Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Renault 18 Turbo (1980-1985) : la première berline suralimentée de Renault, dès 3 500 €

Dans Rétro / News rétro

La R18 a été la première Renault de grande série à bénéficier d’un turbo. Métamorphosée, elle pouvait défier sans rougir des berlines au blason bien plus prestigieux que le sien. Pourtant, elle n’a connu qu’une carrière en demi-teinte, au point de devenir bien difficile à dénicher aujourd’hui. À préserver d’urgence !

La toute première version de la R18 Turbo en 1981 filait déjà à 185 km/h, soit 4 km/h de plus qu’une huppée BMW 320…
La toute première version de la R18 Turbo en 1981 filait déjà à 185 km/h, soit 4 km/h de plus qu’une huppée BMW 320…

Rien ne prédestinait la R18, brave familiale un rien conservatrice lancée en 1978, à aller défier plus fort qu’elle. En effet, malgré sa carrosserie étonnamment aérodynamique pour son époque, et néanmoins nantie d’un dessin agréable dû à Gaston Juchet et son équipe, elle ne cache que des soubassements de R12. Or, celle-ci, lancée 9 ans plus tôt, se contentait d’un moteur culbuté en porte-à-faux avant et d’un essieu arrière rigide. Une simplicité mécanique qui s’explique par le fait que Renault la destinait à des marchés émergents. Autant dire que la R18 n’est pas au top de la modernité technique, mais, bien mise au point, elle ne démérite pas face à ses rivales et se voit très bien accueillie par le public. Elle suffit pour rouler en famille à 130 km/h, un bon plan plan-plan.

La R18, dans sa livrée initiale, en 1978. Les pare-chocs métalliques sont déjà datés…
La R18, dans sa livrée initiale, en 1978. Les pare-chocs métalliques sont déjà datés…

Pourtant, Renault connaît quelques succès en compétition grâce au turbo et adapte celui-ci à ses modèles de route. Ça commence avec la caricaturale 5 Turbo, qui ouvre à notre brave berline 18 une voie totalement inattendue.

Dopée par la fameuse turbine, la voilà qui se sent pousser des ailes, au point d’aller défier des autos bien plus chics qu’elle, comme l’Alfa Romeo Giulietta 2000, la BMW 320 et la Lancia Beta 2000. Étrangement, elle ne reprend pas le moteur 1 647 cm3 de sa version haut de gamme GTS mais bien le 1 565 cm3 de la défunte R16. Avec la soufflante, sa puissance bondit de 66 ch à quelque 110 ch, grâce auxquels la 18 Turbo dépasse allègrement les 180 km/h !

La Turbo en 1980 en met plein la vue : boucliers synthétiques, jantes de Fuego GTX, spoiler, béquet arrière, bandes latérales. Les lave-phares sont en option.
La Turbo en 1980 en met plein la vue : boucliers synthétiques, jantes de Fuego GTX, spoiler, béquet arrière, bandes latérales. Les lave-phares sont en option.

Sa suralimentation, signée Garrett, se complète d’un détecteur de cliquetis à quartz, un système breveté par Saab. Elle a été rendue nécessaire non pas par sa pression, qui reste assez faible (0,6 bar) mais par le taux de compression assez élevé pour un bloc suralimenté, 8,6:1. L’adaptation est d’ailleurs soignée puisqu’on trouve un échangeur air/air, tandis que le châssis simpliste a bien sûr été adapté (ressorts durcis, train avant à déport négatif).

Histoire de bien mettre cette technologie en valeur, la 18 Turbo arbore une livrée aguicheuse : un béquet vient ceindre la face arrière, tandis qu’un lettrage latéral accompagné de bandes informe sur ce qu’il se passe sous le capot. À l’intérieur, le tableau provient du coupé Fuego, plus cossu, tout comme les sièges « pétale ».

Le tableau de bord, ici en 1982, provient de la Fuego. La montre, les commandes de vitres électriques et la jauge de turbo remplacent les aérateurs centraux.
Le tableau de bord, ici en 1982, provient de la Fuego. La montre, les commandes de vitres électriques et la jauge de turbo remplacent les aérateurs centraux.

Présentée au salon de Paris 1980, cette version épicée de la 18 fait énormément parler d’elle, mais si les essais sont plutôt élogieux, le prix refroidit bien des ardeurs. À 61 000 F (23 500 € actuels), elle réclame bien plus que la version GTL de 73 ch (46 800 F) et se rapproche de la BMW 320 (66 246 F), même si elle reste la berline suralimentée la moins chère du marché.

Résultat, si les performances décollent, les ventes stagnent, mais là n’est pas tellement la question : la 18 Turbo sert surtout à faire rêver le pékin moyen qui aura des turbines dans les yeux en s’achetant un bon break TL. À propos de break, il bénéficiera lui aussi du turbo, mais plus tard, en 1982, à l’occasion d’une évolution technique.

Le béquet arrière enveloppant distingue immédiatement la Turbo des autres versions. Ici, un exemplaire de fin 1982, avec les strippings latéraux modifiés et les clignos avant blancs.
Le béquet arrière enveloppant distingue immédiatement la Turbo des autres versions. Ici, un exemplaire de fin 1982, avec les strippings latéraux modifiés et les clignos avant blancs.

Après avoir reçu des clignotants blancs et une nouvelle décoration latérale en 1981, la 18 Turbo bénéficie en effet fin 1982 d’une belle augmentation de puissance, le 1,6 l passant de 110 ch à 125 ch. Cette fois, la Renault frôle les 200 km/h, et s’arrête à l’aide de quatre disques, ceux de l’avant étant ventilés. Si la 18 Turbo est capable d’en remontrer à bien des compactes sportives, elle reste en retrait commercialement parlant. Son image de voiture de VRP peut-être…

Début 1984, la gamme R18, remaniée, devient Type 2. Esthétiquement, une barre couleur carrosserie s’installe sur la partie haute de la calandre sur tous les modèles. Pour sa part, la Turbo troque ses bandes latérales contre un lettrage transparent, se pare de nouvelles jantes BBS et modifie la partie haute de sa planche de bord incluant désormais un ordinateur.

La 18 suralimentée quitte la scène en 1985, juste avant l’arrivée de sa remplaçante, la R21. Sur les plus de deux millions de R18 fabriquées, les Turbo ne représentent qu’une dizaine de milliers d’exemplaires. Beaucoup ayant été décimées par l’usure, la rouille et les primes à la casse, il n’y en a presque plus…

La 18 Turbo Type 2, apparue en 1984. Notez la bande de couleur sur la calandre, le lettrage latéral inédit et les belles jantes BBS.
La 18 Turbo Type 2, apparue en 1984. Notez la bande de couleur sur la calandre, le lettrage latéral inédit et les belles jantes BBS.

Combien ça coûte ?

Une 110 ch en bon état (ce qui ne signifie pas parfaite) se dégotte dès 4 000 €. Comptez 4 500 € pour une 125 ch phase 1, et 5 500 € pour une phase 2. Pour un exemplaire en état vraiment bon, n’hésitez pas à aligner 1 000 € supplémentaires. Quant au break, malgré sa grande rareté, il n’est pas plus cher.

Le break Turbo n’a eu droit qu’au moteur de 125 ch. Ici dans sa version de 1983.
Le break Turbo n’a eu droit qu’au moteur de 125 ch. Ici dans sa version de 1983.

 

Quelle version choisir ?

Toutes les R18 Turbo sont intéressantes, mais vu ses performances et son freinage améliorés, la 125 ch est préférable, d’autant qu’elle n’est guère plus chère. L’option direction assistée est un must.

Le tableau de la Turbo Type 2 de 1984 adopte la fameuse casquette typique des Renault des années 80. Il récupère un ordinateur de bord et des aérateurs centraux.
Le tableau de la Turbo Type 2 de 1984 adopte la fameuse casquette typique des Renault des années 80. Il récupère un ordinateur de bord et des aérateurs centraux.

Les versions collector

Toutes, si elles sont en parfait état et cantonnées à moins de 100 000 km. Mais un break doté de la sellerie cuir optionnelle a quelque chose d’une licorne, donc si vous en trouvez un…

La 18 Turbo prenait tout son sens en Allemagne. Surtout dans cette version 125 ch de 1984. La sellerie cuir et la hi-fi (avec satellite de commande au volant) sont extrêmement rares !
La 18 Turbo prenait tout son sens en Allemagne. Surtout dans cette version 125 ch de 1984. La sellerie cuir et la hi-fi (avec satellite de commande au volant) sont extrêmement rares !

Que surveiller ?

Comme bien des autos de son époque, la R18 est très sensible à la rouille. Sa finition n’est guère résistante, pas plus que sa sellerie. Problème, les pièces spécifiques sont difficiles à trouver. Quant à l’équipement électrique, il ne vaut guère mieux… En revanche, la mécanique, si elle a été respectée, se révèle très fiable, turbo compris. Les 200 000 km sont largement à sa portée.

Renault Classic possède un superbe exemplaire de 1981, malheureusement dépourvu de la direction assistée optionnelle.
Renault Classic possède un superbe exemplaire de 1981, malheureusement dépourvu de la direction assistée optionnelle.

Au volant

Enfant, j’ai été très impressionné par la R18 Turbo, son béquet, ses bandes latérales. Aussi, quand je m’installe à bord de l’exemplaire vert de Renault Classic, en état quasi neuf, j’ai un petit emballement cardiaque. Pas courant avec la R18 ! Suranné, son habitacle n’est pas désagréable pour autant, avec son tableau de bord aux formes douces, mais les accessoires font vraiment pacotille. Et les couleurs… Sellerie beige, moquette orange au bas de portes, plastique marron foncé en haut, montants bruns : le chef du design intérieur de la Régie était-il daltonien ?

Néanmoins, les fondamentaux sont respectés : bonne position de conduite, sièges plutôt confortables et instrumentation complète. De surcroît, le volant gainé cuir est très plaisant.

La combinaison de couleurs, très surprenante, ajoute au charme eighties de cet exemplaire. Ou pas…
La combinaison de couleurs, très surprenante, ajoute au charme eighties de cet exemplaire. Ou pas…

Dès la mise en route, le moteur se signale par son silence (sans rire). Ensuite, il étonne par sa douceur. Étonnamment souple, il se montre progressif, le turbo entrant en action sans violence aucune. C’est là le résultat du taux de compression élevé et de la pression de suralimentation faible. Pour autant, les performances sont encore appréciables, faisant de la 18 Turbo une berline vraiment rapide. Du moins en ligne droite… Car dynamiquement, elle est franchement pépère, pour être gentil.

Direction lourde et lente, comportement très sous-vireur, grosse prise de roulis, freinage faiblard : le châssis ne procure aucun plaisir en courbe. Même la commande de boîte, accrocheuse (bien plus en tout cas que le train avant) est décevante. La 18 Turbo se révèle surtout très sûre, et là, on se comprend que sa vocation n’est pas le sport. C’est exactement le contraire de ce que sa présentation suggère, et là aussi peut-être la source d’un malentendu préjudiciable à sa carrière. Car son terrain de jeu, c’est l’autoroute où son confort induit par sa suspension souple et sa bonne insonorisation font merveille. De surcroît, elle consomme vraiment peu si elle est bien réglée : 7,5 l/100 km en moyenne. Un excellent moyen de partir en vacances en famille dans un style décalé, avec une play-list ad-hoc pour l’autoradio : Jakie Quartz, Gold, Indochine, Téléphone… Toute une époque !

L’alternative youngtimer

Un des tout premiers exemplaires de la R12 Gordini, en 1970, possédant encore son feu de position latéral.
Un des tout premiers exemplaires de la R12 Gordini, en 1970, possédant encore son feu de position latéral.

Renault 12 Gordini (1970 – 1974)

La R18 Turbo n’est pas la première familiale – vaguement – sportive de Renault. Avant, il y a eu la R12 Gordini, dotée d’une plate-forme et d’un bloc (le 1 565 cm3 tout alu) similaires. Son malheur a été de succéder à la petite R8 Gordini, mythique école de pilotage. En effet, autant celle-ci, survireuse née, était extrêmement amusante et agile, autant la R12, sous-vireuse indécrottable, ne procurait plus de plaisir dynamique particulier.

Dommage, car gavé par deux carburateurs double corps, son moteur développait 125 ch SAE, soit environ 113 ch DIN : plus que celui de la 18 Turbo ! Il l’emmenait à plus de 180 km/h, tandis que sa présentation sportive (bandes blanches, longues-portées, absence de pare-chocs, instrumentation complète) donnait le change. Beaucoup plus chère que la R12 normale (17 900 F – 18 500 € actuels – contre 11 500 F, en 1971), elle s’est mal vendue : 5 188 unités, autant dire qu’il en reste très peu. D’où une cote délirante de 25 000 €.

Renault 18 Turbo (1981) : la fiche technique

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1 565 cm3
  • Alimentation : carburateur, turbo
  • Suspension : bras superposés, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AV) ; essieu rigide, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 5 manuelle, traction
  • Puissance : 110 ch à 5 000 tr/min
  • Couple : 181 Nm à 2 250 tr/min
  • Poids : 1 040 kg
  • Vitesse maxi : 185 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 10 secondes (donnée constructeur)
Le break Turbo a lui aussi été décliné en Type 2. C’est peut-être la version la plus rare.
Le break Turbo a lui aussi été décliné en Type 2. C’est peut-être la version la plus rare.

> Pour trouver des annonces de Renault 18, rendez-vous sur le site de La Centrale.

En savoir plus sur : Renault R18

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires (155)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

R21 Turbo...:miam:

Le turbo à son apologie du temps de réponse. (Du vrai ON/OFF :blague:)

Par

La 18 restera avec la 12 une des Renaults les plus laides de l'histoire de la marque !

Par

Souvenir d'une suspension un peu (très) molle, 2 sur la banquette et hop le cul par terre, et puis cet essieu rigide pour une traction c'était à l'économie à l'époque :bien:

Par

La R18 American 2 une bonne alternative

Par

les Renault de la bonne époque !! - pas mal pour la 18 avec une préférence pour la Fuego et le même bloc...même a l'économie cette caisse était très sympa - la 18 reste une bonne auto !

Par

En réponse à integralhf

Souvenir d'une suspension un peu (très) molle, 2 sur la banquette et hop le cul par terre, et puis cet essieu rigide pour une traction c'était à l'économie à l'époque :bien:

Toute les Renault avaient les suspensions molle à l'époque même la R25 tenue route désastreuse c'est simple sur une Renault tu mettais une valise et ça touchait le sol, Les départs en vacances tu voyais des R20 R25 en position de décollage

Par

La R18 break turbo en rouge je l'avais en jouet Majorette

Par

Chef d'oeuvre en péril, autant chercher du coté d'une R15 R17 esthétiquement intéressantes, restaurer cette auto peut devenir ruineux voire impossible tant l'objet n'était pas conçu pour pouvoir durer. Comparativement il reste quantité de BMW 320 et celles en état concours garderont une cote élevée.

Par

Exemple parfait de caisse de babane ayant quasiment intégralement disparu du paysage.

Mais qui la regrettera...

Par

Mais c'est dégueulasse comme voiture....comment cela a t'il pu être commercialisé ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire