Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

L'industrie automobile française veut un plan d'urgence du gouvernement

Dans Economie / Politique / Industrie

L'industrie automobile française veut un plan d'urgence du gouvernement

Fragilisée par une baisse des ventes et par les investissements colossaux pour développer la motorisation électrique, la filière automobile espère se faire entendre aujourd'hui au Ministère de l'Économie.

L'industrie automobile est en pleine tourmente. D'un côté, les ventes mondiales baissent. Renault estime le recul du marché en 2019 à 4 %. De l'autre, les constructeurs doivent investir massivement pour électrifier leurs gammes, des dépenses forcées par la crainte de réglementations et sanctions de plus en plus sévères, entre les restrictions de circulation dans les métropoles et les prochaines amendes européennes pour les groupes trop polluants. Sans oublier la course à la voiture autonome.

D'ailleurs, pour être en capacité d'investir, certains ont déjà annoncé la nécessité de faire des économies sur d'autres postes, à commencer par la masse salariale. Daimler a ainsi confirmé la semaine dernière qu'il va supprimer 10 000 emplois d'ici 2022. Audi a aussi officialisé la suppression de 9 500 postes rien qu'en Allemagne d'ici 2025. Du côté français, il n'y a pas encore d'annonce de ce genre. Mais selon le CCFA*, 15.000 emplois pourraient être supprimés dès l'an prochain dans le secteur auto hexagonal. 2020 devrait être marquée par une chute de la production.

Dans la tourmente, la filière automobile a décidé de prendre les devants en toquant à la porte du gouvernement. En ce lundi 2 décembre, plus de 600 entreprises se réuniront au ministère de l'Économie. "Il faut qu'on ait un plan d'urgence", a expliqué Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA), qui représente les intérêts des constructeurs et équipementiers nationaux. Celui-ci espère éviter que la crise qui se présente sur le secteur automobile engendre une casse sociale en France.

De grands patrons prendront la parole lors de cette journée de réunions, dont Jean-Dominique Senard, président de Renault ou Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'exprimera en clôture. Il devrait faire des annonces pour aider les constructeurs, équipementiers et sous-traitants. Luc Chatel a déjà donné des pistes, notamment une baisse des impôts de production en France, estimant que le pays n'est plus compétitif par rapport aux rivaux européens. Mais Bruno Le Maire veut du donnant-donnant, soulignant que les marques françaises ont beaucoup délocalisé.

* Comité des Constructeurs Français d'Automobiles

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (108)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Encore des ouvriers au chômage pour satisfaire les délires des bobos ecolo-parigos....

Par

ah ça y est les constructeurs français commencent à annoncer la couleur ....:lol: Il va y avoir du sport dans les années à venir, et on comprend mieux pourquoi le ministère de l'intérieur vient de passer des nouveaux marchés pour les LBD....Pour faire de l'emploi ? :biggrin:

https://www.nouvelobs.com/societe/20191128.OBS21695/l-etat-commande-de-nouveaux-lbd-a-deux-pme-francaises.html

Par

ils font de milliard de bénéfices, ils veulent investir dans l'électrique , qu'ils le fassent

ce sont des entreprises privées en grande partie , je ne vois pas pourquoi le contribuable

devrait payer pour eux , l'état à déjà fort à faire pour l'aide à l'installation de bornes

Par

En réponse à Super5_27

Encore des ouvriers au chômage pour satisfaire les délires des bobos ecolo-parigos....

il est ouvert le Pmu ?

Par

Bref du chantage heins

Par

on coupe une branche en espérant qu'elle repousse. Je pense que le plan d'urgence aurait pu être fais en amont, nos politiques détruisent avant et espère reconstruire après belle politique . Pour faire plaisir à nos écolo. sachant qu'on a une industrie qui emploi beaucoup de monde.:bah:

Par

C'est beau ça... Des entreprises privées incapables d'être rentables qui vont se faire aider/renflouer/financer par le contribuable...

Par

un gvt racketteur heurersement freiné par lr les gilets jaunes!!

mais le mal est fait...

plus personne achete du diesel!!

la force de psa et de renault!!

et les rares acheteurs c'est de la LOA!!!

bref veritable bombe à retardement pour les concessionnaires!!

des caisses diesel ou essence qui vont leur rester sur les bras!! dans 3 ans..

autre chose renault anticipe une baisse de marché de 4%

mais vu leur gamme actuelle!!

c'est plutot 10% de baisse...et avec des méga remises à 30%

chez psa qui a une gamme moderne..

ce sera effectivement 4% comme les copains..

ce gvt en cédant à son électorat bobo des villes..racket du diesel..

interdictions des villes aux thermiques!

bonus de 6000 balles sur les électriques!!

mallus sur les thermiques!!

ça va faire trés mal aux constructeurs français!!

des usines vont fermer..

des licenciement massifs à prévoir..

voir meme disparition de certaines marques!!

renault en grand danger!!

le gvt doit reculer et vite!!

déjà filler la vignette crit 1

aux diesels neufs redonnera de l'air à nos constructeurs..

baisser le bonus electrique à 3000 balles!!

et avoir la main moins lourde pour le mallus!!

Par

En réponse à motalo

ils font de milliard de bénéfices, ils veulent investir dans l'électrique , qu'ils le fassent

ce sont des entreprises privées en grande partie , je ne vois pas pourquoi le contribuable

devrait payer pour eux , l'état à déjà fort à faire pour l'aide à l'installation de bornes

sauf que cette décision là ce sont nos politiques qui les ont prises.:bah:

Par

Arreter de taxer!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire