Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Présentation vidéo - BMW M4 Compétition : objectif, plein les mirettes

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Son CV est conséquent : 6 cylindres en ligne, double turbo, 510 ch et 650 Nm de couple. Mais la nouvelle BMW M4 Competition, dont les commandes sont ouvertes et les livraisons prévues en mars prochain, tient surtout à se distinguer du reste de la production en général et de celle de la Série 4 en particulier par une abondance de carbone à l'extérieur comme dans l'habitacle.

Présentation vidéo - BMW M4 Compétition : objectif, plein les mirettes

Bien sûr, il y a ces énormes naseaux. Cette calandre de la polémique qui embrase les réseaux sociaux et fait hurler les puristes. Le nouveau Coupé Série 4 les a adoptés, et cette M4 qui en est dérivée les a récupérés. Ultra-agressifs pour les uns, comiques pour les autres, ces haricots géants, qui ne sont pas sans rappeler la dentition de Bugs Bunny, ont un grand mérite : faire connaître le nouveau modèle qui sort ces jours-ci, et  cette déclinaison M, dont les commandes sont ouvertes et dont les livraisons auront lieu au mois de mars 2021. Et si l'adage des publicitaires, there is no bad buzz, it's only buzz (il n'y a pas de mauvais buzz seulement du buzz) se vérifie, la marque de Munich vient de s'offrir une campagne de promotion gratuite et tonitruante.

Mais cette nouvelle M n'est pas seulement reconnaissable à sa grille de radiateur démesurée. Ses concepteurs ont tenu, plus encore que sur la précédente M4 sortie en 2013, à la différencier de la Série 4 standard. Et pas seulement grâce à la couleur du modèle que nous avons pu approcher, et qui aurait pu être sponsorisé par la marque de surligneurs Stabylo. Les clients qui s'offrent une M4 veulent que ça se sache, sans même avoir à lire le petit logo spécifique qui orne les flancs et le coffre. Alors le capot se creuse et se nervure, la voiture s'élargit pour y faire tenir les jantes spécifiques de 19 pouces et les deux sorties d'échappement du coupé standard se multiplient. Elles sont 4 sur la M, avec un diamètre de 10 cm chacune, histoire de bien signifier à la voiture qui les suivent qu'il est inutile de vouloir se mesurer.

Quatre sorties d'échappement pour jouer au méchant.
Quatre sorties d'échappement pour jouer au méchant.

Mais surtout, le carbone envahit la carrosserie. Une lame de ce matériau souligne le capot arrière. Des rétroviseurs exclusifs en sont revêtus. Même le toit a droit à un tel traitement. Et pour ceux qu'un plafond noir rebute, BMW, grand seigneur, propose un toit vitré et électrique gratuit. Inutile de tenter d'oublier cette fibre en entrant dans l'habitacle : il en est truffé. De la planche de bord à la console centrale, le carbone est partout. Même les palettes au volant sont dans cette matière. En quoi sont les deux sièges baquets aux dimensions idéales ? En carbone pardi. Reste que cette profusion d'un matériau cher coûte cher aussi. Et pour ne pas alourdir une addition qui l'est déjà (la M4 coûte 102 000 € en version 4 portes et 104 550 € en version Coupé), les deux baquets sont une option à 3 850 euros.

Du carbone à profusion, jusqu'au bout des sièges baquet.
Du carbone à profusion, jusqu'au bout des sièges baquet.

Évidemment, une M n'est pas seulement un spectacle visuel, c'est aussi une machine à rouler de très haut niveau, héritière d'une longue lignée. S'il est impossible de comparer le millésime 2021 au modèle qu'il remplace sans en avoir pris le volant, on peut néanmoins examiner le CV de la nouvelle Munichoise. Et sur le papier, il est plutôt flatteur. Le moteur, sans surprise, est un 6 cylindres en ligne de 3L. Deux turbos viennent à sa rescousse, ce qui lui permet de développer 510 ch, au lieu des 450 de la version 2013. le couple est à la hauteur et affiche 650 Nm. Côtés accélérations, BMW annonce un 0 à 100 km/h en 3,9s.

6 en ligne, double turbo et 510ch
6 en ligne, double turbo et 510ch

Bien sûr, une telle cavalerie doit être contenue par un châssis à la hauteur. Il est rigidifié avec des renforts dans le compartiment moteur et des plaques sous chaque essieu. Pour passer la puissance au sol, la boîte robotisée 8 rapports dispose d'un système Drivelogic réglable sur trois positions qui raccourcissent le temps de passage des vitesses en fonction des souhaits du conducteur.

Disponible seulement en propulsion, pour le moment

Côté suspensions, le Selectdrive est heureusement de série et, depuis le volant, permet de régler individuellement le confort et l'assiette. Car les 510 ch déboulent uniquement sur les roues arrière. Du moins pour le moment. Car dès l'année prochaine, cette M4 sera disponible en version Xdrive à 4 roues motrices. Mais là encore, avec une spécifié très M : une petite molette permettra de choisir entre un mode propulsion et la version intégrale classique. Le beurre du confort et l'argent du beurre de la sportivité.

un profil qui, s'il est commun à la M comme au Coupé Série 4, rappelle furieusement celui de la Ford Mustang.
un profil qui, s'il est commun à la M comme au Coupé Série 4, rappelle furieusement celui de la Ford Mustang.

Portfolio (9 photos)

En savoir plus sur : Bmw Serie 4 G82 M4

SPONSORISE

Actualité Bmw

Toute l'actualité

Commentaires (40)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Probablement efficiente, mais moche (et ça n'engage que moi).

Par

Ils ont massacré la M4, elle passe de sublime à dégueu'... Elle se démarquait par son élégance, elle rentre désormais dans le rang, sautant à naseaux joints dans la mode de la surenchère...

Par

Ah j'oubliais : :cubitus:.

Par

En noir, la calandre passe beaucoup mieux.

Outre le côté style, la mécanique fais également un sacré pas en avant, + 60cv par rapport à l'ancienne génération et surtout la possibilité de choisir entre propulsion ou 4 roues motrices.

Par

Mais quelle horreur !

Par

Bordel, rarement vu un écart aussi énorme entre la qualité réelle d'une voiture (indéniable ici) et son plumage.

Elle est absolument immonde. De face (pas besoin de dire pourquoi), mais aussi de profil et de cul.

Le profil ressemble presque à une japonaise fade des 90's. Et encore, c'est pire car bizarrement proportionné

L'arrière est vulgaire, à l'image de l'avant finalement. On pourrait presque y voir du Lexus, pas une référence donc.

Faut dire que les couleurs ne l'aident pas (association degueulasse avec les jantes noires d'ailleurs), mais s'il faut la prendre en noir, c'est mauvais signe: ça veut dire tout simplement en masquer la ligne au maximum pour ne pas vomir...

J'ai failli pointer les sièges, mais je suppose qu'on peut choisir en option autre chose.

Absence totale de bon goût sur le modèle présenté. Dommage la voiture étant fabuleuse techniquement.

Par

Inspiration out...

Par

La marque BMW se caricature elle même avec cette génération.

C'est exceptionnellement affreux ... en plus de prendre des cm de partout si bien que cette nouvelle M4 pourrait être présentée comme une M8 massacrée par un tunner russe fou ... on y verrait pas la différence.

Bref, un paquebot d'une laideur repoussante.

Par

En réponse à king crimson

Bordel, rarement vu un écart aussi énorme entre la qualité réelle d'une voiture (indéniable ici) et son plumage.

Elle est absolument immonde. De face (pas besoin de dire pourquoi), mais aussi de profil et de cul.

Le profil ressemble presque à une japonaise fade des 90's. Et encore, c'est pire car bizarrement proportionné

L'arrière est vulgaire, à l'image de l'avant finalement. On pourrait presque y voir du Lexus, pas une référence donc.

Faut dire que les couleurs ne l'aident pas (association degueulasse avec les jantes noires d'ailleurs), mais s'il faut la prendre en noir, c'est mauvais signe: ça veut dire tout simplement en masquer la ligne au maximum pour ne pas vomir...

J'ai failli pointer les sièges, mais je suppose qu'on peut choisir en option autre chose.

Absence totale de bon goût sur le modèle présenté. Dommage la voiture étant fabuleuse techniquement.

Yep, il était difficile d'atteindre ce niveau en terme de laideur, et bien, il l'ont fait ! :-) Big up une fois de plus pour l'association des couleurs. Le bleu se marie à merveille avec la couleur de la carrosserie. Avec ça, pas besoin de gilet jaune, la caisse fait office. :biggrin: Dommage, la chignole doit être sympa à conduire.

Par

On a un peu tous du mal avec cette nouvelle calandre mais alors là cette couleur....

Quelle idée ? Jaune/vert caca

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire