Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

BMW X7 : mastodonte - vidéo en direct de Genève 2019

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

, mis à jour

Chez BMW, on adore les SUV avec le 7e modèle du genre.  Son nom : X7. Avec lui, la marque allemande complète le tableau de famille d’une fratrie déjà nombreuse, mais à laquelle il manquait un grand gaillard.  Première sortie à Genève. 

BMW X7 : mastodonte - vidéo en direct de Genève 2019

Il faut dire que le X5, malgré ses mensurations déjà généreuses, manquait un peu d’épaule face aux mastodontes du segment supérieur que sont les Mercedes GLS ou Range Rover. Même dans sa propre catégorie, des costauds comme l’Audi Q7, le Volvo XC90 ou le Land Rover Discovery, ont pris les devants dès qu’il s’agissait de transporter les troupes. Le renfort d’un BMW X7 trouve donc ici son sens, d’autant plus qu’il compte jouer sur un double tableau mêlant aspects pratiques et atmosphère luxueuse.

Cela commence évidemment par un gabarit généreux, s’étalant sur 5,15 m de longueur et 2,0 m de largeur (5,05 m/1,97 m pour l’Audi Q7, 5,13 m/1,99 pour le Mercedes GLS, 5,20 m/ 1,98 m pour le Range Rover).

BMW X7 : mastodonte - vidéo en direct de Genève 2019

Des dimensions conséquentes, que l'on retrouve également au niveau de la calandre composée toujours des fameux haricots de la marque, qui ont encore subi une cure d'agrandissement. Un peu trop d'ailleurs comme nous pouvons le voir sur l'image ci-dessus.

Sa ligne de toit plus horizontale et son hayon très vertical permettent un espace à bord conséquent dans lequel la marque à l’hélice à caser trois rangées de sièges en série.

Au choix, une banquette ou deux sièges individuels. Ces derniers s'avancent électriquement pour laisser passer les passagers arrière.
Au choix, une banquette ou deux sièges individuels. Ces derniers s'avancent électriquement pour laisser passer les passagers arrière.
Pour une fois, il y a de la place au 3e rang.
Pour une fois, il y a de la place au 3e rang.

La banquette centrale classique fait partie de l’équipement standard (rabattable en trois parties et coulissante), mais elle peut être remplacée, moyennant finance, par deux sièges individuels plus confortables et dotés de réglages électriques. Un choix qui séduira ceux pour qui les sept places ne sont pas indispensables. En revanche, ces deux unités ne se rabattent pas complètement. Bon à savoir au moment de parcourir le catalogue d’options. Au troisième rang, BMW promet d'avoir fait le maximum pour que ce X7 puisse y accueillir deux adultes. Promesse tenue. L’espace est évidemment un peu plus restreint qu’ailleurs, mais deux personnes de plus d’1,80 m peuvent s’y installer sans problème. L’assise est suffisamment haute pour ne pas s’asseoir comme un chimpanzé et le dossier incliné n’inflige pas une posture trop droite. De grandes vitres de custode, une troisième section vitrée du toit, des accoudoirs munis de porte-gobelets et des ports USB permettent de ne pas vivre chaque trajet comme une punition. De ce côté, il rivalise clairement avec le plus accueillant de tous, le Land Rover Discovery.

Comme sur le X5, le coffre s'ouvre en deux parties. Les deux vantaux sont électriques.
Comme sur le X5, le coffre s'ouvre en deux parties. Les deux vantaux sont électriques.

Le coffre, comme sur le X5, s’ouvre en deux parties. Le hayon et la ridelle basse (qui peut supporter jusqu’à 250 kg) sont motorisés et automatisés en options. Ils s’ouvrent sur un coffre de 750 l en configuration cinq places (850 l pour l’Audi Q7, 720 l pour le Volvo XC90), et seulement 326 l lorsque les deux sièges supplémentaires sont en place. Un volume complété par un espace de chargement supplémentaire sous le plancher, lorsque la roue de secours n’est pas cochée sur la liste d’option. Depuis la soute, une palette de commandes permet de rabattre toutes les assises électriquement, et de les remettre en place. Un nombre de moteurs impressionnant donc, qui évite de se contorsionner, à condition de ne pas être pressé…

Sous le capot, trois motorisations seront disponibles au lancement. En diesel, la version xDrive30d utilise le six-cylindres maison qui développe ici 265 ch (620 Nm). Au-dessus, la M50d dotée d’un différentiel arrière s’annonce comme la plus sportive de la gamme avec ses 400 ch et ses 760 Nm de couple. De quoi bondir de 0 à 100 km/h en seulement 5,4 secondes, pas mal pour ce bestiau de presque 2,5 tonnes ! Enfin, côté essence, seule la xDrive40i et ses 340 ch sera proposée. Un V8 existe également, mais il est réservé à d’autres marchés. Quant à une hypothétique déclinaison hybride, elle n’est pas encore confirmée. Mais ce n’est sûrement qu’une question de temps. Espérons que celle-ci pourra elle aussi être disponible en 7 places, contrairement au X5. De quoi proposer une alternative au Q7 e-Tron et Volvo XC90 T8.

L'instrumentation est 100% numérique, comme sur beaucoup de modèles de la marque.
L'instrumentation est 100% numérique, comme sur beaucoup de modèles de la marque.
Comme souvent sur des modèles de luxe, certains placages ne sont pas vraiment du meilleur goût.
Comme souvent sur des modèles de luxe, certains placages ne sont pas vraiment du meilleur goût.

Pour s’affirmer comme le roi des SUV de la gamme, le X7 se devait bien d’embarquer un contenu technologique exhaustif. De série, il se dote donc d’un tableau de bord digital (le Live Cockpit de 12,3 pouces), de l’aide à la conduite autonome dans les embouteillages et de tout un tas de garde-fous électroniques pour éviter un maximum de collisions. En option, le Driving Assistant Pro y ajoute une caméra capable de surveiller l’attention du conducteur. Son but, rallonger le délai où il peut lâcher le volant des mains, ou le laps de temps durant lequel la voiture peut s’arrêter et repartir seule dans les embouteillages (quelques secondes pour ce qui se fait habituellement). En options, on peut également s’offrir quelques raffinements pour les feux utilisant la technologie laser, l’impressionnante installation audio Bowers&Walkins (20 haut-parleurs, 1500 W !), la climatisation cinq-zones, les porte-gobelets chauffants et réfrigérés, l’éclairage d’ambiance dynamique capable d’alerter d’un danger ou le contrôle gestuel. Pour les amateurs de conduite, le système de quatre roues directrices est disponible. Quant à ceux qui n’ont pas peur d’égratigner leur belle peinture et leurs roues de 22 pouces, un Pack Off-Road est également proposé au catalogue.

BMW X7 : mastodonte - vidéo en direct de Genève 2019

Au lancement, le X7 sera disponible avec quatre finitions. Les prix démarreront à 94 400 euros pour le diesel de 265 ch et 96 300 € pour l’essence de 340 ch. Les finitions Exclusive et M Sport réclament respectivement 4 450 et 6 000 euros de plus. Enfin, la version M50d n’est disponible qu’en finition M Performance à 120 450 euros. À noter également qu’aucun des modèles présents au catalogue n’échappe au super malus de 10 500 euros…

J'aime

Vraiment too much cette calandre. BMW exagère avec l'agrandissement de ses haricots.
Vraiment too much cette calandre. BMW exagère avec l'agrandissement de ses haricots.

Je n'aime pas

Pour une fois, prendre place à la troisième rangée n'est pas une punition.
Pour une fois, prendre place à la troisième rangée n'est pas une punition.

L'instant Caradisiac : quand le design fait le grand écart.

Chez BMW, on sait faire dans le très beau comme dans le très moche. Alors, oui, le design est quelque chose de subjectif, mais il est difficile de trouver le dessin du X7 réussi, notamment sa face avant. C'est d'autant plus vrai quand ce même X7 est exposé à quelques centimètres de la dernière Série 8, qui, elle, dispose d'une vraie élégance.

4 mois et demi avant ce salon de Genève, Caradisiac vous présentait déjà la nouvelle X7, dans un reportage tourné en studio.  A voir aussi pour en savoir plus encore sur ce modèle.

 Reportage diffusé le 17 octobre 2018

Portfolio (34 photos)

En savoir plus sur : Bmw X7 G07

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (114)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Vraiment pressé d'arriver au X28...........

Par

Aux États Unis et en Chine ça va cartonner Bmw pourra faire ses marges et investir dans l'électrique par la suite !

Par

Ça fait bien oligarque/ploutocrate quand même.

Par

Pour les Etats Unis, en gros un GL qui a rencontré une série 8 coupé ils ont eu un enfant :tongue:

Par

BMW s'est à peine inspiré du Volvo XC90...! : Formes extérieures (en moins originales), boiseries et intérieur clairs, 7 places...et même la sono "Bowers&Wilkins" est copiée de Volvo ! Quelle originalité...

Par

En réponse à ALEA JACTA EST

BMW s'est à peine inspiré du Volvo XC90...! : Formes extérieures (en moins originales), boiseries et intérieur clairs, 7 places...et même la sono "Bowers&Wilkins" est copiée de Volvo ! Quelle originalité...

Bowers & Wilkins est un fabricant d’enceintes et d'équipement hifi salon/auto,

quel est le rapport, copie de quoi ? :voyons:

Faut arrêter de fumer la moquette !!!

Par

Éssuvé :biggrin:

Par

Mon dieu cette face avant! C'est certains, ce SUV n'est pas fait pour l'europe, que ce soit en terme de taille ou de design.

Par

Un minibus de plus

Par

En réponse à axoxyxous

Bowers & Wilkins est un fabricant d’enceintes et d'équipement hifi salon/auto,

quel est le rapport, copie de quoi ? :voyons:

Faut arrêter de fumer la moquette !!!

:biggrin::biggrin::biggrin::areuh::areuh::areuh:, même le blanc des sièges on dirait du cuire Volvo :areuh::areuh::areuh:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire