Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Véhicule familial, coupé, SUV, voiture dynamique pour les adeptes du plaisir de conduite, le X4 revendique plusieurs identités. Ce mélange si particulier que BMW appelle SAC, pour "Sport Activity Coupe", parvient-il à mixer intelligemment des mondes parfois opposés ?

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

 En bref

A partir de 50 700 €

Quatre roues motrices uniquement

De 184 à 354 ch

Il faut bien le reconnaître, nous avions tous été sceptiques au moment de la sortie du BMW X6. Il fallait oser : prendre un SUV (le X5, en l'occurrence), et lui retirer une partie de son habitabilité, de son volume de coffre et de la visibilité à bord pour en faire un pseudo coupé. La recette a, contre toute attente, bien fonctionné. A tel point que BMW la décline désormais à foison : X2 et X4 font maintenant partie intégrante du catalogue "X".

Le X4 avait été lancé en 2014 à l'occasion du restylage du X3, sur lequel il a toujours été basé. Un renouvellement en 2018 paraît donc un peu précipité (la durée de vie moyenne d'une auto est de six à sept ans). Mais la marque a simplement suivi sa logique : avec un nouveau X3 vient un nouveau X4. Et si vous pensiez que le X4 n'était qu'un véhicule d'image qui ne se vend que très peu, détrompez-vous : BMW a réalisé plus de 200 000 ventes à travers le monde en trois ans et demi de carrière. Pas mal, pour une auto dont il n'est pas toujours facile de cerner la personnalité, et dont les tarifs débutent à plus de 50 000 €.

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

 

Nous voici donc en présence de ce X4 répondant au nom de code G02. En termes de design, il faudrait découper l'auto en trois parties : la face avant, reprise du X3, le profil, marqué évidemment par un pavillon qui fuit vers l'arrière et une poupe totalement remaniée. Cette fois, X3 et X4 ne partagent plus du tout les mêmes optiques.

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

Le X4 a droit à la toute nouvelle signature lumineuse des coupés BMW, qui sera également présente sur la Série 8. La traditionnelle forme en "L" est conservée mais les feux sont nettement plus fins.

La plaque a quant à elle déménagé, pour passer du hayon au bouclier. Tout ceci pour favoriser cette impression de pureté de l'arrière et d'horizontalité. Il faut également souligner que ce X4 est mieux proportionné que le X3 : il est plus large (5 cm), plus long (5 cm) et plus bas (2 cm).

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

Nous le ressentons immédiatement à bord. La position de conduite est légèrement plus basse qu'à bord d'un X3. L'allongement du X4 par rapport à la précédente génération a permis d'améliorer assez sensiblement l'espace aux genoux pour les passagers arrière, et seuls les grands gabarits se sentiront gênés par ce toit qui vient tomber un peu sur leur tête. Une concession à faire pour un véhicule qui se veut "coupé", en plus d'être un SUV.

Globalement, la présentation de l'environnement du conducteur est très bonne. Les matériaux sur cette variante haut de gamme M Sport X sont d'excellente qualité, mais quelques détails nous ont un peu agacés, comme l'absence de réglage électrique du siège conducteur. C'est tout de même assez regrettable sur une auto comme notre modèle du jour, vendu plus de 63 000 €. Le recours aux options peut parfois atteindre des niveaux absurdes sur des voitures à de tels niveaux de prix.

Si l'instrumentation garde son look habituel chez BMW, elle passe au numérique. Nous ne sommes pas encore au tout nouveau combiné, que l'on pourra retrouver sur les prochaines productions, mais BMW a enfin franchi un cap et oublié les très vieillissants compteurs analogiques hérités des vieilles générations telles que l'E30 (fin des années 80).

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

La grosse nouveauté à bord est l'arrivée, comme sur le X3, de l'écran tactile. Très réactif, il permet enfin de naviguer dans les menus sans passer par la molette, pour ceux qui aiment le tactile. Mais bonne nouvelle : BMW a conservé l'iDrive ! Selon nous, il s'agit d'une excellente décision. Imposer le tactile sans autre possibilité aurait été une erreur, et BMW se démarque ici clairement de ce que fait Audi. 

Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité
Essai vidéo - BMW X4 (2018) : troubles de l'identité

 

Le X4 ne fait toutefois pas de miracles en termes de volume de coffre. A 525 litres (ce qui est une bonne valeur, entendons-nous bien), il est dans la moyenne supérieure des SUV coupés, mais si vous cherchez une vraie soute, il faudra plutôt vous diriger vers un break. Une auto certes (peut-être) moins séduisante, mais plus rationnelle et plus dynamique sur route.

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,75 m
  • Largeur : 1,91 m
  • Hauteur : 1,62 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 525 l / 1430 l
  • Boite de vitesse : Auto. à 8 rapports
  • Carburant : Diesel
  • Taux d'émission de CO2 : 131 g/km
  • Malus : 898 €
  • Date de commercialisation du modèle : Février 2018

* A titre d'exemple pour la version (G02) XDRIVE20DA 190 M SPORT X.

Le bonus / malus et le taux d'émission de CO2 sont données à titre d'indication pour la version la plus écologique.

Photos (22)

En savoir plus sur : Bmw X4 G02

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire