Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Brexit : Nissan pourrait arrêter la production de ses SUV en Angleterre

Dans Economie / Politique / Marché

Brexit : Nissan pourrait arrêter la production de ses SUV en Angleterre

La plus grosse usine automobile d'Angleterre pourrait perdre ses deux principaux éléments. Nissan aurait en effet en tête de déménager la production des Qashqai et Juke de Sunderland, si le Brexit venait à être voté sans accord avec l'Europe. L'Espagne récupérerait alors le Qashqai.

Rien n'est encore fait, mais les constructeurs sont suspendus à la décision du Royaume-Uni et du parlement anglais sur le Brexit. En attendant que Boris Johnson parvienne à trouver un terrain d'entente avec les députés, les marques automobiles présentes outre-Manche se posent des questions sur l'avenir, notamment en cas de Brexit "dur", sans accord avec l'Europe.

Du côté de Nissan, si le scénario "catastrophe" venait à se produire, la marque pourrait déménager la production des Qasqhai et Juke en dehors d'Angleterre. Le premier irait en Espagne, selon une source anonyme qui s'est exprimée auprès d'Automotive News, et le second irait en Europe, sans que l'on sache où exactement.

Il faut bien préciser que l'usine Nissan de Sunderland est le plus gros site d'assemblage de voitures neuves au Royaume-Uni. Une perte telle que les Qashqai et Juke serait donc fatale pour cette usine et surtout un désastre social.

La menace du déménagement est d'autant plus effective que le Qashqai sera renouvelé dans un avenir proche. Nissan doit donc prendre une décision rapide : mettre à jour son usine anglaise pour accueillir le nouveau modèle, ou le produire directement ailleurs.

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (21)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Il est évident que Nissan aura quelques difficultés a trouver acceptable de voir des taxes a l'import vers l'Europe continentale renchérir ses fabrications au RU surtout quand l'accord avec le Japon a supprimé ces taxes.

Par

Palencia est le scénario logique de la fin de Sunderland, mais le Juke pourrait tout à fait intégrer Flins vu la plateforme employée par ce dernier.

Brexit dur ou pas, le Qashqai finira à mon avis en Espagne. Ils ne doivent pas y songer qu'en se rasant depuis le temps que la menace pèse.

Par

En sus, vu le niveau de vente 2019 en Europe, carrément catastrophique, l'usine en trop chez Nissan est de plus en plus évidente...

Par

Boris Johnson va visiblement faire une nouvelle offre en proposant que l'irlande du nord reste dans l'UE jusqu'à 2025.

Donc, à priori, je pense qu'il y aura une sortie de l'UE avec un accord. Car c'était bien cette partie qui bloquait tout.:bah:

Par

En réponse à mynameisfedo

Boris Johnson va visiblement faire une nouvelle offre en proposant que l'irlande du nord reste dans l'UE jusqu'à 2025.

Donc, à priori, je pense qu'il y aura une sortie de l'UE avec un accord. Car c'était bien cette partie qui bloquait tout.:bah:

Limité a 2025 est (était?) un point de blocage. Mais je suis curieux de voir ce que sera le 1° novembre, si l'Europe mange son chapeau ou si c'est Bojo qui mange son melon.

Par

Est-ce que NISSAN ne chercherait pas un bouc émissaire pour masquer sa dégringolade?

Par

la Grande Bretagne= 2 eme PiB de l'Europe, pas loin devant ou derriere la France, attention messieurs les constructeurs, vous pouvez black listé la GB mais en retour la GB vous blacklistera,

c'est un marché annuel de environ 2.3 millions de voitures si je me trompe pas trop, vous voulez construire des voitures ailleurs, vous pourrez vendre ailleurs qu'en GB

Par

Les Anglais on choisi le Brexit en succombant aux promesses d'un charlatan … Ce dernier a encore quelques jours pour retourner son slip pas très net : il y a donc quelque chance pour nos " amis " british qu'il se le mette sur la tête afin de rentrer dans les clous pour quitter l'Europe de façon propre et ne pas se faire luncher par un peuple qu'il aura grugé.

Les populistes de tous bord vont étudier avec grand intérêt les conséquences qui suivront le 31 octobre.

Par

En réponse à Daciaman

Est-ce que NISSAN ne chercherait pas un bouc émissaire pour masquer sa dégringolade?

C'est évident ça tombe très bien, cette histoire de Brexit.

Par

pas d'inquiétude, Boris baissera les taxes des entreprises pour compenser la taxe à la douane (border tariff)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire