Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Nissan a deux nouveaux patrons

Dans Economie / Politique / Personnalités

Nissan a deux nouveaux patrons

Un duo inédit prend la tête de Nissan. Il va avoir la lourde tâche de relancer un constructeur mal en point et surtout de réchauffer les relations avec Renault au sein de l'Alliance.

Une page se tourne chez Nissan. Le conseil d'administration du constructeur vient de valider l'arrivée de Makoto Uchida au poste de directeur général et d'Ashwani Gupta au poste de directeur général délégué. Le premier était auparavant directeur des opérations de Nissan en Chine, le second vient de chez Mitsubishi, où il était directeur opérationnel.

Ils vont prendre la suite de Hiroto Saikawa. Ce dernier avait annoncé sa démission début septembre, après avoir reconnu un trop-perçu dans sa rémunération, en violation avec les procédures internes. Mais Saikawa était aussi sous pression à cause des mauvais résultats, commerciaux et financiers, de Nissan.

Il a longtemps mis en cause les effets de la gestion de Carlos Ghosn… mais n'a pas su redresser la marque alors qu'il en a été le patron pendant deux ans. Hiroto Saikawa avait en effet été propulsé à ce poste en 2017 par Carlos Ghosn, lorsque celui-ci a souhaité se consacrer à Renault et à l'Alliance.

Makoto Uchida, qui a rejoint Nissan en 2002, récupère donc les rênes d'une marque mal en point, même si une stratégie de relance a déjà été mise en place. Pour retrouver le chemin de la rentabilité, le nombre de modèles sera réduit de 10 %. Il en sera de même pour les capacités de production. Nissan va aussi tailler dans ses effectifs, avec 12 500 suppressions d'emplois annoncées.

L'autre gros chantier du duo sera la relance de l'Alliance, qui est quasiment au point mort depuis l'éclatement de l'affaire Ghosn. Hiroto Saikawa cachait mal sa volonté de mettre des bâtons dans les roues de l'Alliance. Point positif : Makoto Uchida et Ashwani Gupta ont tous les deux occupé des fonctions au sein de l'Alliance. Le choix du conseil d'administration ressemble d'ailleurs à un geste d'apaisement, Makoto Uchida étant apprécié du côté du Losange.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (28)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je pense que la crise n'est encore qu'au début. Nissan ne va pas se redresser juste avec deux nouveaux patrons, un plan de licenciement de 12000 personnes et un arrêt de 10% des modèles.

Le probleme est bien plus grave. Les modeles ne plaisent pas, les coûts sont trop haut et les économies avec Renault sont encore trop limitées.

On est tellement loin du rapport Psa-Opel.

Nissan c'est Opel version Gm. Des synergyes mesurées avec les constructeurs Europeens sur les moteurs, les utilitaires et un ou deux modèles tout en supprimant quelques milliers d'effectifs mais avec à la fin toujours des problèmes financiers récurrents.

Nissan doit être absorbée par Renault ou Renault va tirer Nissan comme Gm a tiré Opel pendant des années... Ça va être saignant pour Renault et pour Nissan l'agonie sera lente et douloureuse , faute de véritable mesure entrepreunariale.

Gm prenait les mêmes petites mesures que compte prendre Nissan. Tavares lui il a pris de vraies décisions managériales lourdes et le résultat n'a plus rien à voir.

Moi j'annonce Nissan va connaître une agonie pour encore de longues années. Ce nouveau duo me semble trop mou et issu en plus de Nissan pour prendre les vraies décisions qui s'imposent.

Par

En réponse à n1cool

Je pense que la crise n'est encore qu'au début. Nissan ne va pas se redresser juste avec deux nouveaux patrons, un plan de licenciement de 12000 personnes et un arrêt de 10% des modèles.

Le probleme est bien plus grave. Les modeles ne plaisent pas, les coûts sont trop haut et les économies avec Renault sont encore trop limitées.

On est tellement loin du rapport Psa-Opel.

Nissan c'est Opel version Gm. Des synergyes mesurées avec les constructeurs Europeens sur les moteurs, les utilitaires et un ou deux modèles tout en supprimant quelques milliers d'effectifs mais avec à la fin toujours des problèmes financiers récurrents.

Nissan doit être absorbée par Renault ou Renault va tirer Nissan comme Gm a tiré Opel pendant des années... Ça va être saignant pour Renault et pour Nissan l'agonie sera lente et douloureuse , faute de véritable mesure entrepreunariale.

Gm prenait les mêmes petites mesures que compte prendre Nissan. Tavares lui il a pris de vraies décisions managériales lourdes et le résultat n'a plus rien à voir.

Moi j'annonce Nissan va connaître une agonie pour encore de longues années. Ce nouveau duo me semble trop mou et issu en plus de Nissan pour prendre les vraies décisions qui s'imposent.

Bonne analyse.

Seul bémol, PSA a acheté 100% de Opel. Et du coup, aux syndicats près, il en fait bien ce qu'il veut. En l'occurrence des copiés collés des véhicules Peugeot Citroën.

Renault n'a jamais pu être totalement possesseur de Nissan car c'était trop cher et que l'état japonais ne l'aurait jamais permis.

Sinon il est grand temps que leur Alliance deviennent étroite !

Par

En réponse à n1cool

Je pense que la crise n'est encore qu'au début. Nissan ne va pas se redresser juste avec deux nouveaux patrons, un plan de licenciement de 12000 personnes et un arrêt de 10% des modèles.

Le probleme est bien plus grave. Les modeles ne plaisent pas, les coûts sont trop haut et les économies avec Renault sont encore trop limitées.

On est tellement loin du rapport Psa-Opel.

Nissan c'est Opel version Gm. Des synergyes mesurées avec les constructeurs Europeens sur les moteurs, les utilitaires et un ou deux modèles tout en supprimant quelques milliers d'effectifs mais avec à la fin toujours des problèmes financiers récurrents.

Nissan doit être absorbée par Renault ou Renault va tirer Nissan comme Gm a tiré Opel pendant des années... Ça va être saignant pour Renault et pour Nissan l'agonie sera lente et douloureuse , faute de véritable mesure entrepreunariale.

Gm prenait les mêmes petites mesures que compte prendre Nissan. Tavares lui il a pris de vraies décisions managériales lourdes et le résultat n'a plus rien à voir.

Moi j'annonce Nissan va connaître une agonie pour encore de longues années. Ce nouveau duo me semble trop mou et issu en plus de Nissan pour prendre les vraies décisions qui s'imposent.

Encore un connaisseur qui prend pour exemple PSA, trop drôle vraiment, Cette firme repris majoritairement par les chinois et qui curieusement et en grande peine justement là-bas avec des modèles qui ne font pas mouche.

L'Europe ne permet pas à lui tout seul de faire tourner la machine actuellement, pas pour rien que PSA s'attache à la lourde tâche de vouloir trouver un marché au USA, mal parti avec Trump en fonction qui veut couper toutes concurrences.

Puis jouer madame Soleil en ce moment où les marchés cherchent un second souffle avec l’avènement de l’électrique et les normes plus sévères pour les thermiques, voilà qui fait sourire.

Par

N'est-il pas dans l'intérêt de Nissan aujourd'hui que Renault prenne son contrôle puisqu'il est déjà premier actionnaire pour diriger et valoriser un groupe ainsi plus uni qui aille dans le même sens et donc à terme à bénéfice réciproque puisque ce n'est pas le cas aujourd'hui ?

Par

Le silence radio de la grande gu.ule de moulache est assourdissant depuis la fin 2018, date à laquelle il ne restait plus que le VRAI numéro1 mondial en lice.

Par

En réponse à tointoin2

Encore un connaisseur qui prend pour exemple PSA, trop drôle vraiment, Cette firme repris majoritairement par les chinois et qui curieusement et en grande peine justement là-bas avec des modèles qui ne font pas mouche.

L'Europe ne permet pas à lui tout seul de faire tourner la machine actuellement, pas pour rien que PSA s'attache à la lourde tâche de vouloir trouver un marché au USA, mal parti avec Trump en fonction qui veut couper toutes concurrences.

Puis jouer madame Soleil en ce moment où les marchés cherchent un second souffle avec l’avènement de l’électrique et les normes plus sévères pour les thermiques, voilà qui fait sourire.

le marché aux USA ils vont prendre leur temps, c'est pas du tout une boué de sauvetage comme tu le dit pour PSA. quand à la chine, tt les constructeurs sont à la peine la bas.. meme si PSA rame c'est vrai. pour le reste en Europe, ça marche plutot bien Merci pour eux ! et puis eux, ils ont pas 2 scandales en cours au fesses, le 1.2Tce ( au tribunal ) et le 1.6DCi annoncé directement par renault comme un moteur qui casse. FA BU LEUX ce losange. on parlera pas du moteur de l'Alpine hein ! il casse lui aussi ? nooooooon .. :voyons:ça marche du feu de dieu dans ce groupe, et on sent que l'alliance, c'est de l'amour entre eux mdr ! sinon ton roi Carlos t'en ai content ?

Par

En réponse à tointoin2

Encore un connaisseur qui prend pour exemple PSA, trop drôle vraiment, Cette firme repris majoritairement par les chinois et qui curieusement et en grande peine justement là-bas avec des modèles qui ne font pas mouche.

L'Europe ne permet pas à lui tout seul de faire tourner la machine actuellement, pas pour rien que PSA s'attache à la lourde tâche de vouloir trouver un marché au USA, mal parti avec Trump en fonction qui veut couper toutes concurrences.

Puis jouer madame Soleil en ce moment où les marchés cherchent un second souffle avec l’avènement de l’électrique et les normes plus sévères pour les thermiques, voilà qui fait sourire.

Et le plus drôle c'est que Pijo a tout à prouver avec Opel qui pour l'instant ne rapporte pas d'argent si on enleve les coupes massives dans les dépenses avec fermetures d'usine à la clef, et une success story de 20 ans, en l'occurrence Renault Nissan, dont la récente crise n'est due qu'à l'incompétence et à la fourberie de l'ex président de Nissan, Saikawa...

Donc effectivement Nissan est loin d'Opel... Loin devant !si on regarde le bilan des 20 dernières années !

Et même encore maintenant Opel aimerait sans doute vendre autant que Nissan.

Par

Renault et Nissan sont en concurrence directe en Europe. Cette absence de différenciation est un vrai problème. Infinity agonise. Nissan recule aux usa, en Chine, et un peu partout en fait. Bref c'est pas la joie, surtout depuis l'incarcération du Patron.

Que Renault laisse donc tomber ces ingrats de japonais de Nissan (mais en gardant mitsubishi qui certes appartient en direct à Nissan, mais il faudra bien un cadeau de divorce...). Mistu c'est une vraie expertise dans les SUV et tout terrain (utile aux Us et dans les émergents), c'est une technologie hybride cohérente et c'est une vraie bonne image de marque dans plusieurs pays européens où Renault est synonyme de Lada.

Par

Nissan en 2018 c'est tout de même 2.5 milliards d'€ de bénéfice, en baisse mais bénéfice tout de même .

Pour l'instant Nissan n'a pas perdu d'argent au contraire de certains champions nationaux il y a encore peu de temps.

Que Nissan sorte de cette situation bancale où son actionnaire principal ne peut rien faire à cause des accords RAMA.

Actionnaire principal sous contrôle de l'Etat français dont on peut mesurer actuellement le degré d'incompétence des représentants (diplômés, intelligents, mais incompétents).

Ghosn contrôlait tout, avec brio, il a dérapé, il est sorti, la suite c'est que Nissan se dégage de ce Mikado pourri et mortel.

Nommer 2 boss à la place d'un seul est l'acte générateur de cette stratégie.

Par

Tien pas d'info dans les médias? habituellement quand ça part de Renault vers PSA c'est le gros buz"Récemment l'équipe de Viry-Chatillon a vu débarquer Christophe Mary dans le service powertrain/hybridation. Un motoriste de talent qui a oeuvré aux succès de Peugeot Sport en endurance."

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire