Publi info
 

Gilets jaunes : l'étincelle qui a mis le feu à l'Etoile

Dans Economie / Politique / Social

"Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde". La phrase de Camus s'applique parfaitement à la révolte des Gilets jaunes. Il faut cesser de qualifier "d'écologique" la taxation du gazole. Elle ne l'est pas, elle est même son contraire et elle insulte la véritable écologie.

L'Arc de Triomphe, au centre de la place de l'Etoile à Paris. Samedi 1er décembre 2018.
L'Arc de Triomphe, au centre de la place de l'Etoile à Paris. Samedi 1er décembre 2018.

En ce lundi matin, rien n'indique la sortie de crise, au contraire, tout prédit de nouvelles émeutes et un durcissement du mouvement.

Lira-t-on un jour dans les livres d'histoire que la révolution de 2018 eut pour point de départ une taxe sur les carburants, comme celle de 1789 fut causée par la flambée du prix du pain ?

Dans ce cas, il faudra expliquer aux élèves que l'étincelle qui mit le feu à la place de l'Etoile fut à l'origine une goutte d'eau censée refroidir la planète.

Il faudra leur apprendre que ce qui mit à bas le ministre de l'Intérieur / le gouvernement d'Edouard Philippe / la présidence d'Emmanuel Macron / la Ve République / la démocratie française - cochez plus tard la bonne case - était une mesure d'une portée infime, ridicule.

Tout part d'une taxe de 0,06 € (hors TVA) destinée à diminuer la consommation de gazole de quelques dixièmes de pourcent afin de limiter de quelques centièmes de pourcent les émissions de C02 du transport routier qui en représente 28 % dans un pays qui en pèse 1,2 % au niveau mondial, ce qui revient à prétendre diminuer de quelque chose comme 0,007 % nos émissions de C02 et donc de 0,000008 % celles de l'humanité et peut-être moins, j'ai la flemme de calculer.

 

Un rien du tout qui pèse très lourd

 Pardon pour cette phrase imbitable, mais elle dit bien les enjeux respectifs de la transition écologique et de la paix civile.

Gilets jaunes : l'étincelle qui a mis le feu à l'Etoile

Une paix civile compromise au nom d'une transition écologique illisible : on se bat dans les rues au nom d'un chiffre précédé de plein de zéros après la virgule au bas d'un bilan environnemental. Autant dire, rien du tout, mais un rien du tout qui, de l'autre côté du pistolet à carburant, pèse lourd dans le petit budget d'un gros rouleur.

Le pire de l'histoire - et peut-être de l'Histoire avec un grand H - c'est que cette taxe est, du point de vue du réchauffement climatique, parfaitement contreproductive.

S'il faut réduire la consommation de carburant et donc nos émissions de CO2, mieux vaut rouler en diesel qu'à l'essence, n'importe quel garagiste sait ça. Mais pas un ministre qui confond pollutions locale et globale et crie haro sur le diesel comme le plus inculte des bobos confondant NOx et CO2.

Résultat, au lieu de diminuer notre empreinte environnementale, le diesel bashing l'aggrave. Un de nos confrères en a fait la démonstration statistique : en se "dé-dieselisant", la voiture neuve moyenne française a, l'an passé, augmenté ses émissions de CO2, une première depuis dix ans.

Il est par conséquent extrêmement difficile d'expliquer à des gens qui savent lire un comparatif de consommations que si l'on augmente le gazole, c'est pour la planète, et pas, tout simplement, pour alimenter le budget de l'Etat et compenser la quasi disparition de l'ISF. C'est même impossible.

Et de toute façon, à force de temporisation et d'inaction, le gouvernement a chargé la carriole de bien d'autres revendications que l'abolition de la taxe carbone. A un point tel qu'il ne saurait toutes les satisfaire sans renier la totalité de ses engagements, tant politiques que financiers.

L'étendard de la révolte

Gilets jaunes : l'étincelle qui a mis le feu à l'Etoile

 A ce stade de la panade, je m'étonne que personne ne s'amuse du fait que ce chasuble devenu l'étendard de la révolte fut imposé par l'Etat aux conducteurs au prétexte de leur sécurité. Plus ironiquement encore, pour leur sécurité sur le bas-côté, descendu de voiture...

Un peu comme si l'achat du bonnet phrygien des révolutionnaires de 1789 (de 1792 pour être exact), avait été rendu obligatoire par Louis XVI afin que ses sujets ne s'enrhument point.

Je suggère que le prochain équipement obligatoire à bord de nos voitures soit l'extincteur. 

 

Portfolio (1 photos)

Commentaires (122)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Exactement :oui:

c'est justement parce que les français ont moins roulé et que de ce fait l'état a eu un manque à gagner que les taxes ont augmenté :oui:

Les français ont donc fait des efforts de ce coté là (et aussi par manque de moyens financiers pour certains il faut le dire) et le gouvernement ne trouve rien d'autre qu'à les pénaliser encore :pfff:

le paravent écologique il a bon dos :coucou:

le gouvernement ferait mieux de dire qu'ils sont nuls et qu'ils manquent de recettes dans les caisses et qu'on arrête de nous bassiner avec ces paravents écologiques ridicules :jap:

Par

Pour l'équipement en extincteur, ok, j'en ai un dans chacune de mes voitures . Bizarre, c'est obligatoire dans un bateau mais la commission européenne, dans ses dernières préconisations d'obligations de systèmes de sécurité, ne l'a pas inclus !

Par

Allez les gars, maintenant on le sait qu'il est inévitable ce changement climatique !

Vous voulez pas l'affronter comme des hommes à coup de technologies, de pragmatisme, d'adaptation, de migration (aussi dur soit-elle à gérée) plutôt que de tenter de réparer la coque du Titanic avec du scotch ?

Oui, au dérèglement climatique !

Non, à la zadification de la France !

Par

N'oublions pas aussi les recettes de l'état en baisse du aux radars qui ont flashé en 2018 de 15% en moins par rapport à la même période en 2017 :oui:

Nouvelles taxes pour compenser tout ça :areuh:

on verra ce que le gouvernement va bien pourvoir nous raconter pour justifier cela :wink:

Par

Joli titre Jean, joli :good:

Par

billet d'humeur partagé

mais malheureusement pas par tous.

N'oublions tout de même pas que lorsqu'on parle de pollution du diesel on pointe du doigt les plus anciens, pas l'ultra moderne flambant neuf uptodate ou même un singe enfermé n'y trouve rien à redire. (Vw ,si tu nous regardes....)

Par

Super article !

Une presque dissertation que je ferai lire à mes 1ères qui commencent à s’affronter sur ce sujet délicat..

Par

Le billet est bon mais j'ai pu lu la solution ?

C'est donc une nouvelle critique contre le gouvernement qui s'ajoute à celles des gilets jaunes. Différente dans la forme et le fond mais toujours une critique.

Oui la taxe fut mal inspirée de se nommer écologique mais moi j'ai enfin vu du courage chez un gouvernement francais. Le premier qui a osé augmenter le coût du diesel et le taxer plus que l'essence dans le but de faire basculer l'achat des français du diesel à des motorisations écologiques (hybrides donc mi-essence mi electrique et électriques) .

Avec un gazole toujours moins cher que l'essence , on ne risquait pas de pousser les francais à lâcher le diesel.

Alors oui le diesel pollue plus la planète que l'essence, ca je l'ai toujours su, mais quand on achète que du diesel et pas d'electrique ou d'hybride (essence-électrique) , on finit par polluer plus !

Les français doivent se detourner du diesel et il n'y a pas d'autres solution que celle de rendre le diesel plus cher que l'essence.

Par

Augmenter l' essence et le gasoil c est un peu comme augmenter la tva , taxe la plus injuste. Moi comme étendard je voyais plutôt un cocktail molotov. Ou une queunelle.

Par

bien sur que tout cela est vain et dérisoire mais le politique doit gesticuler pour exister.

peut être bien que l'amorceur a été l'imposition du passage à 80km/h qui a exaspéré les automobilistes.

cela n'a pas suffi à déclencher l'étincelle mais a mis en condition.

comme le disait si justement la blogueuse qui a initié le mouvement: stop à la traque des automobilistes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire