Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info
Salon de Val d'Isère - En Volkswagen e-Golf jusqu'au col de l'IseranDifficile d'échapper aux publicités pour la VW e-Golf actuellement, puisque les spots auront accompagné chaque retransmission des matches de la coupe du monde de football. C'est justement la monture que nous avons choisie pour un parcours reliant Val d'Isère au Col de l'Iseran, le plus haut des Alpes.

Lire l'article»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Étrange cette conclusion sur la consommation. En général l'autonomie se calcule par rapport à notre conduite. La Golf vous indique qu'il reste 86km d'autonomie si vous continuer à monter, quand vous redescendez, la Golf vous indique qu'il reste 211km d'autonomie si vous continuez à descendre. Ce serait intéressant de le faire plusieurs fois de suite pour voir l'évolution. Là il y aurait matière à réflexion, juste un allez retour c'est trop léger pour conclure quoi que ce soit.

Par

Les notion d’énergie potentielle de pesanteur, c'est en 3ème, au collège, il me semble ???

Petit rappel, le mouvement perpétuel, ça n'existe pas :ptèdr:

Par

M. Marie, votre analyse semble bien légère. Ok il y a de la récupération d'énergie en descente. Mais un odb vous calculer l'autonomie restante en prenant en compte la consommation moyenne. Et forcément en descente il n'y a quasiment pas de consommation. De la même manière qu'un thermique en somme: quand on monte la consommation moyenne grimpe, et celle ci chute en descente, et l'autonomie du coup remonte. Il aurait été bon comme dit plus hait de renouveler plusieurs fois ascension et descente pour connaître l'efficacité de la récupération d'énergie.

Par

Les mecs sont euphoriques quand ils découvrent le principe de la dynamo :)

Par

Le pourcentage de charge est plus pertinent dans ce cas que l'estimation du nombre de kilomètres restants.

Par

le premier publi-reportage post voyage au Chili payé par Audi pour le Q7...

Vivement le prochain qu'on se mare!

Par

En réponse à Le Poulet

Le pourcentage de charge est plus pertinent dans ce cas que l'estimation du nombre de kilomètres restants.

Oui, si il est possible det disposer de ces valeurs dans le cas de votre essai M Marie...

Afin de constater si cet odb prends en compte les derniers paramètres de conduite ou la charge.

Merci

Par

En réponse à bar-lorraine

le premier publi-reportage post voyage au Chili payé par Audi pour le Q7...

Vivement le prochain qu'on se mare!

Ouais, faudrait surtout parler en % de charge de la batterie pour pouvoir tirer une conclusion, car le chiffre d'autonomie restante dépend tellement de l'algorithme utilisé!

Par

si je comprends bien, avec une électrique, mieux vaut habiter en vallée plutôt qu'en haut d'une montagne si on veut être certain d'arriver chez soi.

Par

En réponse à mynameisfedo

si je comprends bien, avec une électrique, mieux vaut habiter en vallée plutôt qu'en haut d'une montagne si on veut être certain d'arriver chez soi.

Sauf si t'as besoin de soleil pour charger. A fond il y en a moins qu'en haut, voire presque pas en hiver (coucou Modane).

Par

Dénivelé : 2777 - 1850 = 927 m.

220 km au départ, 86 km à l'arrivée, 134 km d'autonomie torchés en 17 km...

Donc en gros, en partant de Bourg Saint Maurice, soit de 900 m d'altitude, à 50 km du col, vous y arriveriez en poussant... Et ce en été, en hiver l'autonomie chute librement.

Bon ben voilà, je garde mon diesel :bien:

Nan j'en ai pas, juste un turbo alcoolique qui grimpe ça avec des pointes possibles à des vitesses à perdre le permis :coucou:

Par

Ce n ´est plus une VE mais une véritable dynamo.....Ils ont inventé la VE qui produit plus qu ´elle ne consomme.....Trop fort Vag....Mdr.

Par

En réponse à Taz34970

M. Marie, votre analyse semble bien légère. Ok il y a de la récupération d'énergie en descente. Mais un odb vous calculer l'autonomie restante en prenant en compte la consommation moyenne. Et forcément en descente il n'y a quasiment pas de consommation. De la même manière qu'un thermique en somme: quand on monte la consommation moyenne grimpe, et celle ci chute en descente, et l'autonomie du coup remonte. Il aurait été bon comme dit plus hait de renouveler plusieurs fois ascension et descente pour connaître l'efficacité de la récupération d'énergie.

Non parce que ce qu'avec un thermique le fait de ne pas consommer ne remplit pas ton réservoir alors qu'en électrique la phase de récupératif "remplit" la batterie.

L'effet de la descente n'est donc pas le même dans un cas et dans l'autre....

Cependant, il aurait été préférable de comparer le niveau de charge batterie avant et après descente car effectivement l'algorithme de calcul de l'autonomie est un facteur trop influent pour tirer la conclusion à laquelle arrive l'auteur...

Sans compter qu'au démarrage (et après RAZ ODB), généralement, un ZE annonce une autonomie basée sur une valeur de conso moyenne paramétrée dans un soft et que ce n'est qu'après un certains nombre de kilomètres que la conso moyenne mesurée n'intervient dans le calcul... là aussi contrairement à un thermique

Par

En réponse à Axel015

Les mecs sont euphoriques quand ils découvrent le principe de la dynamo :)

Et après ils votent FN... :bien:

Qu'elle est bonne ma gégène Eugène... :buzz:

Par

L'électrique est donc génial en station : tu descends gratos et pour remonter, ben y'a le tire-fesse.

Par

caradisiac à dit : "avouons qu'il y a de quoi être bluffé par la performance technologique réalisée"

le jeune rat à dit : " par la technologie Allemande car en France à part Zoé je ne vois pas trop ce qui est dispo pour concurrencer la Golf "

Vw à quand même une belle technologie quand ils veulent bien

Par

En réponse à Topolino_31

Les notion d’énergie potentielle de pesanteur, c'est en 3ème, au collège, il me semble ???

Petit rappel, le mouvement perpétuel, ça n'existe pas :ptèdr:

Ce n'est pas non plus ce qu'ils ont prétendu.

Par

En réponse à Le Poulet

Le pourcentage de charge est plus pertinent dans ce cas que l'estimation du nombre de kilomètres restants.

Si les journalistes de Caradisiac faisaient correctement leur boulot, ils embarqueraient toujours un boîtier OBD avec eux pour avoir les paramètres de consommation précis. Mais c'est vrai que c'est plus facile de prendre la plaquette commerciale et de lire les infos de la bagnole, forcément objective, le constructeur n'ayant aucun intérêt à être optimiste, et VW étant connu pour son honnêteté... :ange:

Par

En réponse à reusta

Non parce que ce qu'avec un thermique le fait de ne pas consommer ne remplit pas ton réservoir alors qu'en électrique la phase de récupératif "remplit" la batterie.

L'effet de la descente n'est donc pas le même dans un cas et dans l'autre....

Cependant, il aurait été préférable de comparer le niveau de charge batterie avant et après descente car effectivement l'algorithme de calcul de l'autonomie est un facteur trop influent pour tirer la conclusion à laquelle arrive l'auteur...

Sans compter qu'au démarrage (et après RAZ ODB), généralement, un ZE annonce une autonomie basée sur une valeur de conso moyenne paramétrée dans un soft et que ce n'est qu'après un certains nombre de kilomètres que la conso moyenne mesurée n'intervient dans le calcul... là aussi contrairement à un thermique

Sauf que là même si ça remplit le réservoir en descente, encore faudrait-il que ledit réservoir puisse permettre de monter là où on a besoin d'aller sans se consoler de le remplir à redescendre donc c'est bien...

100 km en ascension sans une descente qui permette de régénérer suffisamment, ça n'arrive pas en haut.

Typiquement, un habitant de Albertville, soit en bas et pas loin, ~100 km du col en question, encore en Savoie à en gros 320 m d'altitude qui monte au Col de l'Iseran à 2764 m soit ~2400 m de dénivelé s'y prend avec une pause recharge entre les deux. Et encore pas sûr qu'il arrive au bout, sans un arrêt recharge de plus...

Bref, vu le prix de ces machines, leur masse qui est une plaie liée de toute façon à la densité d'énergie par kg toujours pitoyable dans les batteries, sorties d'un usage urbain ou d'applications spécifiques, qu'on ne vienne pas nous vendre ça comme la panacée de la mobilité et agiter la fin du thermique. La théorie c'est fun, la pratique remet les pendules à l'heure.

La fin du thermique n'est même pas pour après demain. Les batteries au graphène sont l'arlésienne depuis le temps que Spyker a déposé le brevet, on va rouler encore pendant un moment avec des trucs à réservoir, pétrole, biocarburant ou hydrogène qui ont une densité d'énergie par unité de volume ou de masse digne de ce nom.

Merci en tout cas de cet éclairage.

Je serais d'ailleurs assez curieux de savoir combien de ces véhicules "propres" sont arrivés à Val d'Isère autrement que sur un véhicule propulsé par un bon vieux diesel... :coucou:

Par

En réponse à Lycanthr0pe

Sauf que là même si ça remplit le réservoir en descente, encore faudrait-il que ledit réservoir puisse permettre de monter là où on a besoin d'aller sans se consoler de le remplir à redescendre donc c'est bien...

100 km en ascension sans une descente qui permette de régénérer suffisamment, ça n'arrive pas en haut.

Typiquement, un habitant de Albertville, soit en bas et pas loin, ~100 km du col en question, encore en Savoie à en gros 320 m d'altitude qui monte au Col de l'Iseran à 2764 m soit ~2400 m de dénivelé s'y prend avec une pause recharge entre les deux. Et encore pas sûr qu'il arrive au bout, sans un arrêt recharge de plus...

Bref, vu le prix de ces machines, leur masse qui est une plaie liée de toute façon à la densité d'énergie par kg toujours pitoyable dans les batteries, sorties d'un usage urbain ou d'applications spécifiques, qu'on ne vienne pas nous vendre ça comme la panacée de la mobilité et agiter la fin du thermique. La théorie c'est fun, la pratique remet les pendules à l'heure.

La fin du thermique n'est même pas pour après demain. Les batteries au graphène sont l'arlésienne depuis le temps que Spyker a déposé le brevet, on va rouler encore pendant un moment avec des trucs à réservoir, pétrole, biocarburant ou hydrogène qui ont une densité d'énergie par unité de volume ou de masse digne de ce nom.

Merci en tout cas de cet éclairage.

Je serais d'ailleurs assez curieux de savoir combien de ces véhicules "propres" sont arrivés à Val d'Isère autrement que sur un véhicule propulsé par un bon vieux diesel... :coucou:

Ah toi aussi tu es taquin !

Attention à la suite....Ça donne encore plus de mérite à la performance VW (oui, j'ai osé ) à Pikes Peak. Arriver en haut est désormais le nouveau jalon de l'électrique.

Oubliez le periph Cara, en 20km c'est bouclé votre article.

Par

En réponse à mwouais

Ah toi aussi tu es taquin !

Attention à la suite....Ça donne encore plus de mérite à la performance VW (oui, j'ai osé ) à Pikes Peak. Arriver en haut est désormais le nouveau jalon de l'électrique.

Oubliez le periph Cara, en 20km c'est bouclé votre article.

J'aurais bien aimé ne pas être taquin, il y a d'ailleurs dans ce qui nous a été présenté des engins qui sont sans doute à leur place.

Mais pas la berline, la Golf qui sert un peu à tout, loisirs et vacances comprises.

Mais je pensais aussi aux VSL, ambulances, véhicules qui parfois doivent descendre jusqu'à Grenoble pour un examen médical, le matériel n'étant pas dispo dans les vallées de Tarentaise ou de Maurienne, tout électrique.

Ben s'ils sont assurés d'arriver les batteries pleines, nous voilà rassurés, il n'est pas dit que le patient sera de retour chez lui le soir sans une halte ou deux de recharge.

Comme dit l'autre, l'hosto tu sais quand t'y rentres mais pas quand tu en sors. Et là, une raison de plus de douter de pouvoir coucher chez soi à une date déterminée :bah:

Et encore, nous n'avons pas goûté aux joies du tout ENR telles que présentées par le parti d'en rire aux élections de 2017. Mais taquin, once more, avant même le tout ENR, je dirais que ce progrès écologique proche de la nature me rappelle déjà la vie au XIX ème... un peu :sol:

Quant à la perf en course, en compétition, un "one shot" fait toute la différence avec le "quotidien" : vu les enjeux et budgets, car il s'agit avant tout et surtout de marketing et de blason à redorer. Il n'y a pas d'hésitation à pomper des accus au point d'hypothéquer leur durée de vie qui, de toute façon, ne sera que de quelques charges, d'en tirer un max en tout cas.

Dans le quotidien d'un automobiliste lambda, ça se passe tout autrement parce que budget pas illimité et vendu comme vert, avec en plus et heureusement, un dispositif de gestion de batterie qui fait le garde fou :bien:

Et on nous explique que tout ça est tellement plus mieux et si propre, bien entendu :buzz:

Je me gausse, disait la cloche ! :coucou:

Par

En réponse à Lycanthr0pe

J'aurais bien aimé ne pas être taquin, il y a d'ailleurs dans ce qui nous a été présenté des engins qui sont sans doute à leur place.

Mais pas la berline, la Golf qui sert un peu à tout, loisirs et vacances comprises.

Mais je pensais aussi aux VSL, ambulances, véhicules qui parfois doivent descendre jusqu'à Grenoble pour un examen médical, le matériel n'étant pas dispo dans les vallées de Tarentaise ou de Maurienne, tout électrique.

Ben s'ils sont assurés d'arriver les batteries pleines, nous voilà rassurés, il n'est pas dit que le patient sera de retour chez lui le soir sans une halte ou deux de recharge.

Comme dit l'autre, l'hosto tu sais quand t'y rentres mais pas quand tu en sors. Et là, une raison de plus de douter de pouvoir coucher chez soi à une date déterminée :bah:

Et encore, nous n'avons pas goûté aux joies du tout ENR telles que présentées par le parti d'en rire aux élections de 2017. Mais taquin, once more, avant même le tout ENR, je dirais que ce progrès écologique proche de la nature me rappelle déjà la vie au XIX ème... un peu :sol:

Quant à la perf en course, en compétition, un "one shot" fait toute la différence avec le "quotidien" : vu les enjeux et budgets, car il s'agit avant tout et surtout de marketing et de blason à redorer. Il n'y a pas d'hésitation à pomper des accus au point d'hypothéquer leur durée de vie qui, de toute façon, ne sera que de quelques charges, d'en tirer un max en tout cas.

Dans le quotidien d'un automobiliste lambda, ça se passe tout autrement parce que budget pas illimité et vendu comme vert, avec en plus et heureusement, un dispositif de gestion de batterie qui fait le garde fou :bien:

Et on nous explique que tout ça est tellement plus mieux et si propre, bien entendu :buzz:

Je me gausse, disait la cloche ! :coucou:

Tu le sais j'apprecie la dernière sentence (in english in Ze text).

Une dinde met des panneaux photovoltaiques sur les routes encombrées et double la mise en inductant par dessous à grande distance pour canceriser les pattes des oiseaux et bourses de grenouilles traversantes. Aie confiance, ça va arriver. Je crois que je le verrai vivant.

Si la PAC à hydrogène, ethanol ou autre ne relègue le VHS dans la poubelle du V2000 (ou du Betamax ) et le CD dans celle du DAT . Faut-il évoquer le Tefifon ?

(Ne m'en veuillez pas les specialistes je ne suis aucunement spécialiste ou simplement versé dans les sources d'enregistrement ) . Mais khi s'en carre au carré évidemment (bon, j'ai du mal ) ?

Par

Géniale Golf, reste plus qu'à habiter dans une région où il n'y a que des descentes.

Par

En réponse à Lycanthr0pe

Sauf que là même si ça remplit le réservoir en descente, encore faudrait-il que ledit réservoir puisse permettre de monter là où on a besoin d'aller sans se consoler de le remplir à redescendre donc c'est bien...

100 km en ascension sans une descente qui permette de régénérer suffisamment, ça n'arrive pas en haut.

Typiquement, un habitant de Albertville, soit en bas et pas loin, ~100 km du col en question, encore en Savoie à en gros 320 m d'altitude qui monte au Col de l'Iseran à 2764 m soit ~2400 m de dénivelé s'y prend avec une pause recharge entre les deux. Et encore pas sûr qu'il arrive au bout, sans un arrêt recharge de plus...

Bref, vu le prix de ces machines, leur masse qui est une plaie liée de toute façon à la densité d'énergie par kg toujours pitoyable dans les batteries, sorties d'un usage urbain ou d'applications spécifiques, qu'on ne vienne pas nous vendre ça comme la panacée de la mobilité et agiter la fin du thermique. La théorie c'est fun, la pratique remet les pendules à l'heure.

La fin du thermique n'est même pas pour après demain. Les batteries au graphène sont l'arlésienne depuis le temps que Spyker a déposé le brevet, on va rouler encore pendant un moment avec des trucs à réservoir, pétrole, biocarburant ou hydrogène qui ont une densité d'énergie par unité de volume ou de masse digne de ce nom.

Merci en tout cas de cet éclairage.

Je serais d'ailleurs assez curieux de savoir combien de ces véhicules "propres" sont arrivés à Val d'Isère autrement que sur un véhicule propulsé par un bon vieux diesel... :coucou:

Un petit exemple concret avec des vrais chiffres.

Aves un Tesla S75D, la montée jusqu'à Meribel (5 personnes, tous les bagages, montée pêchue et température extérieur de -7°C), j'ai consommé entre 600 et 650Wh/km.

C'est à dire que l'autonomie serait de ~110km.

Dans la pratique, Moutier(440m) --> Meribel (1460m), c'est un parcours de 16km avec 1000m de dénivelé et une consommation de ~10kWh / 15% d'autonomie (donc les 650Wh/km). C'est l'extrême car il n'y a aucune montée comme celle-ci qui fait plus de 20-25km.

Bref, on n'a pas besoin de plus de 10kWh pour monter n'importe quelle montée en Europe. Si on prend Albertville --> Meribel, c'est 43km en montée (mais pour les 28 premiers km, lentement) la conso moyenne est

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

SPONSORISE

Actualité Volkswagen

Toute l'actualité