Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

DS : des perspectives encourageantes…et des surprises!

Dans Economie / Politique / Marché

Le constructeur premium français DS a connu un premier semestre aux résultats positifs, auxquels se sont ajoutés les titres constructeur et pilote dans le championnat de Formule E. Une rencontre avec la presse ce mardi matin a permis aux dirigeants de DS d'esquisser l'avenir de la marque. Et de nous donner un scoop qui intéresse directement les clients de ses modèles électrifiés.

Les premières livraisons du très attendu DS7 Crossback E-Tense (hybride rechargeable) auront lieu en janvier 2020.
Les premières livraisons du très attendu DS7 Crossback E-Tense (hybride rechargeable) auront lieu en janvier 2020.

Ce mardi matin, DS organisait une rencontre avec la presse au DS World, son flagship parisien, écrin chic situé au cœur du huitième arrondissement. Là, Yves Bonnefont, patron de la marque premium du groupe PSA, a fait part des bons résultats enregistrés au premier semestre en Europe et en France : « les ventes ont progressé de 1,5% dans le monde, et c’est un semestre important car c’est le premier dans lequel on avait la configuration nouvelle de DS, avec DS7 et DS3 Crossback au catalogue et avec un réseau dédié, mouvement démarré à l’été 2018. Au deuxième trimestre 2019, les ventes ont même progressé de 15% par rapport à la même période l'an passé ! »

Et le dirigeant de préciser qu’en France, son premier marché, la marque occupe 9,2% du secteur premium avec un DS7 Crossback leader des SUV haut de gamme sur le semestre. Ce véhicule atteint même la deuxième place des ventes premium tous segments confondus. Quant au DS3 Crossback, il connaît un bon démarrage en prenant le leadership des ventes de SUV premium au mois de juin. « 63% des ventes de DS7 sont assurées par les finitions hautes, et ce chiffre monte même à 76% pour DS3 Crossback », précise M.Bonnefont.

Des motifs de satisfaction, donc, que tempèrent les résultats catastrophiques enregistrés en Asie : seulement 1 757 véhicules vendus sur les six premiers mois de l’année, chiffre qui traduit une baisse de 14,3%: « on n’est pas contents, ce n’est pas conforme à nos ambitions, mais on va prendre les décisions qui s'imposent », prévient Yves Bonnefont, sans préciser la nature desdites décisions. En tout cas, il n’est pas question de quitter la zone: un « plan d’ampleur » se prépare, car « DS doit s’imposer sur ce marché ».

Bon démarrage commercial pour la DS3 Crossback, disponible en essence, électrique et diesel. DS estime que le bloc HDi 130 représentera 20% des ventes du modèle.
Bon démarrage commercial pour la DS3 Crossback, disponible en essence, électrique et diesel. DS estime que le bloc HDi 130 représentera 20% des ventes du modèle.

Ce rendez-vous avec les médias est aussi l’occasion d’évoquer les perspectives de la marque : « nous continuons sur le rythme d’un lancement par an, auquel je tiens beaucoup. » Et Yves Bonnefont d’évoquer le cas de la DS3, toujours vendue : « les carrosseries 3 portes, c’est un marché qui descend beaucoup. Mais on va en vendre jusqu’à la fin de l’année. » L’électrification est un enjeu fort pour les constructeurs qui doivent se plier aux exigences légales d’abaissement des taux de CO2 : « les versions électrifiées représentent 5 à 10% des commandes, mais ces chiffres sont obtenus alors qu’il n’y a même pas de véhicules à essayer. Ce n'est pas représentatif de ce qu’on verra dans quelques mois. » Au chapitre de l’électrification, le choix est clair : pas de micro-hybridation au programme. « Ma priorité, c’est d’offrir au client du mode zéro émission, je veux au moins 50 km d’autonomie électrique pour mes voitures. »

DS offre la wallbox !

Caradisiac a également pu évoquer avec Arnaud Ribault, Directeur Marketing et Ventes monde de la marque, la façon dont DS va capitaliser sur sa réussite en Formule E, le championnat de monoplaces électriques (deuxième titre consécutif côté « pilotes » pour Jean-Eric Vergne, et titre constructeurs pour la marque). « Nos voitures électrifiées prennent l’appellation E-Tense, comme celles qui courent en Formule E, et nous voulons aller au-delà en montrant qu’il y a une réalité technologique derrière tout ça. Les systèmes de régénération d’énergie, par exemple, sont similaires. La démarche que nous adoptons est assez proche de celle d’Audi, qui faisait courir  ses modèles Quattro en rallye dans les années 80 avant de développer cette technologie en série. Le but est de se servir de la compétition pour développer la notoriété de la marque. L’audience est plus familiale que celle des autres sports mécaniques, plus urbaine, plus qualifiée et plus jeune : tout nous incite à rester en Formule E ! »

Jean-Eric Vergne (à gauche, avec à ses côtés son team manager Xavier Mestelan), tout juste auréolé de son deuxième titre pilote en championnat de Formule E (à quoi s’ajoute le titre constructeurs pour l’écurie DS Techeetah), était présent au DS World ce mardi matin : « une saison très difficile, mais aussi ma meilleure année en sport automobile. On a tout de même battu Audi, BMW, Jaguar, Nissan et j’en passe ! »
Jean-Eric Vergne (à gauche, avec à ses côtés son team manager Xavier Mestelan), tout juste auréolé de son deuxième titre pilote en championnat de Formule E (à quoi s’ajoute le titre constructeurs pour l’écurie DS Techeetah), était présent au DS World ce mardi matin : « une saison très difficile, mais aussi ma meilleure année en sport automobile. On a tout de même battu Audi, BMW, Jaguar, Nissan et j’en passe ! »
DS : des perspectives encourageantes…et des surprises!

L’homme se fait par contre moins disert sur les prochaines nouveautés produit à venir au sein de la gamme. « On a aujourd’hui six voitures pour le monde entier, avec des silhouettes type sedan (berline) et SUV. Nous gardons ce cap pour le moment. » Pas d’exubérant coupé au programme, donc : « un modèle de série extrapolé du concept DS X E-Tense serait facturé 250 000 €, ce n’est donc pas pour nous, ou en tout cas pas encore ! »

Le but pour le constructeur est de réussir le passage à l’électrification. Et pour cela, le développement d’infrastructures de recharge est fondamental : « d’ici deux ans, nous aurons des bornes de 100 Kw disposées tous les 150 km sur autoroute », rappelle M.Ribault, qui nous délivre un petit scoop : « la priorité, c’est de faciliter l’accès aux bornes, avec un équipement performant au travail comme à la maison. Pour fêter les titres obtenus cette année en Formule E, je vous annonce que les wallbox seront offertes à nos clients pour toute commande passée avant la fin septembre. L’info sera très bientôt officialisée ! »

Sans surprise, le spectaculaire DS X E-Tense restera un show-car et ne connaîtra pas de déclinaison en série.
Sans surprise, le spectaculaire DS X E-Tense restera un show-car et ne connaîtra pas de déclinaison en série.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (124)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Toujours surpris par le fait que des voitures aussi moches puissent se vendre !

Par

En réponse à Rodger29

Toujours surpris par le fait que des voitures aussi moches puissent se vendre !

La DS7 passe bien je trouve suivant les coloris / finition ! Pour la DS3 crossback c'est plus discutable en effet même si elle rend mieux en vrai ! Ap le prix est délirant je trouve (avis perso).

Sinon j'espère qu'ils arriveront à leur fin c'est tout le mal que je leur souhaite !! Le problème aujourd'hui c'est que Peugeot fait presque plus "premium" que DS

Par

Waouh vous parlez d'un scoop

Par

Et en Europe est elle dans le top 10 des premiums ?

Par

C’est bien de vouloir un positionnement premium mais encore faut-il avoir des moteurs qui suivent

Un peu comme la 508 dont certains osent la comparer aux BAM :lol:

Par

En réponse à Rodger29

Toujours surpris par le fait que des voitures aussi moches puissent se vendre !

Toujours surpris qu'internet laisse s'exprimer librement les piliers de comptoirs qui n'ont strictement rien à dire...

En tout cas, ça reste une petite embellie pour DS. En espérant que ça continue comme ça.

Par

En réponse à toyhybridequigueule

Commentaire supprimé.

Si je devais parier sur la pérennité d'une marque par rapport à l'autre, helas, je choisirais Lexus. Car objectivement, la pertinence des produits est simplement plus en phase avec les attentes du marché. Et que l'hybride by Toyota est fiable et délivre un bel agrement tant dans une is 300h que dans le nouvel ux.

Par

Petite paire de Focal Sopra N°2 à 12'000€, chez DS, on sait utiliser intelligemment son budget... A l'image des produits de la marque, on tente de p*ter plus haut que son c*l.

Par

Bonnefont, le grand boufon de l'automobile a parlé. Du grand bla bla chaque année.

DS est une marque française qui se vend qu'en France. Le reste du monde n'est pas dupe et a très bien compris que DS n'était que du pseudo premium à la française !

Par

La bonne nouvelle est que cela peut créer des emplois en Français. Maus le côté forcé du premium par Ds tire beaucoup sur le bling bling. Les lignes sont chargées et pourraient vieillir vite. Enfin, le tout Suv va finir par lasser et à un moment, les acheteurs vont réaliser que ce type de véhicule est un non sens d'un point de vue de l'agrément de conduite, de la consommation, du poids comparativement à une berline. Et Ds aura t il les véhicules à ce moment ? Enfin, l'hybride rechargeable me paraît peu adapté aux besoins des clients, sauf pour une seconde voiture, tout comme le tout électrique à 250 km d'autonomie.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire