Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Nissan : Carlos Ghosn se met en retrait mais pas trop

Nissan : Carlos Ghosn se met en retrait mais pas trop

Le patron du groupe automobile Renault Nissan a décidé de céder la direction exécutive de la marque japonaise qu’il détenait. Une mise en retrait qui profitera à Hi roto Saikawa. Ce dernier préside aussi l'Association des constructeurs d'automobiles japonais et a été membre du conseil d'administration de Renault entre 2006 et 2016. Ce sera donc lui le patron exécutif de Nissan. Une fonction qui sera prise un 1er avril. Et au vu du dispositif réellement mis en place, c’est presque un poisson.

Carlos Ghosn ne serait donc plus le tout puissant chez Nissan à compter du 1er avril prochain. À sa place, il y aura un Japonais qui est loin d’être un inconnu. Présent dans le groupe depuis 1977, il avait déjà été promu co-PDG fin octobre, quand Mitsubishi Motors avait rejoint l'alliance Renault-Nissan. Mais pour autant, Carlos Ghosn ne biffe pas seize ans de règne. Il reste en effet président du conseil d'administration de Nissan. À ce poste, "je vais continuer de superviser et guider l'entreprise", a déclaré le patron de 62 ans.

Hi roto Saikawa sera donc supervisé par celui qui n’a pas fait ça au hasard. On notera en effet que 2017 marque l'aboutissement de son plan à moyen terme "Power 88". Le mandat de PDG de Carlos Ghosn arrivait à terme en juin, et ses ambitions, outre la direction du français Renault, est de faire du groupe une entité mondiale. L’arrivée de Mitsubishi Motors va aider en ce sens. Or, c’est le même Carlos Ghosn qui a pris la tête du conseil d'administration du nouveau venu.

"Ce changement programmé va me permettre de consacrer plus de temps et d'énergie pour gérer l'évolution stratégique et opérationnelle de l'alliance ainsi que son expansion", a expliqué M. Ghosn. Renault possède 43,4 % de son partenaire japonais et Nissan 15 % de la firme au losange. À ceci il faut à présent ajouter les 34 % dans Mitsubishi qui assurent à Nissan le statut d'actionnaire de référence.

Enfin, le groupe Renault Nissan qui comprend aussi le premier constructeur russe, Avtovaz Lada, en a produit 9,86 millions de véhicules en 2016, se rapprochant de l'américain General Motors (10 millions d'unités), troisième derrière Volkswagen (10,3 millions d'unités) et Toyota (10,18 millions).

SPONSORISE

Actualité Nissan

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire