Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Le patron de Nissan ne voit aucun intérêt à une fusion avec Renault

Dans Economie / Politique / Industrie

Florent Ferrière

Le patron de Nissan ne voit aucun intérêt à une fusion avec Renault

Pour Hiroto Saikawa, PDG de Nissan, une fusion des marques de l'Alliance n'aurait pas d'intérêt. Selon lui, l'Alliance permet d'améliorer la rentabilité grâce aux synergies tout en conservant une indépendance.

Une chose est sûre : dans les années à venir, Renault et Nissan (accompagné désormais de Mitsubishi) vont continuer de se rapprocher. Carlos Ghosn a la délicate mission de mener à bien ce chantier, avec pour date butoir 2022.

Il y a quelques jours, il expliquait que toutes les options étaient possibles : "je ne laisse aucune option de côté mais je n'en privilégie aucune. Nous ne sommes pas fixés sur une solution". L'idée de procéder carrément à une fusion n'était donc pas balayée.

Mais du côté japonais, on indique que c'est peu probable. Dans une interview accordée au quotidien économique Nikkei et évoquée par l'AFP, le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, a dit qu'il ne voit "aucun intérêt" à une fusion, qui aurait pour lui "des effets secondaires".

Le patron de Nissan souhaite tout de même une évolution. Il a déclaré : "il est nécessaire de trouver un juste équilibre dans les relations entre actionnaires" pour éviter les jeux de pouvoir. Actuellement, les deux parties sont liées par des participations : Renault détient 43 % de Nissan, et Nissan détient 15 % de Renault. L'Alliance n'est donc pas un groupe, mais une super-coopération.

Hiroto Saikawa semble d'ailleurs plutôt en accord avec le principe de base, expliquant que le but de l'Alliance est "que chaque membre reste indépendant tout en maximisant la croissance de chacun d'eux". En clair, des synergies en matière de conception et production, oui, une entité commune, non. Le scénario le plus probable serait une montée en puissance de Nissan dans le capital de Renault. Une rumeur avait laissé entendre que le japonais pourrait acheter la part de l'État français, soit 15 %.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Le dossier est des plus complexes, tant il faut ménager les susceptibilités des gouvernements français et japonais, le premier souhaitant voir Renault garder le contrôle, le second attendant un rééquilibrage des forces, Nissan vendant plus que Renault.

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Nissan

Toute l'actualité

Forum Nissan

Commentaires ()

Déposer un commentaire