Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Fiat Panda - Sur la route : confort et impressions de conduite en ville, sur routes et autoroutes

Essai longue durée - 3 000 km en Fiat Panda : le Petit Poussif

Notre périple ne commence pas sous les meilleurs auspices : alors que le thermomètre dépasse déjà les 30 degrés et que nous ne sommes même pas encore sortis de Paris, le smartphone, trônant en plein soleil sur la base prévue à cet effet sur le tableau de bord et nous indiquant l'itinéraire optimal via l'application Waze, s'est déjà éteint pour cause de surchauffe. Mais une solution est vite trouvée en orientant une des buses de la climatisation directement sur l'appareil, se trouvant alors refroidi par air.

Essai longue durée - 3 000 km en Fiat Panda : le Petit Poussif

Une fois les limites de la capitale franchies, nous ne sommes cependant pas au bout de nos peines, bien au contraire. Le programme de la journée est en effet constitué de pas moins de 750 km majoritairement d'autoroute et on ne peut pas dire que ce soit le terrain de prédilection de la Panda. Bien au contraire même, et ce pour plusieurs raisons, à commencer par le bruit. Ou les bruits plutôt. Malgré le peu d'effet qu'il semble avoir sur le compteur de vitesse, le TwinAir s'époumone en effet dans les phases d'accélération de sa voix très particulière de bicylindre et, s'il devient bien plus discret à vitesse stabilisée, il est relayé ensuite par les bruits d'air importants à 130 km/h. Sensible au vent latéral, sa tenue de cap est enfin un peu hasardeuse et, en l'absence de régulateur de vitesse de série ou en option, c'est à vous qu'il revient de maintenir une pression constante sur l'accélérateur.

Essai longue durée - 3 000 km en Fiat Panda : le Petit Poussif

Enfin, terminons les griefs sur ce profil de route en signalant l'absence d'un sixième rapport sur la boîte dont bénéficient pourtant les versions 4x4 équipées du même moteur, ce qui permet non seulement de diminuer le niveau sonore à vitesse autoroutière mais aussi la consommation. Utilisant en effet en priorité le contenu des réservoirs de GNV une fois la mécanique à température, la Panda n'aura eu besoin que d'à peine plus de 200 km pour en venir à bout, basculant ensuite automatiquement sur sa réserve de sans-plomb et la sirotant au rythme de 8 l/100 km de moyenne, ce qui est beaucoup. N'ayant pas de pompe au GNV à proximité de notre itinéraire, nous décidons alors de continuer à l'essence pour le moment.

Atteignant les Alpes, nous finissons par quitter l'autoroute A40 pour la nationale, plus précisément la N205, direction le Tunnel du Mont-Blanc pour enfin franchir la frontière italienne. Très roulante, elle présente cependant un beau relief nécessitant de nombreuses relances et donc un usage fréquent de la boîte de vitesses : la seconde craque systématiquement à moins de décomposer son mouvement et le maniement général est des plus caoutchouteux. Le centre de gravité élevé se traduit aussi par une prise de gîte marquée en courbe.

Essai longue durée - 3 000 km en Fiat Panda : le Petit Poussif

La première conclusion après déjà un quart du road trip effectué en arrivant à Turin n'est donc pas vraiment ce qu'il y a de plus positif. Mais il reste encore sept jours. Le lendemain, après avoir tourné quelques images sur la fameuse piste d'essai sur le toit du Lingotto Fiat, nous nous rendons alors sur le site FCA de Mirafiori, ce qui nécessite de traverser une bonne partie du chef-lieu piémontais. Et c'est précisément à cet instant que la petite Panda commence à briller. Disons-le tout net, on peut même arriver à un certain plaisir de conduite une fois que l'on s'est glissé dans la peau du conducteur italien : sa maniabilité offre la possibilité se faufiler aisément dans le trafic local pour le moins agressif, ses suspensions souples se chargent de lisser la surface bosselée des rues et le couple maxi du TwinAir, certes modeste mais atteint à seulement 1 900 tr/min, permet de garder un bon rythme de progression.

Nous restons encore à Turin la journée et le lendemain avant de nous diriger ensuite vers Milan, Bergame et Florence via le réseau routier secondaire. C'est bien simple : plus la vitesse moyenne est lente, plus l'état de la route est critiquable et plus la Panda se distingue. Kilomètre après kilomètre, elle en devient attachante, avec sa bonne bouille ronde, et s'inscrit parfaitement dans le paysage malgré sa très voyante peinture orange Sicilia. À Calvatone, chez Maranello Service, garage si reconnu pour l'entretien et la qualité de ses restaurations des voitures au cheval cabré qu'elle fait partie des rares enseignes validées par Ferrari Classiche, même la patronne, pourtant entourée de cinq F40 et d'une F50 (la sienne), aura un mot tendre pour elle : « avec une Panda, on ne finit jamais à pied », ce qui est visiblement un dicton italien. Par contre, on s'arrête souvent à la station-service : quel que soit le profil de route ou la vitesse moyenne, la consommation moyenne semble irrémédiablement être à 8 l/100 km.

Essai longue durée - 3 000 km en Fiat Panda : le Petit Poussif

C'est finalement sur le chemin du retour, à Chalon-sur-Saône, que nous trouverons enfin une pompe de GNV sans avoir à faire un trop grand détour. Et alors que nous étudions la technique particulière pour faire le plein en tentant de décrypter un obscur schéma décoloré par le soleil, nous aurons la surprise de voir une seconde Panda GNV, de seconde génération, venir se ranger derrière nous pour s'abreuver. Son propriétaire nous accorde alors avec entrain les quelques secondes nécessaires pour expliquer la méthode : un tuyau à verrouiller puis un bouton à maintenir jusqu'à ce que le réservoir soit plein dans le plus grand des silences. Simple, propre et efficace. Mais il faudra une nouvelle fois seulement un peu plus de la moitié des 350 km pour rejoindre Paris pour venir à bout des 12 kg de GNV. Toutefois, à 1,10 € le kg, c'est toujours presque deux fois moins cher que de rouler au SP95.

Portfolio (30 photos)

SPONSORISE

Essais Citadine

Fiches fiabilité Citadine

Toute l'actualité

Commentaires (40)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Les noyaux, pas la pêche.

Par

La Panda est donc une citadine.

C'est un scoop ça ^^

Par

En réponse à GY201

Les noyaux, pas la pêche.

Mais jamais de pépin non plus

Par

on se doute bien que c'est pas une autoroutiere , un scoop:roi:, pour le rste e, c'est une bonne à tout faire, l'ideal etant le 1,2 essence bcp moins cher et pas cette version surélevé

Par

En réponse à GY201

Les noyaux, pas la pêche.

justement pas inconfortable , la panda, mieux qu'une Twingo 3 ( sans doute pour ca qu'elle se vend mieux en europe:roll:

168000 contre 77000 , en 2018:sol:tu peux verifier:tongue:

Par

Une conso "irrémédiablement" bloquée à 8L mais "lol"...

Sur spritmonitor la moyenne des usagers est à 6.2L, modèles 4x4 inclus.

Je l'ai déjà eue plusieurs fois en location (mais avec le 1.2L 69ch), petite voiture bien agréable à conduire, même sur une autoroute ce n'était pas une punition, pas trop bruyante.

Par

En réponse à king crimson

La Panda est donc une citadine.

C'est un scoop ça ^^

je la poutre cette panda avec ma youg Ford fiesta 1.1 scoop de 1988.

Par

En réponse à cactus-fr

Une conso "irrémédiablement" bloquée à 8L mais "lol"...

Sur spritmonitor la moyenne des usagers est à 6.2L, modèles 4x4 inclus.

Je l'ai déjà eue plusieurs fois en location (mais avec le 1.2L 69ch), petite voiture bien agréable à conduire, même sur une autoroute ce n'était pas une punition, pas trop bruyante.

Je l'ai aussi eue en location en version 1,2L, et j'en garde un bon souvenir. Mignonne, habitable, pas inconfortable. Limitée en performance, mais je ne pense pas que les autres citadines de 70 Cv soient des bombes non plus.

Et à des tarifs très compétitifs, vu les ristournes, remises et promos permanentes chez Fiat.

Par

Bonjour les journalistes de Caradisiac, pourriez-vous évoquer les histoires de CO2 en fin d'article, en petit, en italique, pour ceux qui en ont ras-le-bol de ces histoires. Et le jour où cette arnaque planétaire sera démasquée, les articles seront plus faciles à lire ou relire ;-)

Par

En réponse à Nationale7

Bonjour les journalistes de Caradisiac, pourriez-vous évoquer les histoires de CO2 en fin d'article, en petit, en italique, pour ceux qui en ont ras-le-bol de ces histoires. Et le jour où cette arnaque planétaire sera démasquée, les articles seront plus faciles à lire ou relire ;-)

Nous attendons tous avec impatience que Nationale7, scientifique de renom, sans aucun doute, opérant incognito sur la section "commentaires" de Cara, expert du climat qui a rejeté le GIEC, expert des moteurs à combustion interne, après avoir refusé une offre d'embauche chez Porsche, expert en politique et en environnement qui a renoncé à l'offre scandaleuse que lui a faite M Macron de remplacer au pied levé M Hulot, nous explique en quoi nous sommes victimes, tous, collectivement (car nous sommes tous tellement plus stupides que lui...) d'une arnaque organisée, mondiale...

:areuh:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire