Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Un petit moteur suralimenté sans la moindre électrification, une boîte mécanique, des couleurs vives et de grosses jantes, le tout dans un petit format, voilà une recette qui se fait de plus en plus rare et c'est pourtant celle de la Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line.

Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne

En bref

À partir de 17 600 €

3 cylindres 1.0 Turbo de 100 ch

Boîte mécanique à cinq rapports

Deux tendances semblent se dessiner dans la catégorie des citadines suivant le constructeur : soit les modèles abandonnent les moteurs thermiques au profit de l'électrique, comme la triplette de Volkswagen, soit ils plient les gaules et disparaissent, comme le trio de PSA/Toyota et… peut-être aussi les trois allemandes, on ne sait pas vraiment encore. Mais il subsiste tout de même un petit front de résistance du côté sud-coréen, avec notamment Hyundai qui a lancé en début d'année la troisième génération de la i10. Pas d'électrique, pas d'hybride, pas de micro-hybride et même… une version se voulant sportive, la N-Line !

Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne

Cependant, comme le traduit le « -Line » après le « N », blason des Hyundai les plus dynamiques, c'est avant tout une finition avec tous les clichés de ce que l'on fait dans le domaine : des jantes de 16 pouces, une calandre et un bouclier arrière spécifique avec des liserés rouges, une double sortie d'échappement, des sièges plus enveloppants, un pédalier façon aluminium et un volant ainsi qu'un pommeau de vitesses spécifiques. En y ajoutant une peinture de couleur vive, cela donne de quoi être vu de loin, et ce, de façon littérale puisque l'équipement comprend aussi des phares type « projection » et des feux arrière à LED, auxquels s'ajoutent des antibrouillards. Les plus timides se sentiront probablement submergés mais l'ensemble des ajouts reste plutôt de bon goût et se marie bien avec la ligne originale de cette nouvelle mouture de l'i10.

Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne
Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne
Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne

Liserés rouges, grosses jantes et sièges enveloppants, la i10 N-Line annonce la couleur.

Deux moteurs sont proposés, à commencer par le 4 cylindres 1.2 atmosphérique développant 84 ch à 6 000 tr/min et 118 Nm à 2 000 tr/min. Faut-il l'envisager ? Non, puisqu'il se montre assez poussif, avec un 0 à 100 km/h annoncé en 12,6 s, sans pour autant faire preuve d'une grande sobriété, avec 5,6 l/100 km de moyenne selon le cycle WLTP. Et surtout parce que, pour seulement 800 € supplémentaires, vous pouvez avoir sous le capot le talentueux 3 cylindres 1.0 T-GDi, seulement disponible sur cette finition N-Line et offrant 100 ch à 4 500 tr/min et 172 Nm à 1 500 tr/min. Le chronomètre salue alors le passage des 100 km/h en 10,5 s, et on fera officiellement l'économie d'un décilitre à la pompe.

C'est un moteur plein de caractère, coupleux en bas du compte-tours et rageur en haut, avec sa voix typique de 3 pattes façon demi flat 6. Certes, il se montre assez sonore quand on a le pied droit lourd mais cela participe à l'ambiance ici et il se montre plus discret à des régimes civilisés. Il révèle aussi un certain appétit en conduite dynamique, comme souvent sur les mécaniques downsizées, mais il peut aussi devenir étonnamment sobre en suivant quelques règles élémentaires d'éco-conduite, son essai s'étant terminé avec une moyenne sous les six litres aux 100 km. Il se marie particulièrement bien avec une boîte de vitesses mécanique à cinq rapports très bien guidée et aux verrouillages fermes et une direction au feeling tout ce qu'il y a de plus satisfaisant.

Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne

Notre modèle avait l'option du toit et des rétroviseurs "Phantom Black", facturée 350 €.

Les suspensions ne sont par contre absolument pas typées sport, ce qui garantit le confort, seulement perturbé par quelques remontées sèches retransmises par le flanc en 45 des pneus de 195 de large, mais aussi un peu de roulis en courbe tutoyant l'excessif. C'est probablement cet élément qui ne fait pas de cette i10 une véritable N comme ses grandes sœurs mais c'est aussi garant d'une certaine polyvalence permettant de l'utiliser au quotidien sans prendre d'abonnement chez un chiropracteur. De plus, ce petit manque de rigueur ne l'empêche pas de se montrer tout à fait réjouissante à conduire de façon dynamique : d'accord, on perd en vitesse de passage en courbe mais on a en retour une voiture qui reste saine même sur revêtement imparfait. La voiture idéale pour une jeune enthousiaste.

Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne
Essai - Hyundai i10 1.0 T-GDi 100 N-Line : à l'ancienne

Amusante à conduire, la i10 N-Line offre aussi une belle habitabilité arrière et un volume de coffre important pour une citadine.

On retrouve sinon les qualités du modèle que nous avions pu découvrir à la présentation : habitabilité étonnante à l'arrière pour une citadine, belle qualité d'assemblage à l'intérieur, coffre au volume raisonnable avec 252 litres et équipement plus que complet. Ce dernier tente d'ailleurs justifier un tarif qui commence à se prendre au sérieux puisqu'il faudra débourser la bagatelle de 17 600 € pour cette i10 1.0 T-GDi 100 N-Line.

Chiffres clés *

  • Longueur : 3,67 m
  • Largeur : 1,68 m
  • Hauteur : 1,48 m
  • Nombre de places : 4 places
  • Volume du coffre : 252 l / 1046 l
  • Boite de vitesse : Méca. à 5 rapports
  • Carburant : Essence
  • Taux d'émission de CO2 : NC
  • Bonus : 0 €
  • Date de commercialisation du modèle : Juillet 2020

* pour la version III 1.0 T-GDI 100 N LINE.

Photos (32)

En savoir plus sur : Hyundai I10 (3e Generation)

SPONSORISE

Essais Citadine

Fiches fiabilité Citadine

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire