Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Volkswagen Phaeton (2001-2010) : une Bentley en habits de VW, dès 4 500 €

Dans Rétro / News rétro

Incarnation de l’avidité de Ferdinand Piëch à pousser VW vers le haut, la VW Phaeton rivalise sans peine avec les Mercedes Classe S et BMW Série 7, sans oublier l’Audi A8, mais son blason populaire l’a privée du succès. Et en occasion, cette berline de grand luxe ne coûte presque rien !

Une Passat ? Raté, c’est une Phaeton, ici une W12 de 2002.
Une Passat ? Raté, c’est une Phaeton, ici une W12 de 2002.

Vous aimez la Bentley Continental GT mais n’avez pas les moyens de vous en offrir une ? Un recours existe, une voiture presque identique techniquement mais beaucoup moins chère : la Volkswagen Phaeton. Quand un des sommets du luxe et l’une des marques les plus essentiellement populaires qui soient se rencontrent !

Cela mérite une explication. À la fin des années 90, après une bataille homérique contre BMW, le groupe Volkswagen finit par racheter Bentley. Ferdinand Piëch, le kaiser de la marque de Wolfsburg et de ses dépendances, veut opérer une montée en gamme générale, à l’image de ce qu’il a fait pour Audi dans les années 70-80. Une fois Bentley repris, que faire ? Créer un nouveau modèle, qui fera du volume grâce à un tarif relativement contenu, eu égard à ses prestations, et pour parvenir à cette fin, il partagera ses composants avec d’autres productions du groupe allemand.

Ça tombe bien car pour sa marque du peuple, Piëch a des ambitions démesurées : il veut la doter d’une berline de luxe, à même de rivaliser avec la référence en la matière : la Mercedes Classe S. Elle aura l’effet d’une locomotive sur le reste de la gamme, qu’on pourra donc vendre plus cher ! Fiat avait usé d’une stratégie similaire avec la 130 au tournant des années 70, mais sans succès. Le grand Ferdinand allait-il réussir ?

Dès 1999, un concept D est exposé au salon de Francfort, une grande bicorps dotée de raffinements impressionnants : moteur V10 TDI, suspension pneumatique pilotée, transmission intégrale… Sa ligne est jugée banale, et pourtant, à Wolfsburg, on s’active au développement du projet VW611 qui en découle.

En 1999, le Concept D annonce la Phaeton, même s’il reçoit un hayon et non un coffre séparé.
En 1999, le Concept D annonce la Phaeton, même s’il reçoit un hayon et non un coffre séparé.

Piëch stipule que l’auto devra être capable de rouler à 300 km/h toute une journée par une température ambiante de 50 °C tout en maintenant 22 °C dans l’habitacle. Certainement pour plaire aux marchés allemand (vitesse) et américain (chaleur). Pour ce faire, on ne refuse pratiquement aucun luxe technique à la grande VW, qui sera assemblée à Dresde aux côtés d’un autre engin délirant : l’énorme SUV Touareg.

L’usine de Dresde, où est assemblée à la main la Phaeton, est dite « de verre » à cause des surfaces vitrées. Les carrosseries arrivent assemblées et peintes de Zwickau.
L’usine de Dresde, où est assemblée à la main la Phaeton, est dite « de verre » à cause des surfaces vitrées. Les carrosseries arrivent assemblées et peintes de Zwickau.

Quand elle sort en mars 2002, la Phaeton reçoit un accueil sceptique. Pas à cause de ses caractéristiques : elle conserve toute la sophistication du Concept D et y ajoute un moteur W12 de 6,0 l et 420 ch, en fait l’assemblage de deux VR6. Mais pour un vaisseau amiral, sa ligne tricorps cette fois, demeure désespérément anonyme. On dirait une grosse Passat, un peu comme la Fiat 130 de 1969 évoquait une 125 hypertrophiée. Les tarifs donnent le tournis : 110 525 € pour la W12, soit près de 140 000 € actuels ! En entrée de gamme, la V6 se limite à 71 650 €, mais ses 241 ch sont bien à la peine car il doit entraîner les deux tonnes du monstre du peuple ! Quant à la W12, dotée de quatre roues motrices, elle atteint 2 300 kg. Amusant quand on voit le poids d’une Audi A8 4,2 l, inférieur de 500 kg… Mais la VW n’a pas droit à la fabrication en aluminium.

Même si elle ne manque pas d’élégance, la Phaeton demeure trop discrète, même en W12.
Même si elle ne manque pas d’élégance, la Phaeton demeure trop discrète, même en W12.

Fin 2002, la Phaeton reçoit le V10 TDI de 5,0 l dont profite le Touareg lancé à ce moment : avec 313 ch, c’est le diesel le plus puissant du monde. Malheureusement, alors que son outil industriel est calibré pour 20 000 unités par an, la Phaeton se vend très mal : ce chiffre ne sera atteint qu’au bout de quatre ans. Pourtant, elle propose un équipement incroyable : projecteurs au xénon, cuir, clim auto bizone, hifi, GPS, sièges chauffants… La W12 ajoute une fonction massage à ces derniers, une clim à réglages séparés à l’arrière, un pare-soleil électrique sur la lunette arrière, un téléphone fixe, un coffre à fermeture assistée… Fin 2003, une version allongée de 12 cm est proposée, tandis qu’un V8 4,2 l de 335 ch s’ajoute à la gamme, suivi d’un V6 TDI en 2004 (225 ch).

Cuir et boiseries abondent, l’équipement est pléthorique, mais quelques plastiques détonent.
Cuir et boiseries abondent, l’équipement est pléthorique, mais quelques plastiques détonent.

Rien n’y fait, les ventes stagnent, ce qui n’empêche pas un restylage d’intervenir en 2007. Les évolutions cosmétiques demeurent minces, mais le W12 pointe à 450 ch, le V6 TDI à 240 ch tandis que le V10 passe à la trappe. En 2010, une autre mise à jour intervient, plus nette puisque la calandre est redessinée. L’offre s’enrichit d’un V6 3,6 l de 280 ch, remplaçant le 3,2 l, mais la grande VW ne parvient guère qu’à vivoter. Elle subsistera au catalogue jusqu’en 2016, sans être remplacée, du moins en Europe. 84 253 unités ont été produites, ce qui reste modeste vu la durée de commercialisation et les marchés importants où elle a été proposée. En Chine par exemple, où sa carrière commerciale a été correcte. Elle y a une descendance : la Phideon, sur base Audi.

À l’été 2007, la Phaeton est légèrement remaniée : notez les antibrouillards désormais ceints de chromes.
À l’été 2007, la Phaeton est légèrement remaniée : notez les antibrouillards désormais ceints de chromes.

Combien ça coûte ?

La Phaeton propose en occasion un rapport luxe/technologie/prix incroyable. À 4 500 €, on s’offre une V6 3,2 l ou une V10 TDI en bon état, même si elles dépassent les 200 000 km. À 5 500 €, on accède à une V6 TDI, tandis que les V8 et W12 exigent un minimum de 8 000 €. Pour les phases II, il faut ajouter de 500 à 1 000 € à condition équivalente, mais les exemplaires peu kilométrés voient leur prix grimper. Par exemple, comptez 9 000 € pour une V6 TDI de moins de 150 000 km, ce moteur équipant la très grande majorité des Phaeton vendues en France depuis qu’il a été ajouté. Les phases III ne s’étant vendues qu’au compte-gouttes chez nous (moins de 10 par an), elles sont quasi-introuvables, les plus chères frôlant les 20 000 € si elles ont un maximum d’options et un faible kilométrage.

Le V10 TDI, ici en 2003, est surpuissant mais manque de fiabilité.
Le V10 TDI, ici en 2003, est surpuissant mais manque de fiabilité.

Quelle version choisir ?

Vu le poids de la bête, on prendra bien plus de plaisir avec les moteurs V8 et W12. Si on souhaite abattre du kilomètre, le V6 TDI est bon choix, même si ses performances sont très moyennes. Les V6 essence ne présentent que peu d’intérêt, car ni frugaux ni vigoureux, alors que le V10 TDI pose de trop de soucis pour être recommandable.

En 2010, la Phaeton subit un second restylage : la face avant est redessinée. Ici, une rarissime W12.
En 2010, la Phaeton subit un second restylage : la face avant est redessinée. Ici, une rarissime W12.

Les versions collector

Ce seront les W12 longues en phase III, dotées de tous les extras possibles, en parfait état et à faible kilométrage. Autant dire qu’il n’y en a pas, du moins en France.

Le V8 est le seul bloc de la Phaeton à courroie de distribution. Attention aux clapets d’admission en plastique qui peuvent tomber dans les cylindres (une modification est possible).
Le V8 est le seul bloc de la Phaeton à courroie de distribution. Attention aux clapets d’admission en plastique qui peuvent tomber dans les cylindres (une modification est possible).

Que surveiller ?

La Phaeton pâtit de cette formule maléfique : grande sophistication/âge avancé/prix bas. En clair, son entretien coûte cher, trop en tout cas pour un certain nombre de propriétaires. Elles sont très bien fabriquées, mais leur complexité donne le tournis : certaines versions ont deux batteries, nécessitant d’être changées ensemble puis de reprogrammer la voiture. Ces autos sont assemblées à la main par des techniciens qualifiés pour ne jamais produire de bruit parasite, donc le moindre démontage, y compris un panneau de porte, demande du temps et de la patience. Et changer une ampoule de phare impose de déposer le bouclier avant… La Phaeton compte aussi un moteur par essuie-glace : si l’un tombe en panne, les balais s’entrechoquent et causent des dégâts.

Mécaniquement, le V8 est le seul moteur de la gamme doté d’une courroie de distribution : son remplacement n’est pas si onéreux, puisque l’auto a été pensée en conséquence. En revanche, si les autres blocs connaissent un souci de guide de chaîne de distribution, il faudra les sortir de la voiture, et là, bonjour la facture !

Pour sa part, le V10 TDI a connu beaucoup de soucis de turbos, ainsi que d’injecteurs pompes, ce qui entraîne des factures énormes.

Enfin, jusque sur les exemplaires fabriqués en 2006, la suspension pneumatique a connu des avaries, là encore très onéreuses à résoudre.

Cela dit, dans l’ensemble, et malgré des pépins électroniques inévitables, la Phaeton semble plus fiable que ses concurrentes germaniques contemporaines.

Au volant

Volkswagen Phaeton (2001-2010) : une Bentley en habits de VW, dès 4 500 €

Le gros avantage d’un look aussi tristouille que celui de la Phaeton, c’est qu’il n’attire pas les regards malveillants : on peut donc rouler dans une voiture de luxe sans se faire stigmatiser. Et du luxe, il y en a à foison dans cette VW à moteur W12 ! Rien que les aérateurs méritent le détour : ils sont cachés par des panneaux de bois qui basculent si besoin est. Le cuir de la sellerie est de grande qualité, mais on relève tout de même des plastiques médiocres, comme ceux couvrant le bas des montants latéraux.

Pour le millésime 2008, le tableau, légèrement retouché, arbore un nouveau système multimédia.
Pour le millésime 2008, le tableau, légèrement retouché, arbore un nouveau système multimédia.

Heureusement, le confort des sièges frôle la perfection, l’habitabilité est immense, et la position de conduite impeccable. Le 12-cylindres regorge de douceur et d’onctuosité mais ne produit pas une symphonie mécanique particulière : on l’oublie vite. Ne manquant pas de vigueur, il emmène la VW à près de 270 km/h compteur sur autobahn, vitesse à laquelle elle demeure d’une stabilité étonnante. Mais à partir de 200 km/h, les bruits d’air sont gênants et le freinage faiblard.

Sur route, l’auto se révèle extrêmement sûre et bien équilibrée, sans se montrer trop pataude. Surtout, la suspension offrant un filtrage exceptionnel, le confort est total. Évidemment, si on brusque la VW sur une petite route sinueuse, elle prend du roulis, sous-vire et ne communique absolument pas, même en mode Sport qui durcit les ressorts pneumatiques, mais là n’est pas sa destination. Son truc, ce sont les longs voyages reposants, où elle saura ne pas avaler plus de 14 l/100 km en moyenne.

L’alternative youngtimer

Fiat 130 (1969-1977)

Trop luxueuse, sophistiquée et chère pour son blason, la Fiat 130 a été un échec, à l’image de la Phaeton. Ici une 3200 de 1971.
Trop luxueuse, sophistiquée et chère pour son blason, la Fiat 130 a été un échec, à l’image de la Phaeton. Ici une 3200 de 1971.

Pour une fois, on change de marque pour cette alternative. En effet, dans l’esprit, celle qui se rapproche le plus de la Phaeton, c’est une italienne : la Fiat 130. Exigée par Agnelli, qui voulait un vaisseau amiral, exactement comme Piëch, elle profite comme la VW à sa sortie d’une plate-forme et de suspensions spécifiques, l’essieu arrière, raffiné, indépendant et bien guidé. Sous le capot, là encore, elle bénéficie d’un élément qui lui est réservé : un V6 à deux arbres à cames en tête actionnés par courroie, qui n’a rien à voir avec celui des Dino. Un 2,8 l de 140 ch allié par défaut à une boîte automatique.

Très moderne techniquement et dotée d’un confort ainsi que de qualités routières remarquables, la 130 se vend pourtant très mal. Elle ressemble à une grosse Fiat 125, coûte aussi cher qu’une Mercedes équivalente sans en offrir le prestige, tandis que sa planche de bord reste simpliste. En 1970, le V6 passe à 160 ch, mais en 1971, la Fiat est largement modifiée. Le moteur grimpe à 3,2 l et 160 ch, un nouveau tableau de bord, richement présenté, apparaît, et une superbe déclinaison coupé, dessinée par Marco Martin chez Pininfarina, complète l’offre. Malheureusement, Fiat ne propose pas la 130 aux US où il était pourtant présent, les ventes stagnent et la grande italienne tire sa révérence en 1977, produite à 15 093 unités en berline et 4 491 en coupé. Destinée semblable à celle de la Phaeton en somme. À partir de 9 000 € en bon état.

Les places arrière somptueuses de la Phaeton longue. En option, on peut obtenir un lecteur DVD dont les écrans s’incrustent dans les appuie-tête avant.
Les places arrière somptueuses de la Phaeton longue. En option, on peut obtenir un lecteur DVD dont les écrans s’incrustent dans les appuie-tête avant.

VW Phaeton W12 (2007), la fiche technique

  • Moteur : 12 cylindres en W, 5 998 cm3
  • Alimentation : injection électronique
  • Suspension : jambes McPherson, double triangulation, ressorts pneumatiques pilotés, barre antiroulis (AV) ; multibras, ressorts pneumatiques pilotés, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 6 automatique, quatre roues motrices
  • Puissance : 450 ch à 6 050 tr/mn
  • Couple : 560 Nm à 2 750 tr/mn
  • Poids : 2 360 kg
  • Vitesse maxi : 250 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 6,1 s (données constructeur)

> Pour trouver des annonces de Volkswagen Phaeton, rendez-vous sur le site de La Centrale.

Très proche techniquement de la Phaeton, la Bentley Continental Flying Spur a été fabriquée dans la même usine jusqu’en 2006.
Très proche techniquement de la Phaeton, la Bentley Continental Flying Spur a été fabriquée dans la même usine jusqu’en 2006.

En savoir plus sur : Volkswagen Phaeton

SPONSORISE

Actualité Volkswagen

Toute l'actualité

Commentaires (123)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Que l'on apprécie cette Phaéton ou pas, c'est typiquement le genre d'auto qui, même si on trouve un exemplaire choyé et peu kilométré, risque de finir dans la désillusion d'ici quelques années: Le jour où un obscur boîtier électronique décidera de rendre l'âme et que ledit boîtier sera soit vendu à un prix délirant, soit tout simplement plus fabriqué. Collectionner ces autos trop modernes est une sorte de roulette russe.

J'imagine aussi tout simplement ce qui se passera le jour où, suite à par exemple l'abandon de la bonne vieille 2G par les opérateurs, les autos équipées de l'obligatoire appel d'urgence (basé sur des puces 2G, moins chères) seront logiquement recalées au CT sans techniquement être en panne, et surtout sans solution pour le propriétaire...

Par

J'suis en vacances, j'v'ais pas dégueuler sur ma marque préférée:biggrin:. Juste si roc passe par là, pour lui dire que le canard avec ma caisse en reportage est en kiosque. Pas de MP possible sur sa page.:frown:

Envoyé MP à Enzo et Nadir. :coucou:

Par

Je n'y avais pas pensé mais le rapprochement avec l'histoire de la Fiat 130 est intéressant, car à l'époque Fiat était très puissant en Europe et la génèse comme l'histoire des deux véhicules sont similaires, de même que leurs erreurs en matière de style.

Le premier reproche que l'on peut faire à cette VW de luxe est effectivement son design : elle n'est pas vilaine, je lui trouve même une certaine élégance au niveau du montant C mais comme dit dans l'article, elle est banale, tout comme la Fiat 130 berline (la 130 coupé étant par contre superbe).

L'intérieur évoque par contre l'univers du luxe et il est certain qu'aucune autre VW n'atteint ce niveau. La baisse de qualité des produits VW depuis le T Roc laisse supposer que ce n'est pas demain la veille que l'on verra à nouveau une VW luxueuse.

Par sa relative rareté (en France), son standing, son équipement, ses motorisations, l'auto est tentante pour les prix demandés.

Par contre je suis plus dubitatif sur la fiabilité : la base technique est en partie partagée avec le séduisant Touareg 1 qui était reconnu pour être l'une des autos les moins fiables du marché ( il faudrait que je fouille dans mes archives pour ressortir le détail des multiples avaries graves et couteuses) et c'était sans doute la 1ere VW de l'aire moderne à causer beaucoup de problèmes à ses utilisateurs.

Etant donné la faible valeur de la voiture et le coût des réparations en cas de problème, personnellement je ne m'aventurerais pas sur cette piste et lui préfèrerais une Mercedes classe S (toutes générations) ou Bmw série 7 (toutes générations également) en motorisation essence ... voir une Lexus LS toute aussi exotique et banale dans ses premières versions, mais avec une fiabilité exemplaire.

Par

En réponse à le dédé

J'suis en vacances, j'v'ais pas dégueuler sur ma marque préférée:biggrin:. Juste si roc passe par là, pour lui dire que le canard avec ma caisse en reportage est en kiosque. Pas de MP possible sur sa page.:frown:

Envoyé MP à Enzo et Nadir. :coucou:

Je suis là mon Dédé, je suis là. Je t'avais évoqué sur le sujet marronnier chassé-croisé du 15 août, m'étonnant de ne plus trop te voir...

Si l'article te convient, pourquoi ne pas faire ici la pub' du magazine en question ?

Par

Sinon...une fois encore, dommage que le Zemik ne soit plus là... causer de la Phaéton, ça faisait partie de ses sujets de prédilection...

Par

En réponse à roc et gravillon

Sinon...une fois encore, dommage que le Zemik ne soit plus là... causer de la Phaéton, ça faisait partie de ses sujets de prédilection...

ETO a remplacé le zemik pour nous causer de son 3008 bas de gamme à moteur surpuissant 1.6L Puretoc à courroie biodégradable.

Par

En réponse à le dédé

J'suis en vacances, j'v'ais pas dégueuler sur ma marque préférée:biggrin:. Juste si roc passe par là, pour lui dire que le canard avec ma caisse en reportage est en kiosque. Pas de MP possible sur sa page.:frown:

Envoyé MP à Enzo et Nadir. :coucou:

:hello:

Salut dédé.. j'ai bien reçu ton message. :lol:

Est-ce que ce serais possible de pouvoir discuter en messages privés car c'est impossible sur ta page pour moi. Je n'arrive pas à te répondre.

Sinon au sujet de cette phaeton, j'ai l'impression que l'arteon suis la même ligne.. en fait les gens qui veulent du haut de gamme préfèrent une audi..

Ce qui est compréhensible ! :coucou:

Bonne vacances :up:

Par

En réponse à Boxer Engine

ETO a remplacé le zemik pour nous causer de son 3008 bas de gamme à moteur surpuissant 1.6L Puretoc à courroie biodégradable.

Sa boite avenue de l'Europe ne lui versait hélas pas à salaire à 6 chiffres... pourquoi a t'il disparu ?

Empoisonnement alimentaire sur des produits périmés Tang Frères ?

Fauché par une béhème en perdition l'hiver dernier ? Capot du concombre masqué qui lui aura soudainement bouché la visi

Par

... la vision ?

On se perd on conjectures... toujours est il qu'il n'est plus là !

Par

Voiture d'un ennuie abyssal...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire