Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Citroën CX GTI (1977-1989) : une reine de l’autoroute à partir de 4 000 €

Dans Rétro / Autres actu rétro

Si elle a été fraîchement accueillie à sa sortie, la CX a réussi à s’imposer et reste le dernier haut de gamme français à s’être vendu à plus d’un million d’exemplaires. En versions GTI et surtout GTI Turbo, elle offre, en plus de sa tenue de route et de son confort excellents, de belles performances. Citroën venant de fêter son centenaire, des modèles aussi emblématiques ne manqueront pas de susciter un intérêt croissant !

Les toutes premières CX, lors des essais presse en 1974.
Les toutes premières CX, lors des essais presse en 1974.

C’est avec un certain scepticisme que la CX est accueillie en 1974. Lui incombe en effet la très lourde charge de succéder à la mythique DS, qui avait été une révolution près de vingt ans auparavant. Or, elle ressemble beaucoup à la GS, présentée en 1970, et conserve les moteurs de sa devancière (en 2,0 l de 102 ch et 2,2 l de 112 ch), dont les origines remontent à la… Traction.

Seulement, la CX n’en recèle pas moins une technologie de très haut niveau pour son époque, et en tout cas, bien supérieure à celle de n’importe laquelle de ses rivales. Déjà, sa carrosserie, due à l’équipe de Robert Opron, profite d’une aérodynamique très étudiée (d’où son nom), avec un coefficient de pénétration dans l’air de 0,37. Ensuite, la grande Citroën profite d’une structure très raffinée. Sa monocoque repose en effet via des silentblocs sur un « cadre d’essieux » accueillant la mécanique mais aussi les trains roulants. Ces derniers, double chevron oblige, sont très évolués. Evidemment, ils récupèrent en le modernisant le système hydropneumatique inventé par Paul Magès, garant d’un confort exceptionnel, d’une adhérence hors normes et d’une assiette constante. Par ailleurs, les épures de suspension sont de type anti-cabrage et anti-plongée. Enfin, la CX a profité d’une étude très poussée en matière de protection contre les chocs, d’où ses multiples renforts de carrosserie et son incroyable tableau de bord aux formes non-agressives réalisé avec des matériaux souples. Pétrie de qualités, la CX est élue voiture de l’année 1975.

Néanmoins, outre son côté plus évolutionnaire que révolutionnaire, on reproche beaucoup à la Citroën de ne pas avoir de version haut de gamme équivalant à la DS 23ie (130 ch). La raison ? Il était initialement prévu qu’elle ne remplace que les DSpécial et DSuper, les 23 et 23ie devant l’être par une évolution à quatre portes de la SM. Mais la gourmandise de celle-ci et son manque de fiabilité mécanique ont eu raison de ce projet.

La première CX GTI, en 1977. Notez l’abondance de chromes, étonnante sur une soi-disant sportive…
La première CX GTI, en 1977. Notez l’abondance de chromes, étonnante sur une soi-disant sportive…

Heureusement, Citroën ne cessera pas de faire progresser la puissance de la CX. Dès 1976 avec la 2400 de 115 ch, suivie en 1977 de la GTI, qui, forte d’une injection, pointe à 128 ch, qui deviennent 138 en 1983 quand son bloc passe à 2,5 l. Surtout, en 1984, celui-ci se greffe d’un turbo portant la cavalerie à 168 ch ! Presque celle de la SM, 14 ans plus tôt. En 1985, la CX est restylée, puis en 1986, la GTI Turbo devient Turbo 2 en recevant un échangeur de température qui abaisse sa consommation. Elle tire sa révérence en 1989, remplacée par la XM.

 

Combien ça coûte ?

 On trouve des CX GTI en bon état dès 4 000 €.  A ce prix, on a une version restylée, jugée parfois moins jolie à cause de ses boucliers en plastique que la phase 1. Celle-ci réclame 1 000 € de plus, mais il ne faut pas hésiter à dépenser 6-7 000 € pour un exemplaire en parfaite condition. Quant aux Turbo, les belles démarrent à 8 000 € en phase 2, les phases 1, plus rares, étant là encore 1 000 € plus chères. Les bonnes Turbo 2 sont au même tarif, 9 000 €, mais selon l’état et les options, elles peuvent culminer à 12 000 €.

En 1978, la console centrale, remaniée, accueille en son sommet un curieux cendrier en forme de boule.
En 1978, la console centrale, remaniée, accueille en son sommet un curieux cendrier en forme de boule.

 

Quelle version choisir ?

 C’est d’abord l’état qui doit conditionner l’achat. Mais les Turbo, bien plus agréables à conduire, méritent le surcoût surtout que, moins répandues, elles préserveront mieux leur valeur. Préférez les Turbo 2, nettement moins gourmandes. En atmo, les premiers exemplaires avec le moteur 2,4 l sont plus recherchés, en raison de leur rareté, surtout avec l’intérieur cuir bicolore optionnel.

Pour 1982, la CX adopte des montants arrière noir mat. Notez le béquet arrière, apparu en 1980.
Pour 1982, la CX adopte des montants arrière noir mat. Notez le béquet arrière, apparu en 1980.

 

Les versions collector

 Plus que de version, on parlera d’exemplaire. Une CX GTI, Turbo ou pas, en parfait état d’origine et totalisant moins de 80 000 km, est une denrée extrêmement rare. Donc recherchée. Si en plus, elle est de couleur Mandarine (AC437), alors là, c’est le Graal : il en resterait moins de dix !

La CX GTI Turbo de 1re génération est la seule de la gamme à se doter de pare-chocs ton caisse. Son aileron et ses jantes sont également spécifiques.
La CX GTI Turbo de 1re génération est la seule de la gamme à se doter de pare-chocs ton caisse. Son aileron et ses jantes sont également spécifiques.

 

Que surveiller ?

Turbo ou pas, la CX profite d’une mécanique robuste, moteur et boîte de vitesses. Le problème, c’est tout le reste. Une sellerie avachie ou un ciel de toit décollé se voient, donc il n’y a pas de piège.

En revanche, la corrosion est bien plus pernicieuse quand elle touche le châssis, car celui-ci est complexe. Si elle se loge entre la caisse et le cadre d’essieux, il faudra les séparer pour l’éradiquer, une opération longue et chère. Enfin traquez les fuites hydrauliques et les dysfonctionnements électriques ou électroniques, fréquents. Suivi impératif !

 

A l'’été 1985, la CX a adopté, outre un nouvel habitacle, des boucliers en synthétique.
A l'’été 1985, la CX a adopté, outre un nouvel habitacle, des boucliers en synthétique.

Au volant

 J’ai pu conduire assez longuement la CX Turbo 2 du Conservatoire Citroën. Une auto extraordinaire ! Déjà par sa présence sur la route. Ensuite par son ambiance façon vaisseau spatial. Bloc compteur en forme de lunule, satellites de commandes, autoradio bizarrement logé entre les sièges : bienvenue dans le bizarre. Contact.

Un habitacle qui ne fait pas son âge, du moins en photo ! La position de conduite est trop haute.
Un habitacle qui ne fait pas son âge, du moins en photo ! La position de conduite est trop haute.

Assis un peu trop haut dans un siège moelleux, j’entends le moteur s’éveiller dans une sonorité très quelconque. J’attends que l’auto monte, puis je m’élance. Le volant, très direct, et la pédale de frein, hyper réactive, demandent de l’accoutumance. Tout comme la suspension très souple qui engendre des mouvements de caisse assez désuets.

Mais une fois toutes ces spécificités intégrées, on découvre une auto extrêmement précise, qu’on dirige avec un minimum de gestes, et dotée d’un comportement routier remarquable. En effet, les roues sont rivées au sol, le châssis efface les pires aspérités en toute sérénité, la tenue de cap demeurant souveraine quelles que soient les situations, pluie comprise. Un ESP ? Pour quoi faire ? Surtout que bien conçu, le train avant encaisse parfaitement la puissance, sans pertes de motricité ni effets de couple. Résultat, on profite de tout le punch du puissant moteur, qui donne le meilleur avant 5 000 tr/mn, sans autre arrière-pensée que d’éviter les radars. La consommation ? A 130 km/h, elle ne dépasse pas les 10 l/100 km, et tombe à moins de 9 l/100 km sur route.

Sur route, la GTI Turbo 2 en remontre à bien des modernes !
Sur route, la GTI Turbo 2 en remontre à bien des modernes !

Le confort étant particulier mais impressionnant, la CX GTI Turbo 2 demeure une fabuleuse autoroutière, dotée d’un excellent freinage…. Et d’une finition franchement indigne : ça couine de partout !

 

L’alternative Newtimer *

 La Citroën C6. Quoique très récente, la C6 est déjà collectionnée. Elle rappelle la CX par sa silhouette et sa lunette arrière concave, et profite de la toute dernière évolution de la suspension hydropneumatique. Une pure Citroën, regorgeant de caractère.  A acheter en V6, dès 5 000 €.

Si elle a été un échec commercial, la C6 commence à être recherchée.
Si elle a été un échec commercial, la C6 commence à être recherchée.

 

Citroën CX GTI Turbo 2 : la fiche technique

Moteur : 4 cylindres en ligne, turbo

Alimentation : Injection électronique

Suspension : bras superposés, hydropneumatique (AV), bras tirés, hydropneumatique (AR)

Transmission : boîte 5 manuelle, traction

Puissance : 168 ch à 5 000 tr/mn

Couple : 294 Nm à 3 250 tr/mn

Poids : 1 385 kg

Vitesse maxi : 223 km/h (donnée constructeur)

0 à 100 km/h : 7,8 s (donnée constructeur)

 

 

* Les newtimers sont des véhicules iconiques ou sportifs plus récents que les youngtimers, mais dont la valeur monte. Plus fiables et faciles à utiliser au quotidien, ils doivent leur essor à des caractéristiques techniques souvent disparues, comme de gros moteurs atmosphériques. Les BMW Z3 à 6 cylindres, Porsche Boxster 986 et autre Renault Clio V6 représentent bien cette nouvelle tendance.

 

 Pour trouver des annonces de Citroën CX, rendez-vous sur le site de Lacentrale. fr.

 

En savoir plus sur : Citroen Cx

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (48)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est autre chose que les Citroën actuelles ou une Tesla :buzz:

Par

voiture du franchouillard a l etat pur c est de la vrai daube.... autant acheter une japonaise ou une allemande de collection que se truc horrible....:cyp::cyp::ddr::ddr:

Par

Pourquoi pas la Turbo.Mais attention au prix des pneus ! Ils sont rares et vraiment Très Très chers....

Par

L'une de mes youngtimer préférées :lover:

J'en aurais une si je possédais un grand garage. Une des plus fabuleuses automobiles françaises, sans aucun doute !

Par

Tout une époque.

J'étais malade comme un chien dans la CX de les grands parents.

Par

Malgré ses qualités routières elle a permis aux marques allemandes de prendre de l'avance car ces dernières avaient un intérieur de meilleure qualité que elui de la CX.

Ça s'est amplifié avec la XM par rapport à Mercedes, BMW et Audi qui avait perdu ses dents de lait.

Par

Que de kms parcourus à l'arrière d'une cx.

Quelle belle époque que celle de la CX.

Par

On l'achète pour une conduite un confort et des sensations totalement différentes de tout ce qui roule, elle n'est ni la meilleure ni la plus efficace mais tellement atypique qu'on l'adore ou la déteste. La série 1 autrement plus fine et un intérieur plus en harmonie avec la caisse. Pas forcément besoin d'une version compliquée et puissante pour se faire plaisir.Pour avoir une auto en parfait état les sommes annoncées ne sont pas réalistes étant donné que seuls quelques spécialistes sont à même de vous fournir une auto en état concours sinon gare aux désillusions et bricoleurs s'abstenir.

Par

Quand on voit ce qu’ils étaient capables de faire à l’époque, et maintenant la gamme actuelle... quelle tristesse.

Par

La daube c'est peut être vous, il y a 35 ans j'avais une CX PALLAS 2.0 et je peut vous dire que c'est une très bonne voiture

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire