Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

Mercedes ne fait pas vraiment partie des pionniers en matière d'électrification contrairement, par exemple, à son compatriote BMW, mais tente ces dernières années et même ces derniers mois de rattraper son retard à vitesse grand V. La première vague a été constituée d'hybrides rechargeables et celle qui suit est celle des 100 % électriques. Après le grand SUV EQC et le van EQV, voici maintenant le modèle à l'étoile sans émission à la conduite qui devrait faire le gros des ventes, le SUV compact EQA que nous sommes allés essayer sur les hauteurs d'Annecy.

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

En bref

SUV compact électrique

À partir de 44 900 €

190 ch et 426 km d'autonomie

Pour ce nouveau venu, Mercedes ne s'est pas embarrassé à créer une plateforme inédite puisque l'EQA reprend la MFA2 notamment du GLA, ce qui explique des dimensions très proches et des ressemblances esthétiques criantes entre les deux modèles. Mais la version électrique se distingue tout de même en reprenant des détails déjà découverts sur l'EQC. Ainsi à l'avant les phares sont plus étirés et se confondent dans la calandre noir laqué désormais pleine, le tout surmonté d'une ligne contenu de feux de jour sur toute la largeur (mais ne fonctionnant qu'à l'arrêt pour des raisons de légalité européenne). Même ressemblance avec le grand frère branché à l'arrière avec un bandeau lumineux à la forme presque organique et une plaque d'immatriculation qui quitte le hayon pour descendre dans le pare-chocs.

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

 

Est-ce suffisant pour distinguer les deux modèles au premier coup d'œil ? Sans aucun doute. L'EQA, même en finition AMG Line aux boucliers plus aérés spécifiques, offre une rondeur supplémentaire qui n'est pas désagréable et qui tranche avec l'agressivité visuelle exacerbée dans laquelle Mercedes (et bien d'autres) semble se complaire même pour des modèles qui n'ont rien de sportif.

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?
Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

EQA et GLA partagent plus qu'une petite ressemblance mais l'électrique se distingue par un supplément de rondeurs qui n'est pas désagréable.

À l’intérieur par contre, c'est le jeu des différences entre EQA et GLA puisqu'à part quelques détails de finition, tout est semblable, depuis le dessin de la planche de bord jusqu'à l'agencement des écrans offrant de série une diagonale de 10,3 pouces. D'accord, cela entraîne un petit manque de personnalité ici mais l'ensemble n'est pas vilain du tout et avec une finition flatteuse. Là où les différences sont plus marquées, c'est en matière d'habitabilité : qui dit plateforme multicarburant dit en effet forcément concessions en matière d'espace intérieur mais l'EQA peut toujours embarquer deux passagers adultes de bonne taille à l'arrière et qui ne seront gênés ni aux genoux ni à la tête. Par rapport à un GLA, on note seulement que les batteries intégrées sous le plancher entraînent un plancher plus épais et donc des pieds sensiblement plus hauts, ce qui explique probablement que Mercedes soit finalement parti sur le SUV et non la Classe A sur laquelle était basé le concept présenté à Francfort en 2017.

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

A quelques détails de présentation près, la planche de bord de l'EQA est identique à celle du GLA.

C'est au niveau de volume de chargement qu'il y a un prix à payer. On perd en effet l'espace sous le fond du coffre, ce qui fait fondre les 435 litres du GLA à 340 litres. Il faudra de plus déduire l'encombrement de ou des sacs de câble de rechargement.

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?
Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

La place à l'arrière est particulièrement généreuse au niveau des genoux mais le volume de coffre souffre de l'implantation des batteries sous le plancher.

Une fiche technique dans la moyenne

Question mécanique, l'EQA sort dans un premier temps dans une unique version 250 avec un moteur électrique asynchrone envoyant 190 ch et 375 Nm aux roues avant et alimenté par une grosse batterie à la capacité utile de 66,5 kWh. De quoi annoncer une autonomie de 426 km selon le cycle mixte WLTP. On note un certain conservatisme dans le domaine de la marque à l'étoile avec ces chiffres qui sont dans la bonne moyenne, sans plus, de ce que l'on trouve parmi les constructeurs généralistes, le modèle le plus proche étant la référence qu'est le Kia e-Niro 64 kWh, sa puissance de 204 ch et ses 455 km d'autonomie. Le coréen se permet même d'annoncer un 0 à 100 km/h effectué en 7,8 s, soit 1,1 s de moins que l'allemand. Soyez cependant rassuré, un EQA 350 4Matic viendra compléter incessamment la gamme, avec une batterie identique mais un second moteur, synchrone cette fois, au niveau du train arrière, portant la puissance totale à 292 ch et l'autonomie à 432 km.

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?
Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

11 kW en AC et 100 kW en DC, l'EQA se place dans la moyenne de ce qu'il se fait actuellement en matière de recharge.

Les puissances de recharge encaissées sont aussi dans le peloton de ce que l'on trouve sur le marché. En courant alternatif via une prise au format Type 2, c'est-à-dire chez vous sur secteur ou sur une wallbox ainsi que sur les bornes publiques, le chargeur embarqué allant jusqu'à 11 kW permet une charge de 10 à 100 % en 5 h 45. En courant continu via la Combo CCS, un format que l'on trouve avant tout sur les stations d'autoroute type Ionity, l'EQA peut alors absorber jusqu'à 100 kW, soit une charge de 10 à 80 % en 30 minutes.

Essai - Mercedes EQA (2021) : futur best-seller ?

Notre essai nous a emmené des plaines vertes autour d'Annecy jusqu'aux sommets enneigés entourant la ville.

Pas vraiment de concurrence pour l'instant mais des tarifs très agressifs !

Question concurrence, l'EQA se trouve à cheval entre deux catégories avec ses 4,46 m et n'a pas vraiment de rival frontal parmi les premium en attendant d'éventuels BMW iX1 ou Audi Q3 e-tron. En attendant, sa grille tarifaire est étonnante, il n'y a pas d'autres façons de la décrire. En effet, son prix d'entrée de gamme est de 47 900 € en finition Progressive Line, soit 700 € de moins que le GLA 250e à la double motorisation essence/électrique. Déduisez les bonus respectifs auxquels chacun des deux a droit (3 000 € jusqu'au 30 juin 2021, 2 000 € ensuite pour l'électrique, 2 000 puis 1 000 € pour l'hybride rechargeable) et l'écart se creuse à 1 700 € ! Mais ça n'est pas tout : Mercedes propose pour le lancement du modèle une série limitée à 300 exemplaires destinés exclusivement aux particuliers affichés à 44 900 €. Ainsi, en étant sous le seuil des 45 000 €, on peut bénéficier du plus gros bonus de 7 000 € (6 000 € à partir du 1er juillet) avec un prix final de 37 900 €, soit 4 800 € de moins qu'un GLA 200 d'entrée de gamme et son malus de 400 €. De plus, moins de 2 000 € séparent alors l'EQA 250 Limited Edition, son petit nom, du Kia e-Niro 64 kWh à prestations et équipements proches, ce qui en fait une excellente affaire.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus (norme NEDC)
de la version la plus écologique de : Mercedes Eqa

0 g/km - Bonus : -3000 €

Début de commercialisation du modèle :
Mercedes Eqa

Mars 2021

A titre d'exemple pour la version 250 AMG LINE.

1,62 m1,83 m
4,46 m
  •  5 places
  •  340 l / 1320 l

  •  Auto. à 1 rapport
  •  NC

Portfolio (69 photos)

En savoir plus sur : Mercedes Eqa

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires (64)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je l'a trouve extrêment moche.

Pourquoi les electriques doivent elles être forcément moche (pour les 3 quarts) ?

Proposé un modele à la fois en thermique et en élec c'est plutot pas mal, cf 208, golf 7 etc...

Pck une gamme dédié à l'elec c'est en général pas folichon, cf zoé, ID, EQ ....

Par

Mercedes 250 EQa : 4.46m et 47 900€

Audi Q4 35 e-tron : 4.59m et 42 800€

Audi Q4 40 e-tron: 48 700€

Je trouve l'Audi plus joli et au final un peu mieux placé en prix.

Par

En réponse à Caraphael

Je l'a trouve extrêment moche.

Pourquoi les electriques doivent elles être forcément moche (pour les 3 quarts) ?

Proposé un modele à la fois en thermique et en élec c'est plutot pas mal, cf 208, golf 7 etc...

Pck une gamme dédié à l'elec c'est en général pas folichon, cf zoé, ID, EQ ....

Parce que c'est moins optimisé.

Par

C'est certain qu'à 37k€, c'est une affaire exceptionnelle qu'il ne faut surtout pas laisser passer .... :buzz:

Et puis il y a la fiabilité diabolique Merco, et le SAV irréprochable pour finir de vous convaincre :biggrin:

Par

Je suis vraiment partagé avec ces VE.

Autant les conduire à l'air d'être une bonne expérience (il suffit d'être un poil objectif et de lire les essais de ces VE), autant les contraintes liées à leur architecture me paraissent loin d'être toutes levées.

Je reste en effet dans la peau :

- du gars qui ne peut pas recharger à domicile puisque c'est le cas (et ça, c'est un point bloquant).

- du gars qui fait parfois des longs trajets (avec Tesla, je tenterai le coup mais pas avec les autres).

- du gars qui, s'il faut 35 à 45 K€ dans un VE, attend de ce VE une polyvalence forte même s'il accepterait que ce VE soit un poil moins pratique qu'un VT. Un poil mais pas beaucoup plus.

Bref, ces VE ont l'air d'être plaisant à conduire en mode conduite normale de tous les jours mais n'assurent pas, selon moi, la polyvalence dont j'aurai besoin.

Et la non possibilité de recharger à domicile (pour l'instant) est un vrai point bloquant.

A saluer quand même le prix attractif pour les 300 premiers modèles de cet EQA.

Je suis curieux d'être fin 2021 pour voir les volumes de vente réels de tous ces VE en Europe.

Par

A qui sont destinés ces véhicules.

Au delà de l'aspect esthétique, comportement, performance, 350 kms d'autonomie en situation mixte c'est vraiment très peu. Meme une Tesla modele 3 grande autonomie 355 kms sur autoroutes, vous êtes tenus de recharger votre voiture 3 fois pour un Paris Nice.

Vous allez me dire qu'en ville l'autonomie est largement suffisante. De moins en moins de places pour se garer dans les grandes villes, des emplacements de parking plus adaptés avec l'augmentation de la taille des véhicules.

Sans compter la production des minerais peu écologique et faisant fi de l'exploitation des enfants et des conditions de travail, et même de la production d'électricité via des centrales à charbon.

Par

Sans aucun doute. Tarif très attractif pour une électrique premium, SUV en plus et autonomie plutôt bonne.

Maintenant cela reste très disgracieux, à voir si cela rebute la clientèle.

Par

Ahh le retour de la Renault Koleos :coolfuck:

Par

Décidément avec cara,la cohérence est loin d'être de mise:pfff:

La kia e niro est qualifiée de référence dans le critère premier pour une auto électrique,l'autonomie.

Dans sa grande bonté,la note de 14,4 est attribuée par le "testeur":voyons:

Et là,une auto plus chère,pas meilleure sur la route...15,4:voyons:

Et en plus c'est laid:beuh:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire