Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

Dans Nouveautés / Autres actu nouveautés

Pour fêter le vingtième anniversaire de la Yaris, Toyota a lancé  une campagne d’essai avec 500 exemplaires de la citadine exposés dans toutes les concessions de France. Si les clients peuvent l’essayer quelques heures, Caradisiac s’est glissé dans la peau d’un client le temps d’un essai de 3 jours.

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

Le rendez-vous est fixé à l’ouverture de la concession Toyota de Paris 12. Les papiers administratifs remplis et le briefing sur l’utilisation du véhicule terminé, me voici partie pour 3 jours de liberté au volant de la Yaris hybride Collection. Parmi les équipements de cette 5 portes : une peinture et une ambiance intérieure bi-ton, des jantes alliage 16’’, un régulateur/limiteur de vitesse, une boîte automatique, une caméra de recul, des vitres arrière électriques, un écran tactile, un système de connectivité smartphone, l’allumage automatique des phares, une climatisation automatique bizone, des rétroviseurs rabattables, un système d’ouverture et de démarrage sans clé… Autrement dit, le concessionnaire nous a donné la crème de la crème !

 

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

Au démarrage, petite pointe de chauvinisme tout de même puisque la Yaris, vendue par la marque nippone comme « la plus française des citadines », est entièrement fabriquée dans le Nord de l’hexagone depuis maintenant 18 ans. De 2012 à 2017, elle a détenu le titre de voiture la plus produite en France. Elle a été détrônée par la Peugeot 308 l’année dernière, mais à seulement 10 000 exemplaires près. Sa version hybride représente plus de la moitié de ses ventes. Le succès est-il donc justifié ? 

Un système hybride décevant

Premier sentiment : la Yaris hybride semble silencieuse dans les rues de Paris. Le moteur thermique se met en sourdine sur le petit kilomètre réalisé. Mais très rapidement, c’est la désillusion. Le thermique s’exprime un peu trop malgré ma faible vitesse qui ne dépasse pourtant pas les 50 km/h (limite pour passer en tout thermique).

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

Certes, la Yaris hybride se recharge toute seule en phase de freinage et de décélération (pas besoin de la brancher pour être rechargée !), mais l’impression de bulle silencieuse d’une électrique est désespérément absente. Si être au volant d’une voiture verte modifie assurément notre conduite, il n’en est rien avec la Yaris hybride.

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

Le concessionnaire m’a annoncé une autonomie électrique d’environ 4 kilomètres. Je décide alors de tenter un trajet de 3 kilomètres. Désespoir. Le mode EV ne tient pas : il faut sans cesse à nouveau appuyer sur le bouton… qui se désenclenche à la moindre accélération quand le feu passe au vert. Si l’envie me prend d’être totalement écolo sur de petits trajets, ma conduite au volant de la Yaris ne me le permet pas…

Une citadine confortable, maniable et sécurisante

Côté conduite, en ville, la Yaris a le format idéal (3,95 m de long, 1,69 m de large). Elle se faufile partout et l’on a le bonheur de pouvoir se glisser dans la plupart des places vacantes. La rétractabilité des rétroviseurs et la caméra de recul sont véritablement très utiles. La console de la Yaris offre peu de boutons, mais il y a l’essentiel. L’écran tactile est d’un format agréable. La position des manettes est intuitive, à l’exception du bouton EV situé sous le frein à main. Petit bémol cependant si l’on veut accrocher son smartphone : la configuration de la ventilation de l’habitacle permet difficilement la mise en place d’un socle à portable.

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

Question confort, lors des interminables bouchons urbains, les sièges remplissent leur rôle. Exit les maux de dos… À l’arrière, les passagers ont peu de place pour les jambes si les sièges avant sont poussés au maximum. L’espace reste cependant suffisant s’il s’agit d’enfants ! Quant au coffre qui permet un plancher plat, il a pu emmagasiner plusieurs grosses caisses lors d’une virée chez Ikea. Son volume de 286 l est tout à fait satisfaisant. « Compacte à l’extérieur mais spacieuse à l’intérieur », comme le précise le constructeur.

Sur voies rapides, le limiteur de vitesse est facile d’utilisation ; la tenue de route est irréprochable. La visibilité est parfaite sauf si les appuie-têtes arrière sont relevés. Gros point noir cependant à l’accélération malgré ses 100 ch combinés : à partir de 90 km/h, le passage de rapports de la boîte automatique déclenche un rugissement « terrible » du moteur et les dépassements sur la voie de gauche deviennent très rapidement épiques. Deux solutions alors si une voiture arrive derrière en trombe : être pied au plancher, boucher ses oreilles et retenir son souffle ou bien maintenir son rythme de croisière pour épargner le moteur et assumer les appels de phares !

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

3 jours plus tard et près de 400 kilomètres parcourus à sillonner l’Ile de France (dont ¾ de voies rapides), le bilan de ma consommation est de 4,9l/100. Le constructeur annonce une moyenne de 3,3l/100. On est bien loin du chiffre officiel, mais cela reste plus que correct.

Pour bilan de notre test, on me remet un papier récapitulatif. En distance : 377 kilomètres parcourus (N.B. : 386 au compteur) dont 29 % en mode électrique, soit 1/3 électrique, 2/3 essence ; en temps : 14h12 de conduite dont 61 % en mode électrique, soit 8h40 électrique et 5h32 essence. Dommage… Pas de bilan consommation transmis pour connaître la véritable économie en carburant ! 

Un bilan mitigé

L’avantage principal d’une hybride réside dans sa faible consommation de carburant. Le véhicule affiche tout de même 4,9l/100 (malgré le mode Eco enclenché) ; un chiffre certes moins conséquent que pour la Yaris classique, mesurée à 5,8l/100 lors d’un précédent essai. Toutefois, il faudra composer avec des plages de silence liées au mode électrique pas convaincantes. Les changements de rapports au-delà de 90 km/h sont poussifs. Et l’on doit composer avec un moteur thermique asthmatique.

Reportage vidéo : dans la peau d'une cliente d'une Toyota Yaris

Au final, la Yaris hybride est assurément esthétique et agréable à conduire, mais il faudra débourser 22 500 € pour notre modèle d’essai. Un montant encore élevé pour une technologie pas totalement satisfaisante et qui s’avère plus onéreuse qu’une version thermique classique. 

Portfolio (5 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (156)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Rien de nouveau sous le soleil... le HSD n'est agréable qu'avec une motorisation un peu solide. (300/450/600 h),

doublée d'une insonorisation poussée. D'autant que plus l'on monte en cylindrée, plus l'économie de carburant

par rapport à une version thermique est significative.

Par

Quant il sera majeur, THQG pourra demander cette journaliste en mariage.

Ils feront moults trajets en hybride qui gueule. :biggrin:

Par

Salut M'dame,

juste pour dire que ce n' est pas en allant chez Ikea qu'on fait son écolo..

Ikéa survend des produits de daube à des tarifs sacrément onéreux.

Alors si vous aviez voulu être écolo et économe, il aurait vallu éviter d'aller encourager la pose de centaines de milliers de m3 de béton béton et parking de centre commerciaux débilisant et plutôt aller chiner votre armoire normande qui dans un dépôt vente, un vide grenier, un marchand d'occas.. vous eussiez fait une meilleure action pour la planète, pour votre porte-monnaie et votre bien être ( les meubles d'occas, les vrais, en vrai bois d'arbres, fabriqués par des artisans à l' ancienne ne trouvent pas preneurs, les pros les jettent car le con de particulier ne jure comme vous que par la sur-consommation de masse avilissante.

Vâlà..

Par

L'erreur à ne pas faire sur une simple hybride, c'est de forcer le mode 100% électrique, ce n'est pas fait pour et est totalement inutile car ça consommera ça de plus pour recharger la batterie à un seuil "idéal" pour la conduite hybride. Du coup, on va se retrouver avec des conso médiocre. Si on veut rouler en tout électrique, c'est vers l'hybride rechargeable qu'il faut se tourner. La moyenne reste pas si pire au final.

Par

Les changements de rapport ????

Quoiiiiii ???

Kewwwwaaaaaaa ???

Le HSD dispose d'une eCVT sans rapports virtuels, alors comment fait elle pour changer de rapport avec cette voiture ??? Elle a passé la marche arrière à 90 km/h ?

C'est incroyable tout ce qui est écrit dans cet article.

4km d'automnomie ... ???

Sur le papier il est écrit 2km, dans tous les articles, on parle de 2km, alors vous etes peut etre la seule journaliste qui n'a pas lu ça ?

Le mode EV ne sert pas a grand chose, c'est un fait, je ne m'en sers que lorsque je fait du faux plat mais de là a ce qu'il ne se declanche pas au demarrage d'un feu vert, c'est madame a le pied lourd ;-).

Sur mon Auris, j'arrive à rouler en tout electrique jusqu'à 70km/h, mais pas en mode EV. Pour ça je suis en mode ECO ou normal ou meme power, et j'appuie juste legerement une fois a vitesse stabilisée sur l'accelerateur.

Enfin chère journaliste, il faut être Zen au volant, si le moteur crie c'est qu'on appuie un peu trop sur l'accelerateur, et qu'avec une autre voiture, c'est surement l'embrayage qui aurait ete utilisé pour faire l'acceleration demandée.

Par

Ma mère en a une, là pour le coup ça gueule quand on veut jouer ou qu'on va sur les voies rapides et qu'on s'insert. Mais c'est hyper équipé, un truc de dingue sur certaines finitions. C'est simple, il y a presque tout ce qu'on trouve comme assistance possible hormis stationnement le automatique. Par contre en conduite normale ça ne fait pas spécialement de moulinage.

Par

Entre faire tout le parcours en ECO (qui ramollit la réponse à l'accélérateur sans faire économiser grand chose), tenter de forcer l'EV pour rien, et se retrouver avec 4,9l à la sortie, il faut pas s'étonner quand on n'a pas pigé deux trois éléments du fonctionnement basique du HSD en fonction du profil de conduite envisagé.

"il faudra débourser 22 500 € pour notre modèle d’essai. Un montant encore élevé pour une technologie pas totalement satisfaisante et qui s’avère plus onéreuse qu’une version thermique classique. "

C'est quoi au juste le tarif catalogue d'une 208 full options avec le Puretech 110 en EAT6 par exemple ? Pas moins. Une Clio TCe 130 EDC ? Pas moins non plus. Elles engloutissent combien ? Pas moins non plus...

Par

4,9 litres ? Les compactes diesel actuelles font mieux sur le même trajet et certaines pour moins chères que les 22500 euros demandés ici !

Intérêt proche du néant pour ce modèle à part en faisant que de la ville ...

Par

Déjà quand je lis que "le moteur se fait trop entendre en ville" ou "la boite de vitesse", je sais que ça sert à rien d'aller plus loin.

Par

En revanche, j'aimerais savoir quand les idiots vont comprendre que les Toyota et LExus ne sont pas des VE! mais un FULL HYBRIDE!! Sur les Toy/Lex, les moteurs électriques sont là pour ASSISTER le thermique le plus possible et non pour le remplacer!!! Bon sang c'est expliqué partout !!!

L'autonomie électrique ne sert qu'en bonus pour 3 situations:

1ere, les mini déplacements qui ne nécessitent pas le démarrage du moteur comme les déplacements en parking, changer de place sur de petites distances en ville.

2eme, profiter de certaines situations pour passer en full électrique afin de diminuer la conso genre en ville ou petites routes à moins de 50/60km/h.

3eme situation, si les batteries sont assez chargées, on peut rouler un peu en ville ne full en étant hyper doux sur l'accel'.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire