Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Rachat d'Opel : une prime d'un million d'euros pour Carlos Tavares, patron de PSA

Rachat d'Opel : une prime d'un million d'euros pour Carlos Tavares, patron de PSA

Carlos Tavares devrait toucher un bonus d'un million d'euros suite à l'achat d'Opel et à la mise en place du plan de relance du constructeur allemand. Cette rémunération exceptionnelle doit être validée par la prochaine assemblée générale.

La rémunération de Carlos Tavares, président du directoire de PSA, va fortement progresser. Au titre de l'exercice 2017, il devrait toucher au total 6,7 millions d'euros, contre 4,7 millions en 2016. Cette somme comprendrait 1,3 million de part fixe, 2,4 millions de part variable, 2 millions en actions de performance et, c'est la particularité de cette année, 1 million de rémunération exceptionnelle.

Cette dernière apparaît dans le document de référence que PSA a envoyé à ses actionnaires. On peut lire en explication : "Cette rémunération exceptionnelle est liée à l’élaboration et la mise en place du plan de redressement « PACE ! » d’Opel/Vauxhall". Comme l'ensemble du salaire, elle doit être validée par un vote lors de l'assemblée générale de PSA, fin avril.

Un porte-parole de PSA, cité par Reuters, a déclaré que le conseil de surveillance "a considéré que l’extension de périmètre du groupe, liée au rachat d’Opel Vauxhall, devait conduire à une rémunération exceptionnelle qui prend en compte la contribution de Carlos Tavares à la négociation avec General Motors et à la conception du plan PACE !". 

L'acquisition d'Opel est un pari risqué pour Carlos Tavares. Depuis une vingtaine d'années, l'allemand accumule les pertes financières. De plus, concurrent direct de Citroën et Peugeot, il est concentré sur le marché européen alors que la croissance se fait ailleurs de nos jours, notamment en Chine. Et PSA a eu la mauvaise surprise de voir qu'Opel était mal parti pour respecter les futures règles européennes en matière de CO2, avec la menace de payer des amendes.

Mais les actionnaires feront confiance à Carlos Tavares, qui a su brillamment relancer PSA lorsqu'il en a pris le contrôle en 2014. A ce moment là, le groupe était au bord de la faillite. En 2017, il a enregistré des résultats financiers records. Avec les mêmes méthodes, il devrait remettre Opel dans le droit chemin d'ici deux ans.

Il travaille plus, il gagne plus, cela peut sembler logique. Mais certains souligneront l'écart entre le versement de cette prime et les économies demandées à Opel, qui vient de lancer un plan de départs volontaires en Allemagne et s'absente des salons.

SPONSORISE

Actualité Opel

Toute l'actualité

Forum Opel

Commentaires (57)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par §Ren221Lh

Quand on vous disait que cette reprise d'Opel se ferait sans dégâts.:ptdr:

1000000 d''Euro pour arrêter l'hémorragie de fonds perdus par Opel chaque année depuis plus de 10 ans.

Et ça passe par du licenciement ou de la prime pour dégager.

Bah voilà on n'a rien inventé,que du classique.

Il y a un réel problème en Europe Occidentale où le coût de la main d'oeuvre pourtant bien qualifiée crève les plafonds.

Combien de temps supportera-t-on encore cette Europe à fiscalité variable?

Par

C'est la prime pour cantiner en cas de passage par la case prison ? :biggrin::biggrin::biggrin:

Par

C'est quand même balèze de faire de telles erreurs de communication.

Si C.Tavares avait montré l'exemple en refusant cette prime, en terme d'image ça aurait tout bénéf pour PSA, aussi bien en Allemagne, au Royaume-Uni (Vauxhall) que dans le monde entier.

PSA aurait renvoyé une bonne image aux allemands et aux britons, les incitants à s'intéresser davantage à Peugeot, Citroen, DS, Opel et Vauxhall.

Sans parler du fait que ça aurait largement aidé à mieux faire passer la pilule des restructurations d'usines.

Chez PSA, ils fonctionnent toujours avec la mentalité des années 80.

Par

on est bien là sur du lourd, de l' efficience en deux temps, un le numéro d' équilibriste par le rachat d' OPEL par un français, deux le redressement et le jackpot mérité pour CARLOS 2 pour cause de prise de risques ..

Pendant ce temps chez l' outre -rhin, Mamü nous dit qu' il mérite son salaire parce qu' il ..risque d' aller en prison ..!!

Par

En réponse à Initiale Pastis

C'est quand même balèze de faire de telles erreurs de communication.

Si C.Tavares avait montré l'exemple en refusant cette prime, en terme d'image ça aurait tout bénéf pour PSA, aussi bien en Allemagne, au Royaume-Uni (Vauxhall) que dans le monde entier.

PSA aurait renvoyé une bonne image aux allemands et aux britons, les incitants à s'intéresser davantage à Peugeot, Citroen, DS, Opel et Vauxhall.

Sans parler du fait que ça aurait largement aidé à mieux faire passer la pilule des restructurations d'usines.

Chez PSA, ils fonctionnent toujours avec la mentalité des années 80.

@pastis balaise ami, balaise ..!!

Par

En réponse à moulache

@pastis balaise ami, balaise ..!!

Très cher, les 2 orthographes sont valables (et c'est même "balèze" qui est l'officiel) :smile:

Par

En réponse à Initiale Pastis

Très cher, les 2 orthographes sont valables (et c'est même "balèze" qui est l'officiel) :smile:

Toutes mes excuses ami, j' ai cru que tu étais dans ton état normal ..!!

Par

Qu'est-ce qu'on a à secouer de cette prime?

Par

On peu critiquer, mais une chose est sur , c'est que grâce à lui Opel n'est pas tombé entre les main des Chinois

Par

En réponse à §Ren221Lh

Quand on vous disait que cette reprise d'Opel se ferait sans dégâts.:ptdr:

1000000 d''Euro pour arrêter l'hémorragie de fonds perdus par Opel chaque année depuis plus de 10 ans.

Et ça passe par du licenciement ou de la prime pour dégager.

Bah voilà on n'a rien inventé,que du classique.

Il y a un réel problème en Europe Occidentale où le coût de la main d'oeuvre pourtant bien qualifiée crève les plafonds.

Combien de temps supportera-t-on encore cette Europe à fiscalité variable?

Tiens, pendant que PSA est en train d'inviter gentiment les salariés d'Opel à prendre la porte, Renault embauche en France, à Flins et à au Mans en CDI : j'imagine que ça doit te faire plaisir non ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire