Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Alfa Romeo Alfasud Sprint (1976-1989) : du style et du cœur dès 5 000 €

Dans Rétro / News rétro

Héritière d’une longue tradition de coupés, l’Alfasud Sprint associe style, châssis peaufiné et, bien sûr, cuore sportivo ("cœur sportif"). Une vraie perle qui, encore sous-estimée, permet de se faire plaisir sans casser son PEL.

Une Sprint de première série, reconnaissable notamment à son répétiteur de clignotant situé en avant du passage de roue.
Une Sprint de première série, reconnaissable notamment à son répétiteur de clignotant situé en avant du passage de roue.

A l’été 1976, l’excellente Alfasud se décline en un très joli coupé dessiné comme elle par Ital Design : la Sprint. Esthétiquement, celle-ci n’a pourtant rien à voir, se rapprochant plutôt de l’Alfetta GTV, en plus fine et élégante. Plus chic que celle dont elle dérive, la Sprint est aussi plus chère (35 044 F - soit 20 700 € actuels selon l’INSEE - contre 28 734 F), et profite d’un moteur plus gros, un 1.3 de 76 ch qui lui permet de pointer à 165 km/h. Cela reste un peu juste vu son look sportif, aussi, dès 1978, elle reçoit un 1 351 cm3 de 79 ch et un 1 490 cm3 de 84 ch.

Surtout, un an plus tard, elle devient Sprint Veloce, les cavaleries étant portées respectivement à 86 et 95 ch, grâce à l’adoption de carburateurs double-corps. Mais en 1983, c’est la bérézina. Restylée, la Sprint s’affuble d’affreux boucliers en plastique. C’était la mode ! La calandre, la poupe, la sellerie et le tableau de bord sont également remaniés, tandis qu’apparaît une version épicée 1.5 Quadrifoglio Verde, de 105 ch. En 1985, Alfa Romeo prouve son immense sens du progrès en privant la Sprint de sa barre antiroulis et de ses disques arrière. Mais elle s’offre un bouquet final en 1988, la 1.7 QV de 118 ch, avant de tirer sa révérence en 1989, produite à 116 552 exemplaires. Un joli succès pour une jolie voiture qui aurait pourtant mérité une version vraiment radicale.

A partir de 1983, les Sprint s’équipent de boucliers et de protections latérales en plastique, qui alourdissent la ligne.
A partir de 1983, les Sprint s’équipent de boucliers et de protections latérales en plastique, qui alourdissent la ligne.

 Combien ça coûte ?

Devenues très rares, les Sprint profitent d’une cote en hausse, surtout en bel état. Les versions à pare-chocs en inox, préférées des puristes, débutent à 6 000 € pour une 1.3, une 1.5 Veloce atteignant 9 000 €. Pour leur part, les plus jeunes font les yeux doux à la 1.7 QV, qui réclame 10 000 € au minimum. Enfin, à 5 000 €, on se dégotte une jolie 1.3 « plastique », tandis que la 1.5 QV grimpe à 8 500 €.

  Quelle version choisir ?

Plus que la version, c’est l’état général qui doit d’abord orienter le choix. La 1500 Veloce est la meilleure des « inox », alors que côté plastique, une QV 105 ch sera plus homogène qu’une 118 ch grâce à son meilleur châssis. Mais ses performances restent, évidemment, inférieures.

Les versions collector

Ce seront les séries limitées, Trofeo, Grand Prix ou Balocco, ainsi que les exemplaires inox non restaurés en parfait état, pratiquement introuvables. A titre indicatif, la version la plus rare est la Sprint 1 350 (2 839 unités). A partir de 10 000 € en bel état.

Etablie à partir de la Sprint 1.5 Veloce (notez la position du répétiteur de clignotant), la Trofeo se signale par sa bande latérale et ses jantes spécifiques. 400 unités vendues en France.
Etablie à partir de la Sprint 1.5 Veloce (notez la position du répétiteur de clignotant), la Trofeo se signale par sa bande latérale et ses jantes spécifiques. 400 unités vendues en France.

  Les points à vérifier

A condition d’être respectée, la mécanique de la Sprint est très robuste, même si les synchros de boîte ont tendance à craquer. Le gros point noir est la rouille, qui attaque partout : planchers, longerons, carrosserie… Autres soucis, l’électricité amusante et la finition très légère. Les versions « plastique » semblent mieux fabriquées.

Le moteur boxer a été développé sous l’égide de Rudolf Hruska, ancien collaborateur de Ferdinand Porsche.
Le moteur boxer a été développé sous l’égide de Rudolf Hruska, ancien collaborateur de Ferdinand Porsche.

 Sur la route

Prenons le volant d’une 1.5 Veloce. Dans l’habitacle, l’espace se révèle suffisant, alors que le volant réglable autorise une bonne position de conduite. Le moteur est un régal : souple, doux, mais aussi rageur et musical. Pour sa part, le châssis, bien amorti et équilibré, autorise un excellent comportement routier, complété par un freinage suffisant et une direction à l’excellent feeling.

Agréablement présenté et nanti d’une instrumentation complète, l’habitacle pâtit toutefois d’une finition légère.
Agréablement présenté et nanti d’une instrumentation complète, l’habitacle pâtit toutefois d’une finition légère.

Plus étonnant, la suspension filtre bien les inégalités, alors que l’insonorisation convenable facilite les longs trajets. Au final, cette Sprint procure un agrément surprenant, même si, vu les qualités routières, un surcroît de punch eût été bienvenu. Quant à la consommation, elle s’établit à 8,5 l/100 km en moyenne si le moteur est bien réglé. Raisonnable.

L’alternative newtimer* 

Alfa Romeo Alfasud Sprint (1976-1989) : du style et du cœur dès 5 000 €

 Après la Sprint, Alfa n’a plus produit de petit coupé. Cela dit, une 145 Quadrifoglio (1995 – 2000), avec sa ligne très particulière, façon break de chasse, constitue une alternative intéressante grâce à son excellente tenue de route et ses performances élevées. On trouve de beaux exemplaires dès 4 000 €. A surveiller : courroie de distribution, fonctions électriques.

* Les newtimers sont des véhicules iconiques ou sportifs plus récents que les youngtimers, mais dont la valeur monte. Plus fiables et faciles à utiliser au quotidien, ils doivent leur essor à des caractéristiques techniques souvent disparues, comme de gros moteurs atmosphériques. Les BMW Z3 à 6 cylindres, Porsche Boxster 986 et autre Renault Clio V6 représentent bien cette nouvelle tendance.

Portfolio (9 photos)

En savoir plus sur : Alfa Romeo Alfasud

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (68)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

S’il vous olait pour ce genre de rubrique « voiture plaisir à petit prix » mettez nous des voiture récentes au minimum année 2000 :confused:

Par

La rouille la rouille .... une voiture d'a peine un an était déjà attaquée par la corrosion !!!

Par

En réponse à Strassen

S’il vous olait pour ce genre de rubrique « voiture plaisir à petit prix » mettez nous des voiture récentes au minimum année 2000 :confused:

Pourquoi ? la production de ces années n’était guère réjouissante

Par

Un bon article sur Caradisiac : c'est suffisamment rare pour être souligné. Continuez! Merci!

Par

En réponse à ricolapin

Pourquoi ? la production de ces années n’était guère réjouissante

je parles des 1990-2000-2010, je pense que la plupart des gens ici n’ont pas très envie d’une vieille voiture de 30ans, mais il y en faut pour tout le monde jcomprends, j’attends de voir les prochains articles :smile:

Par

Les Allemands avaient eu une version Veloce Plus, très sympa. Ma préférée reste la Balocco avec son toit ouvrant.

http://club.caradisiac.com/whealer/speedstest-75434/photo/alfasud-sprint-veloce-5265957.html

http://club.caradisiac.com/whealer/speedstest-75434/photo/alfasud-sprint-balocco-5327979.html

Par

la sprint 1.5 105 chx :bien: absolument magnifique ! une tenue de route d'enfer ! un bruit magique. j'ai adoré cette voiture. son défaut le frein a main sur les roues avant surtout l'hiver quand il gèle et qu'il reste bloqué.

Par

elle était pré équipée pour la rouille, sur certains modèles c'était me des la chaine de production.

Par

Moteur super rageur ! Impression "coup de pied aux fesses" garantie.

Bravo! :bien:

Par

En réponse à ricolapin

La rouille la rouille .... une voiture d'a peine un an était déjà attaquée par la corrosion !!!

Exact, mon père a possédé à l'époque une Alfasud Ti ... bien qu'il en prenait un grand soin et qu'elle dormait dans un garage toutes ses nuits, après 3 ans elle n'était plus qu'un infâme tas de rouille.

Le moteur, la tenue de route était top, le reste était une catastrophe générale... Dommage...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire