Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Comparatif : DS9 VS Audi A6 : en terres hostiles 

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

L’heure de vérité a sonné. Si DS Automobiles peut légitimement se proclamer de la caste des premiums, restait l’épreuve ultime pour quiconque entend chasser en terres allemandes. Sur le segment des routières, les teutonnes règnent sans partage. Une incursion ambitieuse pour la DS9, qui affronte une Audi A6 mieux armée dans ce combat. 

Comparatif : DS9 VS Audi A6 : en terres hostiles 

Imaginée pour un marché un temps vu comme l’Eldorado, la DS9 avait pour lourde tâche de séduire davantage les chinois, friands du savoir-faire à la française et des grandes berlines. Or, même dans l’Empire du Milieu, cette entreprise a été revue à la baisse. Et la grande berline tricolore de se retrouver dans une position inconfortable, sur ses terres natales. Fabriqué en Chine, ce nouveau modèle a dû essuyer le divorce entre sa maison mère, et son partenaire industriel local, Changan. Ajoutez à cela une situation mondiale sclérosée par une pandémie mondiale, et vous obtenez un départ difficile dans la vie. Pourtant cette DS9 est une véritable réussite technique, finement mise au point. Après avoir pu longuement faire connaissance avec sa version hybride E-Tense 225, une virée en Champagne au volant de la puissante déclinaison 4x4 de 360 ch nous permet d’aller plus loin. Et de la confronter à une concurrence nettement mieux installée sur ce segment…

Si DS présente sa nouvelle berline comme une rivale de l'A4, gabarit et prestation la rapproche, sur notre marché, de l'A6.
Si DS présente sa nouvelle berline comme une rivale de l'A4, gabarit et prestation la rapproche, sur notre marché, de l'A6.
Plus coquette que l'A6 qui joue les gros bras, la DS9 s'inscrit parfaitement dans la gamme actuelle de la marque.
Plus coquette que l'A6 qui joue les gros bras, la DS9 s'inscrit parfaitement dans la gamme actuelle de la marque.

 

Avec une fiche technique aussi solide et un tarif de base proche des 70 000 €, la DS9 E-Tense 4x4 (appellation peu reluisante pour un tel modèle…), entre de plain-pied dans un territoire peu – ou mal – exploré par les constructeurs français. Si la jeune marque du groupe Stellantis envisage plutôt sa berline comme une rivale imposante du segment D (Audi A4, BMW Série 3, Mercedes Classe C), ses presque 5 m de long, son habitacle géant, ses tarifs, et ses prestations la placent davantage face aux berlines de la catégorie supérieure. De toute façon, en segment D, les seules « grandes berlines », ne sont que de roturières généralistes (Skoda Superb, Renault Talisman, feue la Ford Mondeo). C’est donc à l’étage du dessus, où cohabitent les grandes routières, que la DS9 devra faire sa place. Chez les allemandes, c’est l’Audi A6 qui est le plus à sa portée en Europe. L’A6 s’est écoulée à plus de 15 000 exemplaires en 2020, contre pratiquement le double pour les BMW Série 5 et Mercedes Classe E.

L'A6 est celle qui est le plus à la portée de la DS9, du moins au niveau des ventes.
L'A6 est celle qui est le plus à la portée de la DS9, du moins au niveau des ventes.
Dans cette version PHEV de 360 ch, la DS9 affiche des caractéristiques proches de l'A6 55 TFSIe.
Dans cette version PHEV de 360 ch, la DS9 affiche des caractéristiques proches de l'A6 55 TFSIe.

 

Dans sa version 55 TFSIe, la berline aux anneaux développe 367 ch, mais avec une chaîne de traction légèrement différente. Sous le capot, le 2.0 TFSI de 252 ch reçoit l’aide d’un seul moteur électrique de 143 ch installé entre le moteur thermique et la boîte automatique à double embrayage. La transmission intégrale est assurée de manière classique par le système maison Quattro. En face, cette DS9 E-Tense 4x4 doit se contenter du petit 1.6 Puretech porté à 200 ch, suppléé par deux moteurs électriques, de 110 ch à l’avant, et 113 ch à sur l’essieu arrière. Côté batterie, la française embarque une grosse pile de 11,9 kWh, contre 14,1 kWh pour l’allemande. Cette dernière est homologuée pour 51 km d’autonomie en tout électrique, contre 40-45 pour la DS9 (cette version qui arrivera en fin d’année est encore en cours d’homologation). Côté performances, ces deux routières voient leur couple bridé par leur transmission 500 Nm pour l’Audi, contre 520 pour la DS. Sur le 0 à 100 km/h, la plus rapide, sur le papier, est la DS9, d’un petit dixième, avec seulement 5,6 secondes. Mais assez parlé chiffres. Place à la confrontation.

Aspects pratiques : la DS9 a le sens de l’accueil

Mises côte à côte, Audi A6 et DS9 ne peuvent nier leur appartenance au même segment. L’A6 n’est qu’un petit centimètre plus longue et si la DS9 semble la plus fluette, elle est en réalité 4 cm plus large. Chacune affiche une personnalité bien distincte. Rigueur germanique et proportions musclées pour l’Audi (surtout dans cette finition Compétition utilisant le Pack S Line), lignes tendues, profusion de chrome et rappel du passé (sabre sur le capot, feux de position sur le montant arrière) pour la DS9. À bord également, nous avons ici deux salles, deux ambiances.

Comparatif : DS9 VS Audi A6 : en terres hostiles 
Comparatif : DS9 VS Audi A6 : en terres hostiles 

 

La française, en bonne DS, charge son intérieur de détails de finition. Le savoir-faire à la française, ça doit se voir, et se sentir. Aluminium guilloché, molettes façonnées comme des bijoux, surpiqûres « point perle », horloge BRM trônant au sommet de la planche de bord, le tout nappé par le superbe cuir épais rouge de cette configuration Opéra. L’ambiance est finalement traditionnelle, mais plutôt chaleureuse. Si on retrouve ici le levier de vitesse d’une simple Peugeot 308, ou des commandes partagées avec de « vulgaires » Citroën, la qualité est de très bon niveau. Reste qu’en face, l’Audi A6 est un sacré morceau dans ce domaine.

L'intérieur de la DS9 est plus traditionnel dans son agencement et sa décoration. La qualité est excellente.
L'intérieur de la DS9 est plus traditionnel dans son agencement et sa décoration. La qualité est excellente.
L'Audi A6 est intouchable dans ce domaine. Mais l'ambiance très clinique n'est pas très chaleureuse.
L'Audi A6 est intouchable dans ce domaine. Mais l'ambiance très clinique n'est pas très chaleureuse.

 

L’allemande est, à l’intérieur, à l’image de son extérieur. C’est net, clinique, et rien ne dépasse. Peu de choses à redire concernant la fabrication, mais l’ambiance industrielle manque un peu de chaleur. D’autant plus que seules des couleurs sombres sont disponibles au catalogue. Si la grande berline a elle aussi fait la chasse au bouton, l’ergonomie est tout de même préservée, via ses deux grands écrans centraux. Derrière le volant, le Digital Cockpit est nettement plus qualitatif et plus précis que celui de la DS9, qui semble accuser une génération de retard. Idem pour l’écran central de la française. La dalle est de belle facture, mais le système qu’il renferme, lent et graphiquement peut séduisant détonne dans un modèle à 70 000 €.

C'est le point fort de cette DS9, une banquette arrière confortable, truffée de petites attentions, et un espace royal.
C'est le point fort de cette DS9, une banquette arrière confortable, truffée de petites attentions, et un espace royal.
L'Audi A6 sait également accueillir à l'arrière, mais avec un peu moins d'égard.
L'Audi A6 sait également accueillir à l'arrière, mais avec un peu moins d'égard.

 Aux places arrière, la française reprend les devants avec un espace géant digne des limousines du segment supérieur. La DS9 est d’ailleurs la seule à proposer une banquette chauffante, ventilée mais aussi massante. L’espace aux genoux permet même aux grands gabarits d’étaler leurs jambes (le siège avant passager peut être commandé depuis l’arrière) et l’accoudoir central ainsi que les appuie-tête « Lounge » donnent l’impression de voyager en business. Bref, un deuxième rang digne du standing revendiqué par la DS9. En face, l’Audi A6 ne manque pas de confort ni d’espace, mais elle ne peut lutter contre une française imaginée avant tout pour les chinois, et pour qui cet espace est primordial. L’allemande doit également s’incliner côté coffre, avec des batteries très envahissantes. Si la française n’a déjà rien d’une référence avec ses 510 litres (pour près de 5 m rappelons-le), que dire de l’A6, dont la soute d’à peine 360 litres ne fait pas mieux qu’une Clio…

Comparatif : DS9 VS Audi A6 : en terres hostiles 
Comparatif : DS9 VS Audi A6 : en terres hostiles 

 

 

 

 

 

 

Pratique Audi A6 55 TFSI e Compétition DS9 E-Tense 4x4 360 Rivoli +
Qualité de la finition
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Rangements
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Modularité
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
Coffre (volume, seuil, facilité de chargement)
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Longueur maxi de chargement
  • 5
  • 5
  • 5
  • 5
  • 5
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Places AR : longueur aux jambes
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
Places AR : largeur aux coudes
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
Places AR : garde au toit
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
Plancher plat
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
Note : 13,1 /20 14,7 /20

 Équipement : les prix s’envolent rapidement chez Audi

Près de 80 000 € pour une voiture française options incluses, un chiffre suffisamment rare pour être souligné. Mais notre DS9 E-Tense 4x4 Rivoli + (prix de base 69 400 €) avec son intérieur Opéra Rouge Rubis facturé près de 5 000 € ne laisse que peu de possibilités pour encore alourdir la facture. Comptez 700 € pour le pare-brise chauffant et le couvercle de coffre motorisé, 700 € pour l’assistant au créneau, 1 250 € pour la vision de nuit et 1 200 € pour la sono haut de gamme Focal. Tout le reste est de série : système de conduite semi-autonome de niveau 2, DS Active Scan Suspension capable de lire la route et adapter l’amortissement, sièges avant massant et ventilés, projecteurs à LED, toit ouvrant et tout l’équipement moderne qu’on est en droit d’attendre d’une telle berline.

A6 : Virtual Cockpit efficace et affichage tête haute, l'allemande plonge dans une ambiance moderne.
A6 : Virtual Cockpit efficace et affichage tête haute, l'allemande plonge dans une ambiance moderne.
A6 : les deux écrans sont finalement simples à utiliser. Si des commandes physiques sont toujours plus intuitives, l'ergonomie est préservée.
A6 : les deux écrans sont finalement simples à utiliser. Si des commandes physiques sont toujours plus intuitives, l'ergonomie est préservée.

 

En face, le prix de base de l’Audi A6 55 TFSIe Compétition est à 74 300 €, et « offre » la climatisation quadri-zone, le Virtual Cockpit, la sellerie cuir-alcantara, les feux à LED, la navigation connectée avec la compatibilité smartphone, la direction à démultiplication variable... Pour le reste, il faudra passer par la case options : 1 150 € pour les sièges électriques (900 € de plus pour les rendre chauffants), 1 650 € pour l’affichage tête haute, 2 350 € pour les aides à la conduite « Route » (conduite semi-autonome, assistant d’évitement, lecture des panneaux, feux de route automatiques…), 2 550 € pour la vision nocturne, 1 300 € pour le Park Assist avec caméra 360°, 800 € pour l’amortissement piloté, 1 300 € pour ces jantes de 20 pouces, et la liste est encore longue. Ainsi richement dotée, notre A6 d’essai est facturée près de 95 000 € ! C’est 16 000 € de plus que notre DS9, qui affiche certes quelques lacunes au chapitre technologies embarquées (pas d’affichage tête haute, d’Apple CarPlay sans fil, ou de réel assistant vocal). 

DS9 : Les graphismes ne sont pas vraiment séduisants. La française mérite mieux.
DS9 : Les graphismes ne sont pas vraiment séduisants. La française mérite mieux.
DS9 : DS9 : la DS4, petite sœur de la DS9 étrennera un tout nouveau système multimédia. Dommage.
DS9 : la DS4, petite sœur de la DS9 étrennera un tout nouveau système multimédia. Dommage.

 

Rapport prix/équipements Audi A6 55 TFSI e Compétition DS9 E-Tense 4x4 360 Rivoli +
Aides à la conduite
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Conduite (liaisons au sol)
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
Confort
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Multimédia
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
Style intérieur
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
  • 9
Style extérieur
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Note : 16 /20 16,3 /20

Budget : un produit qui séduira les entreprises

Avec 16 000 € d’écart, l’allemande n’a que peu d’arguments dans ce chapitre, si ce n’est un certain avantage technologique. À de tels tarifs, ni l’une ni l’autre ne peut bénéficier du bonus écologique réservé aux véhicules hybrides rechargeables (50 000 € max), et les consommations, vraiment conditionnées par l’état de charge de la batterie se situent dans les mêmes eaux (voir page suivante). La très grande majorité des ventes se fera auprès des entreprises sous forme de leasing. Mais l’entretien chez Audi se soldera par des factures nettement plus musclées.

Comparatif : DS9 VS Audi A6 : en terres hostiles 
Budget Audi A6 55 TFSI e Compétition DS9 E-Tense 4x4 360 Rivoli +
Coût d'achat
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Bonus/malus
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Consommation : données constructeur
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Consommation : relevés Caradisiac
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Courroie de distribution/chaîne
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Cote attendue
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 7
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Durée de la garantie
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
Fiabilité attendue/coût de réparations
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Note : 11,8 /20 13 /20

 

Portfolio (100 photos)

En savoir plus sur : Ds Ds 9

SPONSORISE

Comparatifs Grande Berline

Toute l'actualité

Commentaires (326)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

c'est tellement dommage mais cette DS9 est un peu à l'image de son pays... 'en léger retard" :bah:

Par

Mdr sont fort ces chinois...mais cher

Le 1 er Gogo que je vois dans une DS9 je vais bien regarder sa tête...

Par

En réponse à Abit

c'est tellement dommage mais cette DS9 est un peu à l'image de son pays... 'en léger retard" :bah:

Vous parlez des 360 litres du coffre de la A6 ? :ange:

Par

En réponse à Automotoman

Mdr sont fort ces chinois...mais cher

Le 1 er Gogo que je vois dans une DS9 je vais bien regarder sa tête...

A part les responsables de concession ex-PSA, personne n'achètera la DS9.

Par

La face avant de la DS9 ressemble à une copie chinoise de l'A6. C'est encore plus flagrant quand les deux sont de la même teinte, comme dans l'article.

Par contre, pour l'ambiance intérieur, je préfère clairement la DS9.

Pour le reste, je ne me prononcerai pas.

:bien:

Par

Pour étayer les nombreux commentaires au sujet des plateformes…

Le confort acoustique de l‘A6 est nettement supérieur à celui de la ds9 car elle bénéficie d‘un châssis étudié pour cela, ce n‘est pas un truc rallongé et étiré comme la ds9. La ds9 est donc véritablement comparable à une Skoda superb qui est dans la même philosophie.

Pour la Chine chez les 4 anneaux une A6L est également disponible, rendant un comparatif inutile là-bas, dans le pays où elle sera la plus diffusée. Un comble!

Par

Étonnant les différences de coffre car sur les photos ce n'est pas flagrant.

Par

En réponse à Abit

c'est tellement dommage mais cette DS9 est un peu à l'image de son pays... 'en léger retard" :bah:

C'est vrai mais c'est surtout la conséquence d'une administration parmi les plus autophobes de la planète depuis 70 ans. Saluons quand même l'effort de DS qui, sans motorisation ad hoc, arrive à sortir un produit qui n'est pas ridicule. Hormis de meilleurs moteurs, il ne reste plus qu'à éviter certains détails bling-bling, mais puisque ça plaît aux Chinois....:biggrin:

Par

En gros la DS9 se prend une claque et retourne chez elle. Elle ne vaut le coups que si tu es passager aux places arrières et te trimballe plein de bagages. Pour le reste le conducteur lui il pleure a manipuler des commodo de citroen saxo et peugeot 108 avec un infotainment de peugeot 206... Bref si vous avez pas un chauffeur la DS9 n'est pas pour vous...

Par

La DS9 est incipide, une ligne fadasse et des inserts de bricolo pour essayer de lui donner un supplément d'âme... Heureusement qu'il y a cette trouvaille de génie concernant la sellerie type bracelet de montre, avec l'intérieur '' Opéra Rouge Rubis '' c'est l'excellence à la française qui va faire frémir les allemands, l'arme fatale du bureau design,des génies.

Tant qu'on aura des bureaux marketing, design et stratégie autant à la ramasse ça ne sert à rien d'attendre autre chose que des revers monumentaux.

Dommage qu'ils aient le droit de se servir des monuments français et de non comme Rivoli pour vendre ces mauvaise produits.

On passe pour des clowns avec tout ce sketch.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire