre 20 heures et 30 minutes pour la japonaise sur la même installation électrique trois semaines plus tôt.

Modèle Puissance Capacité de la batterie Autonomie NEDC Autonomie réelle (~) Résultat
Tesla Model S 100D 422 ch 100 kWh 632 km 450 km 710,9 km
Opel Ampera-e 204 ch 60 kWh 520 km 390 km 652,0 km
Renault Zoé ZE40 92 ch 41 kWh 403 km 280 km 393,5 km
Nissan Leaf 2 (2018) 150 ch 40 kWh 378 km 280 km 378,2 km
Kia Soul 30 kWh 110 ch 30 kWh 250 km 180 km 364,4 km
Volkswagen e-Golf 2017 136 ch 35,8 kWh 300 km 250 km 329,1 km
Hyundai Ioniq Electric 120 ch 28 kWh 280 km 250 km 325,7 km
Nissan Leaf 1 30 kWh 109 ch 30 kWh 250 km 200 km 256,2 km
Citroën e-Mehari 68 ch 30 kWh 100/200 km 120 km 249,9 km

Extraire 364,4 km d'une seule charge d'une batterie de 30 kWh est un tour de force extraordinaire de la part de cette pourtant vieillissante Kia Soul EV et fait écho à l'excellente prestation réalisée par la Hyundai Ioniq l'année dernière sur le même terrain. Cela promet des scores spectaculaires pour les Kona et Nero qui arriveront dans quelques mois. Vivement !

Portfolio (11 photos)

Commentaires (85)

En savoir plus sur : Kia Soul 2