Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Renault Twingo (1993-2007) : la dernière Renault géniale, dès 800 €

Dans Rétro / News rétro

On l’a tellement vue qu’on ne se rend pas compte qu’elle disparaît : c’est la Twingo de première génération. Une icône du design authentiquement géniale qu’il faut commencer à préserver, car bonne, voire excellente à tout faire, elle se trouve rarement en parfait état…

Ah cette bouille ! C’est Patrick Le Quément, alors patron du design Renault, qui l’a ajoutée à la carrosserie monocorps dessinée longtemps avant.
Ah cette bouille ! C’est Patrick Le Quément, alors patron du design Renault, qui l’a ajoutée à la carrosserie monocorps dessinée longtemps avant.

Il est des autos à la gestation incroyablement longue. Ainsi, celle de la Citroën DS a duré près de 10 ans, alors que pour la Twingo, on peut parler d’une quinzaine d’années. En effet, l’ex-Régie s’est mise à plancher sur une petite voiture dès le milieu de la décennie 70, à la fin de laquelle des prototypes, surnommés Renault 2 par la presse, tournaient. Mais c’est un développement discontinu, et rien ne sort. En 1986, Jean-Pierre Ploué, aujourd’hui patron du design de PSA mais travaillant alors chez Renault, trouve pratiquement les lignes de la future Twingo, déjà un monocorps.

À gauche, le prototype W60 de 1986, à droite, la Twingo définitive de 1992.
À gauche, le prototype W60 de 1986, à droite, la Twingo définitive de 1992.

Encore une fois, faute de moyens, le projet est mis au frais. Ce n’est qu’en 1989 qu’il ressurgit, codé X-06, pour aboutir sur l’auto que nous connaissons. À sa tête, Yves Dubreil, qui a à cœur de faire travailler ensemble des équipes qui auparavant s’ignoraient. De cette collaboration renforcée naissent des économies importantes, et cela débouche sur méthode de conception nouvelle, où tout est mis en œuvre pour réduire les coûts. Exemple avec l’antenne radio, logée sur le rétroviseur. Pourquoi ? Parce que cela permet d’économiser sur la longueur du câble. Cette stratégie, nommée « design to cost », sera reprise plus tard sur la Logan, et se traduit aussi sur la Twingo par la réutilisation du bon vieux moteur Cléon Fonte, inauguré sur la R8 en 1962.

Les quatre couleurs initiales de la Twingo lors de son lancement en septembre 1992.
Les quatre couleurs initiales de la Twingo lors de son lancement en septembre 1992.

Puis tout va assez vite. Dès septembre 1992, la Twingo (un nom fruit de la combinaison de Twist, Swing et Tango) présente son minois rigolard aux visiteurs survoltés du Salon de Paris. J’y étais et jamais je n’avais vu une telle ferveur ! Que je n’ai pas retrouvée depuis. En jouant des coudes, j’ai réussi à me faufiler jusqu’à la mini-Renault et j’ai été impressionné.

Un habitacle simple mais pas simpliste, coloré, lumineux et surtout très vaste ! Ici en 1993.
Un habitacle simple mais pas simpliste, coloré, lumineux et surtout très vaste ! Ici en 1993.

On ne le dira jamais assez, mais concevoir une petite voiture pas chère réclame beaucoup plus d’intelligence que pour n’importe quelle supercar. Et la Twingo ruisselle de jus de cerveau. Déjà, son design renvoie toute la concurrence au musée. Ensuite, ultra-compacte, elle loge pourtant largement quatre passagers grâce à sa banquette coulissante. Enfin, malgré son prix hyper contenu (55 000 F, soit 12 000 € actuels), elle profite d’un équipement relativement fourni : vitres teintées, montre, essuie-glace arrière, boîte à cinq vitesses, dossiers arrière rabattables en avant mais aussi en arrière pour transformer l’habitacle en lit ! Songez qu’à 57 400 F, une lugubre Peugeot 106 XN n’offre absolument rien de tout ça et se contente de 45 ch, contre 55 ch pour la Renault, logiquement plus performante.

Le rapport encombrement/habitabilité de la Twingo demeure très difficile à égaler… Un summum pour sumos.
Le rapport encombrement/habitabilité de la Twingo demeure très difficile à égaler… Un summum pour sumos.

En réalité, le concept d’une mini-voiture lookée, pratique, suffisamment performante et peu chère n’était pas nouveau : la Fiat Panda l’a étrenné dès 1980. Mais la Twingo l’actualise brillamment. Commercialisée en mars 1993, la Renault connaît d’emblée un vif succès, alors qu’elle n’existe qu’en une seule version et ne propose que quatre couleurs : Bleu Outremer, Jaune Indien, Rouge Corail et Vert Coriandre.

Jusqu’en 1994, les diverses commandes de la Twingo arborent un vert très original.
Jusqu’en 1994, les diverses commandes de la Twingo arborent un vert très original.

Les évolutions seront constantes. Elles commencent dès l’été (rétro droit réglable de l’intérieur, ancrages de portières renforcés, prétensionneurs de ceinture de sécurité), puis en septembre 1994, une version Pack arrive, dotée de vitres et rétroviseurs à réglages électriques, qui accompagne la nouvelle « collection » de Twingo (il y en aura sept), signalée par de nouvelles teintes. 

Une version Easy à embrayage automatique apparaît aussi. En 1995, les airbags s’infiltrent dans les options, en 1996 une direction assistée est proposée, et peu après, à la rentrée, le vieux Cléon est remplacé par un nouveau bloc, le D7F de 1 149 cm3 (pour 60 ch) à arbre à cames en tête, plus silencieux et sobre, alors qu’une Twingo-Matic, à boîte automatique est lancée. 

En septembre 1998, la Renault bénéficie d’un restylage : pare-chocs peints, projecteurs monoblocs, tableau modifié pour intégrer l’airbag passager (de série), nouveaux sièges…

À partir de 1998, les deux airbags sont de série, et celui du côté passager se voit bien mieux intégré.
À partir de 1998, les deux airbags sont de série, et celui du côté passager se voit bien mieux intégré.

Surtout, et Renault ne s’en vante pas, la structure avant a été redessinée pour mieux absorber les chocs : ce n’était pas le point fort de cette mini-citadine qui ne cesse de s’étoffer. En effet, dès 1999, une finition luxueuse Initiale, dotée d’une sellerie cuir, s’ajoute à la gamme. 

En 2000, nouvelle évolution : les jantes passent à 14 pouces pour loger de plus grands freins, alors que la barre antiroulis gagne en diamètre pour améliorer le comportement routier, l’ABS est de série, cependant qu’un bloc 16 soupapes de 75 ch est proposé. Les phares adoptent une glace lisse, alors qu’une peu convaincante boîte robotisée Quickshift est proposée en supplément. 

Une dernière évolution, légère, intervient en 2004, signalée par un bouclier avant modifié, des feux arrière éclaircis et un bouton de coffre en losange. Signalons que plus elle se bonifie, plus la Twingo devient abordable : sur ce millésime, nantie d’un double airbag et de l’ABS, elle ne coûte plus que 8 800 € (10 500 € actuels). La Twingo disparaît en 2007, produite à 2,4 millions d’exemplaires : pas mal pour une auto au style clivant qui a raté sa cible. Elle se destinait aux jeunes, ce sont les seniors qui l’ont achetée…

Une Twingo restylée de 1998, avec ses projecteurs monoblocs recourant encore au verre.
Une Twingo restylée de 1998, avec ses projecteurs monoblocs recourant encore au verre.

Combien ça coûte ?

Des Twingo, il y en a à tous les prix, de 800 € à 6 000 €. La première valeur s’applique à un modèle en bon état, affichant un fort kilométrage mais avec un contrôle technique valide, la seconde à un des tout derniers exemplaires totalisant moins de 10 000 km.

À partir de 2000, les Twingo se signalent par des roues plus grandes et des projecteurs à glace lisse en polycarbonate.
À partir de 2000, les Twingo se signalent par des roues plus grandes et des projecteurs à glace lisse en polycarbonate.

Quelle version choisir ?

Tout dépend de la vie que vous voulez vous inventer avec, pour paraphraser son slogan publicitaire. Pour un usage courant, préférez une restylée, plus confortable avec ses sièges redessinés, économique avec son moteur 1,1 l et non concernée par les restrictions de circulation de certaines grandes agglomérations. Une 75 ch propose même une vraie polyvalence ville/autoroute. En revanche, pour des sensations un peu vintage, et une utilisation occasionnelle, un des tout premiers exemplaires fera l’affaire.

Une rarissime Twingo Lecoq, ici de 1996.
Une rarissime Twingo Lecoq, ici de 1996.

Les versions collector

Incontestablement, celles de 1993, arborant l’un des quatre coloris initiaux ainsi que le toit en toile optionnel, et de préférence avec un très faible kilométrage. Ce n’est pas cher : 3 000 € en parfait état. Et ça devrait monter ! Étrangement, les séries limitées (Kenzo, Benetton, Alizé…) ne réclament pas de rallonge, sauf une : la Lecoq. Création non de Renault mais du célèbre restaurateur de voitures, elle profite d’une peinture bicolore exclusive, de jantes badgées Bugatti (!), d’une sellerie cuir et d’un toit ouvrant. 50 unités seulement ont été fabriquées en 1995 et 1996. Comptez 10 000 € minimum… si vous en trouvez une !

La Twingo a été déclinée en de nombreuses séries limitées, comme ici la Kenzo.
La Twingo a été déclinée en de nombreuses séries limitées, comme ici la Kenzo.

Que surveiller ?

Simple et dotée de mécaniques éprouvées, la Twingo est fiable. Seulement, sur les premiers millésimes, la rouille peut faire de gros dégâts. Le moteur Cléon est assez sensible du joint de culasse et consomme parfois beaucoup d’huile, alors que l’antidémarrage codé peut faire des siennes. Enfin, l’embrayage piloté Easy est un nid à problèmes. À éviter.

Dynamiquement, la Twingo est sûre grâce à sa suspension sérieusement conçue et son bon amortissement.
Dynamiquement, la Twingo est sûre grâce à sa suspension sérieusement conçue et son bon amortissement.

Au volant

C’est fou de constater que 27 ans après sa présentation, la Twingo n’a guère vieilli ! Et à l’intérieur, apposer une tablette tactile au centre du tableau de bord suffirait presque à le rendre actuel… En revanche, la position au volant impose de conduire bras tendus et les sièges sont d’un inconfort remarquable. Ce qu’on est mal installé ! Mais l’espace se montre exceptionnel pour une auto de 3,43 m de long (1 096 l de volume utile maximal). Et la banquette arrière modulable est une merveille d’astuce. 

Présente mais pas envahissante, la sonorité du moteur rappelle les Renault d’antan, tout comme cette odeur typique dans l’habitacle. Souple mais pas très vif, le bon vieux Cléon est bien secondé par une boîte à la commande agréable à manier. La direction se montre douce, la suspension confortable : en somme, jusqu’à 90 km/h, la conduite est plaisante. Surtout que la tenue de route évite tout reproche. Cela dit, quand on la sollicite, elle prend un peu de roulis et son freinage manque de puissance. 

Ensuite, sur autoroute, la Twingo n’est pas très à son aise. Si elle tient le 130 km/h sans trop de problèmes, elle se révèle alors bruyante et consomme beaucoup : 9 l/100 km ! C’est d’ailleurs son appétit qui constitue le principal défaut de la Twingo 1,2 l, tombant difficilement sous les 7,5 l/100 km en moyenne. Reste que sa géniale formule bouille/praticité/prix n’a pas d’équivalent, et surtout pas chez Renault qui n’a jamais réussi à la remplacer dignement. 

L’alternative youngtimer

La Renault 4 (1961 – 1992)

La R4 est désormais très recherchée, surtout en très bon état et en série limitée. Ici, une Jogging de 1981.
La R4 est désormais très recherchée, surtout en très bon état et en série limitée. Ici, une Jogging de 1981.

Fabriquée de 1961 à 1992, la « 4L » a été jusqu’à la Peugeot 206 la française la plus produite de tous les temps : 8 millions d’exemplaires. Conçue pour rivaliser avec la 2CV en faisant preuve de plus de pragmatisme (hayon arrière), la Renault offre une bonne tenue de route, une suspension confortable, une mécanique simple et fiable (elle a inauguré le circuit de refroidissement scellé) tout en se prêtant à tous les usages. Très économique, la R4 est également hypersensible à la rouille, très bruyante et sommairement fabriquée, mais elle se révèle plutôt agréable à conduire avec sa direction légère et son moteur souple (en version 1,1 l de 34 ch). Et qui n’a pas une histoire avec elle ? Dès 3 000 € en très bon état.

Renault Twingo 1993, la fiche technique

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1 239 cm3
  • Alimentation : injection monopoint
  • Suspension : Jambes McPherson, ressorts hélicoïdaux (AV) ; essieu de torsion, ressorts hélicoïdaux (AR)
  • Transmission : boîte 5 manuelle, traction
  • Puissance : 55 ch à 5 300 tr/mn
  • Couple : 90 Nm à 2 800 tr/mn
  • Poids : 790 kg
  • Vitesse maxi : 150 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 14 secondes (donnée constructeur)  
La toute dernière Twingo en série limitée, la Collector de 2007.
La toute dernière Twingo en série limitée, la Collector de 2007.

 

Pour trouver des annonces de Renault Twingo, rendez-vous sur le site Lacentrale.fr

En savoir plus sur : Renault Twingo

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (81)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Il suffit de faire un trour dans cette Twingo pour voir tout ce qui manque à l'actuelle

(Habitabilité , polyvalence, simplicité d'usage et mecanique, vivacité avec le petit 75ch)

.

et tout ce qui manquait à la premiere qu'à l'actuelle

(position de conduite à chier, sieges avants inconfortables sur longue distance

conso elevée vue les perfs aujourd'hui, crash test minable)

.

Sinon vas falloir faire vite pour les dernieres R4 disponible à prix raisonnables.

L'inflation délirante des 2cv commencent à les toucher aussi.

.

Je vous propose une autre alternative, la R4 en mieux avec tout ses gros defauts eliminés

sauf la sensibilité à la rouille... la Renault 6.

Totalement méconnue les dernière parte à très bon prix .

Par

La Twingo 1 est une voiture incroyable, merci pour cet article !

Par

En réponse à Ajneda

Commentaire supprimé.

Ils me font rire en effet comme s'il y avait que ça chez Renault puis perso n'ayant jamais été fan du style de cette voiture et en étant objectif mis à part ce côté mignon que je n'aime pas et cet intérieur pratique c'est une purge pour le reste

la twingo 2 est pour moi la meilleure version de la twingo et la 3 la pire de part sa conception nullissime.

Par

J'adore cette caisse. Elle a un charme incroyable.

Ceci dit, team clio quand même.

Par

En réponse à Marv.

Ils me font rire en effet comme s'il y avait que ça chez Renault puis perso n'ayant jamais été fan du style de cette voiture et en étant objectif mis à part ce côté mignon que je n'aime pas et cet intérieur pratique c'est une purge pour le reste

la twingo 2 est pour moi la meilleure version de la twingo et la 3 la pire de part sa conception nullissime.

Arrête c'est excellent la Twingo 3. T'as, DE SERIE, l'option "fonte des surgelés dans le coffre" et "Initial D dans les rond points". Le 70ch est pas foutu de monter correctement à 130 MAIS tu peux partir en sucette au moindre rond point.

Franchement, j'en ai 2fois en voiture de courtoisie, j'me suis tellement amusé. Un jouet pour la journée.

Mais pas à posséder.

Par

Un voiture simple dans sa conception et bourré d'astuces qui en font une référence :bien: ce serai bien que renault en sorte une en faisait du néo-retro comme sur la fiat 500

Quand au titre je ne suis pas d'accord, des renault géniales il y en a pleins et c'est pas la dernière.

Par

En réponse à Moukeaf

Arrête c'est excellent la Twingo 3. T'as, DE SERIE, l'option "fonte des surgelés dans le coffre" et "Initial D dans les rond points". Le 70ch est pas foutu de monter correctement à 130 MAIS tu peux partir en sucette au moindre rond point.

Franchement, j'en ai 2fois en voiture de courtoisie, j'me suis tellement amusé. Un jouet pour la journée.

Mais pas à posséder.

:fresh::fresh::fresh::fresh::fresh::fresh: l'utilisateur d'un iphone aux plaques de cuissons ne sera pas dépaysé en entrant dans cette gaga mobile :areuh:

Rien avoir avec la fiat 500 qui elle est l'idéal :lover:

Par

une des voitures au design le plus original de toute la création automobile

Par

Petite précision : si l'antique moteur Cléon a été sorti de sa préretraite pour motoriser la Twingo (en le dotant quand même de l'injection électronique et d'un catalyseur), c'est parce que le nouveau moteur Energy de la Clio ne rentrait pas dans le compartiment moteur.

Devant le succès de la Twingo, Renault a développé le moteur D pour remplacer le Cléon (et, en conséquence, également l'Energy de la Clio, mis prématurément à la retraite).

Sinon, je ne suis pas tout à fait d'accord avec le titre : la dernière Renault géniale est pour moi le Scénic 1 (1996).

Par

Que je regrette la mienne que j'ai gardé plus de 10 ans. J'ai tout fait avec...des choses sérieuses et d'autres un peu moins et plus coquine :biggrin:

Coffre fermé, deux baignoires (empilé) un WC (dans son carton) et un évier (dans les baignoires) le jeune homme de BricoDepot à pris une photo tellement il n'en revenait pas.

Une autre époque.

La système quickshift est décédé à 170 000 km et 15 ans.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire