Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

La beauté des laides - Pontiac Aztec : l'auto révolutionnaire qui fait mal aux yeux

Dans Rétro / Géants de l'industrie

Les automobilistes européens n'ont pas l'exclusivité des voitures moches. En témoigne ce SUV jamais vendu sur le Vieux Continent et qui, en 1999, avait prévu avant tout le monde que l'automobile se transformerait en couteau suisse, en mêlant le break, le 4x4 et dans son cas, le camping-car avec une capacité de chargement d'utilitaire. Mais son physique compliqué a eu raison de lui.

Je me demande ce que je vais bien pouvoir en faire.
Je me demande ce que je vais bien pouvoir en faire.

L'industrie automobile a toujours été friande de classements, de trophées et de récompenses en tout genre. Dans ce domaine, le Pontiac Aztec a raflé tous les prix, mais pas exactement les plus convoités. L'hebdomadaire américain Time, en 2007, le range dans ses 50 pires inventions au monde. Un an plus tard, le quotidien anglais Daily Telegraph le place en tête des 100 autos les plus laides de la planète. L'Allemand Der Spiegel entend bien ne pas être en reste sur ses confrères et range l'engin dans les 10 autos les plus moches de tous les temps. Carrément. Fair-play, ces médias ont attendu la fin de la commercialisation de l'auto pour lui décerner ses trophées, puisque l'Aztec s'est éteint en 2005, après une carrière pour le moins difficile.

Je garde le vélo et je rends l'auto.
Je garde le vélo et je rends l'auto.

Pourtant, il était bien parti cet Aztec. Surtout, il est né d'une excellente idée. En cette fin des années 90, General Motors, le groupe qui détient la marque Pontac, en cherche, justement, des idées. Ses monospaces, tels que le Trans Sport, commencent à s'essouffler, victimes d'une curieuse mode venue d'Asie : les SUV. Il faut réagir. Tom Peters, le patron du design, se colle à la tâche avec les moyens du bord : une plateforme de monospace déjà existante, donc plus économique. Ce n'est  pas celle du  Trans Sport qui est choisie, mais celle d'un autre modèle, le Montana, plus apte à recevoir un système à quatre roues motrices. Il décide de créer une auto au look décalé et plutôt destinée aux loisirs. Un véritable crossover mêlant tous les genres, du break au pick-up en passant par le 4x4 et l'utilitaire. Ravie de l'initiative, la direction valide le projet.

Le SUV mexicain de Detroit

En 1999, l'engin est prêt, avec sa ligne heurtée, ses plastiques noirs envahissants et sa calandre très Pontiac mais totalement inadaptée au dessin général. Malgré son physique difficile, l'auto est plutôt bien accueillie lorsqu'elle parait, sous forme de concept-car, au salon de New-York. Pourquoi ce curieux nom d'Aztec ? On peut y voir un hommage aux pyramides très anguleuses de cette civilisation disparue ou, plus pragmatiquement, à l'usine mexicaine de Ramos Arizpe ou il est assemblé. Car la curieuse voiture passe du prototype à la série dès l'an 2000. 

Elle m'a fait cadeau d'une auto avec une tente intégrée.
Elle m'a fait cadeau d'une auto avec une tente intégrée.

Mais l'Aztec n'est pas une simple voiture et en devient plus difficile à vendre qu'une banale berline. C'est à la fois une familiale confortable dont la malle est vaste comme celle d'un pick-up, et un baroudeur qui dispose, en plus de ses quatre roues motrices, d'une tente en option pour transformer l'arrière en une espèce de camping-car minimaliste. Ce SUV aux multiples possibilités est animé par un V6 de 185 ch. Vu l'engouement des visiteurs admirant le concept lors de sa présentation au salon de New-York, Pontiac est confiant. Une confiance qui n'empêche pas la prudence. Le seuil de rentabilité est plutôt bas, et il suffit d'en vendre 30 000 chaque année pour gagner de l'argent.

La voiture de Koh Lanta

Pour bien ancrer l'engin dans la tête du public, et lui forger une bonne image de baroudeur, GM n'hésite pas à sponsoriser la première saison du Koh Lanta américain, tournée en 2000 lors du lancement et diffusée l'année suivante. Les deux finalistes gagneront chacun un Aztec et la voiture sera exposée devant les millions de téléspectateurs qui plébiscitent l'émission. Mais les vainqueurs ne plébiscitent pas vraiment la voiture. L'un d’eux revendra d'ailleurs la sienne sur Ebay une semaine après en avoir reçu les clés. Et les médias se dépêcheront de diffuser la petite annonce : la curée et les moqueries commencent. Elles ne cesseront jamais au point que l'Aztec devient en quelques années la Renault 14 américaine : l'auto dont il est de bon ton de se moquer.

Boite auto à 4 rapports et finition déplorable : deux ingrédients pour un échec.
Boite auto à 4 rapports et finition déplorable : deux ingrédients pour un échec.

Il faut dire que le SUV de General Motors prête le flanc aux quolibets. Son moteur s'avère glouton et même si ce n'est pas la première préoccupation aux États-Unis, un bloc de 3,8 l pour 185 ch assorti d'une bonne vieille boîte auto à 4 malheureux rapports n'est pas vraiment une performance d'efficience en ce début de XXIe siècle. Et puis, il y a son prix : près de 33 000 dollars, soit un tarif haut de gamme pour une voiture qui ne l'est pas du tout et qui connaît une fiabilité très relative. L'addition de toutes ces anomalies s'ajoute à un design loin d'être consensuel et au final le vilain petit canard est un échec.

Un restylage pour enrayer le flop

Même les objectifs, pourtant modestes, de la firme de Detroit ne sont pas atteints. Au lieu des 30 000 ventes espérées, seuls 11 000 modèles trouvent preneur la première année. Pontiac réagit dès 2002 en tentant de redonner à son gros bestiau une figure potable. Les gros plastiques noirs sont peints de la couleur de la carrosserie et la tente auparavant facturée est offerte, histoire de faire passer la pilule du prix élevé. En vain : l'Aztek n'atteindra jamais son seuil de rentabilité.

Walter White, le héros de Breaking Bad aux côtés de son Aztec.
Walter White, le héros de Breaking Bad aux côtés de son Aztec.

En 2005, quatre ans et demi après son lancement, General Motors arrête les frais. L'usine mexicaine est priée d'assembler d'autres modèles et l'Aztec entre dans la légende des moqueries mondiales. Mais tout passe, même les pires souvenirs. On avait presque fini par oublier cet étrange engin lorsqu’en 2008, une série le ressuscite. Breaking Bad apparaît et très vite, par l'entremise de Netflix, elle envahit la planète. Sauf que le héros, un prof de chimie reconverti dans le deal, roule en Aztec. Pourquoi un tel acharnement ? Car, selon le créateur de la série, il fallait que le personnage principal "roule dans une voiture un peu ringarde et décalée qu'un prof fauché et indifférent à l'automobile pouvait s'offrir d'occasion".

L'Aztec au musée

La Pontiac mal-aimée devient une star malgré elle au cours des 5 saisons de la série. Pas de quoi relancer l'intérêt des collectionneurs pour autant. Mais peut-être qu'un jour, plutôt que de finir au musée des horreurs, elle sera exposée en bonne place au musée de la télé et du cinéma, aux côtés de la DeLorean de Retour vers le futur, ou du cabriolet Alfa Romeo 2600 Spider du Mépris de Jean-Luc Godard. Une juste reconnaissance pour le vilain petit canard qui serait entouré de grands cygnes blancs.

Portfolio (4 photos)

En savoir plus sur : 4X4 - SUV - Crossover

SPONSORISE

Actualité 4X4 - SUV - Crossover

Avis 4X4 - SUV - Crossover

Avis Volkswagen Touareg 2II (2) 3.0 V6 TDI 262 FAP 4MOTION BLUEMOTION TECHNOLOGY CARAT EDITION TIPTRONIC (2015)

Par Toto53600 le 31 Mars 2020 à 11h27

Lire l'avis»

Toute l'actualité

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je me souviens de la sortie aux US. C’est vrai que ça avait attiré tous les quolibets et critiques. Cette chose était vraiment, purement horrible, même en chair et en os …

Par

Franchement : moche, mal fini, pas fiable, mécanique bof et plutôt cher, ils espéraient vraiment en vendre :hum:

Par

La voiture de Heisenberg alias (Walter White ) :biggrin:

Par

Un Multipla est une pure beauté à côté de cette chose sur roues

Par

En réponse à Nadir94 Q5

La voiture de Heisenberg alias (Walter White ) :biggrin:

De fait, c'est un collector :redface:

Par

De même que le Fleetwood Bounder, mythique aussi.

Par

En réponse à bananias

Un Multipla est une pure beauté à côté de cette chose sur roues

Et surtout très fiable, sécurisant et performant :bien:

Par

THIIIIS is a Pontiac Aztek...

Par

En réponse à pxidr

THIIIIS is a Pontiac Aztek...

... and today, I'm gonna show you its quirks and features, and give it a Doug score ! :bien:

Par

Pendant ce temps les productions "cocorico" de cette époque etaient tellement plus gracieuses et qualitatives?... https://www.tacot.com/listings/renault-koleos-2008-olive-metal-norev-54942-0

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire