Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Sandero R.S. : la sportive low-cost enfin à l’essai !

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Heureux les sud-américains, à qui Renault Sport a mitonné une version épicée de la Sandero, désormais forte de 145 ch. Les premiers essais confirment le potentiel de la bête.

Nos confrères sud-américains (ici les argentins de 16valvulas.com) ont pu essayer la Sandero RS, modèle dont ils ont apprécié les prestations en conduite sportive.
Nos confrères sud-américains (ici les argentins de 16valvulas.com) ont pu essayer la Sandero RS, modèle dont ils ont apprécié les prestations en conduite sportive.

La plupart des constructeurs généralistes développent des modèles spécifiques en fonction des zones géographiques où ils opèrent. C’est ainsi qu’au printemps 2015, Renault annonçait le lancement d’une Sandero RS fabriquée au Brésil et à destination de différents marchés d'Amérique latine. Au programme : moteur 2 litres atmosphérique de 145 ch, boîte manuelle à 6 rapports, trois modes de conduite, suspensions spécifiques et look sportif, le tout au prix de 58 880 Réaux Brésiliens, soit 16 300 de nos euros. Un tarif des plus concurrentiels qui fait rêver de l’importation dans nos contrées de cette GTI low cost, alors même que la Sandero est la voiture la plus vendue aux particuliers au premier semestre dans l’Hexagone.

Restait encore à prendre le volant de la bête, exercice auquel ont récemment été conviés nos confrères argentins et mexicains, après une longue attente. Carsdrive.com résume les choses ainsi : « c’était, sincèrement, un des lancements qui générait les plus fortes interrogations : à quoi peut bien ressembler une bombinette à la sud-américaine, aux racines roumaines et affinée par la division sportive d’une marque française ? » A quoi Clarin.com ajoute que c’est en effet la première fois qu’une auto développée par Renault Sport est fabriquée hors de France. Par ailleurs, il apparaît que même dans ces contrées lointaines, la Sandero sportive n’a pas de rivale directe : « c’est comme si Volkswagen développait une sportive dérivée de la Gol, la Gol GTI par exemple. Sauf qu’il existe une Golf GTI, et que celle-ci vaut plus du double de la Sandero RS. » Carsdrive.com, qui vise moins haut, identifie parmi les rivales de l’auto la Ford Fiesta 1.0 140 Ecoboost et la Suzuki Swift Sport 136 ch, « toutes deux plus chères que la Sandero ». Sans concurrence directe, donc.

Sandero R.S. : la sportive low-cost enfin à l’essai !

Côté apparences, Autocosmos évoque une voiture cultivant la ressemblance avec la Clio RS de 2001 « avec juste un peu moins de puissance (172 ch contre 145, NDLR) et un prix moins élevé ». Carsdrive rappelle toutefois que l’auto n’a « ni le glamour ni le pédigrée d’un pur sang. Tout le monde sait que son origine est la roumaine Dacia, qui fut créée comme un modèle low cost, seconde marque de Renault en Europe. » Autocosmos s’intéresse aux plastiques, dont la qualité le convainc globalement « mais la vérité oblige à préciser que l’on trouve mieux au sein du même segment. »

16valvulas.com détaille pour sa part un look sportif notamment composé  de « jantes de 17 pouces à 5 branches et de couleur noir brillant comme le logo RS, chaussées de pneus 205/45 R 17 ContiSport Contact 3 », et d’appendices aérodynamiques « assurant 20 kilos de déportance quand l’auto évolue à 150 km/h ». A bord, le site évoque les « sièges qui assurent un excellent maintien latéral, même dans les courbes empruntées à haute vitesse. » Concernant les freins, Carsdrive salue le sérieux dont fait preuve Renault en dotant la Sandero RS de grands disques aux quatre roues : « ce sont les mêmes que ceux de la Fluence GT, 280 mm à l’avant et 240 mm à l’arrière, avec des étriers et pistons majorés. L’auto freine très bien et le système résiste bien à l’échauffement. Mais pour Clarin.com, « le meilleur est le châssis, avec une carrosserie renforcée offrant une meilleure rigidité torsionnelle, tandis que les suspensions garantissent stabilité et tenue en courbe. Les ressorts d’amortisseurs avant sont 92% plus fermes que les modèles standards, et 10% pour ceux de l’arrière. Les barres de torsion sont quant à elles 17% plus rigides à l’avant, et 65% à l’arrière, pour limiter les mouvements de roulis en courbe. Quant à la hauteur de carrosserie, elle est inférieure de 40 mm par rapport à la Sandero normale, avec pour corollaire un abaissement du centre de gravité. » A quoi s’ajoute, pour Autocosmos, « une direction super-précise, qui offre une réponse instantanée aux mouvements de volant. Entre des mains habiles, cette petite Sandero pourra en remonter à des modèles bien plus onéreux. »

Sandero R.S. : la sportive low-cost enfin à l’essai !

Et le moteur, dans tout ça ? « Un 2.0 atmosphérique développant 145 ch. Ce qui, pour une auto pesant 1 161 kilos, est une valeur convenable », précise Clarin.com. « On trouve ce moteur F4R dans le Duster mais il compose ici avec près de 200 kilos de moins. Résultat, un rapport poids/puissance de 8 kg/ch », ajoute 16valvulas.com Et même si cette puissance n'apparaît pas spectaculaire en regard de sa cylindrée, Carsdrive rappelle qu'il ne s'agit pas d'une voiture de course mais d'une voiture destinée à un usage quotidien, avec les contraintes de durabilité afférentes: « Renault nous propose ici une voiture plus amusante que réellement véloce en ligne droite, avec un moteur au caractère équilibré et une carrosserie compacte qui permet des réactions rapides. Le couple de 198 Nm à 3 750 tr/mn permet de doubler sans peine. » Clarin.com, encore: « Elle accélère de 0 à 100 km/h en 8,5 s et atteint les 200 km/h en vitesse de pointe. De plus, sa boîte à 6 rapports aux débattements courts permet de faire fonctionner le moteur à haut régime et favorise les relances. » Autocosmos regrette juste que celle-ci manque de précision, avec des hésitations au moment d'enclencher les 3ème et 5ème rapports. Il avoue aussi sa difficulté à adopter une conduite calme durant son test, avec pour corollaire « une consommation oscillant entre 8 et 10,4 l/100/km. La Sandero RS invite à rouler vite, et dès qu'on monte à bord, on est presque obligé d'actionner le bouton RS ». Un véritable pousse-au-crime, donc.

En conclusion, le site argentin Carsdrive estime que la Sandero RS aura deux types d'acheteur: « d'un côté les jeunes sans a priori qui veulent se faire plaisir au volant et vont faire des efforts pour se l'offrir, et de l'autre des gens plus âgés et au portefeuille mieux garni et qui voudront s'amuser sans crainte à l'occasion d'un track day.» Autocosmos conclut son essai en qualifiant la Sandero RS de très bonne surprise, dont les changements par rapport à la version standard ne se limitent pas à un look plus exubérant et un moteur à la puissance majorée: « le travail de développement de Renault Sport correspond exactement à ce à quoi nous pouvions nous attendre, transformant cette compacte pour pays émergents en une véritable sportive. » Une voiture qui aurait toute sa place en France, donc.

 

Photos (9)

SPONSORISE

Actualité Dacia

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire