Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Citroën : l'Ami 6 fête ses 60 ans

Dans Rétro / News rétro

L'originale Citroën à la lunette inversée a été présentée en avril 1961. Mais c'est le break qui s'est le mieux vendu !

Citroën : l'Ami 6 fête ses 60 ans

Il y a 60 ans, Citroën a présenté à la presse l'Ami 6. Avec une précision importante : "ce modèle n'est en aucun cas destiné à remplacer la 2 CV". Selon les mots de la marque à l'époque, cette dernière était l'automobile minimum. L'Ami 6 offrait le "strict superflu".

Derrière cette étonnante formule de communication, il y avait une voiture dite "équilibrée" : elle proposait une belle habitabilité dans un faible encombrement et était "suffisamment nerveuse" tout en ayant une "consommation faible".

Le tout dans un emballage original. L'Ami 6 a été dessinée par Flaminio Bertoni, qui avait déjà œuvré sur les 2CV et DS. Avec un luxe pour lui : une liberté dans le dessin. Le designer s'est donc lâché, créant cette célèbre silhouette en Z avec une lunette arrière inversée. Avantage de cette disposition : la vitre reste propre quand il pleut ! Parmi les autres particularités : le capot plongeant et les optiques rectangulaires, inédites à l'époque.

Citroën : l'Ami 6 fête ses 60 ans

La déclinaison break est apparue en 1964. Preuve que la silhouette de la berline était peut-être trop osée, c'est cette variante à l'apparence plus classique qui va prendre le dessus dans les ventes. Sur le million d'exemplaires d'Ami 6 assemblés au cours des années soixante, 550 000 sont des breaks.

Avec l'Ami 6, Citroën a inauguré l'usine de Rennes-La-Janais en Bretagne (qui assemble de nos jours le C5 Aircross). Au lancement, la publicité présentait l'auto comme "la deuxième voiture idéale pour Madame". Et elle a eu une conductrice célèbre, Yvonne de Gaule, épouse du Général.

À sa naissance, l'Ami 6 avait un bicylindres de 602 cm2 dérivé de celui de la 2 CV. La puissance réelle était de 22 ch. La voiture coûtait 6 550 francs. La même année, la 2 CV AZLP 425 cm2 était à 4 950 francs et l'ID 19 à 9 970 francs.

L'origine de son nom 

Selon Citroën, le nom Ami 6 "provient d’un mélange phonétique qui joue sur l’appellation du projet des Études (véhicule AM), du mot miss (« mademoiselle » en anglais) et amici (« ami » en italien), vraisemblablement inspiré par son styliste, Flaminio Bertoni, qui était Italien".

 

Portfolio (4 photos)

SPONSORISE

Actualité Citroen

Toute l'actualité

Forum Citroen

Commentaires (47)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Alors ptite précision sans grande importance mais le premier 602 de l'ami6 (de type M4) était grosso modo un 425 sous stéroïdes niveau architecture et pièces. Il n'était pas dispo sur 2cv, qui devra attendre début 70 pour recevoir un 602.

D'ailleurs on notera que dans son infinie sagesse Citroën n'a pas pas présenté la dyane, pourtant sensé être la "super deuch", avec le M4 alors qu'il était dispo, ce contentant d'un 425 à peine plus poussé (21ch au lieu de 18). Avant de le rajouter au bout de 6 mois...

Par

Une petite auto sympa, sautillante mais légère, maniable et surtout hyper habitable, aux antipodes des productions actuelles...

Par

Les dernières versions avaient droit à un moteur poussé a 35 ch SAE !

Et la finition Club était un peu plus luxueuse avec ses phares double optiques et ses sièges avant séparés.

Par

En réponse à le tamanoir

Une petite auto sympa, sautillante mais légère, maniable et surtout hyper habitable, aux antipodes des productions actuelles...

en revanche, dans les virages, fallait pas avoir peur du roulis = en dehors de la deudeuche, j'ai rarement vu une voiture penchée autant = j'avais un pote qui en avait une et c'était la fête foraine sur la route. :biggrin:

bon, sinon, la version break était finalement bien plus intéressante et plus jolie, mais je ne sais pas si la différence de prix était importante ou pas.

Par

Toyota a osé ce design il y a 20ans, sur un modèle inconnu chez nous : Toyota Will Vi.

https://en.m.wikipedia.org/wiki/WiLL#/media/File%3AToyota_WiLL_Vi_002.JPG

Originale. :bien:

Par

https://ja.m.wikipedia.org/wiki/%E3%83%88%E3%83%A8%E3%82%BF%E3%83%BBWiLL_Vi

Par

Le design de la berline est absolument extraordinaire. Plus aucun état-major de constructeur n'autoriserait une telle originalité. Cette auto est incroyablement sympathique. Et il est intéressant qu'un Maître du design réalise un objet si spécial destiné au plus grand nombre.

Par

moi j'aime bien son look, et je pense pas etre le seul car la cote commence a bien monter... et le son "ouh ouh" des suspension est inimitable. et face a une R8 ou une dauphine ou une 204 ca reste tres valable

Par

En réponse à charly177

Le design de la berline est absolument extraordinaire. Plus aucun état-major de constructeur n'autoriserait une telle originalité. Cette auto est incroyablement sympathique. Et il est intéressant qu'un Maître du design réalise un objet si spécial destiné au plus grand nombre.

https://www.caradisiac.com/essai-video-citroen-ami-que-vaut-l-electrique-a-6-000-eur-184956.htm

Tu disais ?

Par

En réponse à fedoismyname

en revanche, dans les virages, fallait pas avoir peur du roulis = en dehors de la deudeuche, j'ai rarement vu une voiture penchée autant = j'avais un pote qui en avait une et c'était la fête foraine sur la route. :biggrin:

bon, sinon, la version break était finalement bien plus intéressante et plus jolie, mais je ne sais pas si la différence de prix était importante ou pas.

Oui, j’ai connu le break de mon père durant toute la décennie 1970-1980. Une voiture increvable, jamais la moindre panne, elle a transporté des tas de matériaux, tout en tractant une remorque…

Même sans la remorque, elle prenait son temps pour retrouver une allure de croisière en sortie de village. Il fallait profiter d’un léger faux plat pour atteindre les 110 kmh, chose impossible si l’on prenait du vent de face.

Et elle ne rouillait pas…contrairement à plusieurs voitures d’occasion que j’ai conduites durant cette période, à commencer par une 204...sur laquelle le vilebrequin à trois paliers bouffait le joint spi de l’embrayage, cela tous les 20 000 kms dans le meilleur des cas…mais c’est une autre histoire, qui m’avait fait changer de constructeur.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire