Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Ethylotests anti-démarrage: bientôt généralisés!

Dans Pratique / Sécurité

Pierre-olivier Marie

Pour lutter contre le fléau de l’alcool au volant, les pouvoirs publics pourront désormais forcer les conducteurs pris en faute à ne conduire que des véhicules dotés d’éthylotests anti-démarrage. La mesure a prouvé son efficacité dans les départements où elle était expérimentée, et devrait maintenant s’étendre à tout le territoire.

Dans le Finistère, la Préfecture a déjà pris 400 arrêtés pour l'installation d'éthylotests anti-démarrage.
Dans le Finistère, la Préfecture a déjà pris 400 arrêtés pour l'installation d'éthylotests anti-démarrage.

C’était l’une des intéressantes propositions du Comité interministériel de sécurité routière organisé en janvier 2018, dont Caradisiac s’était largement fait l’écho. La mise en place d’éthylotests anti-démarrage (EAD) comme alternative à la suspension du permis de conduire, d’abord lancée à titre expérimental dans sept départements (Drôme, Finistère, La Réunion, Loiret, Manche, Nord et Vendée), pourrait se généraliser rapidement du fait de ses résultats encourageants.

Le Ministre de l’intérieur Christophe Castaner a en effet écrit à tous les préfets pour les inciter à adopter cette mesure qui permet à un automobiliste contrôlé avec une alcoolémie supérieure à 0,8 g/l de sang (le seuil délictuel qui entraîne une comparution en correctionnelle) à continuer à conduire s’il équipe son véhicule d’un éthylotest antidémarrage.

Cette mesure, qualifiée de « responsabilisante et exemplaire » par les pouvoirs publics, présente l’avantage pour les professionnels de pouvoir continuer à exercer leur activité (ou de ne pas perdre leur emploi en cas d’interdiction de conduite). Elle ne s’applique toutefois qu’à des contrevenants non-récidivistes et dont l’alcoolémie au moment du contrôle ne dépassait pas 1,8 g/l (valeur déjà énorme !).

Le conducteur pris en faute doit toutefois s’acquitter d’une amende d’un montant maximal de 4 500 €, et prendre en charge l’installation de l’EAD, pour un tarif d’environ 1 300 €, somme à laquelle s’ajoutent les frais de montage et de démontage.

Précisons pour terminer que le système n’est pas complètement idiot : une fois qu’il a autorisé le véhicule à démarrer, l’EAD redemande, de façon aléatoire dans un délai de 5 à 30 minutes après le départ, à ce qu’un nouveau souffle soit effectué véhicule arrêté, et ce dans un délai de 20 minutes. Dans ces conditions, il devient nettement plus difficile à contourner.

Compter 1 300 € pour l'installation d'un EAD à bord, ou environ 100 € par mois en location.
Compter 1 300 € pour l'installation d'un EAD à bord, ou environ 100 € par mois en location.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

SPONSORISE

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire