Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - BMW 318d 48v Touring (2021) : un amour de diesel

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Sobre comme un chameau, cette 318d reste par ailleurs discrète et suffisamment performante. BMW redore ici l’image du diesel, avec une version d’entrée de gamme pertinente et qui conserve tout le sel du premium made in Munich.

Essai - BMW 318d 48v Touring (2021) : un amour de diesel

EN BREF

Code G21 Touring

Moteur diesel : 150 ch

Micro-hybridée

A partir de 44 400 €

Entre le retour en grâce de l’essence et la démocratisation des technologies PHEV (hybride rechargeable), le diesel peut-il encore se faire une place ? BMW s’attelle en tout cas à rendre le choix de cette motorisation toujours judicieux. C’est le cas de la Série 3, dont toute la gamme diesel s’est récemment convertie à la micro-hybridation fonctionnant sur un circuit 48 V. Des blocs-moteurs légèrement assistés électriquement dans le but d’abaisser les consommations (et donc les émissions de CO2) et qui permettent de nouvelles fonctionnalités comme un mode roue libre, un Stop&Start rapide et discret ou encore un léger boost à l’accélération.

Depuis le printemps 2020, toute la gamme diesel est passée à la micro-hybridation.
Depuis le printemps 2020, toute la gamme diesel est passée à la micro-hybridation.
Cette version Touring capitalise davantage sur son style que son volume de coffre.
Cette version Touring capitalise davantage sur son style que son volume de coffre.
Il existe également une 316d de 122 ch. Probablement un peu juste avec famille et bagages.
Il existe également une 316d de 122 ch. Probablement un peu juste avec famille et bagages.

 

Dans cette version 318d Touring, l’allemande tire 150 ch de son quatre-cylindres diesel associé à une boîte à convertisseur 8 rapports (seule transmission existante sur la Série 3). Sur le papier, suffisant pour déplacer ce break à la masse somme toute raisonnable (4,70 m, 1 600 kg à vide). 320 Nm de couple disponibles dès 1 500 tr/min et qui assurent des performances suffisantes pour cette familiale tranquille et promise très sobre (4,6 l/100 km, moins de 9 secondes sur le 0 à 100 km/h).

Ici photographiée en finition Luxury, la Série 3 affiche un habitacle à la qualité irréprochable. L'ergonomie n'a pas cédé aux sirènes du tout tactile.
Ici photographiée en finition Luxury, la Série 3 affiche un habitacle à la qualité irréprochable. L'ergonomie n'a pas cédé aux sirènes du tout tactile.
Larges, confortables, électriques et chauffants, les sièges de cette version invitent au voyage.
Larges, confortables, électriques et chauffants, les sièges de cette version invitent au voyage.

 

 Un diesel très bien élevé

En pratique, cette 318d Touring aurait de quoi se réconcilier avec les réfractaires au diesel. Son quatre-cylindres impressionne par sa discrétion, avec une absence quasi-totale de vibrations et un râle lointain, étouffé par une excellente insonorisation. En ville, cette douceur de fonctionnement est renforcée par une transmission qui sait se faire oublier, une direction légère et un confort plutôt douillet malgré les jantes de 18 pouces de notre modèle d’essai. Une fois monté en température, le moteur profite d’un Stop&Start rapide et autrement plus discret que ce que l’on a pu connaître chez BMW par le passé. La présence d’un puissant alterno-démarreur change forcément la donne.

Le quatre-cylindres diesel impressionne par sa discrétion et sa douceur de fonctionnement.
Le quatre-cylindres diesel impressionne par sa discrétion et sa douceur de fonctionnement.
Même dans cette version plus modeste, la Série 3 Touring conserve un excellent agrément de conduite.
Même dans cette version plus modeste, la Série 3 Touring conserve un excellent agrément de conduite.

 

Sur route, cette Série 3 Touring, déploie une excellente maîtrise. L’absence d’un bloc plus costaud, de transmission intégrale évoluée ou de trains roulants sophistiqués ne semblent pas faire défaut sur cette version plus modeste. Excellente tenue de cap, reprises suffisantes, confort de suspension, cette 318d reste une agréable compagne de voyage. En empruntant le réseau secondaire, on profite également de l’excellent comportement routier de ce break, pourtant dépourvu ici d’une direction à démultiplication variable ou d’amortissement piloté. Son train avant précis et bien guidé met en confiance, tout comme les suspensions à butées hydrauliques qui rectifient l’attitude parfois volage de l’ancienne Série 3. On pourrait pinailler sur une direction qui oscille légèrement au point milieu, ou des suspensions arrière un peu lâche quand le rythme s’accélère. Mais la configuration de ce break diesel micro-hybride de 150 ch n’invite pas à ce type de conduite.

Essai - BMW 318d 48v Touring (2021) : un amour de diesel

Sobriété remarquable

Grâce à son circuit 48V, la 318d renforce également sa fonction roue-libre, disponible en activant le mode de conduite ECO Pro. Le moteur ne tourne plus au ralenti (lorsque la voiture peut rouler sur son élan), mais est totalement désactivé. L’énergie cinétique se chargeant de fournir le minimum nécessaire pour garder un peu de rythme. Un fonctionnement totalement transparent. Par ailleurs, une fonction eBoost vient soutenir le bloc thermique lors des phases d’accélération. Un surplus de puissance de 8 kW qui ne se ressent pas réellement. Son but, encore une fois, étant de viser des consommations basses. À ce petit jeu, cette 318d Touring s’en sort avec les honneurs. Ce nouveau bloc lui permet de perdre 8 g de CO2 et de revenir dans la zone neutre du malus. BMW annonce également des économies de carburant de l’ordre de 0,3l/100 km.

De série, cette 318d est fournie avec des jantes de 17 pouces. Excellent pour le confort...
De série, cette 318d est fournie avec des jantes de 17 pouces. Excellent pour le confort...
Cette calandre chromée arrive sur la finition plus haute Luxury.
Cette calandre chromée arrive sur la finition plus haute Luxury.
À l'arrière, les feux utilisent une technologie 100% LED.
À l'arrière, les feux utilisent une technologie 100% LED.

 

 

 

 

 

 

Dans les faits, cette 318d Touring s’est montrée remarquablement sobre, avec une consommation moyenne établie à 5,9l/100 km. Un excellent bilan au vu des prestations offertes. Dommage que le réservoir de seulement 40 litres limite l’autonomie à environ 600 km seulement. Mais en bonne allemande, cette Série 3 sait proposer un plus gros réservoir de 59 litres, pour 180 €. Pour le reste, on retrouve tout ce qui fait le charme de cette Série 3, et ses défauts… À savoir un intérieur impeccablement fini, ergonomique, et qui dégage une traditionnelle sportivité. En revanche, si l’espace à bord est pour vous un critère essentiel, ce Touring fait partie des plus mauvais élèves, avec une banquette arrière franchement étriquée pour le segment et un coffre limité à 480 litres.

Avec seulement 480 litres, la Série 3 n'embarque pas beaucoup plus de bagages que certaines compactes...
Avec seulement 480 litres, la Série 3 n'embarque pas beaucoup plus de bagages que certaines compactes...
Idem aux places arrière, étriquées pour un break de 4,70 m.
Idem aux places arrière, étriquées pour un break de 4,70 m.

 

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 (WLTP) :

NC

Début de commercialisation du modèle :

Juin 2020

A titre d'exemple pour la version (G21) TOURING 318D HYBRIDE 150 LOUNGE BVA8.

1,44 m1,82 m
4,70 m
  •  5 places
  •  500 l / 1510 l

  •  Auto. à 8 rapports
  •  NC

Portfolio (45 photos)

En savoir plus sur : Bmw Serie 3 G21 Touring

SPONSORISE

Essais Break

Fiches fiabilité Break

Toute l'actualité

Commentaires (75)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ah, l'option grand réservoir ! :biggrin: Une petite pensée émue pour l'inventeur de cette sublime mesquinerie.:lover:

A quand l'option rétroviseur ? 4e roue ? siège passager ?

Par

"Dommage que le réservoir de seulement 40 litres limite l’autonomie à environ 600 km seulement. Mais en bonne allemande, cette Série 3 sait proposer un plus gros réservoir de 59 litres, pour 180 €."

Souvenir ému du "rien de mieux qu’une BMW Série 3 Touring pour avaler les kilomètres et espacer les passages à la pompe. La bavaroise est parmi les plus sobres de sa catégorie et peut mixer à volonté les transmissions et les boîtes de vitesses" en février dernier dans ces même colonnes...

Par

Le réservoir de taille normale en option sur une routière diesel à 45k€ sans les options...

Pas a dire, ils sont trop forts ces allemands...

Par

En réponse à v_tootsie

Ah, l'option grand réservoir ! :biggrin: Une petite pensée émue pour l'inventeur de cette sublime mesquinerie.:lover:

A quand l'option rétroviseur ? 4e roue ? siège passager ?

du coup tu payes l'option ET le malus.

En tout cas, sauf pour un taxi à la campagne, toujours pas compris l'intérêt d'acheter une bagnole à 45 k€ (ici c'est le prix d'appel donc j'imagine avec la clim manuelle et les manivelles à l'arrière) et d'être à 5€ près à la station-service.

Mais au moins tu as un moteur bruyant, vibrant, moins fiable et dont il faut alimenter le système de dépollution en pisse de synthèse.

Par

5,9 litres aux 100 kilomètres avec un diesel de 150 chevaux et c'est qualifié de remarquable ? J'aurais dis médiocre mais je ne suis pas journaliste.

Par

On méditera surtout qu'en Allemagne, il n'y a pas vraiment d'apartheid anti diesel de type Vignette Crit'air.

Tous les véhicules euro6, y compris les Euro6b pourtant médiocres en matière de NOx (--50% par rapport à Euro5), peuvent entrer en plein coeur des villes ... tandis qu'en France les pourtant bien plus efficients Euro6d (-90% par rapport à Euro5) ont toujours une vignette Crit'air2. Par contre un vieux véhicule Euro5 essence à injection indirecte qui crache des particules et du monoxyde de carbone en quantité lui sera bienvenu.

Bref ce véhicule aussi bon soit-il n'a strictement aucune chance en France, le pays de l'apartheid écologique.

Par

En réponse à Président Lincoln

du coup tu payes l'option ET le malus.

En tout cas, sauf pour un taxi à la campagne, toujours pas compris l'intérêt d'acheter une bagnole à 45 k€ (ici c'est le prix d'appel donc j'imagine avec la clim manuelle et les manivelles à l'arrière) et d'être à 5€ près à la station-service.

Mais au moins tu as un moteur bruyant, vibrant, moins fiable et dont il faut alimenter le système de dépollution en pisse de synthèse.

Dans peu de temps, on va nous expliquer à quel point nous sommes trop des abrutis, et que notre déficience intellectuelle nous empêche de saisir ce qu'est le vrai prémioumme.

Par

En réponse à Mathilde74

5,9 litres aux 100 kilomètres avec un diesel de 150 chevaux et c'est qualifié de remarquable ? J'aurais dis médiocre mais je ne suis pas journaliste.

Je crois surtout que comme dab Cara a eu le pied lourd.

J'ai discuté avec un propriétaire de ce modèle la semaine dernière et il tournait à 4.2 l sur autoroute.

Par

En réponse à ceyal

On méditera surtout qu'en Allemagne, il n'y a pas vraiment d'apartheid anti diesel de type Vignette Crit'air.

Tous les véhicules euro6, y compris les Euro6b pourtant médiocres en matière de NOx (--50% par rapport à Euro5), peuvent entrer en plein coeur des villes ... tandis qu'en France les pourtant bien plus efficients Euro6d (-90% par rapport à Euro5) ont toujours une vignette Crit'air2. Par contre un vieux véhicule Euro5 essence à injection indirecte qui crache des particules et du monoxyde de carbone en quantité lui sera bienvenu.

Bref ce véhicule aussi bon soit-il n'a strictement aucune chance en France, le pays de l'apartheid écologique.

en fait cela dépend des villes et des Lander

il vaut mieux se renseigner avant de faire le voyage:brosse::brosse::brosse:

Par

En réponse à E911V

Je crois surtout que comme dab Cara a eu le pied lourd.

J'ai discuté avec un propriétaire de ce modèle la semaine dernière et il tournait à 4.2 l sur autoroute.

On dirait que les journalistes font un concours à celui qui consomme le plus par rapport à la réalité. Les lots doivent être vraiment intéressants vu le mal qu'ils se donnent pour gagner.

4,2 litres aux 100 kilomètres me semble être une consommation tout à fait dans les clous pour un modèle de ce genre motorisé ainsi.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire