Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Indûment trop payé, le nouveau dirigeant de Nissan rejette la faute sur... Carlos Ghosn

C'est le constructeur Nissan lui-même qui le dit, après une enquête interne. Le directeur général Hiroto Saikawa, comme d'autres dirigeants, aurait perçu une rétribution "inappropriée". Lui se défend en invoquant un stratagème... mis en place par Carlos Ghosn ! 

Indûment trop payé, le nouveau dirigeant de Nissan rejette la faute sur... Carlos Ghosn

Décidément, Carlos Ghosn a les épaules larges et il semble qu'on puisse lui mettre sur le dos toute malversation ayant lieu au sein du groupe Renault-Nissan...

Aujourd'hui, c'est une dépêche Reuters qui rapporte le trouble. Suite à une enquête interne à Nissan, il s'avère que son directeur général Hiroto Saikawa, comme d'autres dirigeants, a bénéficié d'un système de droit à la plus-value sur les actions du constructeur, de façon indue. Ce qui a eu pour conséquence la perception d'une rémunération "inappropriée", à hauteur de plusieurs centaines de milliers d'euros.

 Le directeur général de Nissan a touché 400 000 €  de rémunération indue. Mais pour lui, les responsables  sont les anciens dirigeants,  donc Carlos Ghosn 

Le mis en cause s'est exprimé face à la presse ce jeudi matin. Dans la plus pure tradition japonaise, il a demandé pardon et s'est engagé à "restituer le trop-perçu". Il a ajouté : "je suis profondément désolé de l'inquiétude que j'ai causée". L'agence de presse nipponne Kyodo rapporte aussi qu'il a nié avoir eu un rôle direct dans ce stratagème, et qu'il pensait que les "procédures appropriées" avaient été respectées. En gros, il faut comprendre que ces mêmes procédures ayant été mises en place par l'ex-dirigeant Ghosn, la faute lui revient.

Il faut savoir que l'enquête interne a été lancée après que Greg Kelly, l'ancien bras droit de Carlos Ghosn, a déclaré en juin dernier dans la presse que Hiroto Saikawa avait été autorisé en 2013 à rééchelonner un bonus lié à ses actions, pour obtenir un gain supplémentaire de 47 millions de yens, soit 400 000 euros environ.

Ce gain a été révélé hier mercredi 4 septembre 2019 par la commission d'audit mise en place. Un conseil d'administration sera réuni le 9 septembre 2019 pour statuer d'éventuelles mesures disciplinaires. Cela jetant au passage un doute sur la volonté du nouveau dirigeant d'améliorer la gouvernance de Nissan, après l'arrestation de Ghosn en novembre dernier. À moins qu'il ne soit de bonne foi...

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Quant à Ghosn et Greg Kelly, ils nient toujours toute implication dans les malversations financières dont ils sont accusés, et leurs procès devraient débuter en mars 2020, selon une information de l'agence de presse Kyodo.

 

Sources : avec Reuters et L'usine nouvelle

SPONSORISE

Actualité Nissan

Toute l'actualité

Forum Nissan

Commentaires ()

Déposer un commentaire