Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Malus 2020 : Dacia, Mazda ou encore Alfa Romeo, ces cas particuliers

Dans Economie / Politique / Marché

Quels sont les constructeurs qui souffriront le plus du malus mis en place le 1er janvier prochain en France ? Selon un cabinet d'étude, il s'agit de Porsche, Alfa Romeo, mais aussi Mazda, Jeep ou encore Fiat et Ford.

Malus 2020 : Dacia, Mazda ou encore Alfa Romeo, ces cas particuliers

C'est un peu comme enfoncer une porte ouverte que de dire que ce sont les marques de prestige qui auront le plus de modèles à fort malus dès le 1er janvier, date de mise en place du nouveau malus en France. Mais c'est un peu une "habitude" pour ces marques, qui comptent sur les ventes de modèles dotés de motorisations puissantes. En revanche, pour certains généralistes, le nouveau malus sera difficile à digérer.

La part des malus dits "faibles", pour 2020
La part des malus dits "faibles", pour 2020

Le cabinet Autoways a justement compilé les immatriculations de chaque constructeur en Europe, et il en ressort que c'est Mazda qui sera le plus en difficulté, avec 59 % des véhicules commercialisés qui seront à plus de 1000 € de malus en début d'année prochaine, si l'on se base sur les ventes actuelles. Une épine dans le pied, d'autant que les Mazda ne sont pas connues pour être les autos les plus compétitives en matière de prix.

Cette proportion est également élevée chez Jeep (48 %), et dans une moindre mesure, Fiat (18 %) et Ford (15 %). Sans grande surprise, ce sont les marques qui ont le moins misé sur l'électrification de leurs modèles ces derniers mois, et qui n'ont pratiquement pas d'hybride rechargeable ou d'électrique à proposer.

La zone neutre en malus, en 2020
La zone neutre en malus, en 2020

Chez les constructeurs français, Peugeot est nettement mieux placé que Renault, avec seulement 1 % de véhicules à plus de 1000 € de malus, quand Renault est à 8 %, malgré la présence de la Zoe. Ceci s'explique par les rejets moyens de CO2 plus favorables à PSA, notamment sur la famille des moteurs Puretech.

Le cas Dacia

Le plus gros problème pour l'alliance sera le cas Dacia. En effet, 11 % des immatriculations actuelles du constructeur roumain sont au delà des 133 g/km, ce qui reviendra, début 2020, à un malus d'au moins 1000 €. Et sur des véhicules "essentiels" qui se vendent surtout grâce à leur prix, un tel malus ne sera pas négligeable. Après avoir vanté les mérites du diesel pendant des années, l'Europe tourne désormais le dos à cette motorisation, incitant les clients à se tourner, chez Dacia, vers l'essence.

Pour un Duster 1.3 TCE, il faudra compter entre 1629 et 2726 € de malus, selon la version choisie, soit environ 15 % du prix total du véhicule ! Nous verrons si les distributeurs prennent en charge tout ou une partie du malus, au moins le temps que le second barème du malus se mette en place, plus tard en 2020.

Toyota très bien placé

De l'autre côté de l'échelle, si l'on enlève le cas particulier de Tesla qui ne vend que des électriques, Toyota est particulièrement bien positionné. La marque est déjà en phase sur l'objectif des 95 g/km de l'UE pour 2021, et elle est aussi la mieux placée dans la zone neutre du malus 2020, avec 87 % de ses immatriculations actuelles entre 50 et 109 g/km ! 

Malus 2020 : Dacia, Mazda ou encore Alfa Romeo, ces cas particuliers

Dans la zone la plus basse, à savoir sous les 50 g/km de CO2 (hybride rechargeable très efficient, électrique), Tesla est évidemment en tête, devant... Mitsubishi ! Le constructeur nippon profite des fortes ventes de l'Outlander PHEV pour avoir un taux de 46 % de ses immatriculations sous les 50 grammes.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (99)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Il faudrait voir de plus près les valeurs officielles des mesures de cycle WLTP. J'ai quand même l'impression que cette étude regarde demain avec le filtre de lecture du passé et des valeurs NEDC.

Le bouleversement sera profond et la mise a jour des idées reçues plus importante encore que les révélations qui ont entraîné la chutes des ventes des moteurs diesels.

Je n'ai vu a ce jour que des valeurs partielles de mesures WLTP chez Toyota et PSA.

.

Par

Bonne nouvelle si ça peut limiter le nombre de Dacia roumaines sur nos routes... des caisses avec du matos bas de gamme et de récup le mérite. Tout le contraire de Mazda qui innove dans ses technologies de motorisation et dans des finitions toujours meilleures. Dommage pour Mazda mais ils seront s'adapter rapidement.

Par

C'est dommage pour Mazda, d'autant plus que c'est la marque dont les conso réelles sont parmis les plus raisonnables comparées à celles annoncées (avec Toyota/Lexus).

Par

Donc le marché automobile va s'effondrer sur les 6 premiers mois de 2019, et aura bien du mal à se redresser une fois le barème WLTP.

Par

Avec le nouveau cycle, ça devrait le faire pour Mazda logiquement !

Par

Et après on s'étonne que les particuliers achètent de moins en moins en neuf...

Par

Ha bah là ça va tuer le marché c'est certain. C'est d'ailleurs le but recherché puisque ce sont des mesures très extrémistes qui sortent là : super taxe 35cv en 2019, malus CO2 relevé + malus poids à venir. C'est terminé là ... :/

Par

Que tous ces constructeurs qui ne font aucun effort passent à la caisse :bien: Et pourtant j'aime bien Mazda...

Bravo à Toyota, marque visionnaire qui récolte les fruits de son travail précoce en matière d'hybride :roi:

Par

Le nombre d 'immatriculations fictives risque d 'exploser chez les distributeurs, rognant d'autant sur leur marge qui n'a pourtant rien à voir avec celle d'un vendeur de cuisines ! Il risque donc d'y avoir de la casse non seulement dans le réseau mais aussi chez les fabricants … dont les usines doivent continuer à tourner.

Que ces malus ne tiennent pas compte du prix des voitures me semble complètement incohérent : pénaliser une Dacia à même hauteur qu'un véhicule vendu 4 fois plus cher est une punition sociale. Surtout que dans le cas de Dacia l'acheteur est principalement un particulier … alors que pour les autos plus chères l'essentiel des achats est fait par les entreprises.

Les occasions récentes vont dans un premier temps avoir la part belle : ceux qui achètent leur auto avec leur épargne n'auront pour partie plus la possibilité d'accéder à une auto neuve.

Et que les politiques ne s'avisent pas de compenser par une prime pour les ménages les plus modestes : cela ne résoudrait rien et ne ferait que renforcer le sentiment d'injustice pour les classes moyennes qui ne disposent pas d'un véhicule de fonction.

Par

En réponse à nico95

Avec le nouveau cycle, ça devrait le faire pour Mazda logiquement !

Ce sera la marque a regarder de prés pour juger de la pertinence des moteurs atmosphériques. Cet article parle du passé et le transpose vers l'avenir sans pondération.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire