Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Sur la route : une belle leçon

Essai vidéo - Porsche 718 Cayman : un quatre pattes qui a la pression

Le chronomètre et les consommations, c'est une chose, mais qu'est-ce que ça donne en sensations, le passage d'un flat six atmo à un flat 4 turbo ? Sans surprise, elles sont complètement différentes, et tout vient de ce couple maximum disponible 2 600 tr/min plus tôt. Il permet certes de reprendre vigoureusement à bas régimes sans avoir à tomber de rapport, même ce n'est pas ce qu'on recherche dans une voiture de sport, mais a aussi tendance à lisser l'accélération sur l'ensemble du compte-tours. Plus d'envolées lyriques grisantes vers la zone rouge donc, puisqu'il n'y a plus rien à aller chercher à 7 500 tr/min, juste une poussée continue. On a aussi perdu sensiblement de ce répondant instantané, cette absence d'inertie de l'ancien moteur.

 

Deuxième vecteur d'émotion : la musique. Un flat 6, ça a vraiment une voix inimitable qui se reconnaît les yeux fermés, mais un 4 à plat normalement aussi. Ici, il paraît bien étouffé et sans personnalité particulière, faisant le bruit d'un bête quatre pattes sportif à part en forte accélération, où les collecteurs d'échappement asymétriques donnent un bruit de Subaru Impreza STI (ce que personnellement j'adore). On a droit aussi au lever de pied aux désormais classiques gargouillis et autres pétarades qu'on retrouve sur la plupart des moteurs suralimentés sportifs modernes.

 

Après seulement quelques kilomètres au volant de la 718 Cayman, ce qui frappe est l'homogénéité, la cohérence totale entre tous ses composants, chacun semblant travailler en parfaite adéquation avec les autres en ne laissant paraître aucune faiblesse. Le train avant est dérivé de celui de la dernière 911 Turbo et l'arrière reprend des éléments de la Cayman GT4 981, ce qui se traduit par un dynamisme, une stabilité et une réactivité extraordinaires, meilleures encore qu'avant (ce qui est un vrai tour de force), bien aidé dans ce domaine par une direction 10 % plus rapide particulièrement communicative (même si, goût personnel, je préfèrerais un volant à la jante à peine plus épaisse). Dans la grande tradition Porsche, les freins à disques ventilés et perforés de 330 mm à l'avant et 299 mm à l'arrière, avec étriers fixes 4 pistons en aluminium pour tout le monde, sont exceptionnels dans leur efficacité comme dans leur longévité, avec des limites impossibles à atteindre sur le réseau routier public, laissant l'option des freins céramique PCCB (à 7 380 €) aux plus accros des sorties circuit. Enfin, la boîte double embrayage PDK de notre modèle d'essai est sans aucun doute ce qui se fait de mieux aujourd'hui dans ce domaine, avec des changements de rapport instantanés en mode manuel et une réactivité tenant de la sorcellerie en mode automatique.

 

Au final, la 718 Cayman est un bonheur à emmener vite et d'une facilité déconcertante, avec un comportement neutre, sans amorce de survirage ni de sous-virage, un moteur moins expressif mais tractant à tous les régimes, des freins increvables, une direction permettant de la placer au millimètre et des suspensions maîtrisant à la perfection les mouvements de caisse. Et ce n'est pas pour autant qu'elle en devient inconfortable en conduite moins enjouée : malgré les jantes de 20 pouces optionnelles et le fait que notre modèle d'essai ne profite pas de l'option des suspensions pilotées PASM, la 718 prend tout à fait soin de ses occupants, même sur les routes secondaires du Pays Basque au goudron plus que moyen, en faisant non seulement une sportive talentueuse mais aussi une routière accomplie.

Portfolio (34 photos)

En savoir plus sur : Porsche 718 Cayman

SPONSORISE

Essais Coupé

Fiches fiabilité Coupé

Toute l'actualité

Commentaires (61)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Mon dieu quelle honte, un 4 pattes sans âme vendu au prix fort

Par §ron178DF

Un jour quand je serai vieux elle sera mienne, ou le Boxster que j'adore tellement plus. Et puis cette peinture est géniale; bref, pourquoi prendre une 911 quand on peut avoir pour le même prix un coupé et un cabriolet?

Et puis le downsizing c'est le futur il parait, non?

Par

Elle va faire très mal et c'est pas une Arlésienne .

Par §for536fF

retour aux origines du moteur porsche ( 4 cylindres )

Par

Pour moins onéreux: une M2

Pour un peu plus cher: une C7

Par

En réponse à carrera13

Pour moins onéreux: une M2

Pour un peu plus cher: une C7

tout à fait.

Là autant prendre une Audi TT qui aura 4 roues motrices, ou une BMW pour une propu fun et un peu moins chère.

Par §Tra021un

En réponse à Zoulman

Mon dieu quelle honte, un 4 pattes sans âme vendu au prix fort

tu parles de la 308 gti ou de la meg RS ?

on arrete le troll, l'entrée de gamme Porsche aurait toujours du être ainsi

Par §Tra021un

En réponse à GlobalGuillaume

tout à fait.

Là autant prendre une Audi TT qui aura 4 roues motrices, ou une BMW pour une propu fun et un peu moins chère.

Pour le coup le TT parait presque plus intéressant, même si le châssis est encore un peu loin du 718, mais l'aspect moteur parait plus sympa, après 4RM, c'est plus spécial

Par

En réponse à Zoulman

Mon dieu quelle honte, un 4 pattes sans âme vendu au prix fort

Chez Porsche les 4 cylindres sportifs n'ont rien d'un infamie, ils sont meme dnas des voitures legendaires de la marque, de "serie" comme de courses.

Par

Si la qualité d'une voiture était proportionnelle au nombre de ses cylindres ça se saurait !

Moi j'aime cette Porche Cayman et m'en satisferais bien ... si je pouvais !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire