Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Batteries électriques : l’Europe se réveille !

Si l’Asie mène pour le moment la danse en matière de production de batteries pour véhicules électriques, les choses commencent à sérieusement bouger en Europe. En l’espace d’une semaine, les annonces se sont multipliées sur ce thème.

Batteries électriques : l’Europe se réveille !

L'Europe ne souhaite pas laisser à l’Asie en général, et à la Chine en particulier, toutes les clés de la mobilité électrique, à commencer par la très stratégique production de batteries. Ce jeudi, la commission européenne réunit une dizaine de ministres ainsi que des grands groupes du secteur (tels que Solvay, Saft-Total ou Northvolt) et des constructeurs (BMW, Volkswagen et ), avec pour ambition de mettre concrètement en place ce fameux « Airbus de la batterie » évoqué depuis plusieurs années déjà.

La France et l’Allemagne apparaissent comme les moteurs du dispositif.  Le 19 septembre dernier, à l’issue du cinquantième Conseil économique et financier franco-allemand, réuni à Bercy en présence notamment du ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire et de son homologue Peter Altmaier, on apprenait que les deux hommes avaient l’intention, avant la fin de l’année, de poser la première pierre d'une usine-pilote de fabrication de batteries pour voitures électriques en Nouvelle-Aquitaine. « Une première usine ouvrira ensuite en France en 2022, suivie d’une deuxième en Allemagne en 2024 », précise un communiqué commun publié à l’issue du sommet.

Côté constructeurs, les choses bougent aussi. Ainsi, Renault se dit prêt à participer à la création de cette filière européenne de fabrication de batteries : « Nous y sommes favorables (et) il s'agit simplement qu'on se mette autour de la table pour qu'on comprenne où il y a un plan économique qui tient la route. Il faut que cela fasse du sens économique », a déclaré Jean-Dominique Senard, président de Renault, au cours d'une audition de la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale le jeudi 25 septembre.

En attendant que cet « Airbus » décolle, Volkswagen avance de son côté. Lundi 23 septembre, le groupe lançait officiellement le développement et la production de cellules de batteries dans son usine de Salzgitter, en Basse-Saxe. Il s’agit de la première étape d’un déploiement visant l’inauguration, à l’horizon 2023-2024, d’une giga-usine résultant d’un joint-venture avec le suédois Northvolt, qui devrait permettre la création d’un millier d’emplois. Dans l’intervalle, VW annonce qu’il va investir plus d’un milliard d’euros dans les activités liées aux cellules de batteries.

Si les ventes de véhicules électriques sont encore embryonnaires, les prévisions se montrent plutôt optimistes : « la production de véhicules électriques en Europe devrait être multipliée par 6 entre 2019 et 2025, pour atteindre 4 millions de voitures et utilitaires », souligne le Slovaque Maroš Šefčovič, Vice-Président de la Commission européenne, en charge du projet commun de batteries depuis plusieurs années. Dans ces conditions, une indépendance technologique accrue du Vieux Continent apparaît vitale.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (67)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le hic c'est qu'il y avait une vraie demande pour des avions de ligne avec l'explosion du transport aérien, la création d'Airbus avait du sens, le marché de la voiture électrique est loin d'exploser avec seulement 1% de part de marché...

Par

Désolé pour ce hors sujet mais cela fait 1 heure que j essaie de pondre un commentaire sur cet article mais aujourd’hui le dernier grand président nous a quitté et j espère que caradisiac prépare un article sur Chirac et sa passion pour l automobile et en particulier pour Citroën, attention le VRAI Citroën :jap:

Par

A t'il seulement acheté sur ses deniers une seule de ses bagnoles après qu'il eut passé 30 ans ton héros avec une liste de carambouilles longue comme le bras attaché à ses œuvres...

Par

En réponse à Benoit356

Le hic c'est qu'il y avait une vraie demande pour des avions de ligne avec l'explosion du transport aérien, la création d'Airbus avait du sens, le marché de la voiture électrique est loin d'exploser avec seulement 1% de part de marché...

La part de marché ce n'est pas la même chose que croissance.

Aujourd'hui c'est 1% de part de marché pour l' électrique. Si dans 3 ans c'est 5% ça fait 400% d'augmentation.

Dans le même temps les thermiques vont stagner voire régresser.

Tu crois que les acteurs du marché vont passer un côté d'un business avec ce taux de croissance ?

Par

Mdr chirac ! comme fillon Amourzux de L'auto Mais hallo..

Par

L'Allemagne fait la moitié de son électricité avec du lignite ou du charbon, cela conduit à plus de 500 g de CO2 par Kwh produit ... au moins SEPT fois plus qu'en France.

Conclusion : dans ces conditions, fabriquer des batteries en Allemagne est, pour la planète, une hérésie profonde en raison du CO2 généré qui met à mal le caractère soit-disant écolo du véhicule électrique

Par

"« Nous y sommes favorables (et) il s'agit simplement qu'on se mette autour de la table pour qu'on comprenne où il y a un plan économique qui tient la route. Il faut que cela fasse du sens économique"

Mieux vaut plus tard que jamais....Mais ça fait un peut "bande de bras cassés" à vouloir tirer les marrons du feu après que des instances européennes aient assuré une "approbation financière"....

Les constructeurs et les financiers sont toujours à la recherche d'ouvertures et de placements mais TOUJOURS sans prendre de risque....Si ça rapporte , c'est pour eux, si ça perd de l'argent c'est pour la collectivité...

Tout ça fait prendre du retard et conforte la dépendance envers les pays asiatiques....Triste constat...:bah:

Par

En réponse à Benoit356

Le hic c'est qu'il y avait une vraie demande pour des avions de ligne avec l'explosion du transport aérien, la création d'Airbus avait du sens, le marché de la voiture électrique est loin d'exploser avec seulement 1% de part de marché...

si ça n'explose pas, c'est que les tarifs restent globalement dissuasifs.

et s'ils sont dissuasifs, c'est en partie parce qu'on importe les batteries.

maintenant, avec une Citigo proposée à 16k€ en France à partir de maintenant, oui, on peut s'attendre à une augmentation progressive et significative des ventes. associé au fait que toute la com, même si ça s'apparente aussi à de la propagande, incite à acheter des véhicules électrifiées.:bah:

Par

En réponse à roc et gravillon

A t'il seulement acheté sur ses deniers une seule de ses bagnoles après qu'il eut passé 30 ans ton héros avec une liste de carambouilles longue comme le bras attaché à ses œuvres...

Mais bien sûr, un cabriolet Boulin comme chacun le sait.

Par

En réponse à ceyal

L'Allemagne fait la moitié de son électricité avec du lignite ou du charbon, cela conduit à plus de 500 g de CO2 par Kwh produit ... au moins SEPT fois plus qu'en France.

Conclusion : dans ces conditions, fabriquer des batteries en Allemagne est, pour la planète, une hérésie profonde en raison du CO2 généré qui met à mal le caractère soit-disant écolo du véhicule électrique

En Allemagne, peut-être.

Et paradoxalement, c'est le fait des écolos allemands anti-nucléaire. :biggrin:

En France, pays du nucléaire et de la taxation abusive des carburants fossiles, ça a en revanche beaucoup de sens. :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire