Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - DS 7 Crossback BlueHdi 130 : que vaut la version d'accès ?

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Le SUV français s’offre les services d’une modeste motorisation diesel de 130 ch, qui plus est en boîte mécanique. Sur le papier, la proposition est éloignée de l’univers premium qu’il revendique. Pourtant, au regard du contexte actuel, l’idée est pertinente.

Essai - DS 7 Crossback BlueHdi 130 : que vaut la version d'accès ?

En bref 

A partir de 31 200 €

Modèle d’accès de gamme

Neutre au malus

Le DS 7 Crossback est en train de remporter son pari. Le SUV, premier modèle développé 100% en interne par la dernière marque du groupe PSA, se devait d’allumer la mèche qui devrait faire (enfin) décoller les ventes de DS à la peine depuis sa naissance en 2014. On est encore loin de l’explosion mais la tendance est encourageante sur le Vieux Continent où DS a déjà écoulé un peu plus de 10 000 exemplaires en 6 mois de commercialisation, d’autant qu’il sera rejoint au printemps par le très attendu et plus accessible DS 3 Crossback.

Avec ses 4,57 m de long, le français se place à cheval entre deux catégories, celles des SUV compacts (Audi Q3, BMW X1) et familiaux (Audi Q5, BMW X3). Les tarifs, eux, restent « compétitifs » pour le marché premium et davantage avec la motorisation BlueHdi 130 à l’essai, qui fait office d’entrée de gamme (à partir de 31 200 €). Face aux V6 et 4 cylindres surpuissants de la concurrence, cette petite mécanique fait pâle figure. Pourtant, l’idée n’est pas dénuée d’intérêt car à notre époque où la fiscalité et la réglementation pénalisent les moteurs puissants, les constructeurs - premium comme généralistes - ont remarqué que désormais en concession, l’équipement, la connectivité et le confort priment aux yeux du client.

Essai - DS 7 Crossback BlueHdi 130 : que vaut la version d'accès ?
Essai - DS 7 Crossback BlueHdi 130 : que vaut la version d'accès ?

Des aspects que DS n’a pas mis de côté pour son entrée de gamme. Le BlueHdi 130 est en effet compatible avec de gros niveaux de finition comme c’est le cas ici, avec le niveau Performance Line+ facturé 40 500 €. En effet, si extérieurement le design du DS 7 Crossback prête à discussion, l’habitacle, lui, met tout le monde d’accord.

Essai - DS 7 Crossback BlueHdi 130 : que vaut la version d'accès ?

La présentation flatteuse est servie par des matériaux de qualité. Pour ce prix, le client a droit à des sièges et une planche de bord habillés d’Alcantara, une montre rotative BRM et un grand écran tactile regroupant toute la connectivité actuelle. DS soigne l’ensemble des passagers avec à l’avant une assise de siège qui se déploie et à l’arrière de l’espace aux jambes et des dossiers de sièges inclinables électriquement. Côté standing, le DS 7 Crossback tient la corde face à ses concurrents premium pour plusieurs milliers d’euros de moins. Les aspects pratiques ne sont pas mis de côté avec de nombreux rangements et un volume de coffre très correct pour la catégorie, débutant à 555 litres, soit l’équivalent d’un Audi Q5. C’est un détail, mais l’on regrette que la commande de lève-vitres électrique soit placée à côté du levier de vitesses, ce qui réclame un très gros temps d’adaptation.

Essai - DS 7 Crossback BlueHdi 130 : que vaut la version d'accès ?

Cette version d’accès, comme son nom l’indique, a pour but d’offrir un prix compétitif (à partir de 31 200 €) pour séduire les particuliers mais surtout les professionnels qui représentent une majorité sur ce marché. Rappelons que ces derniers sont soumis à une fiscalité (TVS : taxe sur les véhicules de société) indexée sur les émissions de CO2. Et le BlueHdi 130, qui se place dans la zone neutre du malus avec seulement 107 g de CO2/km, s’avère compétitif en attendant le renfort d’une motorisation hybride rechargeable dans le courant de l’année 2019. Il a en prime le bon goût de se montrer sobre avec une consommation moyenne de 6,1 l/100 km relevée durant notre essai.

Ce blueHdi est économe, certes, mais pas au détriment des « performances ». Vous n’affolerez pas les chronos c’est certain, mais en ville et sur route, le 4 cylindres répond présent. Son silence de fonctionnement et sa grande élasticité suffisent amplement à animer ce SUV de bonne taille. La mission se complique légèrement sur les grands axes où son manque de coffre invite à tomber un rapport, mais dans l’ensemble rien de frustrant si votre style de conduite est celui d’un bon père de famille. Enfin, cette version peut être associée à une boîte auto à 8 rapports en option (1 200 €).

Le châssis est une réussite qui met en exergue le confort. La qualité de l’amortissement - ici des suspensions de base non pilotées - démontre le savoir-faire technique du groupe en la matière. Le DS 7 Crossback ne prend pas de gîte en virage, filtre efficacement sur les revêtements exigeants et enroule les trajectoires au doigt et à l’œil. Les occupants voyagent dans un vrai cocon à l’isolation phonique soignée, dans la mouvance du dernier Volvo XC60.

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,57 m
  • Largeur : 1,89 m
  • Hauteur : 1,62 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 555 l / 1752 l
  • Boite de vitesse : Méca. à 6 rapports
  • Carburant : Diesel
  • Taux d'émission de CO2 : 107 g/km
  • Bonus : 0 €
  • Date de commercialisation du modèle : Octobre 2017

* pour la version 1.5 BLUEHDI 130 PERFORMANCE LINE +.

Photos (25)

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire