Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Mercedes Classe A 180d : la classe éco

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Le catalogue de motorisations de la nouvelle Mercedes Classe A commence à  s’étoffer. Après avoir testé la version essence place au diesel avec le bloc 180 d, d’origine Renault, qui assure l’accès à la gamme.

Essai - Mercedes Classe A 180d : la classe éco

En bref

A partir de 32 200 €

Puissance : 116 ch

Neutre au malus

La nouvelle génération de Mercedes Classe A connaît un excellent démarrage commercial dans l’Hexagone (1 800 immatriculations en novembre) et sur le Vieux Continent (15 000 exemplaires sur la même période). La compacte doit ce succès à une conception de qualité et une technologie de pointe qui fait passer ses concurrentes habituelles (BMW Série 1 et Audi A3 Sportback) pour des has-been. Ces performances, l’allemande les a réalisées avec seulement deux moteurs, un essence de 163 ch et un diesel de 116 ch. Depuis cet automne, l’offre s’est considérablement renforcée avec l’arrivée de versions A160 (109 ch) et A180 (136 ch) en essence et A200 (150 ch) et A220 (190 ch) en diesel. Et c'est sans tenir compte des dérivés sportifs AMG (35 et 45) et de la nouvelle carrosserie Classe A berline prévue pour le début de l’année 2019. Bref, tout roule pour la nouvelle Classe A.

Essai - Mercedes Classe A 180d : la classe éco

La version 180 d de 116 ch essayée aujourd’hui assure l’accès à la gamme avec un ticket d’entrée à 32 200 €, ce qui est plutôt élevé sur le marché à l’heure actuelle. Notre version d’essai en finition haut de gamme AMG Line est quant à elle facturée 37 500 €. Elle ajoute au nouveau visage de la compacte des jantes alliage AMG de 18’’, une grille de calandre façon nid d’abeille, un diffuseur et une jupe avant AMG très basse qui vous fera frotter à tous les ralentisseurs.

Essai - Mercedes Classe A 180d : la classe éco
Essai - Mercedes Classe A 180d : la classe éco

La touche sportive est aussi de mise à bord avec des sièges sport mêlant cuir et alcantara, un pédalier alu, un volant cuir avec surpiqûres rouges sans oublier toute la technologie qui fait le succès de l’allemande. En effet, on retrouve dans cet univers moderne, plaisant et très bien fini une impressionnante tablette numérique qui court de derrière le volant jusqu’au milieu du tableau de bord. Il s’agit en réalité de deux tablettes reliées par une vitre d’un seul tenant. La première sert d’instrumentation numérique et regroupe toutes les informations, la seconde, celle de droite, est tactile et permet de commander l’ensemble des fonctionnalités de la voiture.

Essai - Mercedes Classe A 180d : la classe éco

Le cockpit de la Classe A est moderne, bien fini et ultra connecté.

Ce système multimédia appelé MBUX est doté d’une intelligence artificielle qui va permettre à la voiture d’apprendre vos habitudes. Par exemple, si chaque matin vous allumez la radio pour écouter votre station préférée, elle sera capable de l’anticiper et vous brancher dessus. En parallèle, un assistant vocal comme Siri avec l’Iphone permet d’exécuter plusieurs actions. Exemple : si vous lui adressez un « Hey Mercedes, j’ai froid », la voiture démarre instantanément le chauffage. Ce système est plutôt au point sur une dizaine de commandes de base comme le chauffage, la météo et la navigation, etc. En revanche, nous ne sommes jamais parvenus à lui faire lire un fichier audio présent dans le disque dur. Enfin, pour des raisons de sécurité, l’assistant ne peut intervenir sur les feux de détresse, la centralisation ou encore la position des feux.

La finition AMG Line donne droit à un pack carrosserie sportif et une suspension rabaissée.
La finition AMG Line donne droit à un pack carrosserie sportif et une suspension rabaissée.

Une compacte premium au look sportif avec un quatre cylindres diesel de 116 ch, l’association prête à sourire. Toutefois, cette motorisation devrait réaliser une grosse part des ventes sur notre territoire grâce à ses faibles taux d'émissions de CO2. La A180d échappe en effet au malus écologique avec des rejets allant de 108 à 111 g de CO2/km (selon les finitions et le diamètre de jantes). Ce moteur, la Classe A le partage avec le Dacia Duster ou encore la Renault Mégane, puisqu’il s’agit du 1.5 dCi produit par le groupe français et fourni dans le cadre du partenariat avec le groupe Daimler. Chez Mercedes, il est associé d’office à la boîte de vitesses automatique 7G-DCT. Et ce mariage fonctionne bien, même très bien ! Le couple maxi (260 Nm) est exploité parfaitement par la boîte, qui privilégie la douceur, pour fournir au conducteur des accélérations et des reprises franchement pas ridicules à ce niveau de puissance. Le quatre cylindres est vif mais docile à bas régime, ce qui s’avère plaisant en conduite urbaine. Sur voies rapides, il fournit suffisamment de ressources pour évoluer sereinement sans anticiper chaque dépassement. C’est enfin son appétit de moineau qui réjouira son futur propriétaire, avec un moyenne de 5,7 l/100 km relevée durant notre essai.

Selon la finition choisie, l'écran du système multimédia peut varier de 7 à 10''.
Selon la finition choisie, l'écran du système multimédia peut varier de 7 à 10''.

La nouvelle Classe A est proposée avec 3 configurations de châssis. Le niveau de finition haut de gamme « AMG Line » de notre essai donne accès au second qui repose sur une suspension acier classique associée au système « Dynamic select » qui régit la réactivité de la direction et de la réponse moteur. Cette dernière est ici rabaissée de 15 mm et s’avère donc un poil plus ferme au bénéfice de la tenue de route. L’intérêt est toutefois limité sur une voiture de 116 ch mais ce châssis a le mérite de ne pas altérer le bon niveau de confort. Quoi qu’il en soit, la Classe A est pour nous la meilleure compacte premium de moment. Elle est facile à prendre en main, légère à emmener et même ludique sur petites routes où l’on prend plaisir à l’inscrire en courbe. La position de conduite basse, le bon maintien du siège et le volant à l’implantation verticale renforcent le sentiment de « faire corps » avec la voiture.

S’il y a bien un défaut à souligner, c’est au registre des aides à la conduite. La Classe A en est truffée mais deux d’entre elles s’avèrent bien trop intrusives voir dangereuses au quotidien, comme le système d’alerte de franchissement de ligne qui donne seul des coups de frein du côté où la voiture mord la ligne. Une aide surprenante au début, agaçante au milieu et irritante à la fin. Pire, l’aide active au freinage d’urgence (paramétrable) s’active de façon intempestive (même réglée sur « tardive »). Résultat des courses, à plusieurs reprises en conduite urbaine où les distances de sécurité et le code de la route deviennent facultatifs, le système se met en marche à chaque ralentissement et bloque en conséquence les freins, ce qui nous a valu plusieurs fois le risque de nous faire emboutir. Ces deux aides sont désactivables mais se mettent en route à chaque redémarrage.

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,41 m
  • Largeur : 1,79 m
  • Hauteur : 1,42 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 360 l / 1200 l
  • Boite de vitesse : Auto. à 7 rapports
  • Carburant : Diesel
  • Taux d'émission de CO2 : 107 g/km
  • Bonus : 0 €
  • Date de commercialisation du modèle : Mars 2018

* pour la version IV 180 D AMG LINE 7G-DCT.

Photos (24)

En savoir plus sur : Mercedes Classe A 4

SPONSORISE

Essais Moyenne Berline

Fiches fiabilité Moyenne Berline

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire