Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

2. Sur la route - un peu bourrin mais pas le mauvais cheval

Essai vidéo – Ford Mustang restylée (2018) : viscéralement attachante

Les premiers mètres à bord de cette Ford Mustang 2018 font apparaître quelques gouttes de sueur froide le temps de se familiariser avec les dimensions généreuses, la position de conduite très en arrière, loin, très loin du train avant et les impressionnants grondements gutturaux du moteur. Le sourire et la hausse du rythme cardiaque sont, eux aussi, instantanés. C'est une voiture honnête, qui montre tout de suite ses défauts : une direction manquant cruellement de naturel et de remontées d'information, soit trop légère, soit trop dure, et une commande de boîte nécessitant à la fois une poigne ferme et une certaine délicatesse, une décomposition du mouvement étant nécessaire pour passer de deux en trois au risque d'enclencher directement la cinq. Des points noirs qui s'éclaircissent cependant avec un peu d'habitude.

Paraît-il qu'il y a un échappement actif à même de rendre totalement muet le V8 de 5.0. Mais qui voudrait ça, honnêtement ? Demandait-on à Pavarotti de chanter moins fort ? Le réglage pour ma part restera sur Race pour l'ensemble de l'essai, merci bien. Car le son purement mécanique produit par le quatuor d'échappements est composé de toutes les notes que l'on est en droit d'attendre d'un V8 de l'Oncle Sam, dès le bouton de mise à feu effleuré. Le démarreur peine une demi-seconde pour active les huit grosses gamelles qui se mettent soudainement et simultanément en éruption, avant de se stabiliser dans un vibrant staccato réjouissant.

Essai vidéo – Ford Mustang restylée (2018) : viscéralement attachante

La Mustang paraît certes un peu à l'étroit sur la route Napoléon mais, sur le sec et montée en excellents Michelin Pilot Sport 4 S en 275 de large à l'arrière, elle se montre tout ce qu'il y a de plus rigoureuse et accessible. Le V8 fournit toujours sa bande-son exceptionnelle mais je dois reconnaître que je suis un peu déçu par son manque de punch dans un premier temps. Est-ce que ça vient du poids conséquent de l'ensemble ou de la longueur des rapports de la boîte ? Un peu. Du conducteur ? Beaucoup. Le Coyote est en fait un moteur à deux visages, permettant, façon Docteur Jekyll, de rouler sur le couple en fournissant des accélérations autorisant déjà une conduite dynamique sans dépasser les 4 000 tr/min, régime auquel le volume sonore déjà conséquent fait instinctivement monter un rapport. Sauf que c'est au-delà qu'il s'ébroue et devient Mister Hyde. La poussée linéaire jusque-là devient alors exponentielle et l'aiguille du compte-tours tutoie la zone rouge quand vous songez enfin à lâcher le volant d'une main pour enclencher la vitesse supérieure. Une sorte de passage en hyperespace autorisé par le fort taux de compression et l'injection directe dans un hurlement sauvage à dresser les poils sur les avant-bras crispés.

L'ajout des suspensions pilotées Magneride offre aussi plusieurs caractères : de confortables et souples en mode normal, elles passent à fermes et dynamiques en mode Sport +, de quoi donner à une agilité étonnante pour une voiture de telle taille. Attention cependant à ne pas se laisser déborder par trop d'enthousiasme : en cas d'excès d'optimisme, le train arrière commence à devenir nerveux et la masse considérable est sans pitié avec les freins. On a donc au final un châssis plus rigoureux qu'avant, à des années-lumière du cliché de la pony car américaine, et, si c'est encore loin d'être un scalpel comme on en trouve outre-Rhin, ce côté bourrin indéniable participe au caractère attachant de la voiture. Elle peut d'ailleurs aussi être totalement appréciée en mode balade, le coude à la portière et dans le respect total des limitations de vitesse, sur fond de glouglou du V8.

Portfolio (38 photos)

En savoir plus sur : Ford Mustang 6 Coupe

Commentaires (64)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

199 g de CO² avec une mustang et un V8 de 5l? On est le 1er avril, c'est vrai...

Par

J'en ai vu une dans le 02 vers Viller Cotteret la version spécial en vert foncé métal moteur V8 elle est magnifique quel bruit elle dégageait trop de classe dans cette teinte vert foncé métal , entre ça et une Nissan GTR je prends direct la Mustang même si la Nissan est plus rapide j'aime beaucoup moins en jaune, la Mustang avec la M4 pack compétition ce sont les deux autos que j'adore

Par

En réponse à Philippe2446

199 g de CO² avec une mustang et un V8 de 5l? On est le 1er avril, c'est vrai...

on s'en fou du CO2 pour ce genre de voiture .

Par

Une vrai voiture avec un vrai prix abordable. J'aime :bien:

Par

En réponse à Wurchtsalat

on s'en fou du CO2 pour ce genre de voiture .

Je n'ai pas dit le contraire. Je remarque simplement que si ce n'est pas du pur mensonge, ce chiffre relève au moins de la fantaisie...

Par

Très belle voiture je suis fan à 100% , je vais revendre ma voiture diesel GLC 350D Mercos pour acheter le v8 Fastback couleur gris magnetic . Une question elle est disponible quand dans les concessions ?

Par

En réponse à Wurchtsalat

Une vrai voiture avec un vrai prix abordable. J'aime :bien:

A prix abordable... 50.000e le 4cylindres, 57.000 le 8...

Ford a augmenté ses prix et le malus a totalement flambé sur le 4cyl.

Par

En réponse à franck8316

J'en ai vu une dans le 02 vers Viller Cotteret la version spécial en vert foncé métal moteur V8 elle est magnifique quel bruit elle dégageait trop de classe dans cette teinte vert foncé métal , entre ça et une Nissan GTR je prends direct la Mustang même si la Nissan est plus rapide j'aime beaucoup moins en jaune, la Mustang avec la M4 pack compétition ce sont les deux autos que j'adore

Si ce que tu aimes c'est les "muscles-cars" la mustang se rapproche plus d'une C63Amg que d'une M4

Par

J'en suis à ma 4 ème Mustang et je suis assez d'accord avec l'essayeur dans son ensemble.

Juste plus de mal avec les nouveaux phares avants, mais ça reste un détail tant la voiture est sympa.

Ma prochaine sera une Shelby GT350, mon actuel GT arrive sur ces 60'000 kil, et aucun ennuie pour le moment mis à part la commande de clim qui est resté enfoncée.

Par

10000 boules de malus, ça pique par contre.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire