Publi info

Indûment trop payé, le nouveau dirigeant de Nissan rejette la faute sur... Carlos Ghosn

Dans Economie / Politique / Personnalités

C'est le constructeur Nissan lui-même qui le dit, après une enquête interne. Le directeur général Hiroto Saikawa, comme d'autres dirigeants, aurait perçu une rétribution "inappropriée". Lui se défend en invoquant un stratagème... mis en place par Carlos Ghosn ! 

Indûment trop payé, le nouveau dirigeant de Nissan rejette la faute sur... Carlos Ghosn

Décidément, Carlos Ghosn a les épaules larges et il semble qu'on puisse lui mettre sur le dos toute malversation ayant lieu au sein du groupe Renault-Nissan...

Aujourd'hui, c'est une dépêche Reuters qui rapporte le trouble. Suite à une enquête interne à Nissan, il s'avère que son directeur général Hiroto Saikawa, comme d'autres dirigeants, a bénéficié d'un système de droit à la plus-value sur les actions du constructeur, de façon indue. Ce qui a eu pour conséquence la perception d'une rémunération "inappropriée", à hauteur de plusieurs centaines de milliers d'euros.

 Le directeur général de Nissan a touché 400 000 €  de rémunération indue. Mais pour lui, les responsables  sont les anciens dirigeants,  donc Carlos Ghosn 

Le mis en cause s'est exprimé face à la presse ce jeudi matin. Dans la plus pure tradition japonaise, il a demandé pardon et s'est engagé à "restituer le trop-perçu". Il a ajouté : "je suis profondément désolé de l'inquiétude que j'ai causée". L'agence de presse nipponne Kyodo rapporte aussi qu'il a nié avoir eu un rôle direct dans ce stratagème, et qu'il pensait que les "procédures appropriées" avaient été respectées. En gros, il faut comprendre que ces mêmes procédures ayant été mises en place par l'ex-dirigeant Ghosn, la faute lui revient.

Il faut savoir que l'enquête interne a été lancée après que Greg Kelly, l'ancien bras droit de Carlos Ghosn, a déclaré en juin dernier dans la presse que Hiroto Saikawa avait été autorisé en 2013 à rééchelonner un bonus lié à ses actions, pour obtenir un gain supplémentaire de 47 millions de yens, soit 400 000 euros environ.

Ce gain a été révélé hier mercredi 4 septembre 2019 par la commission d'audit mise en place. Un conseil d'administration sera réuni le 9 septembre 2019 pour statuer d'éventuelles mesures disciplinaires. Cela jetant au passage un doute sur la volonté du nouveau dirigeant d'améliorer la gouvernance de Nissan, après l'arrestation de Ghosn en novembre dernier. À moins qu'il ne soit de bonne foi...

Quant à Ghosn et Greg Kelly, ils nient toujours toute implication dans les malversations financières dont ils sont accusés, et leurs procès devraient débuter en mars 2020, selon une information de l'agence de presse Kyodo.

 

Sources : avec Reuters et L'usine nouvelle

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (30)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Trop facile !

Par

No limite chez nissan :blague: ils méritent que Renault se barre et les laissent se demerder

Par

En réponse à Marv.

No limite chez nissan :blague: ils méritent que Renault se barre et les laissent se demerder

Si Renault se "barre" Nissan est perdue. Bon. Dans l'absolu, Nissan appartenant au Cric, (plus de 40% des actions, et est de facto, actionnaire majoritaire.... Et de loin) Renault va devoir trouver un pigeon pour reprendre les niaks :jap: Pas facile. Nissan est un nid à merde et à embrouilles en tout genre. Personne ne va mettre des milliards pour se la faire mettre par dessus le marché par ses traîtres:bah:. Nissan lui même garde la tête hors de l'eau grâce à ses relatives bonnes ventes au Japon et au USA. Notamment grâce au Nissan rogue (Xtrail) qui est un best-seller. La micra est un flop international et la Sunny (sisi ça existe, c'est une berline compacte:biggrin:) fait du sous-marin.

Par

''L'argent est arrivé sur mon compte, mais c'est de la faute à Ghosn, même s'il a quitté l'entreprise il y a un an. Il avait tellement fait n'importe quoi qu'on avait décidé de ne rien changer à ce qu'il avait mis en place. Donc c'est bien de sa faute.''

:jap:

Par

Tant qu'on les prends pas la main dans le pot de miel, tout va bien. Malin le jap. " le méchant c'est pas moi, c'est l'autre, preuve de ma bonne foi maintenant que je suis découvert, je vais tout rendre, c'est honteux qu'on ai pu abuser de moi "

Par

En réponse à Marv.

No limite chez nissan :blague: ils méritent que Renault se barre et les laissent se demerder

C’est ce qui a faillit se passer

Par

Vous croyez qu'il va envoyer son c.v chez Peugeot comme l'autre gars ?

Par

En réponse à Marv.

No limite chez nissan :blague: ils méritent que Renault se barre et les laissent se demerder

Ils méritent surtout que Renault utilise enfin ses droits de vote et fasse le ménage. Les Japonnais ont profité des "tensions" suite à la hausse de participation de l'état Français pour faire passer les droits de vote double afin de diminuer l'influence de Renault sur Nissan, résultat depuis les résultats de Nissan n’arrêtent pas de baisser et les Japonnais sont de plus en plus défiants (ils ont collaborer à faire tomber leur propre PDG quand même!), que Bolloré tape du poing sur la table et siffle la fin de la récré.

Par

J'aime ces PDG salariés. Toujours là pour empocher la thune, et toujours prompts à balancer les autres au moindre souci.

Par

Belle bande d'hypocritesssss

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire