Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Alfa Romeo : le retour du blason GTV pour une berline électrique

Dans Futurs modèles / Technologie

Alfa Romeo n'est que l'ombre de lui-même ces dernières années mais son arrivée dans le groupe Stellantis en janvier dernier lui apporte un catalogue de plateformes et de motorisations qui va lui permettre d'étoffer à nouveau sa gamme qui sera chapeautée par la GTV.

Alfa Romeo : le retour du blason GTV pour une berline électrique

La gamme d'Alfa Romeo aujourd'hui se montre plus que réduite : une Giulietta qui attend une retraite imminente après 11 ans de bons et loyaux services, une Giulia sortie en 2015 et un Stelvio commercialisé depuis 2017. Pas d'hybridation, rechargeable ou non, ni de 100 % électrique au catalogue, la dernière nouveauté étant les versions GTA et GTAm de sa grande berline, ensorcelante à s'en damner mais vous n'en verrez pas à tous les coins de rue, avec 500 exemplaires prévus dans le monde à plus de 170 000 € pièce

Heureusement, la marque milanaise a de nombreux projets portés par Jean-Philippe Imparato, son nouveau patron, depuis son absorption par le groupe Stellantis en début d'année. Et la figure de proue de cette nouvelle gamme sera la GTV, un nom mythique que devrait reprendre un projet de Giulia deux portes 2+2 finalement abandonné au profit d'une berline coupé (ou coupé 4 portes, comme vous le souhaitez) proposée avec une motorisation 100 % électrique, ce qui ne devrait pas manquer de faire grincer les dents des aficionados du constructeur.

La cible serait la BMW i4 et la Tesla Model 3 et, si la fiche technique ne séduira pas les mélomanes adorateurs du Busso, la ligne rétro devrait tout de même attirer leur attention si elle ressemble à la projection ci-dessus faite par le magazine anglais Autocar. Une recette qui n'est pas sans rappeler celle de la Peugeot e-Legend, une 504 modernisée et électrifiée, portée par un certain… Jean-Philippe Imparato en 2018, avant que la marque au lion démente toute volonté de production pour cause de viabilité économique douteuse. Mais Alfa Romeo a une image de premium italien rendant plus justifié un tel projet.

Mais ça n'est pas tout. Maintenant qu'Alfa Romeo est la quatorzième marque contrôlée par Stellantis depuis la fusion entre FCA et PSA en début d'année, une gamme complète et entièrement nouvelle est prévue d'ici le milieu de la présente décennie, avec des modèles basés sur des plateformes communes avec des motorisations électrifiées pour remettre la marque sur le chemin des profits. Électrifiées mais toujours dynamiques, la passion, assure Carlos Tavares, directeur général du groupe, ne restant peut-être pas sur la première ligne mais au moins sur la première page du cahier des charges.

D'ici 2025, seul le Tonale, le SUV compact repoussé jusqu'à 2022 le temps que les ingénieurs mettent la dernière main à sa version hybride rechargeable et qui ira chasser sur les terres du BMW X1, conservera une plateforme FCA. Tous les autres modèles piocheront dans le catalogue Stellantis comme Opel l'a fait après avoir quitté GM pour le giron PSA.

En 2023, il sera rejoint par le Brennero produit en Pologne aux côtés des Fiat 500X et Jeep Renegade et qui constituera l'entrée de gamme d'Alfa. Sa plateforme sera la CMP utilisée par de nombreux modèles dont les Citroën C4, Peugeot 2008 et Opel Mokka, avec des motorisations communes thermiques et électriques, ce qui en fera le premier véhicule sans émission de la marque, avec probablement 136 ch, une batterie de 50 kWh et une autonomie autour des 320 km.

La plateforme Giorgio sur laquelle se basent les Giulia et Stelvio actuellement sera abandonnée au profit de la nouvelle STLA Large initialement développé pour Peugeot et qui, elle, est conçue pour pouvoir être électrifiée avec une microhybridation ou une hybridation rechargeable. Cependant, Alfa Romeo gardera quelques spécificités au niveau du châssis en conservant quelques éléments de la Giorgio, notamment la direction et les suspensions. Ces nouvelles générations de la berline et du SUV devraient voir le jour respectivement en 2023 et 2024.

Ce sera aussi la base de la nouvelle GTV, proposée avec une hybridation légère, une hybridation rechargeable et en 100 % électrique. Selon certaines informations, l'autonomie de cette dernière pourrait aller jusqu'à 800 km en collaboration avec le japonais Nidec pour le moteur et le français Saft pour les batteries.

SPONSORISE

Actualité Alfa Romeo

Toute l'actualité

Forum Alfa Romeo

Commentaires (46)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Dans l'ère du temps. À espérer que les performances dépassent la concurrence !

Par

Une Alfa sur plateforme de 508... Quel avenir radieux

Par

"En 2023, il sera rejoint par le Brennero produit en Pologne aux côtés des Fiat 500X et Jeep Renegade et qui constituera l'entrée de gamme d'Alfa. Sa plateforme sera la CMP utilisée par de nombreux modèles dont les Citroën C4, Peugeot 2008 et Opel Mokka,"

Il n'y a pas contradiction là ?

S'il est basé sur la CMP, ne serait-il pas plus logique qu'il soit fabriqué dans une usine utilisant déjà cette plateforme ?

Ou alors est-ce que les remplaçants des 500X et Renegade passent sur la CMP ?

Par

Je comprends vraiment pas cette orientation...

Tout d'abord, quand vont arriver les modèles manquants, ceux qui font le gros des ventes et qui font vivre les concession par le SAV ? Nouvelle Mito ? nouvelle Giulietta ? voire déclinée en cabriolet/coupé ? nouveau SUV segment B ? Le Tonale ?

De plus, GTV, c'est bien, c'est mignon, mais que devient QV ? Quadrifoglio Verde est LE blason sport/course d'Alfa Roméo et non GTV qui ne date que des années 70 certes sur un bon modèle, mais dont l'aura est quand même bien moindre. Quel est le but de cette gamme GTV ? Faire du GTV Line à la mode SLine Audi, RS Line Renault ou GTLine Peugeot ? Autrement dit c'est du vent et beaucoup de plastique facturé 10 ou 15% de plus.

Alfa Roméo sortez des modèles vous ne vous en porterez que mieux !!!

Par

BMW aurait du acheter Alfa quel misère la marque va retomber sur des plateformes en tractal :fresh:

Par

En réponse à Automotoman

Une Alfa sur plateforme de 508... Quel avenir radieux

Ah n'en pas douter :areuh:

Par

En réponse à Ajneda

Dans l'ère du temps. À espérer que les performances dépassent la concurrence !

Ca parait évident:violon:

Par

''Alfa Romeo n'est que l'ombre de lui-même ces dernières années mais son acquisition par le groupe Stellantis en janvier dernier [...]''

Ah bon ? Stellantis aurait donc acheté Alfa Romeo... :confused:

Par

Il n'y a pas une seule ligne de cet article qui à du sens, ou qui correspond à la vérité

Par

En réponse à Pays du Matin Frais

''Alfa Romeo n'est que l'ombre de lui-même ces dernières années mais son acquisition par le groupe Stellantis en janvier dernier [...]''

Ah bon ? Stellantis aurait donc acheté Alfa Romeo... :confused:

Effectivement, je ne crois pas que le journaliste de Caradisiac aurait osé écrire que Peugeot et Citroën avaient été "acquis" par Stellantis

Stellantis n'a rien acquis du tout mais est le résultat d'une FUSION à parts égales entre PSA et FCA.

Alfa-Roméo est une marque du groupe Stellantis comme Peugeot, Fiat ou Jeep, ni plus ni moins.

Il faut rester précis en la matière et ne pas entretenir l'idée que Stellantis est une société française, nouveau nom de PSA qui a racheté FCA alors qu'il s"agit d'une société franco-italienne de droit néerlandais.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire