Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Mitsubishi Eclipse Cross (2021) – Sur la route : l'expérience parle

Essai - Mitsubishi Eclipse Cross (2021) : la métamorphose

Un peu plus de 200 ch, une autonomie électrique urbaine à peine supérieure à 50 km et des émissions de CO2 inférieures à 50 g/km sont des chiffres qui placent le Mitsubishi Eclipse Cross dans la moyenne de la catégorie, sans plus. Mais attention, il dispose de trois gros points forts.

D'abord, des palettes situées derrière le volant qui permettent de régler la puissance de la récupération d'énergie sur six niveaux, le premier étant une roue libre absolument parfaite : c'est simple mais terriblement efficace et surtout extrêmement ludique, on ne fait pas mieux pour prolonger l'autonomie électrique en s'amusant. Et si vous trouvez que c'est un peu trop, vous avez aussi la possibilité de passer par le mode B du sélecteur de vitesse qui ne reprend que le niveau 5 des palettes, le D étant équivalent au 3. Ainsi, dépasser le chiffre de la norme WLTP de 55 km en ville se fait avec une facilité déconcertante avec à peine d'anticipation. Sur un parcours périurbain et avec une conduite adaptée, nous avons ainsi consommé la moitié de la batterie pour faire 40 km.

Essai - Mitsubishi Eclipse Cross (2021) : la métamorphose
Essai - Mitsubishi Eclipse Cross (2021) : la métamorphose

Les palettes de chaque côté du volant pour régler la puissance de la récupération d'énergie sont un régal à utiliser.

Ensuite, il y a une transmission extrêmement évoluée aux quatre roues et qui permet une conduite 100 % électrique, électrique avec prolongateur d'autonomie ou hybride suivant les conditions de circulation mais à la sauce Mitsubishi : il y a les classiques Eco et Tarmac, équivalent de Sport, mais aussi neige (Snow) et graviers (Gravel) pour les chemins de terre. Le système se charge alors de faire varier la répartition du couple sur les quatre roues de façon adaptée et totalement transparente.

Troisième avantage et non des moindres : la recharge. Vous pouvez brancher cet Eclipse Cross sur une prise classique et il vous faudra alors environ 7 heures pour passer de 0 à 100 % mais c'est aussi l'un des rares hybrides rechargeables du marché à bénéficier d'une charge rapide. Elle est ici au format ChaDeMo, comme la Nissan Leaf, et vous pouvez alors passer de 0 à 80 % en seulement 25 minutes. Est-ce que c'est indispensable sur un hybride rechargeable ? Pas vraiment. Mais quand vous arrivez à une station de recharge où toutes les Type 2 sont occupés, cela donne une alternative bienvenue.

Essai - Mitsubishi Eclipse Cross (2021) : la métamorphose
Essai - Mitsubishi Eclipse Cross (2021) : la métamorphose

Le moteur à cycle Atkinson garantit une grande sobriété en mode hybride et la charge rapide permet surtout une alternative de branchement si toutes les bornes Type 2 sont occupées.

En performances pures, l'Eclipse Cross effectue le 0 à 100 km/h en 10,9 s, ce qui est suffisant pour lui assurer une polyvalence appréciable sur tous les types de route. Son comportement est typé différemment de celui de l'Outlander, à la souplesse des suspensions parfois excessive, puisqu'il se montre bien plus ferme, ce qui garantit un bon maintien de caisse mais sans pour autant pénaliser le confort. La direction, elle, est dénuée de la moindre remontée d'information, comme malheureusement de plus en plus de véhicules.

En matière de consommation, Mitsubishi a très bien fait ses devoirs en développant un moteur spécifique pour l'hybridation avec un cycle Atkinson et non en reprenant un existant déjà sans aide électrique. Certes, cela signifie que la puissance au litre est ridicule mais cela signifie que, une fois la batterie arrivée à sa capacité plancher, l'Eclipse Cross devient un hybride simple très efficient. Nous avons ainsi enregistré une consommation moyenne de 6,2 l/100 km. Peu utile aujourd'hui en l'absence en France de zones exclusivement réservées aux seuls véhicules pouvant se déplacer à l'électricité et normalement excessivement gourmand, le mode Charge qui attribue au moteur thermique la double tâche de déplacer le véhicule et de recharger la batterie et, même dans ces conditions, nous avons observé un 8,6 l/100 km de moyenne quand elle est bien souvent bien au-delà des dix litres sur d'autres voitures.

Portfolio (37 photos)

En savoir plus sur : Mitsubishi Eclipse Cross

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires (28)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Impressionnant le niveau d'efficacité : moins de 7l/100 en mode hybride simple. Vu le poids et l'aérodynamique de l'engin, c'est pas mal. Et la possibilité de rouler en tout électrique en plus pour éviter les passages à la pompe pour les déplacements quotidiens.

Par

45K€, un coffre de Clio, et une marque complètement invendable dans quelques années. C’est quand même pas très flatteur comme bilan je trouve.. à plus de 45000€ on fait face à des Suv premiums PHEV qui se revendront le double dans trois ans et qui sont nettement plus luxueux

Par

Les palettes au volant c'est bien pensé, la conso bien maîtrisée.

Par contre c'est moche et 11 secondes le 0 a 100 avec 200 ch c'est médiocre.

Par

C'est du Lewis raté, bonne pour la rubrique des laides ...qui n'ont rien sous le capot !

Par

En réponse à ERIC3535

Les palettes au volant c'est bien pensé, la conso bien maîtrisée.

Par contre c'est moche et 11 secondes le 0 a 100 avec 200 ch c'est médiocre.

Et puis la Vmax de 162km/h.

Mais comme dit michel.it et son acolyte trottinette électrique freestyle, pas besoin de recharger.:tourne:

Avec leurs Kia Niro hybride rechargeable.

Par

les suv, c'est quand même une mode de merde..

avec ma vieille octavia 1.2 essence de 2014, j'ai 105ch, donc le 0 à 100 en moins de 11s..

et depuis 91 000km, ma conso moyenne est à ...5.8l/100

ah oui, j'ai 560l de coffre aussi..

super la mode..

Par

En réponse à ff317

Et puis la Vmax de 162km/h.

Mais comme dit michel.it et son acolyte trottinette électrique freestyle, pas besoin de recharger.:tourne:

Avec leurs Kia Niro hybride rechargeable.

Tiens le connaisseur qui ne sait pas qu’un Niro a un mode recharge et qu’il ne coûte pas 50000€

réapparaît. Pourtant la dernière fois vous vous êtes caché :fresh:

Sinon la VMax? C’est un argument des années 80 ça

Par

En réponse à shinryu01

les suv, c'est quand même une mode de merde..

avec ma vieille octavia 1.2 essence de 2014, j'ai 105ch, donc le 0 à 100 en moins de 11s..

et depuis 91 000km, ma conso moyenne est à ...5.8l/100

ah oui, j'ai 560l de coffre aussi..

super la mode..

Ah le 1.2 TSI super fiable.

Juste un PHEV bien utilisé c’est 2L de moyenne. Demandez à

ff317, il en est traumatisé. Il fait parti du club avec Ceyal qui a eu une expérience avec

Un 225XE.

Par

Sinon les notes chez Cara :fresh:

Cet éclipse a tout de même une meilleure autonomie que l’Outlander, et surtout des consommations beaucoup mieux maîtrisée:

Par contre, bon le mode recharge encore complètement raté et donc inutile. Et le coffre, franchement sur mon Niro tout pourri il est plus grand.

Par

La question, c'est la qualité de la batterie. L'outlander a fait date comme étant LE PHEV dont la batterie vieillit super mal. Une pétition a même été lancée:

https://www.change.org/p/outlander-phev-drivers-around-the-world-mitsubishi-outlander-phev-battery-degradation-acknowledgement-request-to-mitsubishi-japan

Ont-ils rectifié le tir? :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire