Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Série d'été - Comment va...DS?

La pause estivale nous permet de dresser un bilan de mi-saison d’activité des principaux constructeurs automobiles, sur fond d’électrification et de pénurie de composants électroniques ralentissant la production et les livraisons. Chaque jour durant les trois premières semaines d’août, Caradisiac s’intéresse ainsi aux principaux acteurs du marché français. Aujourd’hui, DS, pari audacieux consistant à imposer une marque française dans les marques premium.

Série d'été - Comment va...DS?

Dans un marché européen exsangue, en baisse de 14% au premier semestre après un exercice 2021 lui-même terrible, DS se distingue en affichant des ventes en hausse de de 10,7%.

Même si les volumes restent faibles dans l’absolu - 20 730 voitures écoulées, soit moins que les près de 29 000 Porsche - le constructeur français est ainsi l’un des rares généralistes, avec Kia, Hyundai et Dacia, à tirer son épingle du jeu actuellement.

La DS4 dispose de technologies de pointe et fait preuve d’un grand confort.
La DS4 dispose de technologies de pointe et fait preuve d’un grand confort.

Il doit ces vents porteurs à sa nouvelle berline compacte, la DS 4, qui connaît un bon démarrage commercial. Joliment dessinée, raffinée et dotée d’une motorisation hybride rechargeable bien dans l’air du temps, celle-ci propose des prestations au niveau de la concurrence allemande.

Il en va de même pour le DS7. A l’occasion de son récent restylage, celui-ci a abandonné l’appellation Crossback. Avec son bloc hybride de 360 ch et sa présentation des plus raffinée, le SUV premium tricolore n’a lui non plus rien à envier à des marques plus installées.

Lancé en 2017, le DS7 assure 50% des ventes de la marque.
Lancé en 2017, le DS7 assure 50% des ventes de la marque.

La chance de DS réside aussi dans l’électrification : il sera bientôt terminé, le temps où les marques allemandes pouvaient pavaner avec leurs puissants blocs thermiques qui donnaient des complexes à la concurrence.

Avec la fin du thermique annoncée pour 2035, les moteurs « zéro émission » remettent (au moins en partie) les compteurs à zéro. Ainsi, alors que les modèles électrifiés représentent déjà 40% de ses ventes, DS accélère et ne lancera plus que des modèles 100% électriques à partir de 2024.  

Est-ce à dire que le pari qui consistait à asseoir un label haut de gamme « made in France » est en passe d'être gagné ? On n’ira pas encore jusque-là, d’autant que la DS4 et la DS9 sont respectivement assemblées  en Allemagne et en Chine, pays sur lequel la marque comptait beaucoup et où l’échec est patent.

Reste que si le parcours est long pour imposer sa crédibilité dans l'automobile, la branche premium française de la galaxie Stellantis (14 marques en tout) navigue avec une habileté certaine.

Certes, la DS3 Crossback ne fait pas de miracles face aux redoutables Audi Q2 et autres Mercedes GLA. De même, la DS9 n’est pas en mesure d’en remonter aux BMW Série 5 et Mercedes Classe E.

Mais avec une présence dans 40 pays à travers un réseau de distribution de 400 DS Stores, DS semble aujourd'hui disposer des moyens de ses ambitions.

Série d'été - Comment va...DS?

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Ds

Toute l'actualité

Forum Ds

Commentaires ()

Déposer un commentaire