Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Prime à la conversion : le grand gaspillage

Prime à la conversion : le grand gaspillage

Donner de l'argent à des gens assez pauvres pour qu'ils échangent leurs vieilles voitures contre de plus récentes, ça se défend. Mais mettre ces vieilles voitures à la casse plutôt que les donner à de très pauvres, c'est idiot.

Vu une étude américaine qui affirme qu'une trottinette électrique partagée comme celles qui envahissent nos grandes villes ont une espérance de vie moyenne de… 28 jours. Si ce billet était un texto j'aurais ajouté douze points d'exclamation.

Non seulement ces machines nous frôlent sur les trottoirs, les encombrent quand elles y sont jetées en vrac, faisant slalomer les poussettes et trébucher les aveugles, mais en prime elles ne passent pas le mois. Sauf celui de février bien entendu.

Prime à la conversion : le grand gaspillage

La bonne nouvelle, c'est que leur seuil de rentabilité étant de 114 jours, on devrait bientôt les voir disparaître - et plus seulement dans la Seine ou la Garonne. A moins que l'on décide enfin d'aligner leur usage sur celui du Vélib', avec stationnement obligatoire sur une borne dédiée qui permettrait en prime de les recharger.

En attendant, ce qui est présenté comme une grande avancée écologique, la "micromobilité électrique" n'est qu'un petit scandale de plus, une débauche de matériaux et d'énergie qui s'ajoute au grand gâchis généralisé.

Après les Balladurettes, les "Macronettes"

Je racontais cela à un copain qui travaille dans une grande concession Peugeot du Nord. Ça lui a touché l'hémisphère droit sans faire bouger l'hémisphère gauche. Sa réponse m'a même surpris.

- "Tu sais, en ce moment, c'est un peu pareil dans l'automobile…

- Pardon ?

- Tu as entendu parler de la prime à la conversion ? Il ne se passe pas une semaine sans que je reprenne une voiture de 100 000 ou 150 000 kilomètres destinée à la casse. Des voitures qui pourraient encore en faire largement le double.

- Oui, je sais, c'est pour rajeunir le parc, sortir les voitures les plus polluantes de la circulation.

- Ça ne rajeunit et ça ne dépollue rien du tout ! Les très vieilles bagnoles au bout du rouleau, celles qui fument, leurs propriétaires n'ont pas les moyens de les remplacer, même en leur donnant 2 000 € pour ça. Ceux qui profitent de la prime, dans leur grande majorité, ils ne sont pas dans le besoin. Cette prime, ce n'est pas pour venir en aide au petit peuple, c'est pour pousser de la tôle chez les concessionnaires, faire tourner les usines. Il y a eu les Juppettes, les Balladurettes, maintenant il y a les Macronettes.

- Tu exagères, pour les personnes à très petits revenus qui roulent beaucoup pour aller au travail, l'aide de l'Etat peut monter jusqu'à 4 000 €, ça finance une voiture pas trop ancienne.

Prime à la conversion : le grand gaspillage

- Ce cas de figure, en trois mois, je n'en ai pas vu un seul. Parce que ces voitures à 4 ou 5 000 €, on les trouve chez les particuliers. Et tu crois que le vendeur particulier va faire comme moi, se taper le dossier de demande et faire l'avance de la prime en attendant 6 ou 8 mois pour se faire rembourser ? Et en admettant que j'en aie à vendre, tu crois que ça m'intéresse ? Marge minable, maxi-paperasse et attendre l'argent jusqu'à Noël ? Pourtant, j'ai de la demande, tu peux me croire. Il n'y a pas longtemps, un petit jeune m'a demandé si la 206 dans la cour était à vendre. La 206, je venais de la rentrer pour l'envoyer à la casse, une voiture de retraités, bichonnée à l'ancienne, qui avait dans les 120 000 km avec le 2 l HDI increvable. Le pépère, il a préféré prendre 2 000 € de prime que de s'embêter à la revendre. Ça me rend malade."

Des voitures, il en manque !

 Le lendemain, en préparant le frichti du soir, j'écoute une émission sur la dépendance, cette bombe pleine de millions de baby boomers qui va nous exploser à la figure d'ici peu. A l'antenne, quelqu'un explique que l'on pourrait très souvent éviter le terminus qu'est l'Ehpad en ayant davantage recours à l'aide et aux soins à domicile. Hélas, le métier d'aide à domicile attire peu : pénible, mal rémunéré. Et surtout, il faut une voiture !

Des voitures, il en faut aussi pour les chômeurs, les travailleurs précaires, les femmes seules avec enfants, les étudiants ruraux, les habitants des banlieues enclavées… Des voitures, il en manque des centaines de milliers, partout en France, pour redonner de la mobilité, aller au travail ou en chercher.

Or, si j'ai bien tout compris, ces voitures pas chères qui permettraient de sortir tout ce petit monde de l'ornière, on est en train de dépenser des centaines de millions d'euros pour les envoyer à la casse au seul profit de l'industrie automobile. C'est un peu ce que m'expliquait le copain concessionnaire en fait ; je comprends vite, mais il faut m'expliquer longtemps.

Nos véhicules sont conçus pour durer 300 000 km

 Soit il y a un truc qui m'échappe. Soit la prime à la conversion est une pure foutaise et éventuellement une ignominie sociale et économique. Et très certainement écologique si l'on ne tient compte que de ses émissions de C02. Car, comme c'est parfaitement expliqué ici,  nous ferions mieux de faire durer nos autos jusqu'aux 300 000 km - durée de vie pour laquelle elles ont été conçues - plutôt que de les broyer à mi-vie.

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire